Ouvrir le menu principal

Tancrède Ramonet

réalisateur, scénariste et producteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramonet.
Tancrède Ramonet
Tancrède Ramonet en 2018.jpg
Tancrède Ramonet en 2018
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père

Tancrède Ramonet, né le [1], est un documentariste français. À ce titre, il est à la fois réalisateur, producteur et scénariste[2], ainsi que co-créateur d'une société de production nommée Temps noir [3]. Il est également musicien, dans le groupe de rock Achab[4],[5],[6].

Sommaire

BiographieModifier

Tancrède Ramonet est le fils du sémiologue et journaliste Ignacio Ramonet[7] et de Noëlle de Chambrun et également le frère d'Axel Ramonet, lui-aussi producteur et réalisateur[8], avec qui il collabore sur plusieurs projets[9]. Tancrède et Axel Ramonet sont aussi les petits-enfants de Gilbert de Chambrun, ancien résistant et ancien responsable du mouvement Combat, qui fut député-maire de Marvejols et ministre plénipotentiaire et de son épouse, la résistante Jacqueline de Chambrun[10].

Après un DEA de philosophie à la Sorbonne, Tancrède Ramonet élabore un premier projet de documentaire, puis intègre l'université Paris-Dauphine où il obtient un DESS (promotion 2001-2002)[3].

RéalisationsModifier

En 2016, il réalise Ni dieu ni maître, une histoire de l'anarchisme[11]. Les deux parties intitulées La Volupté de la destruction (1840-1906) et La Mémoire des vaincus (1922-1945) sont diffusées à la suite en Suisse sur la chaine RTS Deux le 16 octobre 2016[12]. Arte y consacre une soirée Thema le 11 avril 2017 qui réunit 432 000 téléspectateurs[13]. Un troisième épisode intitulé Les Réseaux de la colère (1945-2001) était prévu mais pour des raisons officiellement budgétaires, reste pour l’heure sur le banc de montage[14]. D'après le réalisateur, ce film est fini mais « refusé un peu partout[15] ».

DistinctionsModifier

Un jury présidé par Jacques Malaterre lui décerne le Prix du meilleur jeune producteur français de télévision 2006[16]. Ce titre est attribué par la Procirep (Société des producteurs de cinéma et de télévision)[17].

FilmographieModifier

En tant que réalisateur et producteurModifier

 
Tancrède Ramonet (à droite), avec Axel Ramonet et Sonia Rolley au camp de concentration de Natzweiler-Struthof, à l'occasion de la sortie de leur film Au nom de la race et de la science (2013).

En tant que producteurModifier

  • 2006 Cuba, une odyssée africaine[23]
  • 2010 La case du siècle : Afrique(s), une autre histoire du XXe siècle
  • 2012 Si le palais Bourbon m'était conté
  • 2012 Avocat de la Loi
  • 2014 Calamity Jane: Légende de l'Ouest

En tant que scénaristeModifier

  • 2002 Marche funèbre (court métrage)[24]
  • 2006 Les ombres du bagne[25]

Discographie (avec Achab)Modifier

  • 2017 : Un monde formidable (Mirador) [26]

Notes et référencesModifier

  1. « Tancrède Ramonet », sur dirigeants.bfmtv.com (consulté le 2 septembre 2018)
  2. « Tancrede Ramonet », sur IMDb (consulté le 4 septembre 2018)
  3. a et b « Tancrède Ramonet : Formation initiale, promotion 2001 », sur http://www.dauphineculture.fr, (consulté le 4 septembre 2018)
  4. Mathieu Dejean, « "Aujourd’hui l'anarchisme a tendance à ne plus dire son nom" », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 19 août 2018)
  5. « BALLAST | Tancrède Ramonet : « Faire entendre des voix inaudibles » », BALLAST,‎ (lire en ligne, consulté le 19 août 2018)
  6. « Anarchie VS Capitalisme ? - Thinkerview », Thinkerview,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2018)
  7. «Ni Dieu ni maître», sur blogs.mediapart.fr, (consulté le 2 septembre 2018)
  8. « Films de Tancrède Ramonet », sur filmsdocumentaires.com (consulté le 19 août 2018)
  9. « Axel Ramonet », sur filmafricine.org (consulté le 19 août 2018)
  10. Luc Cédelle, « Jacqueline de Chambrun, résistante, pédiatre, militante associative », sur Le Monde.fr, (consulté le 3 septembre 2018)
  11. Antoine Flandrin, « TV : « Ni dieu ni maître », une fresque en rouge et noir », sur lemonde.fr, (consulté le 2 septembre 2018)
  12. Ni dieu ni maître, une histoire de l'anarchisme (épisodes 1/2 et 2/2), RTS Deux, [lire en ligne].
  13. « Audiences TNT », sur jeanmarcmorandini.com, .
  14. Perrine Dutreil, « “Ni dieu ni maître” : la foisonnante histoire de l’anarchisme sur Arte », Télérama,‎ (lire en ligne)
  15. « Le drapeau noir flotte (toujours) sur la marmite », sur the-dissident.eu (consulté le 7 septembre 2018)
  16. « Tancrère Ramonet », sur africultures.com (consulté le 2 septembre 2018)
  17. Christian Bosseno, Télévision française La saison 2008. Une analyse des programmes du 1er septembre 2006 au 31 août 2007, L'Harmattan, 2008, p. 21 (ISBN 9782296191747)
  18. L'Obs, « Les nazis voulaient garder une trace des Juifs après leur extermination », sur nouvelobs.com, (consulté le 2 septembre 2018)
  19. cf : Collection de squelettes juifs du professeur Hirt
  20. « Patrick Buisson, le mauvais génie », sur programme-tv.net (consulté le 2 septembre 2018)
  21. « Che Guevara, naissance d'un mythe », sur programme-tv.net (consulté le 2 septembre 2018)
  22. « Série "Mai 68 n'a pas duré qu'un mois !", de la réflexion politique en feuilleton pour l’été », sur on-mag.fr, (consulté le 17 novembre 2018)
  23. « Cuba, une odyssée africaine », sur africultures.com (consulté le 2 septembre 2018)
  24. « Marche funèbre », sur film-documentaire.fr (consulté le 9 septembre 2018)
  25. « Les ombres du bagne », sur africultures.com (consulté le 2 septembre 2018)
  26. Achab, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 80425-fr (consulté le 19 août 2018)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :