Ouvrir le menu principal

Terence Hanbury White

écrivain britannique
(Redirigé depuis T. H. White)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.
Terence Hanbury White
Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie de romancier populaire T. H. White sur sa fiction arthurienne.
Nom de naissance Terence Hanbury White
Alias
T. H. White[1],[2]
James Aston[3],[4],[5]
Naissance [1]
Bombay, Inde[1],[6]
Décès (à 57 ans)[1],[2]
Le Pirée, Grèce[1],[2]
Activité principale
Romancier
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique
Genres
Roman, poésie

Œuvres principales

Compléments

Terence Hanbury White (né en 1906 à Bombay (Inde) et mort en 1964 au Pirée[1],[6]) est un auteur anglais de fantasy célèbre pour un de ses romans adapté en dessin animé par Walt Disney sous le nom de Merlin l'Enchanteur (1963).

BiographieModifier

Fils d'un policier indien alcoolique, Garrick Hansbury White, et d'une mère froide, Constance White[2],[8], il gardera de son enfance une sensibilité à fleur de peau ainsi qu'un état de névrosé[6]. Afin de vaincre ses frayeurs et son sentiment permanent du danger, il apprend à piloter les avions, conduire des bolides, sauter en parachute, pêcher le saumon[9]. Étudiant brillant à Cambridge dans les années 1930[1],[6],[10], il se retira néanmoins en Irlande[11], fuyant ses semblables et se consacrant à ses passions : les chiens, les oiseaux, les paysages, mais également le Moyen Âge, l'histoire naturelle et les fées.

En 1946, il s'installa définitivement sur l'île d'Aurigny, la plus septentrionale des îles Anglo-Normandes.

En 1963, il partit faire un tour du monde pour présenter son œuvre littéraire, par des lectures publiques. Après un tour des États-Unis, il poursuit sa tournée en Europe. Au début de l'année 1964, il embarqua, au port du Pirée, à bord d'un navire pour s'en retourner chez lui, à Aurigny, quand il meurt subitement à bord du bateau d'une crise cardiaque. Sa dépouille est enterré à Athènes.

J. K. Rowling décrit White comme « l'ancêtre spirituel de Harry Potter[12],[13],[14] ».

En 2014, son roman L'Épée dans la pierre reçoit le prix Hugo du meilleur roman pour l'année 1939 (Retro Hugo).

ŒuvresModifier

Son cycle romanesque, La Quête du Roi Arthur (The Once and Future King) - dénonce par le biais de la fantasy les régimes fasciste et nazi. Elle comprend :

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) J. Moulder & M. Schaefer., « Terence Hanbury White (1906-1964) », sur England Have My Bones, (consulté le 12 décembre 2013)
  2. a b c et d (en) « T.H. WHITE DEAD; NOVELIST WAS 57 », sur The New York Times, (consulté le 12 décembre 2013)
  3. (en) « WHITE, T. H. (James ASTON). First Lesson. New York: Alfred A. Knopf, 1933. », sur Yesterday’s Gallery (consulté le 12 décembre 2013)
  4. (en) « They Winter Abroad Hardcover – January 1, 1932 », sur Amazon, (consulté le 12 décembre 2013)
  5. (en) J. Moulder and M. Schaefer., « They Winter Abroad », sur England Have My Bones, (consulté le 12 décembre 2013)
  6. a b c et d (en) Frank Northen Magill, « T. H. White », sur Cyclopedia of World Authors, Fourth Revised Edition., (consulté le 12 décembre 2013)
  7. (en) Michael Llewellyn Smith, Athens: A Cultural and Literary History, Signal Books, , 257 p. (ISBN 1902669819, lire en ligne), p. 100
  8. (en) Patricia Craig, Lives and Letters, The Times Literary Supplement, , p. 362
  9. (en) T. H. White, The Book of Merlyn, Fontana/Collins, (ISBN 0-00-615725-4, lire en ligne), The Story of the Book
  10. (en) « Fellows 1900 - 99 », sur Queen's College Cambridge (consulté le 12 décembre 2013)
  11. (en) Walter Allen, « Lucky In Art Unlucky In Life », sur The New York Times, (consulté le 12 décembre 2013)
  12. (en) « JK (Joanne Kathleen) Rowling », sur Guardian News, (consulté le 12 décembre 2013)
  13. (en) « White is an influence on JK Rowling », sur Evi Technologies Ltd, (consulté le 12 décembre 2013)
  14. « Who did T. H. White influence? », sur Evi Technologies Ltd, (consulté le 12 décembre 2013)