Ouvrir le menu principal

Takehisa Kosugi

compositeur et violoniste
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kosugi.
Takehisa Kosugi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nom dans la langue maternelle
小杉 武久Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Instrument

Takehisa Kosugi (小杉 武久, Kosugi Takehisa?), né le à Tokyo et mort à Ashiya le [1], est un compositeur et violoniste japonais associé au mouvement Fluxus.

Sommaire

BiographieModifier

Takehisa Kosugi étudie la musicologie à l'université des arts de Tokyo dont il est diplômé en 1962[1].

Il est probablement surtout connu pour la musique expérimentale qu'il créée de 1960 à 1975[2], d'abord dans les années 1960 avec l'ensemble de sept membres du Groupe Ongaku (グループ·音楽, « groupe de musique »?) basé à Tokyo et par la suite en tant qu'artiste solo et avec l'octuor itinérant Taj Mahal Travellers (en) (1969-1975)[3]. Le principal instrument de Takehisa Kosugi est le violon, dont il envoie le son à travers différents chambres d'écho et d'effets pour créer une musique bizarre faites de secousses, tout à fait en désaccord avec les bourdons d'autres artistes plus connus de Fluxus comme Tony Conrad, John Cale et Henry Flynt.

En 1963 Takehisa Kosugi compose pour Fluxus 1 une pièce intitulée Musique de théâtre sous la forme d'un rectangle de carton portant la trace d'une spirale de pieds en mouvement avec l'instruction : « Continuez à marcher attentivement ».

De 1985 à 2012, Takehisa Kosugi est directeur musical de la compagnie de danse Merce Cunningham[1] et vit à Osaka, au Japon. Sa carrière au sien du Groupe 1960 Ongaku est largement expliquée dans l'essai de 32 pages « expérimental Japon » qui figure dans le livre Japrocksampler (en) (Bloomsbury, 2007), écrit par l'auteur / musicien / occultiste Julian Cope . Le livre propose également une biographie détaillée de 12 pages du Taj Mahal Travellers de Kosugi, dont Julian Cope décrit la musique comme un « rappel du gréement grinçant de la Mary Céleste sans pilote ». Selon Cope, le plus beau travail de Kosugi est l'album solo Catch-wave paru en 1975 chez (CBS/Sony).

Takehisa Kosugi a reçu des subventions du 3e Fonds JDR en 1966 et 1977. Il a également reçu en 1981 une subvention de bourse DAAD pour résider à Berlin.

Il reçoit en 1994 un prix musical John Cage de la « Fondation pour les arts scéniques contemporains ».

PiècesModifier

  • 1961 : Anima 1
  • 1961 : Micro 1
  • 1962 : Organic Music
  • 1962 : Anima 2
  • 1962 : Chironomy 1
  • 1962 : Ear Drum Event
  • 1962 : South no 1
  • 1963 : Theater Music
  • 1963 : Malika 5
  • 1964 : To W
  • 1964 : South no 2
  • 1964 : Anima 7
  • 1965 : South no 3
  • 1965 : Tender Music
  • 1965 : Film & Film no 4
  • 1965 : Instrumental Music
  • 1966 : Piano
  • 1966 : Music G
  • 1967 : Éclipse
  • 1967 : Catch-Wave
  • 1971 : South no 5
  • 1971 : Catch-Wave '71
  • '1972 : 'Piano-Wave-Mix
  • 1972 : Heterodyne
  • 1974 : Wave Code #e-1
  • 1976 : Numbers/Tones
  • 1976 : S. E. Wave/E. W. Song
  • 1979 : South no 8
  • 1979 : Interspersion
  • 1980 : Untitled Piece
  • 1980 : Interspection for 54 Sounds
  • 1981 : Cycles
  • 1981 : : Cycles for 7 Sounds
  • 1982 : The Fly
  • 1983 : Walking
  • 1983 : Intersection
  • 1984 : Spacings
  • 1984 : Melodies
  • 1986 : Assemblage
  • 1987 : +-
  • 1987 : 75 Letters and Improvisation
  • 1987 : Rhapsody
  • 1988 : Loops no 1, no 2
  • 1989 : Spectra
  • 1989 : Violin Improvisations CD
  • 1990 : Module
  • 1991 : Streams
  • 1991 : Modulation
  • 1991 : Islands
  • 1992 : Reflections
  • 1992 : Metal Interspersion
  • 1993 : Transfigurations
  • 1993 : Streams
  • 1993 : Zoom
  • 1994 : Streams no 2
  • 1996 : Imitated Summer
  • 1996 : Illuminated Summer
  • 1997 : Tetrafeed
  • 1997 : Wave Code A-Z

Performances en festivalModifier

  • Festival d'Automne (Paris, 1978, 1979)
  • The Festival at La Sainte-Baume (1978, 1979, 1980)
  • The Holland Festival (1979)
  • Opening Concert (Rome, 1980)
  • Workshop Freie Musik (Berlin, 1984)
  • Pro Musica Nova (Brème, 1984)
  • Almeida International Festival of Contemporary Music (Londres, 1986)
  • Welt Musik Tage `87 (Cologne, 1987)
  • Experimentelle Musik (Munich, 1986, 1988)
  • Inventionen (Berlin, 1986, 1989, 1992)
  • Biennale d'art contemporain (Lyon, 1993)

Installations sonoresModifier

  • (de) Für Augen und Ohren (Berlin, 1980)
  • Écouter par les yeux (Paris, 1980)
  • (en) Soundings at Purchase (New York, 1981)
  • (en) New Music America Festival (Washington, 1983)
  • (de) Im Toten Winken (Hambourg, 1984)
  • (de) Klanginstallationen (Brême, 1987)
  • (de) Kunst als Grenzbeschreitung: John Cage und die Moderne (Munich, 1991)
  • (de) Iventionen (Berlin, 1992)
  • (de) Musik Tage (Donaueschingen, 1993)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c N. Genzlinger, Takehisa Kosugi, Composer for Merce Cunningham, Dies at 80, The New York Times (18 octobre 2018)
  2. (en) « Review: In ‘Takehisa Kosugi: Music Expanded,’ Violinist Uses More Than Strings and a Bow », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  3. Artforum

Liens externesModifier