Suzuki Cappuccino

automobile

Suzuki Cappuccino
Image illustrative de l’article Suzuki Cappuccino

Marque Suzuki
Années de production 1991-1998
Usine(s) d’assemblage Kosai, Shizuoka, Japan
Moteur et transmission
Énergie Essence
Cylindrée 657 cm3
Puissance maximale 63 ch (47 kW)
Couple maximal 85 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses

Automatique 3 vitesses

Poids et performances
Poids à vide 725 kg
Vitesse maximale 135 km/h
Émission de CO2 144 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) coupé 2 p.
Freins 4 disques
Dimensions
Longueur 3 295 mm
Largeur 1 395 mm
Hauteur 1 185 mm
Empattement 2 060 mm

La Suzuki Cappuccino est une automobile cabriolet du constructeur japonais Suzuki.

DescriptionModifier

Une surprise longuement attendue au Salon du Cabriolet 1992 : la renaissance de la Suzuki Cappuccino. Un mythe en France plus qu'ailleurs, la Cappuccino en aura déçu plus d'un. En effet, Suzuki, qui avait sortie ce modèle Kei-Class (petit en japonais) au Salon de l'auto de Tokyo 1991, avait décidé de le garder uniquement pour son marché interne. Avec son petit moteur 657 cm3 accouplé à un turbo ; un poids de 690 kg et une tenue route impeccable due à sa proportion de poids presque parfaite 51/49, sa polyvalence coupé/cabriolet - 2 portes avec toit Targa amovible, cette petite voiture avait tout pour plaire. Dommage donc qu'elle ne prit pas sa place aux côtés de la Samurai.

Environ 3 mètres de long et 1,5 mètre de large ; position basse et sportive ; le moteur à 3 cylindres avec turbocompresseur et injection électronique ; propulsion, avec un couple de 85 N m à 4 000 tr/min ; toit rigide escamotable ; rapport poids puissance exceptionnel ; consomme peu - pollue extrêmement peu avec une émission de CO2 de 144 g/km (source ADEME). Cela ressemble effectivement à la Smart Roadster qui connaît en ce moment beaucoup de succès dans le monde. Mais c'est aussi l'exacte description de la Suzuki Cappuccino sortie comme prototype dès 1989, mais avec vitres électriques, air climatisé et toit 4 positions en plus. 10 ans d'avance sur son temps, le concept est maintenant copié par plusieurs grands manufacturiers automobiles. Vainqueur toute catégorie du meilleur design Automobile et médaillée d'Or pour la meilleure sportive sous les 20 000 £ au Salon de l'auto de Londres 1992, elle promettait bien cette petite merveille. Mais ce n'est qu'avec beaucoup d'insistance que Suzuki Japon acceptera l'invitation de Suzuki UK de commercialiser son nouveau Cabriolet en Angleterre. Remplacement spirituel de la célèbre MG, adorée des Anglais, elle fut prisée par tous les journalistes automobile.

Vu le charme de l’auto, l’antenne anglaise de Suzuki entame les négociations avec la maison-mère afin de pouvoir importer la Cappuccino au Royaume-Uni, au bout de 18 mois de négociations, le projet est validé pour 1500 exemplaires et la Cappuccino présentée au British International Motor Show de 1992. Commercialisée à partir d’, elle ne sera proposée qu’en deux coloris rouge ou gris, vu la petite quantité exportée hors du Japon (le volume étant ramené à 1 182 exemplaires, du fait des quotas d’importations britanniques). Au final, 1 110 voitures seront immatriculées en Angleterre entre 1993 et 1995, les 72 autres trouvant preneur sur le vieux continent.

Suzuki fait évoluer la Cappuccino en 1995, car le prix de revient d’une adaptation sur place ne serait pas économiquement rentable, du fait du petit volume d’importation. C’est ainsi qu’apparait le modèle EA21R, équipé d’un moteur plus léger, à distribution par chaîne et non plus par courroie, produisant plus de couple avec la même émission de CO2 que la version précédente, de jantes plus légères, et pouvant aussi recevoir une boite automatique en option. La production se poursuivra jusqu’en 1997, date à laquelle la Cappuccino tire sa révérence.

Notes et référencesModifier