Teinture d'iode

En médecine, la teinture d'iode est un antiseptique et antifongique[1] puissant composé de diiode dissous dans l’alcool, plus précisément dans l'éthanol, généralement à raison de 10 %. Il existe aussi des mélanges à 2 %, 3 % et 7 %. C'est un élément essentiel d'un kit de survie utilisé pour désinfecter et assainir.

Teinture d'iode utilisé lors d'une anesthésie péridurale.

Elle est très vite apparue après la découverte de l'iode par Bernard Courtois en 1811. Elle a ensuite été massivement utilisée par les armées.

Aujourd'hui, le diiode et ses dérivés conviennent aux plaies et brûlures superficielles peu étendues[2].

  • Ne pas associer aux antiseptiques contenant du mercure (formation de composés caustiques).

Dans certains cas de pathologies thyroïdiennes, telles que l'hypothyroïdie, un apport d'iode peut être bénéfique. Cet apport peut se faire par voie cutanée grâce à la teinture d'iode. Celle-ci est appliquée directement sur la peau et l'organisme va l'absorber au gré de ses besoins. Plus l'absorption d'une même dose est rapide, plus la pathologie thyroïdienne est sévère[réf. nécessaire].

En raison de ses propriétés antifongiques, elle peut être utilisée pour lutter contre le pied d'athlète[3].

PréparationModifier

On dissout 70 g de diiode et 50 g d'iodure de potassium dans 50 mL d'eau. Ci-après on dilue cette solution concentrée à 1 litre avec de l'éthanol.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier