Ouvrir le menu principal

Téléphérique du Salève

téléphérique en Haute-Savoie, France

Téléphérique du Salève
Téléphérique du Salève avec vue sur le Léman
Téléphérique du Salève avec vue sur le Léman
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Étrembières
Monnetier-Mornex
Franchit Autoroute A40
Coordonnées du départ 46° 09′ 50″ N, 6° 11′ 12″ E
Coordonnées de l'arrivée 46° 09′ 18″ N, 6° 11′ 36″ E
Parcours
Départ Pas de l'Echelle, Étrembières (432 m)
Arrivée Route des Trois Lacs, Monnetier-Mornex (1 093 m)
· Dénivelé 660 m
· Longueur 1 172 m
· Temps min
· Vitesse 3,9 m/s
· Vitesse maximale 25 km/h
Caractéristiques techniques
Type Téléphérique
Capacité des cabines 60 personnes
Nombre de pylônes 0
Période de fonctionnement Toute l'année
Exploitant RATP Dev/Comag/TPG
Site web http://www.telepherique-du-saleve.com
Histoire
Inauguration
Fermeture 1975
Réouverture 1984

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

(Voir situation sur carte : canton de Genève)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
localisation

Le téléphérique du Salève est un téléphérique permettant l'ascension partielle du mont Salève, situé en Haute-Savoie, tout près de la frontière franco-suisse, et dominant la ville de Genève.

HistoriqueModifier

Un premier téléphérique permettant l'acheminement des marchandises, le « Chemin de fer aérien de la Croisette », est construit en 1913 entre Vovray et le col de la Croisette, sur la commune d'Archamps. Il est supprimé en 1953.

Le projet de téléphérique moderne pour voyageurs est étudié à partir des années 1910 par l'ingénieur civil Maurice Delessert. Prévoyant un départ depuis le côté suisse de la frontière, il n'est pas réalisé.

Inauguré en 1932, le téléphérique est l’œuvre de l'architecte suisse Maurice Braillard et du téléphériste André Rebuffel, réunis par l'entrepreneur Auguste Fournier. Il prend le relai du chemin de fer du Salève, qui jusqu'en 1935 permet de relier en une heure par train à crémaillère Veyrier, en Suisse, au lieu-dit des Treize Arbres, situé non loin de l'arrivée actuelle du téléphérique. Contrairement au projet Delessert, il est intégralement situé en territoire français.

Sa réalisation est contemporaine à celle du Téléphérique du Brévent à Chamonix ou celui de Veyrier-du-Lac.

 
Billet collectif, 1966.

Modernisé en 1951, sa fréquentation baisse et son état se détériore. Il est fermé en 1975. L'intervention du canton de Genève et d'Edmond de Rothschild permet l'organisation de gros travaux de modernisation, conduits par Von Roll. Le téléphérique rouvre en 1984. Propriété de la ville d'Annemasse jusqu'en 2007, il est depuis géré par délégation de service public par un Groupement local de coopération transfrontalière, constitué de la République et Canton de Genève, d'Annemasse - Les Voirons Agglomération et de la commune de Monnetier-Mornex.

ExploitationModifier

Depuis 2013, le téléphérique du Salève est exploité par un groupement formé par RATP Dev, filiale du groupe RATP, les TPG et Comag, filale de Pomagalski[1].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier