Tammy Duckworth

sénatrice des États-Unis pour l'Illinois depuis 2017

Tammy Duckworth
Illustration.
Tammy Duckworth en 2017.
Fonctions
Sénatrice des États-Unis
En fonction depuis le
(5 ans, 11 mois et 4 jours)
Avec Dick Durbin
Élection 8 novembre 2016
Réélection 8 novembre 2022
Circonscription Illinois
Législature 115e, 116e et 117e
Groupe politique Démocrate
Prédécesseur Mark Kirk
Représentante des États-Unis

(4 ans)
Élection 6 novembre 2012
Réélection 4 novembre 2014
Circonscription 8e district de l'Illinois
Législature 113e et 114e
Prédécesseur Joe Walsh
Successeur Raja Krishnamoorthi
Secrétaire adjointe aux Anciens combattants chargée des Affaires publiques et intergouvernementales

(2 ans, 2 mois et 6 jours)
Président Barack Obama
Gouvernement Administration Obama
Prédécesseur Lisette Mondello
Successeur Michael Gallois
Directrice du département des Anciens combattants de l'Illinois

(2 ans, 2 mois et 18 jours)
Gouverneur Rod Blagojevich
Pat Quinn
Prédécesseur Roy Dolgos
Successeur Daniel Grant
Biographie
Nom de naissance Ladda Tammy Duckworth
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Bangkok (Thaïlande)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômée de Université d'Hawaï
Université Northern Illinois
Université George-Washington
Profession Militaire
Résidence Hoffman Estates[1]

Ladda Tammy Duckworth, née le à Bangkok (Thaïlande), est une femme politique et militaire américaine.

Membre du Parti démocrate, elle est pilote d'hélicoptère de l'armée américaine et perd ses deux jambes au combat en 2004, lors de la guerre d'Irak. Directrice du département des Anciens combattants de l'Illinois de 2006 à 2009, elle intègre dès lors le département des Anciens combattants des États-Unis comme secrétaire adjointe chargée des Affaires publiques et intergouvernementales, avant d'être élue à la Chambre des représentants des États-Unis aux élections de 2012 dans le huitième district congressionnel de l'Illinois. Quatre ans plus tard, Tammy Duckworth remporte l'élection dans l'État pour le Sénat des États-Unis face au sortant Mark Kirk, membre du Parti républicain.

BiographieModifier

Ladda Tammy Duckworth naît à Bangkok en Thaïlande où son père, Franklin Duckworth, un ancien Marine et vétéran de la Seconde Guerre mondiale, travaillait dans l'humanitaire pour l'Organisation des Nations unies[2],[3]. Sa mère Lamai Sompornpairin était une Thaïlandaise d'origine chinoise. Tammy Duckworth vit à Bangkok, Jakarta puis Singapour avant de déménager à Hawaï quand son père est licencié[2].

Elle se destine à une carrière de diplomate avant de s'orienter vers une carrière militaire à l'université[2]. Elle parle couramment le thaï et l'indonésien[3]. Elle est diplômée en science politique à l'université d'Hawaï et en affaires internationales à l'Université George-Washington[3].

Carrière militaireModifier

 
Tammy Duckworth en 2005.

Elle rejoint l'United States Army Reserve pendant ses études à l'université George-Washington[3]. Après ses études, elle devient pilote d'hélicoptère dans la réserve pour l'United States Army[4].

Après les attentats du 11 septembre 2001, elle s'engage volontairement en service actif. En 2004, elle est envoyée en Irak où elle est l'une des rares femmes pilotes à participer aux combats[3],[5]. Le , elle perd ses deux jambes lorsque son hélicoptère Sikorsky UH-60 Black Hawk est touché par un tir de missile RPG par des rebelles irakiens[3],[6]. Son bras droit est également blessé mais elle en conservera finalement l'usage[5]. Durant treize mois, elle doit suivre une procédure de rééducation pour retrouver l'usage de son corps. L'année suivante, une statue à son effigie est érigée en Illinois en son honneur ainsi que pour rendre honneur aux femmes vétérantes[3]. Elle quitte l'armée en 2014 avec le grade de lieutenant-colonel[5],[7].

