Subotica (cheval)

cheval

Subotica
Image illustrative de l’article Subotica (cheval)
Casaque d'Olivier Lecerf

Père Pampabird
Mère Terre de Feu
Père de mère Busted
Sexe M
Naissance 13 février 1988
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort 7 juillet 2014
Pays d'entraînement Drapeau de la France France
Éleveur Paul de Moussac
Propriétaire Olivier Lecerf
Entraîneur André Fabre
Jockey Thierry Jarnet
Record Timeform : 131
Nombre de courses 15
Nombre de victoires 6 (9 places)[1]
Gains en courses 1 437 891 €[1]
Distinction Cheval de l'année en France (1992)
Principales victoires Prix de l'Arc de Triomphe
Grand Prix de Paris
Prix Ganay

Subotica est un cheval de course pur-sang anglais né en France en 1988 et mort en 2014, vainqueur du Prix de l'Arc de Triomphe 1992.

Carrière de coursesModifier

Élevé par Paul de Moussac, Subotica passe aux ventes de Deauville où il est acquis par Olivier Lecerf pour la somme de 260 000 F. Confié à André Fabre, ce fils de Pampabird et Terre de Feu, par Busted, débute à deux ans où il conclut son année par une victoire dans une listed.

À trois ans, il effectue sa rentrée dans le Prix Noailles où il ne trouve que Pistolet Bleu pour lui barrer la route du succès. Bis repetita dans le Prix Hocquart, où les deux rivaux se retrouvent dans le même ordre à l'arrivée. Il termine encore deuxième dans le Prix du Jockey-Club, derrière le troisième larron de cette génération riche en champions, Suave Dancer. Mais Subotica trouve une première consécration dans le Grand Prix de Paris. Après une tentative infructueuse dans une listed richement dotée, largement à sa portée mais où tout le peloton se ligue contre lui, il prend sa revanche sur Pistolet Bleu dans le Prix Niel. Annoncé comme l'un des principaux favoris du Prix de l'Arc de Triomphe, il doit déclarer forfait la veille de la course, laissant Suave Dancer se couvrir de gloire dans l'épreuve reine.

À quatre ans, Subotica rentre victorieusement dans le Prix Ganay, où il devance ses éternels rivaux, Pistolet Bleu et Suave Dancer. Il se rend à Epsom pour disputer la Coronation Cup : complètement englué dans le peloton, il termine à une très malheureuse quatrième place d'une course qu'il aurait dû remporter. Il s'octroie ensuite le deuxième accessit du Grand Prix de Saint-Cloud, remporté par un certain Pistolet Bleu. Enfin, après une seconde place dans le Prix Foy, il est couronné dans le Prix de l'Arc de Triomphe qu'il remporte devant la championne anglaise User Friendly[2] et un aréopage de pas moins de onze lauréats de Groupe 1[3]. Subotica fait ses adieux dans la Breeders' Cup Turf aux États-Unis, mais ne s'adapte pas au tracé très étroit de Gulfstream Park et termine cinquième, son plus mauvais classement en 15 sorties. Timeform lui attribua un rating de 131.

PalmarèsModifier

Au harasModifier

Au haras, les origines modestes de Subotica ne lui permettent pas de briller[4], et il fut dirigé vers une jumenterie d'obstacles, et donne quelques excellents sauteurs, tels que Sun Storm ou Kotkita, sœur du grand Katko.

OriginesModifier

De modeste extraction et issu d'une lignée très peu en vogue, Subotica est le seul produit de son père, le miler Pampabird, à s'être distingué au plus haut niveau en plat. Pampabird fut en revanche un bon étalon d'obstacle. Quant à Terre de Feu, la mère du champion, elle n'a su donner d'autres éléments de valeur.

Origines de Subotica
Père
Pampabird
Pampapaul Yellow God Red God
Sally Deans
Pampalina Bairam
Padus
Busted Celtic Ash Sicambre
Ash Plant
French Bird Guersant
Golden Pheasant
Mère
Terre de Feu
Wood Grouse Crepello Donatello
Crépuscule
Sans le Sou Vimy
Martial Loan
Ludivine Luthier Klairon
Flûte Enchantée
Tita Tim Tam
Always Sunny

RéférencesModifier

  1. a et b Paris-Turf, « Paris Turf - PMU, Quinté, Tiercé... Résultats et pronostics des courses », sur Paris Turf - PMU, Quinté, Tiercé... Résultats et pronostics des courses (consulté le 10 avril 2016)
  2. espmadrid, « 1992 Ciga Prix de l'Arc de Triomphe », (consulté le 10 avril 2016)
  3. « Results From The 4.30 Race At Longchamp (FR) | 4 October 1992 | Racing Post », sur www.racingpost.com (consulté le 10 avril 2016)
  4. « Subotica trouve sa dernière maison dans l'Indre », sur France sire (consulté le 10 avril 2016)