Ouvrir le menu principal
Tang Shaoyi
Tang Shaoyi.jpg
Fonctions
Premier ministre de la république de Chine (d)
-
-
Q47175782
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Comté de Xiangshan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ShanghaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Queen's College (en)
Université ColumbiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Táng Shàoyí (chinois simplifié : 唐绍仪 ; chinois traditionnel : 唐紹儀 ; pinyin : Táng Shàoyí ; Wade : T'ang Shao-i) est un diplomate et homme politique chinois, né le et mort assassiné le .

BiographieModifier

Il est envoyé étudier aux États-Unis dans sa jeunesse dans le cadre de la mission d'éducation chinoise. Après son rappel, il est nommé directeur des chemins de fer impériaux en Chine du Nord. Plus tard, il est ambassadeur spécial pour le Tibet, puis gouverneur d'une grande province de Mandchourie[1]. En 1906, en tant que haut-commissaire plénipotentiaire de l'empereur de Chine de la dynastie Qing, il signe la convention entre la Grande-Bretagne et la Chine relative au Tibet.

Proche de Yuan Shikai, il négocie à Shanghai en son nom pendant la révolution de Xinhai avec les révolutionnaires de Wu Tingfang. Il y gagne la reconnaissance de Yuan et devient Premier ministre de la république de Chine en 1912. Il démissionne rapidement, déçu par le manque de respect de Yuan pour la primauté du droit. Par la suite il prend part au gouvernement de Sun Yat-sen à Guangzhou, mais s'oppose à ce dernier en 1921 pour des raisons constitutionnelles, à l'instauration d'une présidence extraordinaire et démissionne de son poste. En 1924, il refuse la proposition de poste de ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement provisoire du seigneur de la guerre Duan Qirui à Pékin.

En 1937, Tang achète une maison dans la concession française de Shanghai, Route Ferguson (Wukang Road, District de Xuhui) et y prend sa retraite. L'année suivante, les Japonais envahissent et occupent Shanghai (mais pas encore les concessions étrangères). Le général japonais Kenji Doihara tente de recruter Tang en lui offrant le poste de président du nouveau gouvernement fantoche pro-japonais. L'agence de renseignement du Kuomintang ayant été informée de cette négociation, son chef Dai Li ordonne son assassinat. Le 30 septembre 1938, Tang est tué dans son salon.

Il est le beau-père de Wellington Koo et Lee Seng Gee.

Notes et référencesModifier

  1. The Brooklyn Daily Eagle, Brooklyn, New York, p. 17, 25 juillet 1909, « Tong Shao Yi, bearer of the Boxer indemnity message, attended public schools in Springfield and Hartford, and after his recall became manager of the imperial railways in North China and later was a special ambassador to Tibet, and recently assigned governor to a large Manchurian province. »

SourceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :