Ouvrir le menu principal

Taponnat-Fleurignac

commune française du département de la Charente
(Redirigé depuis Taponnat)

Taponnat-Fleurignac
Taponnat-Fleurignac
La mairie, à Taponnat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Val de Tardoire
Intercommunalité Communauté de communes Bandiat-Tardoire
Maire
Mandat
Serge Jacob-Juin
2014-2020
Code postal 16110
Code commune 16379
Démographie
Gentilé Taponnacois
Population
municipale
1 523 hab. (2016 en augmentation de 0,66 % par rapport à 2011)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 47″ nord, 0° 24′ 35″ est
Altitude Min. 85 m
Max. 158 m
Superficie 21,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Taponnat-Fleurignac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Taponnat-Fleurignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Taponnat-Fleurignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Taponnat-Fleurignac
Liens
Site web www.taponnat-fleurignac.fr

Taponnat-Fleurignac (Taponac Florinhac en occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Taponnacois et les Taponnacoises[1].

Sommaire

GéographieModifier

Localisation et accèsModifier

Taponnat-Fleurignac est une commune du nord-est de la Charente, située à 5 km au nord-est de La Rochefoucauld et 25 km au nord-est d'Angoulême, sur la route d'Angoulême à Limoges.

La commune fait partie du canton de La Rochefoucauld, et elle est formée de deux villages, Taponnat et Fleurignac, situé au sud-est, qui ont fusionné en 1845[2].

Le bourg de Taponnat, où est située la mairie, est aussi à 6 km au sud-ouest de Chasseneuil, et à 11 km à l'ouest de Montembœuf, et 33 km au sud-ouest de Confolens[3].

La route nationale 141 d'Angoulême à Limoges, maillon de la route Centre-Europe Atlantique, traverse la commune du sud-ouest au nord-est, elle est déviée du bourg de Taponnat par une voie express depuis 2005.

La commune est aussi traversée par la D 11, de Chasseneuil au Pont d'Agris (direction Jauldes et Rouillac, ou Angoulême par la D 12) qui passe au nord de la commune, et la D 60 de La Rochefoucauld à Vitrac qui passe à Fleurignac. La D 392, D 393 et D 36 desservent aussi le bourg de Taponnat[4].

La voie ferrée Angoulême-Limoges traverse aussi la commune, sur laquelle elle possède une petite gare mais qui n'offre plus d'arrêt. La gare la plus proche est celle de La Rochefoucauld ou celle de Chasseneuil, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-ditsModifier

Fleurignac est situé 2 km à l'est de Taponnat, sur la D.60 qui relie La Rochefoucauld à Vitrac-Saint-Vincent puis Suaux et Saint-Claud.

La Croix d'Aignan et Chez Tarnaud, à l'extrême sud de la commune, forment un faubourg de La Rochefoucauld. Le circuit de karting de La Rochefoucauld se trouve aussi dans cette partie de la commune.

La Marvaillère est un hameau important au sud-ouest de Taponnat, à l'ouest de la route nationale 141.

La Chassagne est un hameau qui touche presque le bourg de Taponnat, au nord-est. Il n'en est séparé que par la Bellonne et le stade.

Au nord de la commune, près de la D 45, route de Chasseneuil à Coulgens et ancienne voie romaine d'Agrippa de Saintes à Lyon et de la D 11, le hameau des Frauds est important aussi.

D'autres nombreux petits hameaux et fermes parsèment la commune.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

La commune est sur le karst de La Rochefoucauld, le terrain est calcaire jurassique, avec des dépôts tertaires en provenance du Massif central tout proche (altérites et argile rouge à silex)[5],[6],[7].

La commune a donc quelques gouffres ou trous, dans lesquels disparaissent des ruisseaux descendant du massif de l'Arbre, premier mont du Massif central, qui marque le début de la Charente limousine.

Le calcaire et la voie ferrée ont favorisé l'implantation de fours à chaux, usine aujourd'hui abandonnée.

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau légèrement incliné vers l'ouest, d'une altitude moyenne de 120 m. Le point culminant de la commune est à une altitude de 158 m, situé sur la limite orientale au sud-est de chez Patarin. Le point le plus bas est à 85 m, sur la limite ouest (vallée de la Bellonne). Le bourg de Taponnat est à 110 m d'altitude et celui de Fleurignac à 130 m[4].

HydrographieModifier

La Bellonne est un ruisseau qui descend du massif de l'Arbre. Elle passe à Fleurignac puis disparaît dans des pertes entre Cloulas et la forêt de Quatre Vaux. On ne la voit à Taponnat que lors de fortes pluies[2]. Elle n'atteint en tout cas jamais la Tardoire, bien que sa vallée soit clairement dessinée et profonde jusqu'à La Rochette[4].

ClimatModifier

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, légèrement dégradé car la commune se situe aux abords de la Charente limousine.

Article connexe : Climat de la Charente.

ToponymieModifier

Les formes anciennes sont Taponaco, Taponac, et Florinhaco, vers 1300[8],[9].

Selon Talbert, *Tapponacum signifierait « le domaine des creux », le mot viendrait du bas latin tapponare, creuser, dû sans doute aux fosses créées naturellement par la nature karstique du sol communal. Dauzat rejoint à peu près la même explication; l'origine du nom de Taponnat remonterait à un nom de personne issu du germanique tappon-, « bouchon », auquel est apposé le suffixe -acum[Note 1].

L'origine du nom de Fleurignac remonterait à un nom de personne gallo-romain Florinius, dérivé de Florus, auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Floriniacum, « domaine de Florinius »[10],[11].

DialecteModifier

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[12]. Elle se nomme Taponac Florinhac en occitan[13].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

HistoireModifier

La bordure nord-est de la commune est l'ancienne voie romaine de Saintes à Lyon par Limoges, la voie d'Agrippa.

L'ancien logis de Taponnat fut acquis au XVIIe siècle par un riche bourgeois de La Rochefoucauld, Mathieu Regnault. Ce dernier, qui avait épousé une demoiselle noble, Catherine de Saunière, reçut le nom de son logis et pris des lettres de noblesses, en vertu de l'édit de mars 1696.

À cette époque vivait à Saint-Claud un noble espagnol, don José Justo Ramon Guttierez de Ocaña Cordova, qui, fait prisonnier à la bataille d'Hendaye, avait été dirigé sur Saint-Claud et obtenu l'autorisation d'y exercer la médecine. Son frère, don Florencio Antonio Guttierez de Ocaña Cordova, vint le retrouver, s'y fixa, et épousa Marie-Thérèse Regnault de Taponnat à Chasseneuil, le 30 floréal an VII (avril 1799). Le logis a longtemps appartenu aux Cordova avant d'être mis en vente vers les années 1900, faute d'héritiers.

En 1845, les deux communes de Taponnat et de Fleurignac ont été réunies en une seule.

Vers 1860, une tentative d'extraction de minerai de fer a été faite près de la Chassagne, les Chaumelles et Chez Patarin.

Au début du XXe siècle, l'industrie principale consistait en la fabrication de chaux, dont on peut encore voir les vestiges des fourneaux près de la gare de Taponnat au bord de l'ancienne route nationale. La chaux servait principalement à l'amendement des terres granitiques du Confolentais. Ces fours, de la société Bertrand et Cie, étaient reliés à la voie ferrée par un embranchement particulier[2].

AdministrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 2001 En cours Serge Jacob-Juin SE Agent SNCF

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2016, la commune comptait 1 523 habitants[Note 2], en augmentation de 0,66 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
5305515565617028991 013922932
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
905914840891893948890822835
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
871864794788858810774776883
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
8901 0481 0551 1751 1901 3961 4271 4581 562
2016 - - - - - - - -
1 523--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 20,4 %) ;
  • 49,3 % de femmes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 23,8 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Taponnat-Fleurignac en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
6,0 
75 à 89 ans
9,5 
14,3 
60 à 74 ans
14,0 
21,8 
45 à 59 ans
20,6 
21,9 
30 à 44 ans
21,3 
15,8 
15 à 29 ans
17,0 
20,0 
0 à 14 ans
17,4 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

RemarquesModifier

Taponnat a absorbé Fleurignac en 1845[16].

ÉconomieModifier

Équipements, services et vie localeModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église paroissiale Saint-Martial, située à Taponnat, était un ancien prieuré. Elle possède un bénitier en pierre du XVIe siècle qui présente au fond de sa vasque le monogramme IHS dont le H est surmonté d'une croix, suivi d'un cœur percé de trois clous, objet classé monument historique depuis 1941[20].
  • Le château de Taponnat est un logis, qui est daté 1679 sur l'œil-de-bœuf de la porte d'entrée. Les bâtiments autour d'une cour sont cantonnés par deux pavillons dont l'un a conservé une échauguette carrée[21].
  • La chapelle de Fleurignac était l'église paroissiale de ce village.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Taponas, dans le Rhône, a la même étymologie.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 14 juillet 2015)
  2. a b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 385
  3. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  4. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. Carte du BRGM sous Géoportail
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le 6 novembre 2011)
  8. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 189,394
  9. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 116
  10. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 292,669.
  12. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  13. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 14 juillet 2015)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Évolution et structure de la population à Taponnat-Fleurignac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  20. « Bénitier », notice no PM16000282, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 454

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier