T-90

Char de combat russe des années 1990

T-90
Image illustrative de l’article T-90
Un T-90A lors de la répétition précédant le 67e défilé du Jour de la Victoire en 2012.
Caractéristiques de service
Service (28 ans)
Utilisateurs 10 pays
Production
Concepteur bureau d'études de Kartsev-Venediktov
Constructeur Uralvagonzavod
Production Plus de 1 667 exemplaires
Caractéristiques générales
Équipage 3 (chef de char, opérateur tourelle et pilote)
Longueur 6,86 m (caisse) (9,53 m (avec le canon)
Largeur 3,78 m
Hauteur 2,228 m
Masse au combat T-90 : 46,5 tonnes
T-90A : 47 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage Blindage composite sur le glacis et la face avant de la tourelle recouvert d'un blindage réactif explosif Kontakt-5
Armement
Armement principal T-90 : canon à âme lisse de 125 mm 2A46M (43 obus)

T-90A : canon à âme lisse de 125 mm 2A46M5 (42 obus)

Armement secondaire une mitrailleuse coaxiale PKTM de 7,62 mm (2 000 coups)

T-90 : Une mitrailleuse lourde NSV de 12,7 mm sur le tourelleau du chef de char (300 coups)
T-90A : Une mitrailleuse lourde Kord de 12,7 mm sur le tourelleau du chef de char (300 coups)

Mobilité
Moteur T-90 : V-84MS diesel V12 de 840 ch (617 kW)
T-90A : V-92S2 diesel V12 de 1000 ch (735,5 kW)
Transmission manuelle à 7 rapports (7 AV/1 AR)
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 60 km/h, 4,18 km/h en marche-arrière
Puissance massique de 18 ch/tonne à 21,3 ch/tonne
Réservoir 1 200 ℓ plus deux barils supplémentaires de 200 ℓ largables
Autonomie 550 km pouvant être portée jusqu'à 700 km avec barils largables

Le T-90 est un char de combat russe associant la structure du T-72 et l'électronique du T-80, il devait prendre initialement la dénomination T-72BU mais une décision politique le rebaptisa T-90 suite aux destructions en masse de T-72 pendant la guerre du Golfe[1]. Le T-90 fut déclaré bon pour le service en 1992 et sa production en grande série démarra en 1994 pour équiper l'armée russe.

HistoriqueModifier

 
T-90 en exercice sur un champ de manœuvre

La décision de se lancer dans la conception du T-90 fut prise peu après l'effondrement de l'Union soviétique en 1991 quand il apparut clairement que la Russie ne pouvait plus assumer seule la fabrication en parallèle des chars T-72 et T-80 (Le T-72 se faisant vieillissant et le T-80 était réservé aux troupes d'élite). L'idée de combiner les deux chars en un seul fut émise car cela permettait de disposer d'un véhicule performant à un prix restant abordable (un T-90 coûtant environ 3 millions USD ; à titre de comparaison, un char M1 Abrams américain est estimé à 6,21 millions USD, un char Leopard 2 A4 allemand à un coût de 5,3 millions de dollars et un char Leclerc français à 8,6 millions de dollars) et faciliterait ainsi les commandes de l'armée russe ainsi que celles enregistrées sur le marché de l'exportation.

Initialement désigné T-72BU, une décision politique rebaptisa le char T-90 car, entre-temps, l’opération Tempête du désert avait vu les T-72 irakiens détruits en masse par les chars de la Coalition. Actuellement la Russie en posséderait 700 exemplaires, les deux seuls clients étrangers démarchés jusqu'ici étant l'Algérie et l'Inde, qui en posséderaient 300 chacun. Dans les années 2000, le T-90 est le seul char encore produit en Russie par Ouralvagonzavod. En 2008, 175 T-90 auraient été produits dont 62 T-90A pour l’armée russe, 60 T-90S pour l’Inde et 53 T-90SA pour l’Algérie[2].

Caractéristiques techniquesModifier

ArmementModifier

PrincipalModifier

Le T-90 possède un canon à âme lisse 2A46M de 125 millimètres d'une longueur de 48 calibres (6 mètres). Il est doté d'un système de stabilisation 2E42-4 Zhasmin fonctionnant sur deux plans, la stabilisation en site (plan vertical) étant assurée par un système électrique donnant une marge d'erreur inférieure à 0,4 mil au niveau de la précision, celle en gisement (plan horizontal) fonctionnant à l'aide d'un système électro-hydraulique avec une précision de l'ordre de 0,6 mil. Le canon est recouvert d'un manchon anti-arcure.

Vingt-deux obus sont prêt à l'emploi dans le carrousel du chargement automatique, les 21 autres sont sanglés aux parois du compartiment de combat. Les charges propulsives sont logées individuellement dans des cavités formées dans les réservoirs de carburant situés devant et derrière le carrousel. Les réservoirs forment une protection supplémentaire, le combustible diesel ayant un point d'inflammabilité assez élevé.

Outre les obus conventionnels, le T-90 peut tirer depuis son canon le missile 9M119M Refleks (code OTAN AT-11 Sniper). Il permet au T-90 des distances d'engagement supérieures à celle d'un obus classique. Qui plus est, il peut également prendre pour cible des hélicoptères lents volant à basse altitude.

 
T-90SA algérien durant un exercice de tir réel au sud-ouest de l'Algérie.

Le Refleks a une portée pratique oscillant entre 4 000 et 5 000 mètres qu'il atteint en 17,4 secondes en se déplaçant à la vitesse de 284 mètres par seconde. Le missile est guidé par un faisceau laser émis par le viseur principal, le tireur doit donc pointer son réticule sur la cible durant la durée du vol du missile. La stabilisation des optiques de visée permet au char de guider le missile tout en étant en mouvement, à condition de ne pas dépasser les 30 kilomètres à l'heure. Sa double charge creuse en tandem de 4,5 kg est capable de perforer 900 mm d'acier homogène laminé et cela à n'importe quelle distance.

Chargement automatiqueModifier

Le fond de panier de la tourelle abrite un carrousel électromécanique AZ-184 d'une contenance de 22 munitions. Chaque munition de 125 mm est stockée en deux fardeaux (projectile et charge propulsive) dans une cassette amovible.

Le T-90A possède un carrousel modernisé conçu pour accueillir des munitions plus longues comme la munition de 125 mm 3BM60 Svinets-2 dont l'obus-flèche encartouché mesure 73,5 cm de longueur. la mémoire mécanique fonctionnant à l'aide d'un disque gravé laisse place à une mémoire numérique travaillant avec un algorithme pour optimiser la sélection de la munition à charger en fonction de sa position dans le carrousel.

SecondaireModifier

L'armement secondaire comprend une mitrailleuse PKTM de 7,62 mm, montée de façon coaxiale au canon de 125 mm, elle est alimentée à raison de 2 000 coups. Une mitrailleuse lourde NSV de calibre .50 (12,7 mm est montée sur le tourelleau du chef de char, disposant de 300 cartouches, elle est opérée depuis l'intérieur de la tourelle.

Conduite de tirModifier

Le tireur dispose de :

  • un viseur de jour 1G46, lui permettant de repérer des cibles jusqu'à une distance de 5 000 mètres. Le 1G46 est monté sur le toit, à gauche du canon de 125 mm, il possède une capacité de grossissement de × 2,7 avec un angle de vue de 20° à × 12 avec un angle de vue de 4°. Il est stabilisé sur les deux plans avec une marge d'erreur de seulement 0,2 mil sur l'alignement. Il comprend aussi un télémètre laser 1A43 mesurant des distances comprise entre 400 et 5 115 mètres.
  • un intensificateur de lumière TPN-4-49-23 Buran-PA installé dans un viseur TO1-KO1 stabilisé sur les deux plans. Ce viseur de nuit est monté à gauche du viseur de jour 1G46, mais en retrait, juste devant la trappe du tireur. En mode dit passif, il permet de réaliser des tirs de nuit jusqu'à une distance de 1 200 mètres, cette distance pouvant être portée à 1 500 mètres en utilisant les brouilleurs optiques OTShU-1-7 du système de contre-mesure Shtora comme phare infrarouge.


Sur le T-90A russe et le T-90S indien, le viseur de nuit TO1-KO1 est remplacé par un viseur TO-1-PO2T Agava-2 incorporant une caméra thermique ESSA de la firme biélorusse Peleng, l'Essa est développé sur la base de la caméra thermique Catherine-FC[3] de la firme française Thales. La vision thermique offre deux types de zoom, permettant d'identifier des cibles potentielles à une distance de 2 400 mètres et cela par tous les temps, la portée maximale est de 4 600 mètres. L'image filmée est affichée sur les écrans de télévision du tireur et du chef de char. Le champ de vision du viseur de nuit TO-1-PO2T Agava-2 est synchronisé avec le viseur de jour 1G46 pour une plus grande souplesse d'utilisation.


Le chef de char possède

  • un système d'observation PNK-4S comprenant un périscope électro-optique TKN-4S Agat-S permettant l'observation de jour à plus de 4 000 mètres avec un grossissement de × 7.6 avec un angle de vue de 7°. Un intensificateur de lumière intégré au périscope offre une vision la nuit jusqu'à 700 mètres avec un grossissement × 5.2 avec un angle de vue de 7,4°. La vision nocturne peut aussi être assurée par un système infrarouge dit actif ; un phare infrarouge OU-3GA2M[4] peut alors être monté aux côtés de la mitrailleuse, sur le tourelleau, il éclaire jusqu'à une distance de 800 mètres avec des rayons non visible à l'œil nu. Il est nécessaire de monter des filtres infrarouges sur les optiques pour permettre ce genre de vision nocturne.
  • un viseur monoculaire PZU-7 est monté sur l'affût supportant la mitrailleuse lourde, il est couplé au mécanisme d'élévation de l'arme. Outre le dispositif de dégivrage, la surbrillance du réticule est ajustable. Le mécanisme ZPU 1ETs29 offre deux modes de pointage pour la mitrailleuse télé-opérée : automatique et semi-automatique.

La conduite de tir est assuré par un calculateur balistique 1V528-1 faisant partie du système informatisé 1A45 Irtysh.

BlindageModifier

TourelleModifier

Le T-90 reprend la tourelle moulée du T-72B, la configuration du blindage est quant à elle identique à celle du T-72B obr.1989g (modèle de 1989)

Les coins avant et une partie du toit de la tourelle sont recouverts par un blindage réactif explosif lourd 4S22 ou 4S23 Kontakt-5.

Le T-90A possède une nouvelle tourelle, son architecture est identique à celle du T-90 mais elle est assemblée par mécano-soudure de plaques d'acier d'une dureté supérieur à celle de l'acier moulé.

CaisseModifier

Le glacis, présente une inclinaison de 68°, il est formé d'une succession de couches d'acier séparés par des lames d'air et contient entre autres le blindage réactif explosif Kontakt-5.

MobilitéModifier

 
Le T-90 reprend le moteur diesel V-84MS du T-72B.

MotorisationModifier

Le T-90 possède le moteur V-84MS du T-72B qui développe 840 chevaux à 2 000 tr/min grâce à une suralimentation fonctionnant à l'aide d'un compresseur centrifuge. Son couple maximal de 3 479 Nm atteint à 1 400 tr/min pour une consommation spécifique de carburant de 247 g/kW.h

Le T-90A utilise le moteur V-92S2, plus puissant grâce à l'utilisation d'un système d'injection directe et d'une suralimentation refroidie. Le moteur développe une puissance de 1 000 chevaux à 2 000 tr/min. Son couple maximal est de 3 920 Nm pour une consommation spécifique de carburant de 212 g/kW.h

TransmissionModifier

Le T-90 reprend les deux boîtes de vitesses latérales utilisées sur le T-72. Elles assurent l'entraînement des chenilles et la direction du char.

SuspensionModifier

La suspension comporte six galets de roulement et trois rouleaux porteurs , un barbotin à l'arrière et une poulie tendeuse à l'avant.

VariantesModifier

 
T-90S indien amélioré dit Bishma.

T-90Modifier

  • T-90 (Objet 188) : Version de base appelée précédemment T-72BU, blindage réactif Kontakt-5 de série, du système de guidage 9S515 pour le missile antichar 9M119M Refleks tiré depuis le canon, brouilleurs infrarouges Shtora. Il incorpore une version modifiée de la conduite de tir 1A45 du T-80U désignée 1A45T. En service dans l’Armée russe depuis 1993.
  • T-90K : Version de commandement du T-90 équipé d'un système de navigation GLONASS TNA-4-3 ainsi qu'une radio supplémentaire R-163-50K[5].
  • T-90E : Version simplifiée du T-90 destinée au marché de l'exportation, dépourvue des brouilleurs optiques infrarouge OTShU-1-7 appartenant au système Shtora-1 ainsi que du système de guidage de missile 9S515.
  • T-90S (Objet 188A) : Version identique au T-90 russe mais proposée pour le marché de l'exportation.
  • T-90S Bhishma : Version modifiée du T-90S en service dans l'Armée Indienne. Dépourvu du système de brouillage optique Shtora.
  • T-90SK : Version de commandement du T-90S équipé de divers équipements de communication et de navigation ainsi que d'un système de programmation Ainet pour les obus explosif de 125 mm.

T-90AModifier

  • T-90A (Objet 188A) : Apparu en 1999, il incorpore une nouvelle tourelle hexagonale assemblée par soudure, accueillant un nouveau blindage composite plus épais, elle remplace l'ancienne aux formes arrondies d'une seule pièce utilisée précédemment sur le T-72A. Le moteur de 840 chevaux est remplacé par moteur plus puissant, le V-92S2 de 1 000 ch, le viseur de nuit TO1-KO1 équipé d'un système d'intensification de lumière Buran-PA est remplacé par le viseur T01-P02 incorporant une caméra thermique AGAVA-2. Parfois appelée T-90 Vladimir en l'honneur de son concepteur, Vladimir Potkin.
  • T-90AK : Version de commandement du T-90A doté d'équipements de communication et de navigation supplémentaires.
  • T-90SA (Objet 188SA) : T-90A modifié pour l'armée de terre algérienne muni d'une climatisation et équipé d'un filet de camouflage Nakidka anti-UV ainsi que du viseur de nuit ESSA incorporant une caméra thermique Catherine-FC.
  • T-90A1 (Objet 188A1) : Présenté en 2004, ce T-90A est équipé de nouveaux réservoirs auto-obturbants augmentant la capacité en carburant de 100 litres, d'un carrousel de chargement automatique des munitions optimisé ainsi que d'un filet de camouflage Nakidka anti-UV. Le viseur de nuit T01-P02 est remplacé par un nouveau viseur ESSA incorporant une caméra thermique Catherine-FC. Entré en service en 2006 dans l'Armée russe.
  • T-90M : Prototype avec blindage réactif Relikt, un nouveau moteur de 1 250 chevaux, un nouveau blindage composite sur la tourelle, un canon chromé, un système de gestion du champ de bataille T-BMS, une nouvelle caméra thermique Catherine-FC de chez Thales ainsi qu'une climatisation produite par Kinetics Ltd.
 
Un T-90MS s'apprêtant à escalader un parapet lors d'une démonstration en 2012.
  • T-90MS : (Objet 188M) développé par Ouralvagonzavod sur ses fonds propres, il possède l'appellation MS, Modernisation de la version S, à titre provisoire qui pourra être changée lors de son acceptation au service. Il a été dévoilé en septembre 2011 lors du salon REA-2011 « Russian Expo Arms » de Nijni Taguil. T-90MS améliore toutes les capacités principales de l'engin. L'électronique a été entièrement refaite; outre le nouveau système de gestion du champ de bataille, le système de contrôle de tir est entièrement numérique, le tireur et le chef de char possèdent de nouveaux viseurs couplés à des écrans tactiles à haute résolution. Au niveau de l'armement, dix obus supplémentaires sont placés dans un compartiment isolé dans la nuque de la tourelle. Le nouveau chargeur automatique, conçu pour 22 obus, offre une protection en cas d'explosion de ses munitions. Le nouveau canon 2A46M-5 est plus précis et possède une meilleure durée de vie. La mitrailleuse lourde NSV télé-opérée est remplacée par une mitrailleuse 6P7K de 7,62 mm télé-opérée électroniquement via le système UDP T05BV-1 qui est installé au-dessus du viseur panoramique du chef de char. Au niveau de la protection, l'intérieur est entièrement tapissé de fibre d'aramide faisant office de pare-éclats. De plus, il reçoit un blindage supplémentaire modulable protégeant les flancs de la tourelle et du châssis, le moteur étant protégé par un blindage cage. Au niveau de la mobilité, en plus d'une nouvelle transmission automatique, le T90 MS reçois un nouveau moteur diesel V-92S2F polycarburant, d'une puissance de 1 130 ch, ce moteur est réputé pour être peu gourmand en carburant. Un groupe auxiliaire de puissance développant 10 chevaux a été installé dans un caisson blindé située à l'arrière gauche du châssis.

DérivésModifier

 
Un char-pont MTU-90 lors d'une exposition à Omsk, en 2009.
  • IMR-2MA / IMR-3 : engin de combat du génie basé sur le châssis du T-90 avec une lame dozer et une grue (2 tonnes). Un système de déminage KMT peut aussi être monté. L’IMR-2MA (ou IMR-3) est entré en production en 1996 pour succéder à l’IMR-2 sur châssis de T-72. Il peut opérer en environnement NBC.
  • MTU-90 Gusenitsa-1 : engin blindé poseur de pont sur châssis du T-90. Il transporte un pont de 24 m replié en 3 parties qui peut être mis en place en 2 à 2,5 minutes sans que l’équipage (2 hommes) n’ait à sortir du blindé. Ce pont est capable de supporter 50 tonnes pour une capacité de 150 véhicules par heure. Il pèse lui-même 8,6 tonnes. Le MTU-90 est également compatible avec le pont TMM-6 Gusenitsa-2 normalement transporté par un camion 8x8 BAZ-7930.
  • BMR-3M : blindé de déminage basé sur un châssis de T-90 modifié avec une nouvelle superstructure remplaçant la tourelle, un blindage renforcé du plancher, un blindage réactif plus étendu que sur le T-90, etc. Le BMR-3M est équipé du système de déminage KMT-7 comprenant des rouleaux et un dispositif électromagnétique déclencheur de mines. La vitesse du BRM-3M en mode déminage est de 5 à 12 km/h. Une grue permet de charger le KMT-7 sur le châssis arrière quand il n’est pas utilisé. Des équipements individuels de déminage (protections et détecteurs) sont également transportés. L’équipage se compose de 5 hommes : conducteur, chef de char et 3 sapeurs du génie. Ils peuvent rester 2 jours dans leur blindé sans sortir grâce aux équipements de vie à bord. Le BMR-3M pèse 43 tonnes sans le KMT-7 et 51 t avec. Il peut franchir des gués de 5 m de profondeur au snorchel. Testé par l’armée russe à partir de 1999, il serait entré en service en 2000 avant que la production en série ne débute véritablement en 2004.

Engagement dans des conflitsModifier

 
T-90 durant une démonstration militaire amphibie en Russie avec son snorkel.
  • Bosnie : des IMR-2MA du génie russe ont été déployés sous les couleurs de la SFOR.
  • Guerre civile syrienne : Des chars T-90 font l'objet d'un déploiement en Syrie à partir de l'automne 2015[8]. Des exemplaires aux mains de l'armée syrienne ont été utilisés en appui de troupes autour d'Alep, l'un d'eux a démontré lors de la bataille de Khanasser une bonne résistance à un missile BGM-71 TOW[9] tiré par des opposants armés au régime syrien, de l'État islamique ou du Jound al-Aqsa[10]. La survie du char semble liée à son système de blindage, le missile ayant touché le véhicule mais sans provoquer d'explosion interne[11].
  • Haut-Karabagh: les chars T-90 ont été employés par l'Azerbaijan contre les troupes arméniennes, mais sans trop de succès. Une dizaine de T-90 furent détruits par les Arméniens.[réf. nécessaire]

OpérateursModifier

  •   Algérie :
    • 185 T-90SA : 30 livrés en 2006, 102 livrés en 2007, 53 livrés en 2008[12].
    • 187 T-90SA : 86 livrés en 2012, 101 livrés en 2013[13]
    • 200 T-90SA : 67 livrés en , 67 livrés en , 66 livrés en [14].
    • 572 en service à partir de .
  •   Azerbaïdjan
    • T-90S : nombre non communiqué de commandés en 2011.
  •   Irak
    • T-90S : 73 commandés, 10 livrés en .
  •   Inde :
    • T-90M : 677 (1 130 à terme) en 2012
    • T-90S : 320 en 2015, livré à partir de 2004[15]
  •   Russie :
T-90/T-90A : plus de 700 en 2012[16]
T-90M Proryv-3 : livraison a partir de 2020[17]
T-90S : 31 livrés en 2011 à confirmer[18]
T-90S : 10 à 12 commandés et livrés en 2009
T-90S/SK : 64 commandés confirmés en [19]

Notes et référencesModifier

  1. Marc Chassillan, « Le T90 », Raids Hors-Série N°5 Les chars de combat en action,‎ inconnue, p. 34
  2. (fr) La production de chars russes atteint un niveau record avec le T-90 !, Red Stars, septembre 2009.
  3. http://army.lv/eng/?s=631&id=504.
  4. http://ofbindia.gov.in/products/data/optical/add_39.htm.
  5. http://www.angelfire.com/rebellion2/alex25/T90.html.
  6. République constitutive de la Fédération de Russie.
  7. Thierry Portes et Mélanie Matarese, « Otages en Algérie: l'interminable dénouement », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  8. Laurent Lagneau, Syrie : Des chars russes T-90 déployés à Lattaquié?, www.opex360.com, 14 septembre 2015.
  9. Short range (~800m) TOW strike hit T90 with "Shtora" in Sheikh Aqil, 26 février 2016, syria.liveuamap.com ; First Russian tank T-90 hit by TOW in Syria, 26 février 2016, defence-blog.com ; Thomas Gibbons-Neff, WATCH: U.S.-made missile goes up against one of Russia’s most advanced tanks, 26 février 2016, www.washingtonpost.com ; TOW missile v T-90: Syrian rebel video shows dramatic hit, 26 février 2016.
  10. Syrie: l'EI coupe une route vitale pour le régime près d'Alep, AFP, 22 février 2016.
  11. Thomas Gibbons-Neff, WATCH: U.S.-made missile goes up against one of Russia’s most advanced tanks, 26 février 2016, www.washingtonpost.com.
  12. « armstrade », sur www.armstrade.org (consulté le 16 décembre 2016)
  13. « UN-Register », sur www.un-register.org (consulté le 16 décembre 2016)
  14. bmpd, « В Алжир доставлена очередная партия танков Т-90СА », sur bmpd,‎ (consulté le 16 décembre 2016)
  15. Jean-François Auran, « Les forces terrestres indiennes », Défense et Sécurité internationale, no 85,‎ , p. 77 (ISSN 1772-788X).
  16. « Les forces terrestres russes », Défense et Sécurité internationale, no 83,‎ , p. 77 (ISSN 1772-788X).
  17. Laurent Lagneau, « L’armée russe a testé son nouveau char T-14 Armata en Syrie », sur OPEX360, (consulté le 20 avril 2020).
  18. « T-90 », sur Red-Stars, (consulté le 27 décembre 2012).
  19. (en) Jon Grevatt, « Vietnam confirms order of Russian T-90 tanks », sur Jane's, (consulté le 26 juillet 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier