Fernand Tala-Ngai

homme politique congolais
(Redirigé depuis Tala-Ngai)
Fernand Tala-Ngai
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Nationalité
Activité

Fernand Tala-Ngai, né le et mort le , est un architecte congolais (RDC), formé à la Cambre (Belgique), homme politique et professeur à l’Institut des bâtiments et travaux publics[1].

BiographieModifier

Fernand Tala-Ngai est surtout connu pour ses grandes constructions durant les années 1970 et 1980 à Kinshasa, dont notamment le palais de Marbre, les espaces résidentiels de la cité Verte et ceux de la cité Mama Mobutu, à l'ouest de la ville[2].

En tant qu’architecte, il a aussi plusieurs réalisations à l’étranger, notamment au Togo, en République du Congo, en Côte d’Ivoire et en Belgique. Il a aussi participé à la construction de la Foire internationale de Kinshasa (FIKIN), le bâtiment du ministère des Affaires étrangères, la Cour suprême de justice, l’immeuble dit de la Rigueur et celui en face du siège central de la Regideso sur le boulevard du 30 juin[3]. Il a été ministre des Finances dans le gouvernement Etienne Tshisekedi[Lequel ?] et plus tard de Laurent-Désiré Kabila et aussi un membre de l’opposition politique au régime Mobutu[4]. En tant qu'opposant, il a été prisonnier politique et condamné à mort, sentence qui n'a pas été exécutée grâce à l'intervention d'Amnesty International[réf. souhaitée].

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Décédés en février 2006, Nécropole 1.
  2. La ville de Kinshasa, une architecture du verbe, Filip De Boeck.
  3. Ferdinand Tala Ngai n’est plus. Radiookapi.net, 15 février 2006.
  4. Fernand Tala-Ngai n’est plus, Marcel Lutete. Le Potentiel, 16 février 2006.