Tech3

(Redirigé depuis Tech 3)

Tech3
Image illustrative de l’article Tech3
Nom complet Red Bull KTM Tech3
Localisation Drapeau de la France Bormes-les-Mimosas, France
Team manager Hervé Poncharal
Pilotes MotoGP

27 Drapeau de l'Espagne Iker Lecuona
88 Drapeau du Portugal Miguel Oliveira

Moto3

53 Drapeau de la Turquie Deniz Öncü (it)
71 Drapeau du Japon Ayumu Sasaki (en)

MotoE

35 Drapeau de l'Allemagne Lukas Tulovic (it)
70 Drapeau de l'Italie Tommaso Marcon

Machine MotoGP Drapeau de l'Autriche KTM RC16

Moto3 Drapeau de l'Autriche KTM RC250GP

MotoE Drapeau de l'Italie Energica Ego (en)

Pneus MotoGP Michelin

Moto3 Dunlop

MotoE Michelin

Champions du monde Drapeau de la France Olivier Jacque (2000 en 250 cm3)

Tech3 est une équipe de compétition motocycliste présente aux championnats du monde MotoGP et en Moto3 sous le nom de Red Bull KTM Tech3 et sous le nom Tech3 E-Racing en Coupe du monde de MotoE (en). L'équipe a été fondée en 1989 par Hervé Poncharal, ancien pilote tricolore.

En 2020, l'équipe est représentée en MotoGP par l'Espagnol Iker Lecuona et le portugais Miguel Oliveira sur des KTM RC16 de spécifications usines. En Moto3, le pilote turc Deniz Öncü (it) et le pilote japonais Ayumu Sasaki (en) courent sur des KTM RC250GP. L'allemand Lukas Tulovic (it) et l'italien Tommaso Marcon défendent l'équipe en MotoE avec des Energica Ego (en), comme l'ensemble des écuries de cette catégorie.

Tech3 est l'équipe satellite, en MotoGP de l'équipe officielle KTM.

HistoriqueModifier

Les années 250 cm3Modifier

Création de l'équipe avec Honda FranceModifier

Après avoir passé plusieurs années en tant que pilote / responsable d'équipe chez Honda France[1], Hervé Poncharal décide en 1989 de créer la structure Tech3 avec l'ingénieur Guy Coulon et le technicien Bernard Martignac[2]. L'origine du nom de l'équipe fait référence à l'high-tech, la technique et le fait que 3 techniciens étaient à l'origine du projet[3],[4]. Dès sa création, l'équipe est basée à Bormes-les-Mimosas dans le Var[5].

L'équipe commence la compétition dans la catégorie 250 cm3 dès 1990 avec le soutien de Honda et du cigarettier Rothmans[6]. Au guidon d'une Honda NSR 250 d'usine[7], le pilote Dominique Sarron, frère du pilote 500 cm3 Christian, réussit une première saison prometteuse avec plusieurs top 5. Il est malheureusement blessé en cours de saison et est remplacé par l'autrichien Andreas Preining pendant deux meeting. Au final, ce premier exercice voit Sarron finir 10e au classement général.

Dominique Sarron ayant fait le choix de partir vers Yamaha, Jean-Pierre Jeandat fut choisit pour représenter l'écurie en 1991 sur une Honda RS cliente. S'il ne montra pas la pointe de vitesse de Sarron, la régularité du français lui permit de voir 12 top 10 en 15 courses. Néanmoins, l'année 1991 fut moins prolifique que la précédente avec les 59 points de la 12e place au tableau final, 2e Honda cliente.

Attiré par le sérieux de cette jeune écurie, Suzuki se rapproche de Tech3 pour intégrer la catégorie 250 cm3[6].

1992 - 1994 : Passage sur Suzuki et années noiresModifier

Fort d'une belle montée en puissance en 500 cm3 avec Kevin Schwantz, Suzuki et son sponsor titre Lucky Strike choisissent l'équipe Hervé Poncharal pour intégrer la catégorie inférieure. Tech3 devient donc une équipe d'usine en 1992 et engage le prometteur Wilco Zeelenberg qui sort de 2 saisons dans le top 5 final de la catégorie. A ses côtés, Herri Torrontegui, un pilote espagnol qui a montré de belles qualités en 80 cm3. Alors que les ambitions étaient élevées, l'année fut au final décevante, avec uniquement trois top 5 pour le pilote néerlandais et cinq top 10 pour Torrontegui, respectivement 11e et 15e au général.

Pour 1993, Suzuki voulait à tout prix réussir et s'en donna les moyens : elle engagea au guidon de la Suzuki RGV250 (en) de Tech3 John Kocinski, champion 250 cm3 en 1990 sur Yamaha et qui venait de terminer 3e du championnat 500 cm3. Pilote au caractère bien trempé, l'américain exigea d'être le seul représentant de l'écurie, ce qui fut accepté[6]. Les débuts furent glorieux, avec le premier podium de la marque et de l'équipe dans la catégorie lors du premier Grand Prix, en Australie. Les courses suivantes furent plus décevantes, avec des places d'honneur, jusqu'au Grand Prix des Pays-Bas sur le circuit d'Assen.

Parti dernier sur la grille, le talentueux américain remonte tout le peloton, meilleur tour en course à l'appui, et lutte pour le podium. A la 2e place à l'entame du dernier tour, Kocinski se fait doubler par Tetsuya Harada et fini à la dernière marche du podium. L'américain ne supporta pas cet échec et dans le tour de décélération casse sciemment le moteur de sa moto et la jette à terre. Revenu au stand, il refuse de monter sur le podium et de se rendre à la conférence de presse. Ces affronts sont inacceptables pour le cigarettier Lucky Strike, sponsor de l'équipe, du pilote et de la course au Pays-Bas : le pilote est licencié par Tech3 le soir-même[6],[8].

L'écurie française termina la saison en engageant Simon Crafar, pilote Superbike et 500 cm3. Trop grand pour la moto comparé à Kocinski, le néozélandais ne réussit qu'un top 10 sur les 7 dernières courses de la saison[6]. La saison qui devait être l'année de la réussite se termina par le retrait de Suzuki de la catégorie 250 cm3 le 10 janvier 1994[9].

A moins de 3 mois du nouveau championnat, l'écurie doit trouver une moto, des sponsors et des pilotes. Hervé Poncharal se tourne alors vers son ancien partenaire Honda et le sponsor Motul, qui apportent leur soutien. Les français Noël Ferro et Frédéric Protat sont engagés au guidon de Honda RS clientes[9]. L'équipe s'inscrit aussi pour la première fois en 125 cm3, avec une moto partagée entre Nicolas Dussauge et Bertrand Stey[10].

Avec un budget trop faible et une moto presque vierge de sponsor, l'année 1994 est terrible pour Tech3 et aucun des pilotes 250 cm3 et 125 cm3 ne marquera de point. Alors que l'écurie songe à arrêter les Grand Prix[11], son salut viendra de Jean-Philippe Ruggia.

1995 - 1998 : Retour glorieux avec Honda et début de l'ère Olivier JacqueModifier

En 1995, Jean-Philippe Ruggia possède un solide palmarès fait de podiums en 500 cm3 et de victoires en 250 cm3. Après deux saisons sur Aprilia, le pilote français veut changer d'écurie et se tourne vers Hervé Poncharal, à la condition d'avoir une Honda d'usine. L'accord conclu avec la marque ailée, Poncharal réussit à transférer avec Ruggia Chesterfield et Elf, alors sponsor des motos italiennes. Comme deuxième pilote, Tech3 choisit un prometteur français, alors championnat d'Europe 125 cm3 : Olivier Jacque. Ce dernier disposera d'une moto cliente[9]. Pour la première fois depuis la création de l'équipe, le terme Tech3 apparaît dans la dénomination officielle de l'équipe[12].

Fort de cette nouvelle paire de pilote, l'écurie renoue avec les avants-postes. Si aucun podium n'est à signaler, l'expérimenté Ruggia signera six top 5 et cinq autres top 10 sur 13 Grand Prix. De l'autre côté du box, le jeune Jacque débute l'année en dehors du top 10, mais en signe 5 sur les 6 dernières courses, dont deux 4e place. Signe de sa vitesse, Olivier Jacque réussit pour sa première année à s'élancer de la première ligne lors des 3 dernières courses et à boucler ses premiers tours en tête lors du Grand Prix d'Argentine[9]. A l'arrivée, les français finiront respectivement 5e et 10e au général.

Pour la première fois depuis sa création, les pilotes et les machines de Tech3 resteront identiques pour une deuxième année, le seul changement étant la dotation d'une deuxième moto d'usine pour Olivier Jacque. Et cette année 1996 sera celle de son explosion. Si son début de saison a été solide, avec trois top 5 et deux top 10 sur les sept premières courses, Jacque signe la deuxième place lors du Grand Prix d'Allemagne. Loin d'être un acte isolé, le français ne descendra pas du podium de l'année, sauf pour abandonner en Autriche. La consécration pour Jacque et pour Tech3 arrivera à Rio de Janeiro avec la première victoire en 250 cm3 devant Ralf Waldmann et Jürgen Fuchs. Finalement, Olivier Jacque aura signé deux 3e place, quatre 2e place et une victoire, ce qui lui vaudra la 3e place au général.

Du côté de Ruggia, la saison 1996 est difficile avec seulement trois top 5 et sept autres top 10, loin de la réussite de Jacque. Avec la 9e place au général, il décide de quitter le monde des Grand Prix à la fin de l'année[13].

L'année 1997 voit donc l'arrivée d'un nouveau pilote pour épauler Olivier Jacque. Hervé Poncharal décide de miser sur William Costes, pilote français vainqueur en 1996 du Bol d'or et du trophée Thunderbike (ex championnat du monde 600 cm3) pour défendre les couleurs de Tech3 sur une Honda client. Néanmoins, sa première année dans la catégorie 250 cm3 sera très compliquée puisqu'il ne rentrera dans les points qu'à 4 reprises, pour 23 points et la 20e place au général.

Faisant maintenant partie des favoris de la catégorie avec Max Biaggi ou Ralf Waldmann aussi sur Honda, l'année d'Olivier Jacque démarra de la même manière qu'avait fini la précédente : une troisième place lors du premier Grand Prix. Il ajoutera à son palmarès deux autres 3e place, trois 2e place et surtout deux nouvelles victoires, en Autriche et à nouveau à Rio de Janeiro. Suffisant pour gagner le titre ? Non, car malgré un bilan de l'année 1997 supérieur à celui de 1996, 201 points contre 193, Jacque ne termina qu'à la 4e place au général, devancé par les deux favoris et Tetsuya Harada. Une petite déception pour Poncharal[9].

Pour 1998, l'équipe mise sur la stabilité et espère enfin concrétiser le potentiel d'Olivier Jacque. Las, la Honda NSR 250 ne fait pas le poids face aux italiennes d'Aprilia et le pilote français se blesse à la cheville au Mugello, handicapant une bonne partie de sa saison[9]. Même s'il a acquis quatre 3e place supplémentaires, le bilan de l'année n'est pas satisfaisant et la 5e place au général marque encore un recul face aux concurrents. Dans l'autre garage, William Costes ne montre pas de signe d'évolution, avec seulement trois top 10 sur les neuf premières courses disputées. Devant ce bilan, Costes quitte l'équipe en cours de saison, remplacé par Matthieu Lagrive qui ne marquera aucun point durant les six derniers Grand Prix. Julien Allemand fera aussi 3 courses pour l'écurie, avec une 15e place lors du Grand Prix de France.

Bien conscient de la dépendance de l'équipe à Olivier Jacques, Hervé Poncharal demande à Honda de lui confier une deuxième moto d'usine et le pilote Tohru Ukawa, alors seul pilote de l'écurie officielle de la marque ailée. Le refus de l'entreprise d'Hamamatsu obligea le manager français à revoir sa stratégie, surtout face à la prise de contact de Yamaha[9].

1999 : Changement décisif vers YamahaModifier

Souhaitant étendre sa présence en 250 cm3 et disposer d'une équipe officielle, Yamaha prend contact en 1998 avec Hervé Poncharal. Après négociation, le manager français réussit à convaincre la marque aux diapasons de lui confier deux Yamaha YZR250 d'usine et le prometteur japonais Shinya Nakano, 2e lors de sa seule apparition en 1998. Le cigarettier Chesterfield et bien entendu Olivier Jacques continuent l'aventure avec l'équipe du Var[14].

Le partenariat démarre sur les chapeaux de roue, avec la 3e place de Nakano en Malaisie après avoir longtemps mené, suivi à la 4e place par Jacque. La victoire n'allait pas attendre puisque dès le deuxième Grand Prix, au Japon, le pilote nippon monte sur la plus haute marche du podium. Malheureusement, Olivier Jacque se blesse gravement lors de la course suivante à Jerez, compromettant sa saison avec six Grand Prix loin de la piste[14]. Il sera remplacé consécutivement par Naoki Matsudo, Jamie Robinson et Toshihiko Honma (it), sans grand succès.

Nakano de son côté confirme sa forme tout au long de l'année et ajoute deux 2e place, une autre 3e place et neuf top 5 sur toute l'année, lui garantissant les 207 points de la 4e place au général. Olivier Jacque repris le guidon de la Yamaha en Allemagne et monta en puissance sur les huit courses restantes. Un premier podium (3e place) avec Yamaha à Imola, puis une 2e place en Australie suivi d'une autre 3e place en Afrique du Sud, la victoire n'était pas loin. Et elle arriva au dernier Grand Prix de la saison, en Argentine. Avec la 7e place au général malgré sa longue absence, l'année 2000 promettait de voir Olivier Jacque et son coéquipier Shinya Nakano parmi les favoris. Et cette fois, les espoirs de l'écurie française n'allaient pas être déçus.

Pour la dernière saison du second millénaire, aucun changement n'était à noter, tant du point de vue des sponsors que des pilotes. Les 6 premiers Grand Prix furent dominé par Nakano, le japonais inscrivant trois victoires, une 2e place et une 3e place. Jacque de son côté n'a pu riposter qu'avec deux seconde place, une 3e place et trois 4e places, rendant ainsi 18 points de retard sur son coéquipier au tiers de la saison. Mais le pilote français haussa son niveau au cours des sept courses suivantes, toutes terminées sur le podium avec deux victoires, quatre 2e place et une 3e place. Malgré deux autres victoires et trois autres podiums, Nakano comptait cette fois 22 points de retard avant d'attaquer les trois derniers Grand Prix de la saison. Derrière lui, Tohru Ukawa et Daijiro Kato comptait à ce moment de la saison respectivement 198 et 193 points, soit 21 et 26 points de retard sur leur compatriote japonais. Il ne faisait presque aucun doute que le titre allait se jouer entre les officiels Yamaha, et Jacque était le grand favori.

La Grand Prix de Rio de Janeiro fut un premier tournant de cette fin de saison puisqu'Olivier Jacque fut contrait à l'abandon, laissant Nakano franchir la ligne en 4e position. L'écart était alors retombé à 10 points entre les deux pilotes Tech3 et deux Grand Prix à disputer. L'avant dernière course, à Motegi pour le Grand Prix du Pacifique, vit encore Nakano se rapprocher après être monté sur la deuxième place du podium tandis que le pilote tricolore terminait à la 4e.

C'est ainsi que les deux pilotes Tech3 sont arrivés à la finale de l'édition 2000 qui se jouait en Australie avec 2 points d'écart à l'avantage du français. L'équation était simple pour eux : il fallait finir devant son coéquipier pour remporter le titre, sans provoquer de double abandon. En effet, Kato avait profité de la fébrilité des 2 Yamaha pour inscrire une double victoire sur les deux derniers Grand Prix et effectuer une belle remontée au général avec 12 points de retard sur Jacque. Les qualifications annoncèrent la lutte finale, Nakano s'adjugeant la pôle devant Jacques et Kato. A l'extinction des feux, les 2 pilotes Tech3 bondirent de la grille et s'envolèrent en tête sans qu'aucun concurrent ne puisse suivre le rythme. Jacque et Nakano par contre ne se détachaient pas l'un de l'autre pendant les 25 tours que comptait la course australe, s'échangeant les positions au fil des boucles. Fin stratège, Jacque tenta dans les premiers tours de course de doubler son coéquipier dans la longue droite d'arrivée avant de couper son effort.

Le dernier tour débutait avec Nakano en tête, Jacque essayant de trouver l'ouverture sans succès. Le japonais franchi le dernier virage de la saison en tête, étant seulement à quelques hectomètres du titre. Mais Olivier Jacque avait misé sur la longue ligne droite du circuit Philip Island comme dernière chance de sacre, sortant plus rapidement du dernier gauche et comptant profiter de l'aspiration de son coéquipier. A mesure que la ligne d'arrivée se rapprochait, le français rattrapait son adversaire et commença de le dépasser. A quelques mètres de l'arrivée, les deux pilotes étaient alors à égalité. Jacque, plus rapide grâce à l'aspiration, pris l'avantage et franchi la ligne en tête, remportant le titre 250 cm3 pour 14 millième[15]. De plus, Tech3 permit à Yamaha de remporter le titre constructeur grâce à ce doublé au championnat pilote. Cette course et le duel entre les deux pilotes Tech3 sont depuis entrés dans la légende des courses moto[16],[17].

La catégorie reineModifier

Les années YamahaModifier

2001 - 2002 : Des débuts solidesModifier

Après la domination de Tech3 sur le championnat 250 cm3, Yamaha propose à l'équipe française de faire le grand saut vers la catégorie supérieur en tant qu'équipe satellite pour 2 ans[18]. Hervé Poncharal accepte la promotion après 10 ans de présence en catégorie intermédiaire et signe avec un nouveau sponsor principal, le cigarettier français Gauloises[19].

Toujours avec Olivier Jacque et Shinya Nakano, l'équipe Tech3 démarre donc 2001 équipée de la YZR500 avec l'espoir d'apprendre cette nouvelle catégorie. Mais c'est sans compter sur le talent du pilote japonais qui, dès le premier Grand Prix, entre dans le top 5, un exploit qui encore cinq fois durant cette année. Mieux, à la neuvième course, Nakano réussit l'exploit de terminer 3e, célébrant ainsi le premier podium de l'équipe dès sa première année. Six top 10 viendront compléter l'année du pilote nippon qu'il conclura à la 5e place, avec le titre honorifique de meilleur Rookie.

Pour Olivier Jacque, le passage en 500 cm3 fut compliquée. Beaucoup de chute, une blessure l'éloignant des circuits pendant 3 courses et finalement un seul top 5 à Valence. Il terminera l'année à la 15e position, à presque 100 points de son coéquipier.

L'année 2002 marqua le début de l'ère MotoGP et du passage aux motos quatre-temps de 990 cm3. Néanmoins, la cohabitation avec les modèles 500 cm3 fut autorisée pour cette première année, solution choisie par tous les constructeurs pour leurs équipes satellites. Ainsi, Tech3 débuta l'année avec la YZR500 avant de recevoir la YZR-M1 pour les trois dernières courses[20]. Sur le plan des résultats, l'année fut similaire pour les deux pilotes : quelques top 10, des abandons et comme meilleur résultat une cinquième place en Grande-Bretagne pour Jacque et en Allemagne pour Nakano.

Et pourtant, Tech3 a bien cru atteindre la plus haute marche du podium lors du Grand Prix d'Allemagne. Profitant de l'agilité de sa 500 cm3, Olivier Jacque signa la pole position, une première pour l'écurie à ce niveau. En course, le français luttait pour la victoire contre Valentino Rossi, Max Biaggi et Alex Barros. Alors qu'il menait à 3 tours de l'arrivée, le dernier cité freina avec trop d'optimisme et percuta Jacque, qui chuta et dû abandonner, laissant la victoire à Valentino Rossi[21].

Finalement, c'est respectivement la 10e et 11e place au général que terminèrent le français et le japonais, pour une deuxième année plus terne que la première. A noter, Sylvain Guintoli a effectué sa première course à Brno en tant que pilote invité avec une 17e place à la clé.

2003 - 2008 : Années décevantesModifier
Partenariat global Yamaha - AltadisModifier

Pour l'année 2003, Tech3 est directement affecté par les décisions stratégiques de Yamaha. L'écurie aux diapasons se lie pour deux ans avec la société Altadis, propriétaire de multiple société de cigarettier dont Gauloises, et signe directement des contrats avec Marco Melandri, nouveau champion 250 cm3, et Alex Barros, qui vient de terminer 4e chez Honda Pons et 1er indépendant avec deux victoires. Carlos Checa étant déjà sous contrat dans l'écurie officielle, il est nécessaire qu'un des deux pilotes Tech3 laisse sa place à Barros[22]. Poncharal renouvelle sa confiance envers Jacque et laisse Nakano partir après 4 ans de collaboration[23]. En compensation, Yamaha apporte un soutien technique renforcé à l'équipe française[22].

Avec un pilote du calibre d'Alex Barros, le championnat de Tech3 s'ouvre avec l'espoir de renouer avec le top 5 au général, voir mieux. Mais ces espoirs seront déçus, l'année 2003 étant un échec pour Yamaha avec la 7e place finale pour son meilleur représentant, Carlos Checa. Pour Tech3, la seule éclaircie de l'année viendra de la 3e acquise lors du Grand Prix de France par Barros. Bien qu'ayant terminé à huit reprises dans le top 10, le brésilien conclura l'année à la 9e place au général, loin de l'objectif visé. Quant à Jacque, avec seulement quatre top 10, il termina à 30 points de son coéquipier valant la 12e place au général.

Après cette année difficile, Alex Barros décida de mettre fin à son contrat avec Yamaha et retourna chez Honda[24]. Quant à Olivier Jacque, c'est Tech3 et son sponsor qui décida de ne pas le renouveler suite à une année décevante et une motivation déclinante[25],[26].

L'année 2004 voit donc l'arrivée d'un nouveau duo de pilotes chez Tech3. Afin d'accueillir en son sein le triple champion du monde Honda Valentino Rossi, l'écurie officiel Yamaha a choisi de garder l'expérimenté Carlos Checa. L'équipe d'Hervé Poncharal, réputé bon gestionnaire de jeune pilote, sera donc la destination de Marco Melandri, décevant 15e en 2003 dans l'écurie officiel. Un fort soutien technique est assuré au pilote par le directeur de la compétition de l'entreprise aux diapasons, Lin Jarvis[27]. Au deuxième guidon, Norifumi Abe, alors pilote d'essai de la marque, viendra remplacer Barros suite à son départ[28]. Côté sponsor, Yamaha opte pour une représentation mixte des marques de cigarette d'Altadis pour correspondre aux marchés selon la nationalité de leurs pilotes. Ainsi chez Tech3, Melandri disposera d'une livrée aux couleurs de Fortuna tandis qu'Abe gardera la livrée Gauloise[28].

Côté résultat, l'année n'est pas une réussite. Melandri est capable du meilleur, deux 3e places à Barcelone et à Assen, comme du pire, une deuxième partie de saison catastrophique avec seulement deux arrivées dans les points et cinq abandons. Cette irrégularité est sanctionnée par la 12e place au général. Pour Abe, la régularité est meilleur mais la vitesse manque. Malgré huit top 10, le japonais se classe à 1 point et une place derrière son coéquipier.

Pour 2005, à nouveau, Tech3 change ses deux pilotes. Sous l'impulsion d'Altadis et sa marque Fortuna, l'équipe accueille deux espagnols. Ainsi, Rubén Xaus, 11e et meilleur rookie du dernier championnat sur Ducati, est engagé au côté de Toni Elías, 4e du dernier championnat 250 cm3[29]. Alors que Rossi écrase le championnat dans l'écurie officielle, l'année de Tech3 sera pire que la précédente puisqu'aucun podium ne viendra égailler la saison de l'écurie française. Xaus, qui ne s'adaptera pas à son changement de monture, terminera 16e au général avec seulement quatre top 10[30]. Pour Elías, l'année est à peine meilleure. Blessé et remplacé par Carlos Checa pendant trois courses, son meilleur résultat, une 6e place à l'avant-dernier Grand Prix, ne lui permettra pas de sauver une saison qu'il terminera à la 12e place.

Les années DunlopModifier

En 2006, Tech3 ne pourra plus compter sur les sociétés de cigarettier d'Altadis puisque ces derniers attaquent en justice Yamaha pour rupture de contrat[31]. Hervé Poncharal va alors à la rencontre du manufacturier pneumatique Dunlop et négocie un contrat de sponsoring assorti de l'équipement des motos Yamaha[29]. Tech3 sera la deuxième écurie équipée de Dunlop sur la grille, avec Pramac d'Antin (en).

Pour la troisième année consécutive, l'équipe française change entièrement ses pilotes. Tech3 fait appel à l'expérimenté Carlos Checa, fin connaisseur de la moto japonaise et victime du retrait de l'écurie de Sito Pons[32]. Son coéquipier sera James Ellison, pilote Dunlop chez la faible équipe Blata WCM (World Championship Motorsport) l'année précédente et meilleur indépendant du British Superbike Championship en 2004[33].

Courir pour un manufacturier pneumatique moins expérimenté en MotoGP est un défi et l'année sera encore difficile côté résultat malgré des essais d'avant-saison prometteur[34]. Bien qu'il ne connu qu'un seul abandon, Checa termina à la 15e au général avec comme meilleur résultat deux 7e au États-Unis et au Portugal. Seule une deuxième ligne en qualification du Grand Prix d'Australie vint récompenser les efforts de développement. Pour Ellison, la saison se résuma à parcourir l'arrière du peloton puisqu'il ne réussit qu'un seul top 10 sur la saison, sans trouver de solution à son mal-être sur la moto[35]. Seul lot de consolation pour Tech3, Carlos Checa est le premier représentant de Dunlop au général.

Face aux faibles résultats de Tech3 et Pramac d'Antin, Dunlop annonce un renforcement de leur investissement en MotoGP[36]. Néanmoins, les tricolores resteront les seules à aligner des motos équipées des pneus anglais durant le championnat suivant. Avec le changement de cylindré du MotoGP, Tech3 a l'opportunité d'être plus compétitif car les motos fournis à l'équipe seront identiques à celle de l'écurie officielle[37].

Suite au départ de Checa vers LCR, l'équipe française recrute Makoto Tamada, double vainqueur de Grand Prix en 2004, solide pilote lors des années suivantes et connaisseur des pneus Dunlop après son passage en Superbike Japonais[38]. Dans l'autre box, Poncharal promeut Sylvain Guintoli après une année de test pour l'équipe et quatre saisons en 250 cm3[37].

Avec ce quatrième équipage en autant d'année, l'écurie passe encore la plupart des courses dans l'arrière du peloton. Malgré quelques bonnes qualifications et la 4e place de Guintoli au Japon, le français et le japonais termine respectivement antépénultième et dernier des pilotes présents sur toute la saison. Les timides progrès du manufacturier anglais entraîne donc l'arrêt de son programme MotoGP et la séparation avec Tech3, malgré une 5e et 6e places lors de la finale du championnat 2007[39].

2009 - 2011 : Retour aux avant-postes avec Colin Edwards et début en Moto2Modifier

Après s'être assuré de la fourniture de deux Yamaha d'usine pour 2008[40], Hervé Poncharal doit revoir beaucoup de secteur son écurie pour la saison 2008. Côté pneumatique, Tech3 signe avec le manufacturier français Michelin qui équipera aussi la Yamaha officielle de Jorge Lorenzo[41]. Les dernières saisons difficiles ne permettent pas à l'équipe d'attirer un sponsor principal, laissant les Yamaha tricolores partiellement vierge[42]. Pour les pilotes, l'équipe alignera une paire anglo-saxone, avec Colin Edwards et James Toseland. Le premier cité a dû laissé sa place dans l'équipe officielle pour accueillir Lorenzo. Il a le grand avantage d'avoir piloté en 2007 la Yamaha chaussé de Michelin. Toseland arrive lui du Superbike après avoir remporté son 2e titre dans la catégorie.

Avec cet ensemble plus solide, la saison de Tech3 est de bien meilleure qualité et voit même les tricolores retrouver le podium à domicile et au Pays-Bas grâce à Edwards. Avec la pole position en Chine, l'américain signe une excellente saison qui le voit terminer 7e et 1er pilote indépendant, une première pour l'équipe de Poncharal. La saison fut moins éclatante pour Toseland, mais il a su montrer une grande constance en signant neuf top 10, dont six 6e place et de bonnes qualifications. Il termina à la 11e place de ce championnat 2008.

En 2009, et pour la première fois depuis 2003, l'équipe aligna le même duo de pilote une seconde saison de suite. Les bons résultats de la saison précédente permirent à Poncharal de signer un nouveau sponsor titre pour deux ans, Monster Energy[43]. Cette fois équipé de Bridgestone, manufacturier unique du MotoGP, Colin Edwards fit mieux que la saison passée : avec une 2e place dans les conditions humides de la Grande-Bretagne et six top 5 pour un seul abandon, l'américain termina 5e de la saison et à nouveau meilleur indépendant. Pour Toseland par contre, cette deuxième saison ne confirma pas la progression entrevue en 2008. Avec uniquement six top 10, l'anglais terminera finalement à la 14e place avec 13 points de moins que la saison précédente.

Alors qu'il ne devait débuter chez Tech3 qu'en 2011[44], Ben Spies vit son transfert depuis le Superbike avancé à 2010 en récompense de son titre dès sa première année. En échange, James Toseland récupéra le guidon de Spies pour retrouver une catégorie qui l'avait vu briller[45]. Ce duo d'américains permit à Tech3 de signer leur meilleur saison d'ensemble depuis leur arrivée en MotoGP. Si Edwards marqua un peu le pas comparé aux 2 saisons précédentes, sa saison resta de bonne facture avec neuf top 10 et une cinquième place pour meilleur résultat au Japon. Il inscrit finalement les 103 points de la 11e place. De son côté, Spies a impressionné le MotoGP en signant la 3e place dès sa cinquième course et la 2e place assortie de la pole à Indianapolis. Avec à sept autres top 5, le jeune américain termina la saison à la 6e position au championnat pilote et meilleur rookie, prenant la suite de son coéquipier pour la place de 1er indépendant.

L'année 2010 voyait aussi le remplacement du 250 cm3 par le Moto2, catégorie avec un moteur Honda 600 cm3 et pneus Dunlop identiques autour de châssis développés par les écuries. L'écurie Tech3 saisi l'opportunité de ce changement pour construire son propre prototype, le Mistral 610, en espérant le vendre ensuite à d'autres écuries. L'écurie fit donc son retour dans le championnat intermédiaire, avec comme pilote Yuki Takahashi et Raffaele De Rosa. Armé de ce châssis nés de l'esprit de Guy Coulon[46], le pilote japonais réussit à remporter le Grand Prix de Catalogne, où Spies fit second en MotoGP, et à terminer deuxième en République Tchèque. Malgré cette réussite, le reste de la saison fut beaucoup plus décevant pour l'écurie avec la 12e place au général pour Takahashi et la 27e pour De Rosa.

L'année 2011 vit le transfert du prometteur Ben Spies vers la Yamaha Factory Racing en remplacement de Valentino Rossi. En quête d'un second pilote pour épauler Colin Edwards[47], Tech3 se tourna à nouveau vers les pilotes de la marque aux diapasons dans le championnat Superbike et recruta Cal Crutchlow, vainqueur du Supersport dès sa première années et 5e du SBK avec trois victoires[48]. L'année en MotoGP fut moins bonne que la précédente malgré un nouveau podium d'Edwards en Grande-Bretagne. L'américain présenta une bonne régularité, dix top 10 et un seul abandon, mais une vitesse insuffisante pour viser plus haut que la 9e place au général. Crutchlow connu une première année un peu plus compliqué, avec cinq abandons et quatre top 10. Néanmoins, sa quatrième place lors du dernier Grand Prix de Valence laissa entrevoir de belles promesses.

En Moto2, l'équipe enregistre trois motos, pour le français Mike Di Meglio, le belge Xavier Siméon et le britannique Bradley Smith. Bien que débutant dans la catégorie, le dernier cité confirma les espoirs placés en lui et réussit une brillante saison en montant trois fois de suite sur le podium, deux 3e ou une seconde place. Il terminera finalement 7e du championnat quand ses coéquipiers montraient plus de difficulté à rentrer régulièrement dans les points, Di Meglio terminant finalement 23e et Siméon 26e. Fort de cette réussite, Smith signa d'ailleurs un contrat de 3 ans avec Tech3, assurant sa présence en MotoGP en 2013 et 2014[49].

Mais 2011 signa aussi la fin de l'aventure avec Colin Edwards. Souhaitant se lancer l'année suivante dans la nouvelle catégorie CRT (en), l'américain fait pression sur Yamaha et Tech3 pour lui fournir moteur et châssis. L'écurie française se positionne favorablement et charge Guy Coulon et Nicolas Goyon de construire le prototype. Néanmoins, le projet ne sera pas prêt pour 2012. Le contrat entre l'écurie française et la marque aux diapasons finissant en 2013, Hervé Poncharal ne veut pas donner l'impression aux japonais qu'il se désengage de leur accord[50]. Ainsi, Colin Edwards quitte Tech3 vers l'écurie NGM Mobile Forward Racing et un guidon d'une Suter - BMW[51].

2012 - 2017 : Tech3 meilleure écurie indépendanteModifier

Colin Edwards parti, Tech3 doit maintenant trouvé un équipier à Cal Crutchlow. Repsol Honda Team engageant exceptionnellement trois motos en 2011, l'écurie doit faire un choix et se sépare du seul pilote qui n'a pas remporté de victoire malgré sa 3e place finale : Andrea Dovizioso. L'italien est donc engagé pour un an chez les français, espérant prouver sa capacité à remporter des Grand Prix[52].

Bien qu'il n'ait inscrit aucune victoire, l'année 2012 permit à Dovizioso de briller au guidon de la Yamaha. En dehors de trois rendez-vous, il termina l'ensemble toutes les courses dans le top 5, compilant notamment six 3e place. Son année se termina à la 4e place au général devant la deuxième moto de l'écurie officielle. De l'autre côté du box, Cal Crutchlow réussit aussi une belle saison avec la 7e place finale, réussissant deux 3e place et sept autres top 10. Cette saison 2012 représente la meilleure saison de Tech3 en catégorie reine.

En Moto2, malgré les réussites de l'année passée, Tech3 ne réussit pas à vendre son châssis à d'autres équipes. Pour cette saison, l'écurie reconduit Smith et Siméon. Ce dernier ne réussit qu'un top 10 et quelques rares entrée dans les points, valant la 21e place finale. Malgré 9 top 10 avec une 4e place comme meilleur résultat, le britannique termina lui avec 9 points en moins qu'en 2011 et la 9e place au général.

Comme convenu dans son contrat, Tech3 confirma Bradley Smith au guidon de la Yamaha MotoGP pour 2013[53]. Fort de sa réussite l'année passée, Dovizioso ne passa pas une autre saison chez Tech3. Le retour de Rossi dans l'écurie officielle Yamaha lui permit de signer un contrat de deux ans avec Ducati[54]. Ainsi, Tech3 poursuivi sa collaboration en 2013 avec Cal Crutchlow qui espérait suffisamment se montrer pour intégrer l'année suivante une équipe d'usine. Le duo de britannique réussit une très belle saison. Crutchlow confirma son potentiel en signant deux pôle position, deux 2e place et deux 3e place. Il termina l'année à la 5e place derrière les officiels Honda et Yamaha. Smith réussit lui aussi une solide première saison en réussissant treize top 10, avec trois 6e place comme meilleur résultat. L'année se conclut pour lui à la 10e place au général.

En Moto2, la saison fut très compliquée. La Mistral 610 aux mains de Danny Kent et Louis Rossi, les nouveaux pilotes, peine à rentrer dans le top 10. Le britannique réussit cette performance six fois contre deux pour le jeune français. Ils termineront respectivement 22e et 24e au général. Ces mauvais résultats conduiront à leur renvoi à la fin de la saison[55].

Pour 2014, l'équipe varoise et Yamaha s'accordent les services du champion Moto2 2013 Pol Espargaró[56]. Frustré par ce choix et voyant la place de pilote titulaire de l'écurie d'usine s'éloigner, Crutchlow quitta Tech3 et rejoignit Andrea Dovzioso chez Ducati[57],[58]. Après sa saison prometteuse, Smith garde son guidon une deuxième année. Si l'année fut meilleure pour l'anglais, qui signa son premier podium en Australie, une 3e place, ses nombreuses chutes ne lui permirent pas d'augmenter significativement son classement au point de menacer son avenir avec Tech3[59]. Avec une 8e place au général, le résultat est correct mais son coéquipier espagnol, s'il fut moins flamboyant, montra une performance plus régulière. Si Espargaro connu quatre abandons durant l'année, il termina l'ensemble des autres courses dans les points, finissant toujours entre la 9e et la 4e place. Avec 15 points de plus que son coéquipier, le pilote espagnol conclut l'année à la 6e place, meilleur rookie et meilleur indépendant.

En Moto2, l'année 2014 vit un nouveau binôme de pilote pour remplacer Kent et Rossi : l'allemand Marcel Schrötter, possédant un an et demi d'expérience dans la catégorie, et Álex Mariñelarena (en), jeune pilote espagnol. Néanmoins, le dernier cité ne pourra prendre aucun départ et verra sa carrière s'arrêter suite à une grave chute lors d'essais d'avant-saison sur le Circuit Paul Ricard[60],[61]. Pour le remplacer dans l'urgence, Hervé Poncharal fit appel à Ricard Cardús, espagnol expérimenté dans la catégorie. Les résultats pour l'équipe furent plus intéressant que l'année précédente puisque le pilote allemand se classa très régulièrement dans le top 15 et top 10 des Grand Prix, finissant à la 10e place au général. Quant à Cardús, l'année fut plus compliquée mais permis quelques éclats, comme une 7e place en Catalogne à la faveur de nombreux abandons et une 9e place au Japon. Il termina l'année à la 18e place.

L'année 2015 vit Tech 3 aligner le même duo en MotoGP et Moto2[62],[63]. L'année 2015 voit Smith terminer sixième du championnat pilote avec un podium à Misano et plusieurs places d'honneur et Espargaró terminer neuvième au général. En revanche, la saison 2016 s'avère plus délicate : Smith, blessé en cours de saison, se voit remplacé par Alex Lowes pour 3 Grands Prix et ne termine que seizième au général. Son équipier espagnol achève sa campagne 2016 au huitième rang du championnat pilote. C'est également la première fois depuis 2007 que Tech3 n'obtient aucun podium en cours de saison.

Pour la saison 2017, le duo Tech 3 est intégralement renouvelé, en raison des départs de Smith et Espargaró chez la nouvelle équipe usine KTM. Les rookies Johann Zarco et Jonas Folger, issus du Moto 2, sont engagés. Ce nouveau duo fait très vite des étincelles, Zarco figurant en tête de nombreux Grands Prix au cours de la saison (dès le Grand Prix inaugural au Qatar) et signant 3 podiums et 2 pôles positions, et Folger enchaînant les Tops 10 et terminant deuxième sur son Grand Prix National en Allemagne, se payant même le luxe de se battre pour la victoire avec Marc Marquez. Hélas, en raison de problèmes de santé, Folger ne peut aller au bout de sa saison, et se retrouve remplacé tour à tout par Kohta Nozane, Brock Parkes et Michael Van der Mark.

Devant rempiler avec le duo de 2017, Hervé Poncharal doit, début 2018, trouver un remplaçant à Jonas Folger, forfait pour la saison 2018. Il se tourne avec le malaisien Hafizh Syahrin, pour épauler Johann Zarco. Dans le même temps, Tech3 annonce la fin de son partenariat historique avec Yamaha pour s'associer à KTM à partir de 2019. Zarco termine sa saison à la sixième place au général avec 3 nouveaux podiums quand Syahrin achève sa première saison en catégorie reine à la seizième place au général.

Les années KTMModifier

2019 marque les débuts de la collaboration entre Tech3 et KTM en MotoGP. A cette occasion, l'équipe française s'adjoint les services de Miguel Oliveira, alors vice-champion du monde en titre en Moto2, pour épauler Hafizh Syahrin et remplacer Johann Zarco, promu dans l'équipe Red Bull KTM Factory.

Red Bull devient le nouveau sponsor titre de l'équipe, en lieu et place de Monster Energy, et Elf devient le nouveau partenaire technique de Tech3, remplaçant Motul.

Malgré 9 entrées dans les points pour le portugais et quatre pour le malaisien, cette première année avec KTM se révèle difficile pour l'équipe varoise. Avec une dixième place au championnat par équipe et 40 points marqués, Tech3 réalise sa plus mauvaise saison en catégorie reine. Oliveira termine seizième au général quand Syahrin termine vingt-troisième.

La nouvelle association entre KTM et Tech3 s'étend également en Moto2, avec la fourniture de motos KTM. Marco Bezzecchi et Philipp Öttl sont recrutés en lieu et place de Bo Bendsneyder et Remy Gardner. L'italien termine vingt-troisième du championnat quand son équipier allemand termine trentième.

Tech3 s'engage également en MotoE, nouvelle catégorie des Grand Prix Moto réservée aux motos électriques, avec Héctor Garzó et Kenny Foray.


Pour 2020, Iker Lecuona est promu aux côtés de Miguel Oliveira, Hafizh Syahrin se réorientant en Moto2.

KTM s'étant désengagée du Moto2, Tech3 s'en désengage également pour rejoindre le Moto3, toujours avec le soutien de KTM. Deniz Öncü et Ayumu Sasaki sont titularisés dans ce nouveau projet. Lukas Tulovic (it) et Tommaso Marcon deviennent quant à eux les nouveaux titulaires de l'équipe en MotoE.

Dès les quatre premiers Grand Prix, Oliveira se montre en mesure de se battre pour le Top 10 se montrant très rapide en qualification et en course. Au Grand Prix de Styrie, cinquième épreuve de la saison disputée sur le Circuit de Spielberg, le pilote portugais parvient à se battre pour la victoire face à Pol Espargaró et Jack Miller. Profitant d'un écart de ses 2 adversaires lors du dernier virage du dernier tour de course pour prendre la tête de la course, Miguel Oliveira remporte sa première victoire en MotoGP, offrant par la même occasion à Tech3 son premier succès en catégorie reine[64].

Liste des pilotesModifier

Moto GP / 500 cm3Modifier

Saison Pilote
2001 19   Olivier Jacque
56   Shinya Nakano
2002 19   Olivier Jacque
56   Shinya Nakano
2003 4   Alex Barros
19   Olivier Jacque
2004 17   Norifumi Abe
33   Marco Melandri
2005 11   Rubén Xaus
24   Toni Elías
94   David Checa
2006 7   Carlos Checa
77   James Ellison
2007 6   Makoto Tamada
50   Sylvain Guintoli
2008 5   Colin Edwards
52   James Toseland
2009 5   Colin Edwards
52   James Toseland
2010 5   Colin Edwards
11   Ben Spies
2011 5   Colin Edwards
35   Cal Crutchlow
41   Josh Hayes
2012 4   Andrea Dovizioso
35   Cal Crutchlow
2013 35   Cal Crutchlow
38   Bradley Smith
2014 38   Bradley Smith
44   Pol Espargaró
2015 38   Bradley Smith
44   Pol Espargaró
2016 22   Alex Lowes
38   Bradley Smith
44   Pol Espargaró
2017 5   Johann Zarco
23   Broc Parkes
31   Kohta Nozane
60   Michael van der Mark
94   Jonas Folger
2018 5   Johann Zarco
55   Hafizh Syahrin
2019 88   Miguel Oliveira
55   Hafizh Syahrin
2020 88   Miguel Oliveira
27   Iker Lecuona
Légende
Pilotes titulaires
Pilotes invités
Pilotes remplaçants

Moto 2Modifier

Saison Pilote
2010 35   Raffaele De Rosa
72   Yuki Takahashi
2011 19   Xavier Siméon
38   Bradley Smith
63   Mike Di Meglio
2012 19   Xavier Siméon
38   Bradley Smith
81   Jordi Torres
2013 46   Decha Kraisart
52   Danny Kent
96   Louis Rossi
99   Lucas Mahias
2014 23   Marcel Schrötter
46   Decha Kraisart
65   Chalermpol Polamai
88   Ricard Cardús
2015 23   Marcel Schrötter
88   Ricard Cardús
97   Xavi Vierge
2016 32   Isaac Viñales
97   Xavi Vierge
2017 14   Héctor Garzó
60   Julián Simón
87   Remy Gardner
97   Xavi Vierge
2018 14   Héctor Garzó
64   Bo Bendsneyder
87   Remy Gardner
2019 65   Philipp Öttl
72   Marco Bezzecchi
Légende
Pilotes titulaires
Pilotes invités
Pilotes remplaçants

Victoires en MotoGP : 1Modifier

Année Lieu du Grand Prix Circuit Ville Pilote
2020   Grand Prix moto de Styrie Circuit de Spielberg Spielberg   Miguel Oliveira
2020 Grand Prix moto du Portugal Autódromo Internacional do Algarve Portimão   Miguel Oliveira

Notes et référencesModifier

  1. Marc Sériau, « MotoGP Portrait Hervé Poncharal : Les années Honda… (Part 3) », sur paddock-gp.com, (consulté le 20 août 2020).
  2. Aurélie Drouard, « Envie de découvrir le Team Tech3 ? Suivez le guide », sur caslisto5.wordpress.com, (consulté le 20 août 2020).
  3. Franck GRISWARD, « Un Lotois à l'origine du titre d'Olivier Jacques », sur ladepeche.fr, (consulté le 20 août 2020).
  4. Red Bull KTM Tech3, « Tech3 - Épisode 1 : La création du team », sur motogp.com, (consulté le 20 août 2020).
  5. Jean Coutu, « MotoGP : Tech3 a 30 ans et voici comment tout a commencé », sur paddock-gp.com, (consulté le 20 août 2020).
  6. a b c d et e David Jouguet, « 2. Les débuts de Tech 3 jusqu'à l'aventure Suzuki », sur caradisiac.com, (consulté le 20 août 2020).
  7. Guy Caron, « Tech3 et les pilotes français, une relation durable (1/2) », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 août 2020)
  8. Nicolas Pascual, « Kocinski, pas comme les autres », sur paddock-gp.com, (consulté le 21 août 2020)
  9. a b c d e f et g David Jouguet, « 3. L'arrivée de Ruggia et la révélation d'Olivier Jacques », sur caradisiac.com, (consulté le 21 août 2020)
  10. (nl) jumpingjack.nl, « Grand Prix 1994 (14 stuks) », sur jumpingjack.nl (consulté le 21 août 2020)
  11. moto-station.com, « LE TEAM TECH 3 À SA PLACE EN MOTOGP ? », sur moto-station.com, (consulté le 21 août 2020)
  12. racingmemo.free.fr, « CHAMPIONNAT DU MONDE DE VITESSE MOTO 1995 - CLASSEMENTS COMPLETS », sur racingmemo.free.fr (consulté le 21 août 2020)
  13. Florine Martet, « Histoire pilote : Jean-Philippe Ruggia », sur lerepairedesmotards.com, (consulté le 21 août 2020)
  14. a et b David Jouguet, « 4. L'arrivée de Yamaha jusqu'au début des motoGP », sur caradisiac.com, (consulté le 21 août 2020).
  15. Yamaha, « JACQUE : CHAMPION DU MONDE 250 », sur yamaha-community.fr (consulté le 24 août 2020)
  16. motogp.com, « Jacque - Nakano : Une lutte pour le titre jusque dans la dernière ligne droite », sur motogp.com, (consulté le 24 août 2020)
  17. (en) motogp.com, « Historic Battles -- Jacque vs Nakano », sur youtube.com, (consulté le 24 août 2020)
  18. Dino Di Meo, « Olivier Jacque sur ses grands chevaux », sur liberation.fr, (consulté le 24 août 2020)
  19. Marc Sériau, « Tour d’horizon des francophones du paddock MotoGP : Hervé Poncharal », sur paddock-gp.com, (consulté le 24 août 2020)
  20. motogp.com, « Jacque et Nakano rejoignent le camp des 4-temps à Sepang », sur motogp.com, (consulté le 24 août 2020)
  21. Dino Di Meo, « Jacque à terre, tout sourit à Rossi », sur liberation.fr, (consulté le 24 août 2020)
  22. a et b (en) motogp.com, « Yamaha sign Barros and Melandri and unveil MotoGP plans », sur motogp.com, (consulté le 24 août 2020)
  23. Eurosport, « Nakano chez D’Antin », sur eurosport.fr, (consulté le 24 août 2020)
  24. Libération, « Barros à l'anglaise chez Honda », sur liberation.fr, (consulté le 24 août 2020)
  25. Florian Martet, « Pilote de légende : Olivier Jacque », sur lerepairedesmotards.com, (consulté le 24 août 2020)
  26. Libération, « Olivier Jacque sans guidon », sur liberation.fr, (consulté le 24 août 2020)
  27. Yamaha, « ROSSI REJOINT YAMAHA (2003) », sur yamaha-community.fr, (consulté le 25 août 2020)
  28. a et b motogp.com, « Yamaha confirme Abe en remplacement de Barros », sur motogp.com, (consulté le 25 août 2020)
  29. a et b David Jouguet, « 5. Tech 3 de 2003 à aujourd'hui », sur caradisiac.com, (consulté le 25 août 2020)
  30. (en) Peter McLaren, « Xaus desperate to ditch 'Ducati style`. », sur crash.net, (consulté le 25 août 2020)
  31. sponsoring.fr, « ALTADIS ATTAQUE YAMAHA », sur sponsoring.fr, (consulté le 26 août 2020)
  32. T.L., « Carlos Checa a signé chez Tech 3 », sur motomag.com, (consulté le 26 août 2020)
  33. (en) Peter McLaren, « Checa signs for Tech 3 Yamaha. », sur crash.net, (consulté le 26 août 2020)
  34. motogp.com, « Poncharal analyse la pré-saison de Tech3 Yamaha », sur motogp.com, (consulté le 26 août 2020)
  35. (en) Peter McLaren, « Tech 3 "worried for James" », sur crash.net, (consulté le 26 août 2020)
  36. (en) Peter McLaren, « Dunlop increases MotoGP effort », sur crash.net, (consulté le 26 août 2020)
  37. a et b T.L., « MotoGP 2007 : Sylvain Guintoli chez Yamaha Tech 3 », sur motomag.com, (consulté le 26 août 2020)
  38. (en) Peter McLaren, « Tamada joins Tech 3 Yamaha, Dunlop stays », sur crash.net, (consulté le 26 août 2020)
  39. motogp.com, « Tech3 met fin à son partenariat avec Dunlop », sur motogp.com, (consulté le 26 août 2020)
  40. motogp.fr, « Tech3 pense déjà à 2008 », sur motogp.com, (consulté le 26 août 2020)
  41. Visordown News, « MOTOGP: TECH3 YAMAHA WILL RUN MICHELIN IN 2008 », sur visordown.com, (consulté le 26 août 2020)
  42. David Jouguet, « Tech 3 a obtenu un nouveau sponsor », sur caradisiac.com, (consulté le 26 août 2020)
  43. motogp.com, « Monster Energy, nouveau sponsor-titre de Tech 3 », sur motogp.com, (consulté le 26 août 2020)
  44. LE JOURNAL MOTO DU NET, « Yamaha confirme Ben Spies en MotoGP en 2011 ! », sur moto-net.com, (consulté le 26 août 2020)
  45. LE JOURNAL MOTO DU NET, « MotoGP 2010 : Ben Spies débarque chez Tech3 ! », sur moto-net.com, (consulté le 26 août 2020)
  46. Paul-Emile Viel, « Technique Moto2 : La Mistral M610, la plus française des Moto2 », sur paddock-gp.com, (consulté le 26 août 2020)
  47. (en) Mark Wernham, « Colin Edwards re-signs with Monster Tech 3 Yamaha for 2011 MotoGP », sur cycleworld.com, (consulté le 27 août 2020)
  48. (en) Matt Beer, « Tech 3 signs Crutchlow for 2011 », sur autosport.com, (consulté le 27 août 2020)
  49. (en) Peter McLaren, « Smith signs long tern Tech 3 deal », sur crash.net, (consulté le 27 août 2020)
  50. Thierry Leconte, « Tech3 se lance dans la construction de châssis CRT en motoGP », sur cybermotard.com, (consulté le 27 août 2020)
  51. André Lecondé, « Moto GP - 2012: Colin Edwards voulait une Tech3 Yamaha et il aura la Suter BMW », sur caradisiac.com, (consulté le 27 août 2020)
  52. (en) David Emmett, « Andrea Dovizioso To Move To Monster Tech 3 Yamaha For 2012 », sur motomatter.com, (consulté le 27 août 2020)
  53. Eurosport, « TECH 3 OFFICIALISE SMITH », sur eurosport.fr, (consulté le 27 août 2020)
  54. (en) Nancy Knapp Schilke, « Ducati will have an Italian star on their Desmosedici in 2013 after signing Dovizioso », sur motorsport.com, (consulté le 27 août 2020)
  55. Jean-Louis Bernadelli, « MotoGP : Tech3 vire ses deux pilotes en Moto2 ! », sur motoservices.com, (consulté le 27 août 2020)
  56. (en) « Pol Espargaro signs for Monster Yamaha Tech3 », sur motogp.com, (consulté le 28 août 2020)
  57. Jean-Louis Bernadelli, « MOTOGP: DIVORCE CHEZ TECH3, CRUTCHLOW VEUT SE BARRER… », sur autonewsinfo.com, (consulté le 28 août 2020)
  58. Seb de Malfin, « MotoGP - Cal Crutchlow signe pour deux ans chez Ducati. », sur motoplanete.com, (consulté le 28 août 2020)
  59. (en) David Emmett, « Bradley Smith Retains Tech 3 MotoGP Ride For 2015 », sur motomatters.com, (consulté le 28 août 2020)
  60. Bruno Gillet, « ALEX MARINELARENA DANS LE COMA APRÈS UNE CHUTE », sur moto-station.com, (consulté le 28 août 2020)
  61. « Alex Marinelarena se retire. Hervé Poncharal témoigne! », sur gp-inside.com, (consulté le 28 août 2020)
  62. (en) Louis Suddaby, « Smith Stays On With Tech 3 For 2015 », sur thecheckeredflag.co.uk, (consulté le 28 août 2020)
  63. « En 2015 il y aura plus de Mistral 610 que de Suter en Moto2 », sur gp-inside.com, (consulté le 28 août 2020)
  64. motogp.com, « Oliveira fait retentir l’hymne portugais en Styrie ! », sur motogp.com, (consulté le 23 août 2020)

Lien externeModifier