Tarek Maaroufi

militant islamiste tunisien

Tarek Maaroufi, de son nom complet Tarek ben Habib ben al-Toumi al-Maaroufi (arabe : طارق بن الحبيب بن التومي المعروفي) alias Abou Ismail el Jendoubi (arabe : أبو اسماعيل الجندوبي), né le à Ghardimaou[1], est un militant islamiste tunisien.

Tarek Maaroufi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
طارق معروفيVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Tarek ben Habib ben al-Toumi al-MaaroufiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Tunisienne
Belge ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Natif du gouvernorat de Jendouba en Tunisie, il obtient en 1993 la nationalité belge[2].

En mars 1995, Tarek Maaroufi est arrêté par les autorités belges avec des membres du Groupe islamique armé et condamnés à trois ans de prison avec sursis[3].

En 2000, il fonde avec Abou Iyadh le Groupe combattant tunisien qui est listé le par le Conseil de sécurité des Nations unies comme lié au mouvement islamiste Al-Qaïda [4]. Maaroufi est lui-même inscrit par le Conseil de sécurité sur la liste des sanctions d'Al-Qaïda le [1].

Tarek Maaroufi est arrêté le et poursuivi par la justice belge pour complicité dans l'assassinat d'Ahmed Chah Massoud, chef de l'Alliance du Nord afghane, pour avoir fourni des faux papiers à l'un des meurtriers[5]. Il est condamné à une peine de six ans de prison[6].

Le , il est déchu de sa nationalité belge, devenant ainsi le premier Belge à perdre sa nationalité depuis la Seconde Guerre mondiale[7].

Le , à la suite de l'amnistie générale prononcée en Tunisie, il regagne son pays natal[5].

RéférencesModifier