Ouvrir le menu principal

Tata Motors

constructeur automobile indien

Tata Motors
logo de Tata Motors
illustration de Tata Motors
Bombay House, siège de Tata Motors

Création 1945
Dates clés 2004 : Rachat de la branche de camions de Daewoo
Mars 2008 : rachat de Jaguar et Land Rover au groupe Ford
Octobre 2009 : Rachat du constructeur d'autobus espagnol Hispano
Fondateurs Famille Tata
Personnages clés Ratan N. Tata
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Bombay (500570), National Stock Exchange (TATAMOTORS) et New York Stock Exchange (TTM)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan More car, per car
Siège social Bombay, Maharashtra
Drapeau d'Inde Inde
Direction Natarajan Chandrasekaran (PCA)
Guenter Butschek (CEO)
Président Natarajan Chandrasekaran (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Groupe Tata
Activité Automobiles
Produits Automobiles, Véhicules commerciaux et autobus
Société mère Drapeau de l'Inde Groupe Tata
Filiales Jaguar Land Rover
Tata Daewoo Commercial Vehicle
Tata Hispano
Effectif 27 948 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.tatamotors.com
Tata Indica
Tata Sumo

Tata Motors Limited (en hindi : टाटा मोटर्स), anciennement connu sous le nom de TELCO (TATA Engineering and Locomotive Company), est la plus importante compagnie indienne de fabrication de véhicules personnels et commerciaux. Elle fait partie du Groupe Tata et son siège social est à Mumbai, dans l’État du Maharashtra.

ChronologieModifier

  • Septembre 2008 : arrêt de la construction de l'usine de Singur, près de Calcutta, où devaient être produits les modèles Tata Nano, à la suite de manifestations d'agriculteurs et de militants politiques.
  • 18 décembre 2008 : Tata signe un contrat avec la Scuderia Ferrari. Ce contrat annonce la fourniture de logiciels, mais aussi ce sera la première fois que le logo d'une marque indienne apparaît sur la carrosserie de la F2009.
  • Janvier 2009 : suppression de 450 postes chez Jaguar-Land Rover en raison de la chute des ventes des véhicules de luxe[3].
  • Octobre 2009 : Tata Motors rachète le constructeur d'autobus espagnol Hispano.
  • 2013 : fin 2013, après 5 ans de tests et de validation du concept, Tata Motors devait lancer, en Inde, les premiers véhicules commerciaux au monde, à rouler à l'air comprimé (moteurs conçus par la société française MDI) et baptisés " Mini CAT "[4] ; ces voitures n'ont jamais été commercialisées.
  • Le 26 janvier 2014, son PDG Karl Slym est retrouvé mort dans un palace thaïlandais[5].
  • Le 15 février 2016, l'allemand Guenter Butschek, ancien directeur de l'exploitation d'Airbus, est nommé à la direction de Tata Motors[6].

La coentreprise Fiat TataModifier

Le groupe Fiat et Tata Motors avaient déjà uni leurs forces commerciales sur le marché indien, puisque c'est le réseau Tata, renforcé par les dealers Fiat Premier, qui commercialisait depuis mars 2006 les automobiles Fiat et Tata fabriquées localement. Cet accord a été rompu le 2 mai 2012, l'italien reprenant à son compte la distribution et la commercialisation de ses modèles sur le marché indien.

Cette coentreprise concerne la partie industrielle, la fabrication de véhicules, de moteurs et transmissions (FPT - Fiat Powertrain Technologies) est déjà opérationnelle sur un tout nouveau site de production Fiat India à Ranjangaon dans l'état indien de Maharashtra. La construction de la nouvelle Fiat Palio a déjà débuté dans l'usine de Ranjangaon.

L'accord signé a permis de commencer la fabrication très rapidement des nouveaux modèles déjà connus en Europe, comme les Fiat Grande Punto et Fiat Linea. Les parties mécaniques comme le réputé moteur Diesel Fiat 1,3 litre Multijet, les moteurs essence 1,2 litre FIRE et 1,4 litre MultiAir y sont également fabriqués.

L'usine dispose d'une ligne spécifique pour un futur modèle Tata. Le site de Ranjangaon est dimensionné pour produire, à plein régime, 100 000 automobiles et 200 000 moteurs et transmissions par an.

L'investissement global a atteint 650 millions d'euros et occupera plus de 4 000 salariés.

Les modèlesModifier

Notes et référencesModifier

Lien externeModifier