Carrière politiqueModifier

Candidature infructueuse à la Chambre des représentantsModifier

Peu après sa réintégration, Tammy Duckworth annonce sa candidature pour la primaire du Parti démocrate dans le 6e district de l'Illinois. Réputée pour son franc-parler[6], elle remporte la primaire le . Le retrait du sortant Henry Hyde et l'impopularité croissante de George W. Bush ont fait de ce siège l'un des principaux enjeux des élections de mi-mandat. Malgré une bonne campagne, elle n'a pas réussi à ramener ce district aux mains des Démocrates, le Parti républicain y étant solidement implanté depuis 1973.

Au service des Anciens combattantsModifier

Dans l'IllinoisModifier

Deux semaines après sa défaite aux élections, elle est choisie par le gouverneur Rod Blagojevich pour diriger le département des Anciens combattants de l'État[8]. Elle développe des programmes pour aider les vétérans victimes de troubles psychologiques de guerre, ainsi que des crédits d'impôts pour favoriser l'embauche de vétérans. Elle fit également campagne pour Barack Obama dans plusieurs États[9].

Le , elle assiste à un meeting de campagne du candidat démocrate Dan Seals dans le 10e district. Si sa présence n'était pas une infraction du fait de son statut de directrice du département des Anciens combattants de l'État, elle a enfreint une loi en allant au meeting avec un véhicule de l'administration de l'État adapté pour son handicap[10]. Reconnaissant son erreur et plaidant sa bonne foi, elle remboursa l'État à la suite de cela.

Au sein de l'administration ObamaModifier

Le , elle est désignée par Barack Obama comme secrétaire adjointe au sein du département des Anciens combattants[11]. Sa nomination est confirmée par le Sénat le suivant[12]. Elle démissionne le pour se concentrer sur sa campagne pour les élections de 2012 à la Chambre des représentants.

Membre de la Chambre des représentantsModifier

 
Portrait officiel de Tammy Duckworth comme représentante des États-Unis.

En , elle annonce sa candidature à la primaire du Parti démocrate du 8e district de l'Illinois, cinq ans après une première tentative infructueuse dans le 6e district. Elle reçoit le soutien du sénateur Dick Durbin et du maire de Chicago Rahm Emanuel le mois suivant[13]. Elle remporte la primaire le pour concourir face au Républicain Joe Walsh. Elle reçoit le soutien des deux principaux journaux de l'État, le Chicago Tribune et le Daily Herald. À quelques jours du scrutin, elle reçoit le soutien de Barack Obama[14]. Elle remporte l'élection le avec près de 55 % des suffrages[15]. Elle devient la première femme handicapée à remporter un mandat au Congrès des États-Unis[6]. Elle est également la première femme d'origine asiatique à représenter l'Illinois au Congrès[6]. Elle prête serment le .

En , elle annonce faire don de 1/12 (8,4 %) de son salaire mensuel au département du Trésor en raison de coupes budgétaires dans divers secteurs, notamment concernant l'armée[16]. En octobre de la même année, elle accusa le Parti républicain de prendre l'armée en otage dans les négociations pour mettre fin au shutdown qui dura 16 jours[17]. Le , elle annonce sa grossesse, faisant d'elle la neuvième représentante américaine à attendre un enfant durant son mandat[18]. Elle fut qualifiée d'« héroïne américaine » par John McCain après l'annonce de sa grossesse[2]. Elle est réélue le pour un second mandat. Pendant plusieurs semaines, elle ne put prendre part au vote des lois du fait de son congé maternité car sa demande de vote par procuration fut rejetée[19].

SénatriceModifier

 
Tammy Duckworth lors d'une conférence de presse consacrée au réchauffement climatique, en 2019.

Le , elle annonce son intention de concourir pour la primaire du Parti démocrate pour défier le sénateur républicain de l'Illinois Mark Kirk[20]. Rapidement, elle reçoit le soutien du sénateur Dick Durbin. Durant la campagne des primaires, le Parti républicain l'a accusée de n'avoir rien fait pour les anciens combattants alors même qu'elle en eu la charge dans le gouvernement de l'État puis au sein de l'administration Obama[21]. Cet événement contribua à faire basculer la campagne en sa faveur. Le , elle remporte la primaire par 64 % des suffrages[22]. Le siège de l'Illinois fut considéré comme celui ayant la plus forte probabilité de changer de main. Elle reçoit le soutien du Chicago Tribune. Le , lors d'un débat, le sénateur Mark Kirk questionna l'héritage militaire de sa famille, dont certains descendants ont combattu pendant la Guerre d'indépendance, ainsi que son propre engagement pendant la guerre d'Irak. Ce fait se retourna contre lui, qui perdit de nombreux soutiens à deux semaines de l'élection[23]. Elle fut également victime d'une fausse couche durant la campagne[5]. Elle remporte l'élection le avec plus de 54 % des suffrages pour occuper le siège qui fut autrefois celui de Barack Obama[24]. Elle devient la première sénatrice d'origine thaïlandaise et la première sénatrice amputée[25]. Elle prête serment le en compagnie du vice-président Joe Biden, de son mari et de sa fille.

Le , en pleine séance consacrée au shutdown, elle s'en prend à Donald Trump, l'accusant de prendre l'armée en otage et le traitant de draft dodger (fraudeur à la conscription) en raison de ses cinq tentatives avortées de conscription pendant la guerre du Viêt Nam[26]. Depuis l'investiture de Donald Trump, elle est l'une de ses plus farouches opposants.

Le , elle donne naissance à son deuxième enfant. Elle devient la première sénatrice à accoucher pendant l'exercice de son mandat[25]. Dix jours plus tard, elle a pu siéger au Sénat avec sa fille dans les bras après avoir fait modifier la loi qui interdisait cette pratique en compagnie de sa collègue du Minnesota Amy Klobuchar[5],[25],[27]. En juillet, alors que certains candidats pour les élections de mi-mandat mènent campagne en se revendiquant comme étant très à gauche, elle déclara que « l'on ne peut gagner le Midwest si l'on se positionne trop à gauche », se positionnant dans la lignée des Nouveaux démocrates[28].

Joe Biden envisage de la désigner comme candidate à la vice-présidence pour l'élection présidentielle de 2020[29] mais il choisit finalement pour cette fonction Kamala Harris[30].

Prises de positionModifier

FemmesModifier

En , elle fait partie des sénateurs démocrates qui demandent la démission du sénateur du Minnesota Al Franken, accusé de gestes déplacés à l'encontre de plusieurs femmes[31]. En , elle exprime des regrets, comme six autres de ses collègues, par rapport à son rôle dans la démission de Franken[32].

SyrieModifier

En , elle exprime son opposition à une intervention américaine en Syrie, s'appuyant sur sa propre expérience en Irak[33].

Historique électoralModifier

Chambre des représentantsModifier

Résultats dans le 6e district de l'Illinois[34]
Année Tammy Duckworth Républicain
2006 48,65 % 51,35 %
Résultats dans le 8e district de l'Illinois[35]
Année Tammy Duckworth Républicain
2012 54,74 % 45,26 %
2014 55,73 % 44,27 %

SénatModifier

Résultats pour le siège de sénateur de l'Illinois[36]
Année Tammy Duckworth Républicain Libertarien Vert
2016 54,86 % 39,78 % 3,20 % 2,14 %

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Tammy Duckworth, D Ill.-8 », sur rolcall.com.
  2. a b c et d Michael Mathes, « Tammy Duckworth: "héroïne américaine" et sénatrice enceinte », sur francesoir.fr, France-Soir, (consulté le ).
  3. a b c d e f et g Pauline Pellissier, « Pourquoi Tammy Duckworth n'est pas une sénatrice comme les autres », sur grazia.fr, (consulté le ).
  4. (en) Biographie sur le site du Sénat américain.
  5. a b c d et e Valérie de Graffenried, « Tammy Duckworth, la mère des batailles », sur letemps.ch, Le Temps, (consulté le ).
  6. a b c et d Bérangère Cagnat, « Tammy Duckworth, une pionnière au Sénat américain », sur courrierinternational.com, Courrier international, (consulté le ).
  7. (en-US) « Rep. Tammy Duckworth retiring from military », sur militarytimes.com, (consulté le ).
  8. (en-US) « Iraq Vet to lead Illinois Veterans' Affairs », sur nbcnews.com, (consulté le ).
  9. (en-US) Joseph Ryan, « Duckworth campaigns for Obama in Wisconsin », sur blogs.dailyherald.com, (consulté le ).
  10. (en-US) « Duckworth gaffe steals Seals spotlight », sur illinoisreview.typepad.com, (consulté le ).
  11. (en-US) « Duckworth Tapped for VA Assistant Secretary », sur va.gov, (consulté le ).
  12. (en-US) « Senate Confirms Duckworth's Federal Nomination », sur news.wsiu.org, (consulté le ).
  13. (en-US) Sam Hudzik, « Durbin backs Duckworth over Krishnamoorthi in new 8th District », sur wbez.org, (consulté le ).
  14. (en-US) Saba Hamid, « President Obama Endorses Three Democratic Hopefuls », sur nbcchicago.com, (consulté le ).
  15. (en-US) BJ Lutz, « Duckworth Unseats Walsh in 8th Congressional », sur nbcchicago.com, (consulté le ).
  16. (en-US) Chelsea Kiene, « Tammy Duckworth Returns Portion Of Salary In Sequestration Solidarity », sur huffpost.com, HuffPost, (consulté le ).
  17. (en-US) Tal Kopan, « Duckworth: GOP exploiting veterans », sur politico.com, Politico, (consulté le ).
  18. (en-US) « US Rep. Tammy Duckworth announces pregnancy », sur abc7chicago.com, (consulté le ).
  19. (en-US) Lauren French, « Pelosi on Duckworth: No doctor's note situations », sur politico.com, Politico, (consulté le ).
  20. (en-US) « Tammy Duckworth running against Mark Kirk for US Senate », sur abc7chicago.com, (consulté le ).
  21. (en-US) Eli Rosenberg, « Tammy Duckworth and Backers Denounce G.O.P. Tweet as Insensitive », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  22. (en-US) « Duckworth, Kirk win Illinois US Senate primaries », sur abc7chicago.com, (consulté le ).
  23. (en) Scott Bixby and Ben Jacobs, « Republican Mark Kirk singles out rival Tammy Duckworth's Asian heritage », sur theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  24. (en-US) Ravi Baichwal et Sarah Schulte, « Tammy Duckworth wins U.S. Senate race over Mark Kirk », sur abc7chicago.com, (consulté le ).
  25. a b et c « États-Unis : l'inarrêtable sénatrice Tammy Duckworth », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  26. (en) Amy B. Wang, « Donald Trump blasted as 'five-time draft dodger' by senator who lost her legs in Iraq War », sur independent.co.uk, The Independent, (consulté le )
  27. (en-US) Sunlen Serfaty, « Babies now allowed on the US Senate floor following rare move to change rules », sur edition.cnn.com, (consulté le ).
  28. Jacob Hamburger, « Etats-Unis : en quoi le «socialisme démocratique» est-il socialiste ? », sur liberation.fr, Libération, (consulté le )
  29. (en-US) Jonathan Martin, Alexander Burns et Katie Glueck, « Lobbying Intensifies Among V.P. Candidates as Biden’s Search Nears an End », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  30. (en) Christopher Cadelago, « Biden picks Kamala Harris as VP nominee », sur POLITICO (consulté le )
  31. (en) Miranda Bryant, « Al Franken: senators say they regret calling for his resignation », sur theguardian.com, The Guardian, (consulté le ).
  32. (en) David Martosko, « Seven Democratic senators now say they regret calling for Al Franken's #MeToo resignation despite EIGHT allegations of groping and unwanted kissing », sur dailymail.co.uk, Daily Mail, (consulté le ).
  33. (en-US) « U.S. Congresswoman Tammy Duckworth Opposes Military Action in Syria », sur washington.cbslocal.com, (consulté le ).
  34. (en) « IL - District 06 », sur www.ourcampaigns.com (consulté le ).
  35. (en) « IL - District 08 - History », sur www.ourcampaigns.com (consulté le ).
  36. (en-US) « Illinois U.S. Senate Results:Tammy Duckworth Wins », sur nytimes.com, The New York Times (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier