Synarchie

La synarchie ou « complot synarchique » est un mythe politique, une rumeur durable et multiforme qui a attribué à une société secrète de gigantesques pouvoirs occultes. Le mythe émerge au printemps 1941 durant le régime de Vichy. Au début de juin, plusieurs feuilles du collaborationnisme et de l'antisémitisme les plus frénétiques - l'Appel, Au Pilori - accusent à grand fracas la synarchie, « la plus secrète des loges maçonniques », de saboter la révolution nationale de Vichy, les accords franco-allemands de Montoire et la politique antisémite[1]. Le plus influent de ces polémistes est Marcel Déat. Ils reprennent et élargissent ce mythe qui procède d'une invention des mouvements les plus réactionnaires du régime de Vichy en vue de dénoncer leurs adversaires du mouvement technocratique, au moment où ceux-ci prenaient l'ascendant au sein du gouvernement François Darlan.

La rumeur prend notamment de l’ampleur avec le rapport du chef de la police Chavin remis en juillet 1941, qui circule y compris dans les ambassades étrangères, et qui s'appuie sur un mystérieux « pacte synarchique d'Empire » d'inspiration ésotérique.

Le mot synarchie désigne originellement une forme théorique d'organisation sociale tripartite développée à la fin du XIXe siècle par l'ésotériste français Joseph Alexandre Saint-Yves d'Alveydre. Dans son œuvre, cet auteur affirme son rôle messianique en proposant un mode de gouvernance simultané des « aspects intellectuels et spirituels d'une part, politiques, militaires et juridiques d'autre part, économiques et sociaux enfin, de toute collectivité humaine[2] ». Cette œuvre n’a jamais été connue que par un petit nombre d’adeptes avant la réutilisation du terme dans les années 1940.

Le mythe du « complot synarchique »Modifier

Sous le régime de VichyModifier

 
Journal contrôlé par la Propagandastaffel[3], Paris-soir dénonce Jacques Barnaud, associé gérant de la banque Worms[4] et technocrate nommé à Vichy, comme symbole des « trusts » et de « l'influence juive » ().

Le terme de Synarchie a été beaucoup utilisé au début des années 1940, pour évoquer un complot cherchant à imposer à la France un gouvernement technocratique allant à l'encontre des objectifs de la Révolution nationale pétainiste. Ce thème apparaît dans des livres, journaux, notes personnelles et circulantes, etc.

Les historiens contemporanéistes ont établi que cette rumeur de complot synarchique est un mythe[n 1],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19].

« Les réactionnaires, partisans d'un retour à l'ordre moral, s'opposaient aux technocrates. Cela aboutit à la dénonciation par les anciens de la Cagoule et de l'Action française, associés pour le coup aux collaborationnistes et notamment à Marcel Déat, d'un prétendu « complot synarchique », fomenté par les anciens d'X-Crise, des financiers proches de la banque Worms et d'une partie de l'entourage de l'amiral Darlan, comme des membres de son gouvernement. Le complot fut accusé, pêle-mêle, d'être responsable de l'éviction de Pierre Laval en décembre 1940, d'avoir fait échouer Montoire, de protéger les intérêts des Juifs, des financiers, des grands patrons et pour finir d'être responsable de l'échec de la Révolution nationale. »

— Nicolas Beaupré, Les Grandes Guerres, p. 827-828

Selon l'historien Jean-Noël Jeanneney, le complot synarchique est d'abord censé être une émanation des technocrates exécrée par les éléments les plus réactionnaires de Vichy et la presse parisienne d'orientation fasciste, donc venue de la gauche ("judéo-maçonnisme"), avant d'être présentée, par retournement, comme un impérialisme financier visant à assujettir toutes les économies, venue de la droite ("judéo-réaction"). Ce retournement favorisera sa persistance après la Libération, étant repris par des centaines d'articles de la presse de gauche et même évoqué lors des procès des collaborateurs[1].

Contexte politique : le gouvernement de l'amiral DarlanModifier

Vichy a été décrit par le politiste Stanley Hoffmann comme une "dictature pluraliste" : les différentes tendances non démocratiques s'y affrontent sans parti unique.

Après le limogeage rocambolesque de Laval par Pétain, le 13 décembre 1940, qui suscite une forte réaction des Allemands, l’intermède de Flandin au gouvernement ne dure pas. L'amiral Darlan est appelé au gouvernement en février 1941. La composition de ce gouvernement mêle, selon Henri Moisset, des "vieux Romains" (traditionnalistes proches de Pétain) et des "jeunes cyclistes" (technocrates qui ambitionnent de moderniser le pays à partir des ministères techniques)[20].

 
Une du journal L'Ouest-Éclair du , évoquant la formation du gouvernement François Darlan.

Certains d'entre eux, comme Pucheu, Lehideux (délégué général à l'Équipement national, puis secrétaire d'État à la production industrielle), Paul Marion (secrétaire général adjoint pour l'information), Benoist-Méchin (Secrétaire d'État à la vice-présidence du Conseil) se sont connus avant guerre en fréquentant Jacques Barnaud au sein de la banque Worms.

Henry du Moulin de Labarthète, le directeur de cabinet de Pétain, aurait dit à Darlan, lors de son accession au pouvoir : "Mais vous nous amenez toute la banque Worms ! ", et se serait entendu répondre vertement : "Cela vaut toujours mieux que les puceaux de sacristie qui vous entourent ! Pas de généraux, pas de séminaristes, des types jeunes, dessalés, qui s'entendront avec les Fritz, et nous ferons bouillir la bonne marmite".

La dénonciation de la « synarchie » constitue une arme polémique employée par les adversaires de Darlan, comme Déat, pour discréditer l’amiral aux yeux des Français : le dévoilement d’un tel complot appellerait la nomination de ministres déliés de ses influences, c’est-à-dire précisément de collaborationnistes parisiens, principaux propagandistes de ce mythe[21].

La note MartinModifier

En mai 1941, le maréchal Pétain reçoit un dossier qui prétend exposer « l'existence et l'activité d'une société secrète intitulée Mouvement Synarchique d'Empire (MSE)[22]. »

Il s'agit d'une note secrète rédigée par le docteur Henri Martin, l'un des ex-dirigeants de la Cagoule qui dirige une officine de renseignements proche des autorités de Vichy. S'appuyant sur un mystérieux document, le « Pacte synarchiste révolutionnaire pour l'empire français », découvert peu de temps auparavant au domicile de l'ingénieur Jean Coutrot (qui s'est suicidé en se défenestrant le matin du 19 mai 1941[23]), la note de Martin expose en détail les sombres desseins d'un groupe secret, la "Synarchie", qui aurait été à l'origine de la chute, le 13 décembre 1940, du premier gouvernement de Pierre Laval. La note dénonce une organisation dénommée « Mouvement synarchique d’empire » (MSE), à l'origine du « Pacte synarchiste » qui aurait été voté peu auparavant, en février ou en mars, dans l'appartement de Jean Coutrot.

 
« Vichy la clinique type de l'avortement ».
Une du journal collaborationniste L'Œuvre dénonçant le « sabotage de la Révolution nationale » soi-disant orchestré par « l'activité secrète » d'« inspecteurs des finances et de polytechniciens » regroupés au sein de la Synarchie.

Cette bande aurait été composée presque exclusivement de polytechniciens et d'inspecteurs des finances se réunissant dans un local appartenant à la banque Worms. Ces rencontres auraient été organisées par Gabriel Le Roy Ladurie. Leurs buts auraient été de faire échec à la Révolution nationale mise en place par Pétain, contrôler l'industrie par le biais de groupes financiers internationaux et protéger les intérêts financiers. La note va circuler non seulement à Vichy, mais également à Washington, Londres et Berlin.

Le rapport ChavinModifier

En juillet, le directeur de la sûreté nationale de septembre 1940 à septembre 1941, le commissaire Chavin, transmet un nouveau rapport sur le sujet. Le texte est dû probablement à la plume d'un autre personnage de coulisses, un nommé Raoul Husson, ancien collaborateur de la statistique générale de la France (Alfred Sauvy émet aussi l'hypothèse que Husson aurait rédige lui-même le document[24]). Le « rapport Chavin » présente le complot synarchique comme une tentative du capitalisme international pour « assujettir les économies des différents pays à un contrôle unique et antidémocratique exercé par les groupes de la haute banque ». Avec ce rapport, la synarchie change de place sur l'échiquier. Elle est rejetée à l'extrême-droite[1]. Selon le rapport, c'est même cette secte qui aurait suscité, en 1936, l'organisation subversive d'extrême-droite dite la Cagoule, d'Eugène Deloncle.

 
Henry Chavin, directeur général de la Sûreté nationale.

Mettant également en cause Henry du Moulin de Labarthète, directeur du cabinet civil du maréchal Pétain[25], le rapport Chavin évoque le groupe X-Crise, qui réunissait dans les années 1930 des polytechniciens de tous horizons politiques intéressés par les questions de société, dont Jacques Barnaud, Louis Vallon, Pierre Pucheu, Jules Moch et Jean Coutrot. La banque Worms recrutera dans ce milieu.

Le rapport Chavin circule dans les chancelleries. Toujours en 1941, la presse collaborationniste de Paris, qui a eu vent de l'affaire, reproche à la Synarchie d'avoir voulu saboter les accords de l'entrevue de Montoire et d'être inféodée à la Grande-Bretagne et aux USA. Marcel Déat, directeur de L'Œuvre, s'en prend à l'amiral François Darlan (après le changement ministériel où il remplace Pierre-Étienne Flandin), responsable selon lui de l'éviction de Laval et évoque les liens entre plusieurs membres du cabinet Darlan et la banque Worms, dont Jacques Barnaud, François Lehideux, Jacques Benoist-Méchin, Yves Bouthillier et Pierre Pucheu.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En dépit de leurs liens, ces hommes « ne forment pas une caste homogène, encore moins une « synarchie » », soulignent les historiens contemporanéistes Henry Rousso et Michel Margairaz[26]. Ce dernier chercheur précise que « parmi les responsables politiques, le mythe d’une « synarchie » ourdie par Jean Coutrot a bien été déconstruit [par l'étude d'Olivier Dard][27]. Certes, des personnalités modernistes (Jacques Barnaud, François Lehideux, Pierre Pucheu) se regroupent dans le gouvernement de Darlan au début de 1941, mais se dispersent quelque peu après le retour de Laval ou après novembre 1942[28] ».

En août 1941, Pétain lui-même accrédite l’idée d’une puissance occulte des « trusts » et dénonce vigoureusement l’autorité excessive des grandes entreprises au sein des comités d’organisation dans son discours dit « du vent mauvais »[21]. Le complot synarchique est ici mobilisé par le chef de l’Etat pour se dédouaner des erreurs du régime en matière de ravitaillement. Ce faisant, il mine durablement l’autorité des comités dont il a contribué à la création. Il lui sert aussi à justifier le tour de vis autoritaire du régime, immédiatement mis en œuvre (serment personnel des fonctionnaires, jugement des anciens responsables républicains, sections spéciales, etc.).

Le mythe synarchique à la LibérationModifier

 
Article consacré à « l'énorme complot » de la Synarchie, publié le dans Femmes françaises, périodique édité par l'Union des femmes françaises, association liée au parti communiste français.

Le mythe ne disparaît pas avec les combats de la Libération.

En 1944 encore, les Renseignements généraux à Vichy incluent dans la « Synarchie » certains gaullistes, radicaux ou résistants ralliés au Général de Gaulle, dont Gaston Palewski, Henri Frenay, Louis Joxe et le colonel Passy. [réf. nécessaire]

À la Libération, la « Synarchie » est désignée par certains résistants comme la cause de la défaite de l’Armée française en 1940[27]. Le communiste Pierre Hervé écrit dans son livre de 1945 La Libération trahie : "Des hommes avertis considèrent que la synarchie, plus forte que jamais, tiendrait par ses affiliés la plupart des leviers de commande", au service de l'anticommunisme et d'une sorte de "néo-fascisme occidental". C'est là une thèse qui est développée par des centaines d'articles de la presse de gauche. Dans les procès des collaborateurs, la synarchie est constamment évoquée, sans que les juges évidemment puissent jamais en cerner les contours[1].

Dans l'immédiat après-guerre, le rapport Chavin, avec le "pacte", est publié intégralement par le statisticien Raoul Husson dans l'ouvrage Synarchie, panorama de 25 années d’activités occultes (1946). Pour l'occasion, l'auteur adopte le pseudonyme « Geoffroy de Charnay » en référence au Templier homonyme[29],[30]. Le « Pacte synarchiste révolutionnaire pour l'empire français », qui aurait été trouvé chez Courtrot, comportant 598 propositions articulées autour de 13 principes fondamentaux[31], aurait été destiné à amener un nouveau système politique. Durant l'entre-deux-guerres, alors qu'il était élève en troisième année de l'École normale supérieure, Raoul Husson s'était déjà fait remarquer en prenant l'apparence d'un mathématicien barbu dénommé « professeur Holmgren » afin de donner une conférence volontairement incompréhensible dans le cadre du canular relatif au mathématicien imaginaire Nicolas Bourbaki[32].

Au moment où s'enfle la légende synarchique, Jean Coutrot, l'auteur présumé du pacte, n'est plus. Le 19 mai 1941, il a fait une chute mortelle à travers la fenêtre de son appartement parisien. Son moral avait été grandement atteint par la défaite et il souffrait de son amputation. Il semble que Coutrot ait bien possédé chez lui un exemplaire du "Pacte synarchique". Mais l'étude attentive que Richard Kuisel[33] a menée des théories comparées du Pacte et de Coutrot le conduit à nier tout à fait qu'il puisse en être l'auteur ou même l'inspirateur. De vagues similitudes parcellaires - qui étaient dans l'air du temps - ne permettent en rien de conclure à une connivence.

Selon Jean-Nöel Jeanneney, la synarchie a bel et bien existé, mais tout autrement que ne le dit le mythe: "Elle prend sa place dans la longue histoire, extrêmement complexe et un peu dérisoire, de l'occultisme et de ses sectes qui réunissent, d'âge en âge, de gentils toqués, de petits habiles et des philosophes autodidactes aux aspirations planétaires"[1].

La Synarchie des occultistesModifier

ÉtymologieModifier

Le plus ancien usage connu du mot synarchie est attribué à Thomas Stackhouse (1677-1752), un homme de clergé anglais[34], dans New History of the Holy Bible from the Beginning of the World to the Establishment of Christianity[35]. Synarchie est composé du préfixe "syn-" (élément du grec signifant avec) et du mot arkhê, (en grec ἀρχή, « origine », « principe », « pouvoir » ou « commandement »).

La Synarchie selon Saint-Yves d'AlveydreModifier

La Synarchie est une forme de gouvernement exposée par Saint-Yves d'Alveydre dans ses ouvrages, notamment La France vraie (1887)[36].

Synarchie nationaleModifier

Autorité et PouvoirModifier

La Synarchie est une forme de gouvernement qui distingue l'autorité du pouvoir : ceux qui ont le pouvoir sont subordonnés à ceux qui ont l'Autorité.

Saint-Yves d'Alveydre distingue ainsi le pouvoir de l'autorité : « L'Autorité proprement dite n'appartient jamais à la force. La politique en est essentiellement dépourvue. Pour rendre plus sensible la différence du Pouvoir et de l'Autorité, je prendrai pour milieu d'observation la Famille. Le père exerce le Pouvoir sur ses fils, la mère et le grand-père l'Autorité. Dès que cette dernière, toute intellectuelle, toute morale, emploie directement la force, soit dans la Famille, soit dans la Société, elle se perd en se confondant avec le Pouvoir. »[37].

Saint-Yves d'Alveydre applique cette distinction à la société :

  • L'autorité doit appartenir, selon lui, à un "Corps enseignant" réunissant toutes les institutions enseignantes du pays. Un Souverain Pontife doit être mis à la tête de ce corps enseignant. Il doit être désigné d'après ses mérites par le Corps enseignant et il ne dispose que de sa science et de l’estime générale pour asseoir son autorité.

Le chef de l’Exécutif et tous les fonctionnaires sont choisis par l'examen par le corps enseignant et lui restent subordonnés.

  • Dans ce type de gouvernement les trois fonctions essentielles de l'activité collective des sociétés : l’Enseignement, la Justice et l’Économie sont représentées par trois chambres sociales non politiques élues professionnellement au suffrage universel. Ces Chambres sociales élaborent les projets de loi.

À ces trois Chambres correspondent trois corps politiques qui ont pour tâche de promulguer et d'appliquer les lois préparées avec mandat impératif par les trois Chambres sociales. Les corps politiques ne peuvent promulguer que des lois préparées à l'avance par ces Chambres sociales.

État Social et État PolitiqueModifier

Selon Saint-Yves d'Alveydre, l'action politique d'un gouvernement sur un peuple ne peut s’exercer sans tenir compte de ce peuple : une loi politique constitutionnelle suppose donc une loi antérieure établissant l'organisation sociale des gouvernés[36]. Il distingue ainsi

La Synarchie est l'alliance de ces deux Lois. Les « Conseils sociaux » agissent sur les « Conseils politiques du gouvernement » : l'Enseignement agit sur le Délibératif, le Juridique sur le Judiciaire, l'Ordre Economique sur l'Exécutif. Ensuite, les pouvoirs des gouvernants réagissent sur ceux des gouvernés, en leur rendant en acte ce qu'il en a reçu en puissance[36].

Synarchie européenneModifier

Saint-Yves d'Alveydre traite de la Synarchie européenne dans son ouvrage « La Mission des Souverains »[38].

Diffusion des idées synarchistes au sein des mouvements occultistesModifier

 
Le docteur Gérard Encausse, dit « Papus »
(portrait peint en 1899).
 
Couverture de l'ouvrage publié par l'association « les amis de Saint-Yves » : L'Archéomètre, clef de toutes les religions et de toutes les sciences de l'antiquité, réforme synthétique de tous les arts contemporains, seconde édition, après 1912.

Auteur d'ouvrages sur la franc-maçonnerie[39], Jean Saunier entend « situer l'occultisme contemporain » de Saint-Yves d'Alveydre « dans une histoire des idées sociales, largement marquée par le romantisme social et l'utopie »[40]. Le concepteur de l'archéomètre « prétendait à une royauté initiatique et se posait par là en « Grand Initié » », précise également Saunier[41]. Malgré les efforts déployés par Saint-Yves d'Alveydre, puis par certains de ses disciples autoproclamés pour promouvoir politiquement le projet synarchique, l'attrait pour ces conceptions utopistes est quasi-nul et s'exerce seulement sur quelques personnalités et divers petits groupes occultistes qui rêvent d'un gouvernement élitiste fondé sur des principes d'harmonie cosmique [réf. nécessaire].

À l'instar d'autres personnalités comme Éliphas Lévi, Saint-Yves d'Alveydre — lui-même inspiré par divers penseurs utopistes[42] — exerce une influence au sein du mouvement occultiste qui prend de l'ampleur dans le dernier quart du XIXe siècle. Aux yeux de « plusieurs générations d'occultistes[43] », toutes obédiences confondues, « la synarchie constitue une donnée permanente » durant le XXe siècle : martinistes tels Papus et Constant Chevillon, anthroposophes comme Rudolf Steiner, théosophes avec Curuppumullage Jinarajadasa et Vivian du Mas[42]... Pour autant, « la notoriété de Saint-Yves n'a jamais dépassé le domaine de l'occultisme », souligne Jean Saunier[44]. Celui-ci réfute donc toute « efficacité politique » de la part des « quelques petits cénacles occultistes »[45] représentant ostensiblement le courant synarchique tout au long de « l'histoire complexe et un peu dérisoire de l'occultisme au XXe siècle »[46].

En 1887, le docteur Gérard Encausse fait la connaissance de Saint-Yves, qu'il considère rapidement comme son « maître spirituel[47] ». Le médecin se documente particulièrement au sujet de son projet d'archéomètre[48]. Par la suite, Encausse, dit « Papus », fonde en 1891 l'Ordre martiniste qui se réclame de l'enseignement de Louis-Claude de Saint-Martin, dit « le Philosophe inconnu »[49]. Regardant les associations occultistes avec condescendance[50], Saint-Yves n'adhère pas à l'Ordre martiniste, contrairement aux allégations qui l'en qualifient parfois de « Grand Maître »[n 2].

Après le décès de Saint-Yves à Pau, le , des disputes éclatent entre les disciples qui revendiquent son héritage. Papus négocie alors un accord avec les deux légataires universels de Saint-Yves, le comte et la comtesse de Keller[54], puis s'emploie à diffuser les idées du « Maître » en fondant une bibliothèque et un musée. Enfin, il réussit non sans mal à éditer L'Archéomètre en 1912, mais en dépit de sa lettre enthousiaste adressée à Keller (« le grand jour est arrivé [...] les efforts de Saint-Yves sont synthétisés, publiés, et chacun [...] à même d'en juger l'importance et la valeur »), l'œuvre demeure confidentielle. « Les années 1910-1914 marquent un déclin assez général de l'occultisme », observe Olivier Dard[55].

Face à la perspective d'une guerre prochaine, Gérard Encausse tente de promouvoir politiquement les idées synarchistes[56],[n 3]. Lorsque le conflit éclate, il est mobilisé comme médecin-chef, contracte la tuberculose et meurt le [56]. Son successeur, Charles Détré, dit « Teder », incline à penser l'Ordre martiniste « comme une obédience maçonnique » et à « subordonner l'admission à la possession préalable de grades maçonniques ». Teder décède en 1918[58]. Jean Bricaud, patriarche de l'« Église gnostique universelle », accède alors à la tête de l'Ordre et en modifie le rituel, écartant ainsi les femmes et les non-maçons. Cette ligne est maintenue par Constant Chevillon, employé de banque devenu Grand Maître de l'Ordre en 1934 jusqu'à son assassinat par la Milice le [59].

Or les ambitions individuelles visant le titre de Grand Maître[60] ainsi que les réformes lancées après la disparition de Papus suscitent des brouilles au sein de l'Ordre martiniste durant l'entre-deux-guerres. En arguant son orthodoxie[59], un martiniste dissident nommé Victor Blanchard fonde l'« Ordre martiniste et synarchique » au début de la décennie 1920[n 4],[58]. Chef du secrétariat général de la présidence de la Chambre des députés[63], ce fonctionnaire « se réclame du projet de Saint-Yves d'Alveydre, rêvant d'un gouvernement élitiste fondé sur des principes d'harmonie cosmique », note l'historien André Combes[64].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Certains concepts formulés par Saint-Yves d'Alveydre sont repris par d'autres auteurs, notamment l'Agartha que l'aventurier Ferdynand Ossendowski transforme en « royaume souterrain » d'« Agarthi » dans son récit Bêtes, Hommes et Dieux en 1924[65].

La synarchie des occultistes et l'idée de complotModifier

Pour promouvoir son système, Saint-Yves publie plusieurs ouvrages, tient des conférences, participe à la création d’un syndicat[réf. nécessaire], obtient des entretiens officiels avec des hommes politiques (Jules Grévy, Sadi Carnot[réf. nécessaire], etc.), etc. Il mène ainsi une campagne de propagande pour la diffusion de la Synarchie au grand jour.

Selon ses défenseurs, on ne peut donc pas utiliser la Synarchie de Saint-Yves pour justifier, même en théorie, le moindre complot, coup d’État ou révolution. L'idée de complot serait la négation de la Synarchie de Saint-Yves parce que celle-ci ne peut s’établir qu’au vu et au su de tous puisqu’elle est universelle. Tel est le sens premier que Saint-Yves lui donne dans La Mission des ouvriers l'association de tous : « Dans la Mission actuelle des Souverains, j'ai donné à ce Gouvernement nouveau ce nouveau nom : la Synarchie, comme qui dirait l'association de tous, le Totalisme, au lieu du Nihilisme. »[66].

Saint-Yves lui-même n’aurait jamais adhéré à une quelconque société secrète et n’en ayant fondé aucune.

Le mythe politique après-guerreModifier

Évocations contemporaines du mythe, de l'extrême droite à l'extrême gaucheModifier

Malgré son invraisemblance, le mythe n'en réapparaît pas moins de temps en temps : vue comme « une société secrète [dotée] de gigantesques pouvoirs occultes[67] », la croyance en un "synarchie" demeure prégnante dans certains milieux politiques.

Ainsi, selon un auteur catholique et antimaçonnique adoptant le pseudonyme de A.G. Michel, le « Pacte synarchiste révolutionnaire pour l'empire français » est rédigé en 1936 et devient un agenda politique réel à partir de 1945 à la conférence de Yalta. Ses mots d'ordres seraient ceux qu'ont propagés en France la franc-maçonnerie laïciste et socialiste du Grand Orient de France[68].

Par ailleurs, l'ex-cagoulard et vichysto-résistant Henri Martin, auteur de la note ayant créé le mythe[69], transmet sa croyance à son gendre, l'écrivain d'extrême droite Pierre de Villemarest[70],[71]. Celui-ci considère la nouvelle politique économique (NEP) en URSS, le fascisme en Italie, le nazisme en Allemagne, le New Deal aux États-Unis et la Révolution nationale en France comme des phénomènes à l’identité foncièrement semblable, voulus et provoqués simultanément par la Synarchie, qu'il croit liée à des hautes loges de type maçonnique d’obédience martiniste[72].

Roger Mennevée soutient, quant à lui, que la Synarchie est un centre de décision unique et mondial, une des « forces occultes qui mènent le monde. » Selon cet essayiste, il y aurait un « pôle P » (protestant) dirigé par des anglo-saxons et des nordiques, un « pôle C/S » (« catholico-synarchiste ») réunissant les intérêts financiers concentrés autour de l’Église et un « pôle C » (communiste) tendant à déposséder les deux premiers de leur prédominance[73]. Il y voit l'action occulte des jésuites[74]. En 1955, dans la revue Contre-Courant de l'anarchiste Louis Louvet, Paul Rassinier publie un article intitulé « Le Parlement aux mains des banques », où il « véhicul[e] la théorie conspirationniste de la « synarchie » sans cacher ses sources : Henry Coston, Roger Mennevée, Jean Galtier-Boissière », selon le Maitron[75].

Le mythe politique relancé par Annie Lacroix-RizModifier

 
Annie Lacroix-Riz à la conférence « Axis for Peace » organisée par le Réseau Voltaire en 2005[76].
Conspiracy Watch qualifie la liste des participants de « who's who des auteurs conspirationnistes les plus en vue de l’époque[77]. »

Militante au Pôle de renaissance communiste en France (PRCF)[76], l'historienne marxiste-léniniste Annie Lacroix-Riz tente d'accréditer la théorie du complot synarchique[78] en affirmant que « les synarques » n'auraient pas eu pour but de ruiner la Révolution nationale du maréchal Pétain mais représenteraient les intérêts de groupes financiers et d'organismes patronaux liés à des groupes ou organismes allemands souhaitant comme leurs homologues d'outre-Rhin l'instauration d'un régime fasciste[79]. En outre, Lacroix-Riz affirme que le gouvernement d'Édouard Daladier se serait montré complaisant vis-à-vis des éléments anti-républicains en raison de « l'investissement de l'appareil d'État par le club synarcho-cagoulard »[80],[81].

L'historien Gilles Morin observe que « les thèmes favoris de l'auteure, qu'elle simplifie de livre en livre, ne font pas dans la nuance : les élites françaises n'auraient cessé de trahir et auraient participé à un vaste complot dès la fin de la Grande Guerre, celui de la synarchie. Ces « synarcho-cagoulards », appuyés par les États-Unis et le Vatican, auraient eu pour but d’en finir avec la République et le communisme. Ces élites auraient délibérément choisi, au temps du Front populaire, le nazisme plutôt que l'alliance avec l'URSS et donné naissance à Vichy[82]. » De surcroît, « sa fascination pour les complots « synarcho-cagoulards » » conduit Lacroix-Riz à plusieurs approximations sur la Cagoule et à pratiquer « l'insinuation permanente » au sujet de l'entourage du général de Gaulle au sein de la France libre[83].

L'historien Thibault Tellier souligne qu'en dépeignant un complot synarchique infiltrant l'État républicain, Annie Lacroix-Riz allègue d'une part la diversité des conspirateurs « (militaires, politiques, industriels, ingénieurs, etc.) ; d’autre part, la perméabilité de toutes les sphères républicaines à [ce complot], y compris à gauche, puisqu’à en croire l’auteur, de nombreux responsables radicaux comme socialistes auraient participé au projet ». Or Thibault Tellier ajoute que « depuis quelques années, plusieurs historiens, dont Olivier Dard, ont révélé la part de mythe dans l’existence d'un soi-disant complot synarchique contre la République. Dès lors, le parti pris doctrinaire adopté par l'auteur fragilise son argumentation. » De la sorte, les considérations de Lacroix-Riz sur le personnel politique français de 1940 « témoigne(nt) en particulier des a priori de l'auteur dans le but d'étayer son postulat de départ. »[84],[85].

L'historien Olivier Dard estime que ces écrits relèvent « d'un discours anticapitaliste d'extrême gauche qui instruit à travers la synarchie le procès traditionnel du « grand capital » et des élites[86]. » À titre d'exemple d'un « moment d'oscillation des marges » politiques, l'historien Nicolas Lebourg mentionne « le succès à gauche des ouvrages conspirationnistes d'Annie Lacroix-Riz[87] » qui viennent « moderniser le mythe de la Synarchie[88] ».

Comme le conclut Jean-Noël Jeanneney, « de l'absence de toute trace d'un fait, le mythe ne se gêne pas pour conclure, paradoxalement, qu'il est d'autant mieux avéré - preuve étant faite ainsi du prodigieux pouvoir de dissimulation dont jouissent les mystérieux comploteurs[1]. »

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Ouvrages de Saint-YvesModifier

  • Testament lyrique, 1877 [1]
  • Clefs de l’Orient, 1877
  • Missions
    • Mission des Souverains, par l'un d'eux, Paris, Calmann Lévy, 1882, 435 p. Rééd. 1948 [2]
    • Mission des Ouvriers, Paris, Calmann Lévy, 1882, 3e éd. 1884, 64 p. Rééd. Nice, Bélisane, 1979, 64 p. [3]
    • Mission des Juifs, Paris, Calmann Lévy, 1884, 947 p. Rééd. Éditions traditionnelles 1973
    • Mission de l’Inde en Europe, mission de l'Europe en Asie. La question du Mahatma et sa solution, 1886. Rééd. Dualpha, 2006, 222 p. [4]
    • La France vraie ou la Mission des Français, 1887
  • Jeanne d’Arc victorieuse, 1890
  • L'Archéomètre, clef de toutes les religions et de toutes les sciences de l'Antiquité, réforme synthétique de tous les arts contemporains (1895 ss., édité après la mort de Saint-Yves), Paris, Dorbon aîné, 1911, 332 p. Rééd. Guy Trédaniel, 1990, 332 p. [5]

Essais sur Saint-Yves et l'ésotérismeModifier

  • L’Evolution de l’Idée, F.Ch.Barlet, Albert Faucheux.
  • Principes de sociologie synthétique, F.Ch.Barlet, Albert Faucheux, 1894.
  • L’Instruction intégrale - Programme raisonné d’instruction à tous les degrés, F.Ch.Barlet, Albert Faucheux, 1902.
  • L’Evolution sociale - Etude historique et philosophique de sociologie synthétique, F.Ch.Barlet, Albert Faucheux, 1910.
  • Saint-Yves d’Alveydre, F.Ch.Barlet, Albert Faucheux, 1910.
  • Saint-Yves d’Alveydre, une philosophie secrète, YF. Boisset, 2005.
  • L’État social vrai, A.E.Chauvet (ou Saïr), 1912, également auteur de L’Esotérisme de la Genèse, 1946.
  • Anarchie, Indolence et Synarchie, Gérard Encausse (ou Papus), 1894.
  • La Grande Triade, René Guénon, 1957.
  • Le Roi du monde, René Guénon, 1958.
  • L’Organisation sociale. Le problème politico-social et sa solution., Louis Le Leu, 1931.
  • Chanoine Roca, La crise fatale et le Salut de l’Europe, (étude critique sur les Missions de M. de Saint-Yves), 1885
  • Chanoine Roca, La fin de l’Ancien monde, 1886
  • Chanoine Roca, Glorieux centenaire, 1889
  • Chanoine Roca, Nouveaux cieux, nouvelle terre, 1889
  • Jean-Pierre Laurant, L'ésotérisme chrétien en France au XIXe siècle, Lausanne, L'Âge d'Homme, coll. « Politica Hermetica », , 244 p. (ISBN 2-8251-0330-6, présentation en ligne).
  • Jean Saunier, La Synarchie, Évreux, Le Cercle du bibliophile, coll. « Histoire des personnages mystérieux et des sociétés secrètes », (1re éd. 1971, Paris, Culture, art, loisirs), 287 p.
    Le faux-titre porte : La Synarchie ou le Vieux rêve d'une société nouvelle.
  • Jean Saunier, Saint-Yves d'Alveydre ou une synarchie sans énigme, Paris, Dervy-livres, coll. « Histoire et tradition », , 485 p. (ISBN 2-85076-141-9, présentation en ligne).
  • Édouard Schuré, Femmes inspiratrices et poètes annonciateurs, 1908 (Schuré lui consacre le chapitre III / III de la partie « Poètes annonciateurs »).
  • Édouard Schuré, L’Ame celtique et le Génie de la France, 1920
  • Édouard Schuré, Les Grands initiés. Esquisse de l’histoire secrète des religions, 1925
  • Jacques Weiss, La Synarchie selon l’œuvre de Saint-Yves d’Alveydre, 1947 (Résumé des cinq Missions de Saint-Yves qui donne une vue générale de la Synarchie).

Études historiques sur le complot mythique de la synarchieModifier

Mythes conspirationnistes sur la synarchieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Que n'a-t-on écrit — et ce dès les années trente — sur la subordination du pouvoir politique à la toute-puissance des milieux d'affaires ? Les mythes ont couru sur « les dynasties bourgeoises », « la synarchie », les trusts et le Comité des forges[5]. »
  2. Lorsqu'il aborde le sujet de la Synarchie dans ses mémoires sur le régime de Vichy, Henry du Moulin de Labarthète désigne Saint-Yves comme le « Grand Maître de l'Ordre martiniste[51] ». Dans son ouvrage sur les sociétés secrètes, l'essayiste René Alleau reprend ce même qualificatif pour évoquer le personnage[52]. Or Jean Saunier précise que Papus transmet en vain trois diplômes ad honorem de membre de la Loge « le Sphinx » et « de docteur en hermétisme » à Saint-Yves, qui les renvoie à l'expéditeur[53].
  3. Ainsi, lorsque le journal Excelsior le sollicite conjointement avec la voyante Madame Fraya afin qu'ils divulguent leurs prédictions relatives aux élections législatives de 1914, Papus en profite pour présenter la Synarchie, « système de gouvernement préconisé par les occultistes », comme « une Chambre élue par trois groupements : un tiers élu par l’État, un tiers par le Suffrage universel et le dernier tiers par les deux tiers précédents. Le premier tiers sera choisi par le gouvernement en exercice parmi les hommes éminents du pays, qu'on trouvera dans les grandes administrations, les académies, les Conseils d’État, les conseils du commerce extérieur, la magistrature, etc. Ces élus et ceux du Suffrage universel éliront à leur tour leurs compagnons de gouvernement. [...] Et nous aurons alors la prospérité et l'allégresse dans les arts et les industries, dans les relations extérieures et dans la culture de la terre... »[57].
  4. L'Union Générale des Martinistes et des Synarchistes est déclarée comme association le , d'après le Journal officiel[61]. En 1921, elle prend le nom d'« Ordre martiniste et synarchique », selon André Combes[62].

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Jean-Noël Jeanneney, « Les mystères de la synarchie », Le Monde, , lire en ligne.
  2. Saunier 1981, p. 16.
  3. Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, coll. « Histoire, hommes , entreprises », , 494 p. (ISBN 2-7381-0490-8), p. 239.
  4. Jean Garrigues, Les patrons et la politique : 150 ans de liaisons dangereuses, Paris, Perrin, , 344 p. (ISBN 978-2-262-03605-8, présentation en ligne), p. 126-127.
  5. Sylvain Schirmann (préf. Raymond Poidevin), Les relations économiques et financières franco-allemandes, 24 décembre 1932-1er septembre 1939, Paris, Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière de la France / Études générales », , XI-304 p. (ISBN 2-11-087835-5, lire en ligne), chap. XVIII (« Vers le "Munich économique" »).
  6. Kuisel 1970, p. 365-398.
  7. Jeanneney 1984, p. 231-241.
  8. Henry Rousso, La Collaboration : les noms, les thèmes, les lieux, Paris, MA Éditions, coll. « Les Grandes encyclopédies du monde de... », , 203 p. (ISBN 2-86676-301-7), « SYNARCHIE », p. 166-168.
  9. Denis Peschanski, « Vichy au singulier, Vichy au pluriel : une tentative avortée d'encadrement de la société (1941-1942) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, Paris, Armand Colin, no 3 « Fascisme, nazisme »,‎ , p. 650-651 (lire en ligne).
  10. Michel Margairaz, « Jean Coutrot 1936-1937 : l'État et l'Organisation scientifique du travail », Genèses, no 4 « Le national »,‎ , p. 95 (lire en ligne).
  11. Annette Lévy-Willard, « « Un problème de sources ». Robert Paxton ne partage pas la thèse d'Annie Lacroix-Riz. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Dard 1998, p. 228.
  13. Frédéric Monier, « Secrets de parti et suspicion d'État dans la France des années 1930 », Politix, no 54,‎ , p. 138 (lire en ligne).
  14. Bénédicte Vergez-Chaignon, Le docteur Ménétrel : éminence grise et confident du maréchal Pétain, Paris, Perrin, , 408 p. (ISBN 2-262-01464-7, présentation en ligne), p. 160.
  15. Nicolas Beaupré, Les grandes guerres (1914-1945), Paris, Belin, coll. « Histoire de France », , 1143 p. (ISBN 978-2-7011-3387-4, présentation en ligne), p. 827-828.
  16. Bernard Costagliola (préf. Georges-Henri Soutou), Darlan : la Collaboration à tout prix, Paris, CNRS éditions, , 403 p. (ISBN 978-2-271-08318-0, présentation en ligne), p. 102.
  17. Sauvy 2012, p. 275-282.
  18. Fabrice Grenard, Florent Le Bot et Cédric Perrin, Histoire économique de Vichy : l'État, les hommes, les entreprises, Paris, Perrin, , 440 p. (ISBN 978-2-262-03565-5, présentation en ligne), p. 155 ; 386-387.
  19. Gilles Richard, Histoire des droites en France : de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, , 634 p. (ISBN 978-2-262-03468-9, présentation en ligne).
  20. Fabrice Grenart, Florent Le Bot et Cédric Perrin, Histoire économique de Vichy, Perrin, , p. 144
  21. a et b Fabrice Grenart, Florent Le Bot et Cédric Perrin, Histoire économique de Vichy, Perrin, , p. 156
  22. Denis Peschanski, « Le régime de Vichy a existé. Gouvernants et gouvernés dans la France de Vichy : juillet 1940 - avril 1942 », dans Angelo Tasca, Vichy 1940-1944 : archives de guerre d'Angelo Tasca, Paris / Milan, CNRS Éditions / Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, , XXII-749 p. (ISBN 2-222-03843-X, présentation en ligne), p. 15-16.
  23. Dard 2012, p. 107.
  24. Alfred Sauvy, La vie en plus : souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, , 286 p. (ISBN 2-7021-0394-4).
  25. Jérôme Cotillon, « Un homme d'influence à Vichy : Henry du Moulin de Labarthète », Revue historique, no 622,‎ , p. 353-385 (lire en ligne).
  26. Michel Margairaz et Henry Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », Histoire, Économie et Société « Stratégies industrielles sous l'Occupation »,‎ 3e trimestre 1992, p. 341-342 (lire en ligne).
  27. a et b Dard 2012.
  28. Michel Margairaz, « Les politiques économiques sous et de Vichy. », Histoire@Politique, 3/2009, n° 9, p. 93-93, lire en ligne.
  29. Emmanuel Kreis (éd.), Les puissances de l'ombre : juifs, jésuites, francs-maçons, réactionnaires, la théorie du complot dans les textes, Paris, CNRS Éditions, , 309 p. (ISBN 978-2-271-06786-9, présentation en ligne).
  30. Olivier Dard, « La synarchie ou le complot imaginaire », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, , 1617 p. (ISBN 978-2-08-125516-6, lire en ligne).
  31. Pacte synarchiste révolutionnaire pour l'empire français, texte intégral
  32. Maurice Mashaal, Bourbaki, une société secrète de mathématiciens, Pour la science, 2002 (ISBN 2-84245-046-9) p. 25.
  33. Richard F. Kuisel, « The Legend of the Vichy Synarchy », French Historical Studies,‎ , p. 365-398
  34. Biographie de Thomas Stackhouse sur berkshirehistory.com
  35. Synarchy entry on Noah Webster's 1828 American Dictionary web edition
  36. a b et c Alexandre Saint-Yves d'Alveydre, La France vraie, tome 1, chapitre 1, page 146, Calman Lévy, Paris 1887
  37. Alexandre Saint-Yves d'Alveydre, La Mission des Souverains, Paris, 1882, p.42
  38. Alexandre Saint-Yves d'Alveydre, La Mission des Souverains, Paris, 1882, chapitre 12
  39. Jean-Pierre Laurant, « J. Saunier. Les Francs-Maçons [compte rendu] », Revue de l'histoire des religions, Paris, t. 186, no 2,‎ , p. 222-224 (lire en ligne).
  40. Saunier 1981, p. 29.
  41. Saunier 1981, p. 25.
  42. a et b Saunier 1973, p. 94.
  43. Saunier 1981, p. 25-26.
  44. Saunier 1973, p. 163.
  45. Saunier 1973, p. 77.
  46. Saunier 1973, p. 168.
  47. Saunier 1981, p. 26.
  48. Dard 1998, p. 75.
  49. René Le Forestier, La Franc-Maçonnerie templière et occultiste aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Éditions Aubier-Montaigne, , 1118 p. (présentation en ligne), « Addenda, notice par Antoine Faivre et Jean Saunier », p. 1016 et suiv..
  50. Saunier 1973, p. 94.
  51. Henry Du Moulin de Labarthète, Le temps des illusions : souvenirs (juillet 1940-avril 1942), 1946, p.332.
  52. René Alleau, Les sociétés secrètes, Denoël, 1963, p. 241.
  53. Dard 1998, p. 80-81.
  54. les enfants d'un premier mariage de sa femme
  55. Dard 1998, p. 76-77.
  56. a et b Dard 1998, p. 77.
  57. André Arnyvelde, « Que pensent des élections... les astres ? », Excelsior, no 1266 (5e année),‎ , p. 2 (lire en ligne).
  58. a et b Saunier 1973, p. 173.
  59. a et b Dard 1998, p. 81.
  60. Saunier 1973, p. 172.
  61. « Déclarations d'associations », Journal officiel de la République française, no 191, 52e année,‎ , p. 18103 (lire en ligne).
  62. André Combes, La franc-maçonnerie sous l'Occupation : persécution et résistance, 1939-1945, Monaco / Paris, Éditions du Rocher, coll. « Franc-maçonnerie, humanisme et tradition », , 421 p. (ISBN 2-268-04112-3), p. 160.
  63. Marie-Sophie André et Christophe Beaufils, Papus, biographie : la Belle Époque de l'occultisme, Paris, Berg international, coll. « Faits et représentations », , 354 p. (ISBN 2-900269-92-X), p. 168.
  64. André Combes (préf. Andreas Önnerfors), 1914-1968, la franc-maçonnerie, cœur battant de la République : éclatée, féminisée, persécutée, renforcée, Paris, Dervy, coll. « L'univers maçonnique », , 233 p. (ISBN 979-10-242-0246-4).
  65. Dard 1998, p. 77-78.
  66. Alexandre Saint-Yves d'Alveydre, La Mission des ouvriers, Paris, 1882, page 60
  67. Jean-Noël Jeanneney, « Les mystères de la synarchie », Le Monde, , lire en ligne.
  68. A.G. Michel, Mondialisme maçonnique, Éditions du Trident, p. 103
  69. Vincent Giraudier, Répression politique et internement administratif (1940-1944) : Les Bastilles de Vichy, Paris, Tallandier, , 268 p. (ISBN 978-2-84734-414-1, présentation en ligne).
  70. Dard 2012, p. 189-190.
  71. Pierre Péan, Le mystérieux docteur Martin (1895-1969), Paris, Librairie générale française (LGF), coll. « Le livre de poche » (no 13935), , 535 p. (ISBN 2-253-13935-1), p. 6 ; 497 ; 511.
  72. Pierre de Villemarest, Les Sources financières du nazisme, éd. CEI, 1984, p. 65
  73. Saunier 1973, p. 56-57.
  74. Dard 2012, p. 188.
  75. RASSINIER Paul [Dictionnaire des anarchistes], Le Maitron, lire en ligne.
  76. a et b Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier, La Galaxie Dieudonné : pour en finir avec les impostures, Paris, Syllepse, coll. « Arguments et mouvements. Mauvais temps », , 191 p. (ISBN 978-2-84950-285-3), p. 52, n. 28.
  77. Rudy Reichstadt, « Conspirationnisme : Un état des lieux - Note n° 11 », Fondation Jean-Jaurès, Observatoire des radicalités politiques, 24 février 2015, [lire en ligne].
  78. Rudy Reichstadt, « « La synarchie. Le mythe du complot permanent », d'Olivier Dard », sur Conspiracy Watch, (consulté le ).
  79. Annie Lacroix-Riz, Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 30, éd. Armand Colin, 2006, 671 p (ISBN 2200267843 et 978-2200267841)
  80. Lacroix-Riz 2008, p. 244.
  81. Maurice Genty, « Annie Lacroix-Riz, De Munich à Vichy. L'assassinat de la Troisième République, 1938-1940. Paris, Armand Colin, 2008, 408 p. », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, no 107,‎ (lire en ligne).
  82. Gilles Morin, « Du mésusage des archives et de l’histoire », 20 et 21 : Revue d'histoire, no 145,‎ , p. 159-160 (DOI 10.3917/vin.145.0151).
  83. Gilles Morin, « Du mésusage des archives et de l’histoire », 20 et 21 : Revue d'histoire, no 145,‎ , p. 164-165 (DOI 10.3917/vin.145.0151).
  84. Thibault Tellier, « Lacroix-Riz Annie, De Munich à Vichy : l'assassinat de la Troisième République (1938-1940), Paris, Armand Colin, 2008, 408 p., 29 € [compte rendu] », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, Paris, Presses de Sciences Po, no 104,‎ , p. 209 (lire en ligne).
  85. T. Tellier développe le cas particulièrement aiguë d'Édouard Daladier. Tout comme son successeur à la tête du gouvernement en , Paul Reynaud, sont-ils présentés comme bienveillants à l'égard du complot. Paul Reynaud est même décrit comme un « faux républicain », ce qui est inexact au regard de sa carrière politique. Si la présence dans son entourage de financiers, favorables pour certains à un compromis avec l'Italie, est avérée, cela n'en fait pas pour autant des comploteurs contre la République, et encore moins de Reynaud un partisan, au mieux complaisant, de ces thèses.
  86. Dard 2012, p. 222-224.
  87. Nicolas Lebourg, « Orientalisations culturelles ou occidentalisme politique ? », dans Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Dominic Thomas (dir.), Vers la guerre des identités ? : de la fracture coloniale à la révolution ultranationale, Paris, La Découverte, , 292 p. (ISBN 978-2-7071-8812-0).
  88. Nicolas Lebourg, Les nazis ont-ils survécu ? : enquête sur les internationales fascistes et les croisés de la race blanche, Paris, Le Seuil, , 310 p. (ISBN 978-2-02-141371-7).