Teinture officinale

Une teinture officinale est une solution médicamenteuse obtenue par action prolongée de l'alcool sur des substances végétales ou animales le plus souvent desséchées[1].

DéfinitionModifier

On donne en pharmacie le nom de teintures alcooliques à l'alcool chargé des principes actifs d'une ou plusieurs substances médicamenteuses de nature végétale ou animale.

Ces préparations partageaient jadis avec les alcoolats les noms empiriques de baumes, d'élixirs, de gouttes, de quintessences, etc. Aujourd'hui ces dénominations sont complètement bannies des ouvrages dogmatiques, il en devrait être ainsi du mot impropre de teinture, qui, sans rien apprendre sur la composition de ces médicaments, présente une idée fausse à l'esprit. En effet, le mot teinture comporte avec lui une idée de couleur, et cependant plusieurs de ces préparations sont incolores : telles sont celles de térébenthine, de copahu, etc. Alcoolé est le seul nom qui devrait figurer dans une nomenclature méthodique, pour désigner les médicaments qui nous occupent.[non neutre][réf. nécessaire]

Les éléments des teintures sont toutes les substances de la matière médicale susceptibles de céder quelques principes à l'alcool, et ce dernier fluide[2].

Assez utilisée autrefois, on n'en trouve plus guère actuellement[3].

ExemplesModifier

On distingue :

  • teinture simple : obtenue à partir d'une seule substance médicamenteuse ;
  • teinture composée : obtenue à partir de plusieurs substances médicamenteuses.

Les teintures suivantes figuraient dans le codex des officines en 1844[2] :

Teintures simplesModifier

Teintures composéesModifier

PréparationModifier

  • Préparée à partir de la plante sèche. Chaque plante bénéficiait d'un mode de préparation particulier, par macération à froid le plus souvent, quelquefois à chaud, dans l'alcool éthylique dont le degré varie de 45 à 70°.
  • Rapport d'extraction = 1:5, soit 5 grammes de teinture correspondent à 1 gramme de la drogue sèche.

En homéopathieModifier

En homéopathie, une teinture-mère est une teinture très concentrée utilisée pour la préparation des dilutions. Une goutte de teinture-mère du médicament à préparer et 99 gouttes de solvant (alcool ou eau) sont mélangées[4].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Définition du cnrtl
  2. a et b François Laurent Marie Dorvault. L'Officine ou Répertoire géneral de pharmacie pratique. Labé, 1844. Livre numérique Google
  3. Jean-Michel Morel. Traité pratique de phytothérapie: remèdes d'hier pour médecine de demain. Traité pratique de Phytothérapie. Ed. Grancher, 2008.
  4. A.-E.-M. Valette, Homéop. infantile prat., 1978, p. 24