Ouvrir le menu principal

En Assyrie antique, le rite du takultu ("festin") consiste en une cérémonie qui se déroulait probablement tous les ans, au cours de laquelle le roi appelait les dieux de son pays ainsi que les forces de la nature, telles que le vent, les montagnes, ou les fleuves, à venir dans son palais, où se déroulait un grand banquet auquel participaient les grands du royaume. On procédait aussi à ce rituel lors de l'inauguration d'un nouveau palais.

Cette invitation avait pour but d'assurer que ces dieux résideraient bien dans leurs demeures (les temples) situées en Assyrie. Ainsi, ils protégeraient tout le pays et assureraient sa prospérité. De plus, cet appel conviait aussi des divinités étrangères, notamment celle de Babylonie, pour leur faire abandonner leur pays, et ainsi ceux-ci perdraient leur protection et seraient considérablement affaiblis. De même, par peur que des ennemis des Assyriens appellent eux aussi ces dieux chez eux et les fassent quitter le pays d'Assur, ce rituel avait pour but de s'assurer que les dieux ne quitteraient pas le pays.

Le roi, qui était là plus dans son rôle de grand-prêtre d'Assur, appelait les dieux à entrer dans sa demeure et à prendre les offrandes qui leur étaient faites, c'est-à-dire un festin, d'où le nom du rituel. Ce rituel demandait aussi l'implication de l'assistance qui, après chaque invocation du roi, devaient demander la bénédiction de leur pays par les dieux appelés.[1]