Ouvrir le menu principal

La téphrochronologie (du grec τέφρα — cendres, χρόνος, "chrono" auquel est ajouté le suffixe "-logie", du grec ancien λόγος, "logos", "parole") est un procédé reposant sur la datation des tephras dans les sédiments ; c'est-à-dire des dépôts pyroclastiques (ou éjectas) expulsés lors d'éruptions volcaniques, autour du cratère lors d'une nuée ardente, ou qui retombent après avoir été transportés de quelques kilomètres à plusieurs centaines, depuis leur lieu d'émission via les courants atmosphériques de la troposphère.

Caractéristiques et utilisationModifier

Le problème est que certaines tephras provenant d'éruptions différentes ont une composition minéralogique proche et, par conséquent, perturbent le travail de datation. Un autre problème est de déterminer l'ère (et l'aire) d'extension d'une retombée.

 
Dépôts de l'éruption du Laacher See

Ce procédé est principalement utilisé en stratigraphie pour la datation, les dépôts de cendres étant isochrones.

NotesModifier

Les poussières microscopiques peuvent rester des années en suspension (sans être précipitées dans la pluie) et faire plus de cent fois le tour de la Terre, dans les courant-jets.

RéférencesModifier

  • Charles Pomerol, Yves Lagabrielle et Maurice Renard, Éléments de Géologie, éditions Dunod.
  • Cours de Pétrologie endogène et Stratigraphie de l'Université Lille 1

Liens internesModifier