Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Takapoto.

Tatakoto
Vue satellite de la NASA
Vue satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 17° 20′ 00″ S, 138° 24′ 00″ O
Superficie 7,3 km2
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Tatakoto
Démographie
Population 265 hab. (2017[1])
Densité 36,3 hab./km2
Plus grande ville Tumukuru
Autres informations
Découverte 1774
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Tatakoto
Tatakoto

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Tatakoto
Tatakoto
Atolls en France

Tatakoto est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Celui-ci est le chef-lieu de la commune de Tatakoto.

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

Tatakoto est l'un des atolls des Tuamotu les plus isolés des Tuamotu et est situé à 1 182 km à l'est de Tahiti. L'atoll le plus proche est Pukarua, qui se trouve à 170 km au sud-est. De forme allongée, il fait 14 km de longueur et 3,5 km de largeur maximales pour une surface de terres émergées de 7,3 km2. Il comporte un lagon de 20 km2 dépourvu de passe navigable.

DémographieModifier

En 2017, la population totale de Tatakoto est de 265 personnes[1],[2] principalement regroupées dans le village de Tumukuru situé à la pointe ouest de l'atoll ; son évolution est la suivante :

1983 1988 1996 2002 2007 2012 2017
184 219 247 253 228 287 265
Sources ISPF[3] et Gouvernement de la Polynésie française.

HistoireModifier

Découverte par les EuropéensModifier

La première mention de Tatakoto semble avoir été faite simultanément par deux marins espagnols Domingo de Boenechea[4] et José de Andía y Varela qui partant du Pérou ont débarqué sans se rencontrer le sur l'atoll. Il fut alors dénommé San Narciso, du nom du saint de l'éphéméride du jour de la découverte. L'île a été ensuite visitée par les Français qui la nommèrent Île d'Augier et les Britanniques qui l'appelèrent Clerkes Island[5].

Période moderneModifier

Au XIXe siècle, Tatakoto devient un territoire français peuplé alors d'environ 120 habitants autochtones vers 1850[6], où se développe la culture de cocotiers. Au début du XXe siècle, l'atoll est évangélisé avec la fondation de la paroisse de l'Immaculée conception en 1868, puis la construction de l'église homonyme en 1957 rattachée au diocèse de Papetee[7].

Lors de l'éclipse solaire totale du 11 juillet 2010, l'atoll de Tatakoto était l'un des lieux terrestres où la magnitude (1,055) et la durée (4 min 22 s) de l'éclipse étaient les plus importantes au monde[8].

ÉconomieModifier

L'économie de l'île est principalement orientée historiquement vers l'exploitation de la cocoteraie, recouvrant l'ensemble du principal motu au nord, pour la coprah. Initiée en 2001, l'aquaculture du bénitier Tridacna maxima (koeha en paumotu), qui est fortement présent dans le lagon (particulièrement adapté à l'élevage des nassains – tout comme celui de Fangatau, associé au projet – aboutissant à des densités de concentrations uniques au monde avec plus de 500 individus/m2), est pratiquée à des fins de consommation de la chair en Polynésie et d'exportation pour l'aquariophilie européenne et asiatique avec la délivrance en 2010 des concessions d'exploitation[9]. Cette dernière activité, très réglementée et gérée par le Service de la pêche (SPE)[2] au sein de fermes aquacoles couvrant en 2012 plus de 50 hectares du lagon (environ 3 % de sa surface totale), est de plus en plus importante et rémunératrice pour les habitants de l'atoll[9],[10].

Un petit aérodrome est inauguré en 1979 au sud du village de Tumukuru avec une piste de 1 200 m de longueur. Il accueille, en moyenne, environ 100 à 175 vols et 2 000 à 3 000 passagers par an, dont la moitié en transit[11].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Recensement de 2017 – Répartition de la population de la Polynésie française par îles, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  2. a et b Atlas de Polynésie : Tatakoto, Direction des ressources marines du Gouvernement de la Polynésie française, consulté le 9 avril 2019.
  3. Population, naissances et décès entre deux recensements (RP), Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  4. Pierre-Yves Toullelan, Tahiti et ses archipels, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  5. J.L. Young, Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known, The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  6. Étienne Avalle, Notices sur les colonies françaises, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 641.
  7. Paroisse de l'Immaculée conception sur le site l'archidiocèse de Papeete.
  8. (en) Dylan Evans, « Totality: Eclipses of the Sun », Oxford University Press, 2008, (ISBN 978-0-19-157994-3) p. 252.
  9. a et b L’aquaculture du bénitier sur le site du Service de la pêche de la Polynésie française.
  10. « L’aquaculture de bénitier à Tatakoto : un projet en bonne voie », tahiti-infos, 12 mars 2012.
  11. Statistiques de l'aérodrome de Tatakoto, Union des aéroports français, consulté le 28 février 2019.