Douce nuit, sainte nuit

chant de Noël
(Redirigé depuis Stille Nacht, heilige Nacht)

Douce nuit, sainte nuit (en allemand : Stille Nacht, heilige Nacht Écouter) est l'un des chants de Noël les plus célèbres au monde[1] représentant Noël dans l'espace germanophone. Il est chanté pour la première fois à la veille de Noël 1818 dans l'Église Saint-Nicolas à la ville autrichienne d'Oberndorf bei Salzburg. Depuis , Douce nuit, sainte nuit appartient au patrimoine culturel immatériel de l'humanité reconnu par l'UNESCO.

La chapelle commémorative Douce-Nuit à Oberndorf.

HistoireModifier

 
Franz Xaver Gruber (1846).

Ce chant est déjà écrit en 1816 par le prêtre Joseph Mohr (1792-1848) qui est alors coadjuteur à la paroisse de Mariapfarr dans les Alpes salzbourgeoises. En , il arrive à Oberndorf où l'organiste Franz Xaver Gruber (1787-1863) travaille comme enseignant. À la demande de Mohr, Gruber compose la ligne mélodique inspirée du poème avant Noël 1818[2]. La transcription la plus ancienne découverte remonte à l'an 1823, et est conservée au Musée de Salzbourg.

Les raisons de la composition du chant ne sont pas certaines. Une hypothèse est que l'orgue vieillissant de l'église n'étant plus en état, Mohr et Gruber décident alors de créer un chant destiné à être accompagné à la guitare. D'Oberndorf, le chant populaire se répand ainsi dans le monde entier. L'Allgemeine musikalische Zeitung note une représentation au Gewandhaus de Leipzig en 1832. La chanson étant l'une des préférée du roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse, sa Staatskapelle de Berlin demande une transcription à l'archi-abbaye Saint-Pierre de Salzbourg et tombe ainsi sur la paternité de Franz Xaver Gruber.

Le , le long du front belge près d'Ypres, quelques soldats allemands allument des bougies et entonnent Douce nuit ; le chant est repris par des combattants anglais[3] et une « Trêve de Noël » s'instaure, pour une journée[4]. Une version de Bing Crosby, chantée durant une émission radio de Noël 1934, devient l'un des singles les plus vendus dans le monde.

ParolesModifier

Fichier audio
 
Partition originale
Stille Nacht, heilige Nacht
Stille Nacht interprété par Ernestine Schumann-Heink
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Fichier audio
« Stille Nacht, heilige Nacht » au piano
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Il existe plus d'une centaine de traductions de Stille Nacht, heilige Nacht. En plus de plusieurs versions françaises, on peut citer le Silent Night, Holy Night anglais, le Astro del Ciel italien et Noche de Paz, noche de amor espagnol, Nozvezh sioul breton, Oíche Chiúin gaélique, etc.

Les paroles sont disponibles sur Wikisource :

Une autre version du texte commence par les mots Ô nuit de paix, sainte nuit / Dans le ciel l'astre luit. Elle est, entre autres, endisquée par Céline Dion sur son deuxième album, en 1981. Une autre version de R. Reyon & M. Combre existe également.

Quelques interprètesModifier

Dans la cultureModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Notes et référencesModifier

  1. « Stille nacht, heilige nacht (F. Gruber) Traute Wagner, orgue Chorale mixte W. Lutze, dir. », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 2 décembre 2017)
  2. Franz Xaver Gruber (1787-1863), Stille Nacht, heilige Nacht - Franz Xaver Gruber (1787-1863) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France, (lire en ligne)
  3. https://blog.francetvinfo.fr/deja-vu/2014/12/21/25-decembre-2014-a-unique-and-weird-christmas-day.html
  4. https://www.arte.tv/fr/videos/079462-000-A/douce-nuit/
  5. Crédits de l'album "Nicole Rieu chante Noël"
  6. https://www.deezer.com/fr/track/4733684
  7. « BLACKMORE'S NIGHT : signature chez earMUSIC ; les détails du nouvel EP Here We Come A-Caroling », sur RADIO METAL, (consulté le 8 avril 2021)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier