Ouvrir le menu principal
Le palais de Ctésiphon ou Taq Kasra, en 1932

Le taq-e Kisra ou Taq Kasra[1] (littéralement : iwan de Chosroès ; en persan : طاق كسرى) est un monument perse sassanide en ruines situé aujourd'hui en Irak, à 35 kilomètres au sud-est de Bagdad. C'est le seul vestige visible de l'antique cité de Ctésiphon (appelée par les Arabes Al-Madaïn). Il a été construit par Chosroès, après une campagne contre les Byzantins en l'an 540.

Taq-e Kisra est considéré comme le symbole de l'Empire Perse durant la dynastie sassanide.[2] L'arc, le plus grand jamais construit à cette époque, mesure 37 mètres de hauteur, 27 mètres de largeur et 50 mètres de longueur. La forme de l'arc s'approche d'une loi mathématique : la « chaînette renversée », appelée ainsi par Huygens en 1691[3]. L'arc était situé au milieu de la façade de l'ensemble, appelé « le palais Blanc ».

Pendant l'expansion islamique du VIIe siècle, le palais est en partie détruit. Selon les historiens, l'autodafé des immenses bibliothèques perses par les troupes musulmanes, contenant tout le savoir de l'empire sassanide dura plus de six semaines, d'un feu continu, nuit et jour. En 1888, une crue du Tigre provoque l'effondrement d'un tiers de l'édifice et en 1909, une partie de la façade nord s'effondre. Celle-ci est restaurée à partir de 1975. Sa reconstruction, entreprise par Saddam Hussein, a été interrompue en 1991.

En 2018, Pejman Akbarzadeh a réalisé le premier documentaire sur Taq Kasra. Le film a été présenté dans divers musées et conférences en Europe et aux Etats-Unis.[4]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. http://www.taqkasra.com Taq Kasra Online
  2. https://www.soas.ac.uk/lmei-cis/events/01feb2018-taq-kasra-wonder-of-architecture.html SOAS: Taq Kasra; Wonder of Architecture
  3. Dans une lettre adressée à Leibniz.
  4. http://www.taqkasra.com/2016/12/10/documentary-film/ Taq Kasra: Wonder of Architecture (Documentaire)

BibliographieModifier

  • Marcel Dieulafoy, L'Art antique de la Perse. Achéménides, Parthes, Sassanides, Paris, 1889
  • André Godard, L'Art de l'Iran, Paris, 1962
  • Oscar Reuther, “Sasanian Architecture”; Survey of Persian Art, Oxford University Press, 1964
  • F. Demange, Les Perses sassanides : fastes d'un empire oublié, 224-642, Paris, 2006

Articles connexesModifier

Liens externesModifier