Stephen Allen Benson

second président du Liberia de 1856 à 1864

Stephen Allen Benson
Illustration.
Stephen A. Benson.
Fonctions
2e président du Liberia

(7 ans, 11 mois et 28 jours)
Élection
Réélection

Vice-président Beverly Page Yates
Daniel Bashiel Warner
Prédécesseur Joseph Jenkins Roberts
Successeur Daniel Bashiel Warner
3e vice-président du Liberia

(2 ans et 5 jours)
Président Joseph Jenkins Roberts
Prédécesseur Beverly Page Yates
Successeur Anthony D. Williams
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Cambridge,
Drapeau du Maryland Maryland (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Date de décès (à 48 ans)
Lieu de décès Buchanan,
Flag of Grand Bassa County.svg Grand Bassa (Drapeau du Libéria Liberia)
Nationalité Américain (1816-1847)
Libérien (1847-1865)
Parti politique Parti républicain

Stephen Allen Benson
Président du Liberia

Stephen Allen Benson, né le à Cambridge au Maryland et mort le dans le comté de Grand Bassa au Liberia, est le second président du Liberia de 1856 à 1864.

Benson a été le premier président à vivre au Liberia depuis son enfance. Lui et sa famille ont été parmi les premiers immigrants américains arrivés en 1822 dans la colonie.

Premières annéesModifier

Benson est né à Cambridge, dans le Maryland, aux États-Unis, dans une famille de parents afro-américains nés libres[1]. En 1822, sa famille émigra dans la colonie nouvellement établi, le Liberia, s’y rendant à bord d’un navire intitulé: Brig Strong[2]. Peu de temps après son arrivée en , des autochtones africains s'emparèrent de la colonie. Benson et ses proches furent détenus captifs pendant quatre mois[3].

Pendant quatre ans, il a été commerçant militaire. Il était également secrétaire privé de Thomas Buchanan, gouverneur américain du Liberia. Benson devint plus tard un homme d'affaires prospère. Il a rejoint la milice en 1835 et, en 1842, est devenu délégué au Conseil des colonies. Après l'indépendance du Liberia en 1847, il devint juge. Il était aussi un prédicateur méthodiste.

Vice-présidenceModifier

Le , un groupe de onze délégués déclara l'indépendance du Liberia. Joseph Jenkins Roberts a remporté la première élection présidentielle le et a été investi le , avec Nathaniel Brander comme vice-président.

Roberts a été réélu trois autres fois pour un total de huit ans[4].

En 1853, Benson, membre du parti républicain, devint vice-président du président Roberts. Après le départ de ce dernier en 1856, il succéda à Roberts à la présidence du Liberia.

Président du LiberiaModifier

Élu président du Liberia lors de l'élection présidentielle de 1855, il succède à Roberts, au pouvoir depuis l'indépendance du pays.

Relations internationalesModifier

Sous sa présidence, Benson obtint la reconnaissance du Liberia auprès de la Belgique en 1858. En 1862, Benson obtint également une reconnaissance diplomatique des États-Unis. La même année, il visite l'Europe et obtient la reconnaissance de l'Italie.

En 1857, Benson organisa l'annexion de la République du Maryland. Benson, qui connaissait de nombreuses langues autochtones, recherchait une collaboration avec les tribus, contrairement à la politique antérieure du Liberia, qui mettait l'accent sur la supériorité américano-libérienne et les coutumes occidentales. Malheureusement, cette nouvelle politique est restée largement inexploitée. En 1860, grâce à des traités et à des achats avec des dirigeants africains locaux, le Liberia avait étendu ses frontières à un littoral de 1 000 km.

FinancesModifier

Alors que la loi restrictive réduisait les revenus du gouvernement, les dépenses militaires augmentèrent pour supprimer les nombreuses révoltes et guerres qui aggravaient le déficit public. Cela a détérioré une situation financière déjà précaire. En conséquence, le gouvernement libérien a fait face à plusieurs reprises à la faillite financière. L’ensemble de l’économie libérienne se contractait également au cours de ces années, les exportations d’huile de palmiste aux États-Unis ayant diminué. Cela était dû à la concurrence du secteur de l'huile de baleine et du nouveau secteur de l'huile minérale, encore à ses balbutiements. L'huile de palmiste était autrefois une source appréciée d'huile légère de lanterne, mais les goûts du marché avaient changé. Cela se vérifierait également pour certaines exportations de café, car le café arabica remplacerait les mélanges cultivés et commercialisés localement comme l'arôme de choix des marchés mondiaux après cette période.

Fin de vieModifier

À la fin de son mandat, Benson se retira dans sa plantation de café dans le comté de Grand Bassa, où il mourut en 1865.

Benson est commémoré au nom scientifique d'une espèce de lézard, Trachylepis bensonii , qui est endémique au Liberia[5].

RéférencesModifier

Liens externesModifier