Sylvain Tesson

écrivain voyageur français
Sylvain Tesson
Sylvain Tesson en 2011- P1160238.jpg
Sylvain Tesson en 2011 à la Comédie du Livre à Montpellier
Fonction
Président
La Guilde (d)
-
inconnu
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Marie-Claude Tesson-Millet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Sylvain Tesson, né le à Paris, est un écrivain voyageur français. Il est notamment auteur de récits de voyage et de livres de réflexion.

BiographieModifier

Famille et formationModifier

Sylvain Tesson est le fils de Philippe Tesson (1928-2023), journaliste et patron de presse, et de Marie-Claude Millet (1942-2014), médecin spécialisée en rhumatologie et en médecine tropicale, qui ont fondé ensemble Le Quotidien du médecin en 1971 puis ce dernier Le Quotidien de Paris en 1974. Sylvain Tesson a deux sœurs : la comédienne Stéphanie Tesson (1969) et la journaliste Daphné Tesson (1978)[1].

Sylvain Tesson grandit à Chatou dans les Yvelines[2]. Il étudie au lycée Passy-Buzenval de Rueil-Malmaison[2], puis effectue une hypokhâgne et une khâgne au lycée Claude-Debussy de Saint-Germain-en-Laye[3]. Géographe de formation, il est titulaire d'un DEA de géopolitique à l'Institut français de géopolitique[4].

Il a vécu avec l'exploratrice Priscilla Telmon[5],[6] et l'écrivaine Bénédicte Martin[7],[8].

Le voyageurModifier

En 1991, il découvre l’aventure lors d’une traversée à vélo du désert central d’Islande[9], puis d’une expédition spéléologique à Bornéo[10].

Puis, en 1993-1994, il fait le tour du monde à bicyclette avec Alexandre Poussin, qu’il connaît depuis le lycée[11]. Les deux amis, qui terminent alors leurs études de géographie[10], tirent de leur voyage, en 1996, le livre On a roulé sur la terre, qui leur vaut le prix jeune de l’IGN[9]. Ils contactent à cette occasion Jean Raspail, écrivain, explorateur et vice-consul autoproclamé du Royaume d'Araucanie et de Patagonie[12]. Tesson assume, par ailleurs, d'être « réactionnaire » et fréquenter La Nouvelle Librairie, proche du théoricien de la Nouvelle Droite, Alain de Benoist[13].

En 2001 et 2002, il participe à des expéditions archéologiques au Pakistan et en Afghanistan[9].

De mai 2003 à janvier 2004, il reprend l'itinéraire des évadés du goulag en suivant le récit, à la véracité contestée, de Sławomir Rawicz : The Long Walk (1955)[14]. Il relate ce périple, qui l'emmène de Iakoutsk en Sibérie, puis en Chine où il rejoint le Tibet à vélo[15], où il retrouve l'exploratrice Priscilla Telmon (traversant l'Himalaya à pied) pour parcourir ensemble le Sikkim et gagner Calcutta en Inde à pied, dans son livre L'Axe du loup[16]. Pour lui, l’aventure est plausible dans son ensemble mais comporte des anomalies absolues, comme « dix jours sans boire dans le Gobi »[15].

En 2007, le documentaire Irkoutsk-Pékin, la route des steppes, qu'il réalise avec Nicolas Millet, relate son expédition d’Irkoutsk à Pékin en empruntant la route du Transmongol[17].

L'écrivainModifier

 
Sylvain Tesson (deuxième à gauche) lors de la réception de Patrice Franceschi comme écrivain de Marine, le 10 février 2014 à l'hôtel de la Marine à Paris.

Il obtient le prix Goncourt de la nouvelle en 2009 pour Une vie à coucher dehors, et le prix Médicis essai en 2011 pour Dans les forêts de Sibérie.

À l'été 2017, France Inter lui propose de concevoir une série de huit émissions d'une heure chacune, intitulée « Un été avec Homère », lors desquelles il propose sa lecture et son analyse de l’Iliade et de l’Odyssée. Ces émissions donnent lieu l'année suivante à la parution d'un livre homonyme (Un été avec Homère), qui devient l'essai le plus vendu en 2018 — et le sixième livre toutes catégories confondues le plus vendu cette année-là —, selon le palmarès annuel L'Express-RTL-Tite Live (classant les ouvrages francophones parus dans l'année en grand format)[18],[19]. Il est l'auteur le plus vendu en 2019 en France au palmarès des meilleures ventes de livres francophones (hors bandes dessinées) en librairies grâce à son récit La Panthère des neiges[20],[21]. En 2020, le livre passe « la barre faramineuse des 500 000 exemplaires »[22].

France Inter lui propose à nouveau, à l'été 2020, de concevoir une série de quarante capsules de quatre minutes chacune intitulée « Un été avec Rimbaud », lors desquelles il propose sa lecture et son analyse de l'œuvre d'Arthur Rimbaud[23],[24].

Le « stégophile »Modifier

Sylvain Tesson est « stégophile » depuis son adolescence[25] — il a emprunté ce néologisme synonyme du plus courant « toiturophile » à l'écrivain Sylvain Jouty qui nomme l'activité consistant à monter sur les toits, dans son cas essentiellement ceux des cathédrales[26],[27]. Surnommé « le prince des chats » au sein d'un cercle d'acrobates, il passe des nuits entières sur des clochers et des flèches : à Notre-Dame de Paris, au Mont-Saint-Michel, à la basilique Sainte-Clotilde de Paris, et sur d'autres monuments (principalement des églises) à Orléans, Argentan, Reims, Amiens ou encore Anvers[26].

En 2008, il aide Robert Ménard à escalader la façade sud de Notre-Dame pour que celui-ci puisse se cacher sous la toiture en attendant le passage de la flamme olympique. « C'était une manière d'exprimer ma compassion pour la souffrance du peuple tibétain », dira-t-il[28]. Avec Priscilla Telmon, il participe au déploiement de deux banderoles de Reporters sans frontières sur Notre-Dame de Paris, puis avec les alpinistes Christian Clot et Evrard Wendenbaum, depuis le premier étage de la tour Eiffel[29].

Le 20 août 2014, il chute de près de dix mètres en escaladant la façade d'une maison à Chamonix, alors qu'il séjournait chez son ami Jean-Christophe Rufin, avec qui il pratique l'alpinisme. Victime d'un sévère traumatisme crânien et de multiples fractures, il est hospitalisé à Annecy et placé en coma artificiel[30],[31]. Réveillé huit jours plus tard, il est transféré à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour rééducation[32].

En 2020, il escalade l'Aiguille creuse d'Étretat avec Daniel Du Lac[33],[34].

CritiquesModifier

L'idée que son écriture est problématique se retrouve chez des auteurs confirmés. Le philosophe et écrivain Bruce Bégout parle en effet d’imposture à propos d’écrivains voyageurs qui fondent leur succès sur des stéréotypes littéraires pittoresques : « Imposteurs (…). Je parlais plutôt d’écrivains comme Sylvain Tesson qui, à mon sens, reproduisent des clichés éculés sur la littérature voyageuse »[35].

C’est ce qui ressort en effet du livre de Guillaume Thouroude sur le récit de voyage contemporain, dont le dernier chapitre oppose deux courants d’écriture : les « nouveaux explorateurs » qui recyclent des poncifs aventuriers dont Sylvain Tesson serait le chef de file, et qui comptent des figures connues comme Sonia et Alexandre Poussin, ou Sarah Marquis, et de l’autre côté des auteurs plus singuliers et novateurs comme Antonin Potoski, Philippe Vasset ou Bruce Bégout lui-même »[36]. Ce livre reproche à Tesson, notamment, de porter « un regard hautain sur le monde »[36].

Les médias font écho aux tendances réactionnaires de Sylvain Tesson, comme L'Express qui le dépeint comme une « icône réac »[37] ou encore comme un « nouveau visage de la droite anti-moderne »[22]. Pour Jean-Xavier Ridon, ses livres dévoilent, sous une apparence humaniste, une idéologie « néocolonialiste » qui essentialise les populations rencontrées avec des « généralités constantes sur les Russes et l’esprit slave »[38], une attitude « qui n’est pas sans rappeler ce que l’orientalisme fut en son temps ». Celui-ci voit dans l’écriture de Tesson un manque d’authenticité : mise en scène de la solitude et du danger alors qu’il voit dans le séjour de Tesson « le choix d’un voyageur occidental qui a la chance d’expérimenter un mode de vie autre »[38].

PublicationsModifier

 
« Il y avait ce tableau de Bernard-Édouard Swebach […] On y voyait un cuirassier assis sur la croupe de son cheval couché. L'homme avait l'air désespéré. Il regardait ses bottes. Il savait qu'il n'irait pas plus loin. Dans son dos, une colonne de malheureux traînant, à l'horizon. Mais c'était le cheval qui frappait. Il reposait sur le verglas. Il était mourant — peut-être déjà mort. Sa tête était couchée délicatement sur la neige. Son corps était une réprobation : Pourquoi m'avez-vous conduit ici ? Vous autres, Hommes, avez failli, car aucune de vos guerres n'est celle des bêtes ». Berezina, p. 153.

Récits de voyageModifier

 
La Panthère des neiges, récit sur les hauts plateaux du Tibet avec le photographe animalier Vincent Munier.

Albums photographiquesModifier

EssaisModifier

NouvellesModifier

Aphorismes et lexiquesModifier

  • 2004 : Katastrôf ! Bréviaire de survie français-russe, Mots et Cie
  • 2008 : Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages, éditions des Équateurs
  • 2011 : Ciel mon moujik ! Manuel de survie franco-russe, Chiflet et Cie
  • 2011 : Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit, éditions des Équateurs

Dessins humoristiquesModifier

FilmographieModifier

TélévisionModifier

CinémaModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Marie-Claude Tesson-Millet, la fondatrice du Quotidien du médecin, est morte », Le Figaro, 7 mai 2014.
  2. a et b Étienne de Montety, « Sylvain Tesson, poète en liberté dans une époque confinée », Le Figaro,‎ 19-20 décembre 2020, p. 16-17 (lire en ligne).
  3. François Aubel, « L'écriture, une histoire de famille - Philippe et Sylvain Tesson - La folie des hauteurs », Le Figaro, mercredi 30 juillet 2014, page 18.
  4. Sylvain Tesson, présentation de l'auteur sur le site des Éditions Arthaud : « Géographe de formation […]. Sylvain Tesson obtient en 1996 un DEA de géopolitique (La Guerre de l'eau en Israël, directeur Yves Lacoste). »
  5. La chevauchée kirghize de Sylvain Tesson et Priscilla Telmon.
  6. « P. Telmon Bio ».
  7. Jérôme Dupuis, « Qui se cache derrière les romans à clef de la rentrée ? », L'Express, 18 août 2018.
  8. Pascal Louvrier, « Bénédicte Martin: on ne badine pas avec l'amour fou », sur Causeur, .
  9. a b et c Sylvain Tesson en bref, in Les Chemins de la liberté, Retour d’expé, p. 47.
  10. a et b Sylvain Tesson. Écrivain français, sur le site evene.fr.
  11. « Sylvain Tesson : podcasts et actualités », sur Radio France (consulté le )
  12. Sylvain Tesson: «Ce que je dois à Jean Raspail», Le Figaro
  13. Saïd Mahrane, Sylvain Tesson, « l'icône gauchiste », Le Point, 28 juillet 2020.
  14. En français, À marche forcée, paru aux Éditions Phébus, Libretto, 2011.
  15. a et b Sylvain Tesson, Les Chemins de la liberté, Retour d’expé, sur le site expemag.com, 16 avril 2004, p. 45 : « La vérité de tout ou partie de ce récit a été souvent contestée […]. Selon lui, l’aventure est plausible dans son ensemble mais comporte des anomalies absolues, comme « 10 jours sans boire dans le Gobi ». »
  16. « Les Chemins de la liberté » La plus grande des évasions.
  17. « Irkoutsk-Pékin, la route des steppes » (consulté le )
  18. Thomas Vincy, « L'Express et RTL réunissent les auteurs les plus vendus en 2018 », LivresHebdo, 30 janvier 2019.
  19. Christophe Barbier, Jérôme Dupuis, Éric Libiot, Marianne Payot et Delphine Peras, « Hollande, Nothomb, Musso... Le déjeuner des best-sellers », L'Express, 4 février 2019.
  20. « Sylvain Tesson, auteur francophone le plus lu de l’année 2019 », sur LEFIGARO, (consulté le )
  21. Florence Pitard, « On s’est invité au déjeuner des écrivains qui ont fait un tabac en librairie en 2019 », Ouest France, 13 février 2020.
  22. a et b Jérôme Dupuis et Camille Vigogne Le Coat, Qui est vraiment Sylvain Tesson ?, lexpress.fr, 26 février 2020
  23. « France Inter: Un été avec Rimbaud, des plumes, des espions et des savants », sur Livres Hebdo (consulté le )
  24. Un été avec Rimbaud, France Inter, juillet 2020.
  25. « Sylvain Tesson écrivain aventurier », sur LExpress.fr, (consulté le )
  26. a et b Sylvain Tesson, Petit Traité sur l'immensité du monde, Pocket, 2005, (ISBN 9782266167598), p. 106.
  27. « Les grands entretiens par Daphné Roulier - Sylvain Tesson, écrivain », sur lcp.fr (consulté le )
  28. « La quête de l'inaccessible », sur LExpress.fr, (consulté le )
  29. « Le drapeau noir flotte sur les JO », sur LEFIGARO, (consulté le )
  30. Le Point magazine, « L'écrivain Sylvain Tesson dans un coma artificiel après une chute », sur Le Point, (consulté le )
  31. « Sylvain Tesson devrait être réveillé de son coma en fin de semaine », sur LExpress.fr, (consulté le )
  32. « L'écrivain Sylvain Tesson presque indemne après une chute de 10 mètres », sur LExpress.fr, (consulté le )
  33. Sylvain Tesson, « Sylvain Tesson à l'assaut de l'Aiguille creuse », Le Figaro Magazine,‎ , p. 52-58 (lire en ligne).
  34. Philibert Humm, « Opération Lupin », Le Figaro Magazine, 2 octobre 2020, p. 59-60.
  35. Liouba Bischoff (dir.), Voyager en philosophe. De Friedrich Nietzsche à Bruce Bégout, Paris, Kimé, , 260 p. (ISBN 2380720118), p. 237
  36. a et b Guillaume Thouroude, La Pluralité des mondes. Le récit de voyage de 1945 à nos jours, Paris, Sorbonne Université Presses, Coll. "Imago Mundi", , 300 p. (ISBN 979-1023105056), p. 235
  37. « Sylvain Tesson, l'icône réac », sur LExpress.fr, (consulté le )
  38. a et b Jean-Xavier Ridon, « Sylvain Tesson, de l’extrême comme nostalgie conquérante », La Revue des lettres modernes, coll. « Voyages contemporains », 2,‎ , p. 65-78
  39. Pour un compte-rendu critique, voir Pierre Sauzeau, Un été avec Homère, in : Actualités des études anciennes, 19 juillet 2018.
  40. Stéhane Dugast, « Franc Ô : Les Éparses avec Sylvain Tesson », Embarquements, 13 novembre 2018.
  41. Sylvain Tesson, « Embarquer est un privilège, un honneur, une joie », Cols bleus, 10 avril 2018.
  42. Vincent Munier et Marie Amiguet face aux lecteurs : les confidences des réalisateurs de "La panthère des neiges".
  43. Claude Combet, « Sylvain Tesson remporte le prix 2015 de la page 112 », sur Livres Hebdo,
  44. Marie-Christine Imbault, « Sylvain Tesson remporte le prix des Hussards 2015 », sur Livres Hebdo,
  45. « Coup de coeur Parole Enregistrée et Documents Sonores 2017 », sur Académie Charles-Cros (consulté le )
  46. « Renaudot 2019 : Sylvain Tesson récompensé pour La Panthère des neiges », sur France Culture, (consulté le )
  47. https://www.bienpublic.com/culture-loisirs/2022/11/22/sylvain-tesson-prix-de-la-paulee-honorant-le-buveur-et-le-buvard

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier