Stegocephalia

Les stégocéphales (Stegocephalia, du grec cephalos, « tête », et setgos, « toit », se référant au motif des os sur le dessus du crâne – le toit crânien, qui ressemble largement à celui observé chez les sarcoptérygiens du Dévonien comme Eusthenopteron)[1]) forment un clade réunissant les sarcoptérygiens tétrapodomorphes du clade des Elpistostegalia ainsi que leurs descendants, les tétrapodes. Ce taxon est caractérisé par le fait que ses représentants (tétrapodomorphes comme tétrapodes) possèdent des membres développés, sauf en cas de perte secondaire[2]. Il est également caractérisés par une disposition des os du crâne très similaire à celle des premiers tétrapodes, l'apparition de choanes (narines internes), des nageoires pectorales et pelviennes dont la structure du squelette interne évoquent celles des membres chiridiens des tétrapodes[3], mais ces membres sont horizontaux et aplatis, avec les articulations entre les trois segments assez peu mobiles, ce qui les rend incapables de supporter une sortie des eaux[4].

HistoireModifier

Le terme a été inventé en 1868 par le paléontologue américain Edward Drinker Cope. Il vient du grec στεγοκεφαλια / tête couverte[5]. Ci-dessous, la pylogénie des stégocephales :

Elpistostegalia

Panderichthys  


Stegocephalia


Tiktaalik  



Elpistostege





Elginerpeton  




Ventastega




Acanthostega  




Ichthyostega  




Whatcheeriidae  




Colosteidae  




Crassigyrinus  




Baphetidae



Groupe-couronne des Tetrapoda  












RéférencesModifier

  1. (en) Henry Gee, In Search of Deep Time : Beyond the Fossil Record to a New History of Life, Cornell University Press, (lire en ligne), p. 53.
  2. (en) Laurin et Soler-Gijón, R, « The oldest stegocephalian from the Iberian peninsula: evidence that temnospondyls were euryhaline. », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Série III, vol. 324, no 5,‎ , p. 495–501 (PMID 11411292)
  3. Gaël Clément, Charlène Letenneur, « L’émergence des tétrapodes - une revue des récentes découvertes et hypothèses », Comptes Rendus Palevol, vol. 8, nos 2–3,‎ , p. 221-232 (DOI 10.1016/j.crpv.2008.10.010).
  4. André Beaumont, Pierre Cassier et Daniel Richard, Biologie animale. Les Cordés, Dunod, , p. 210
  5. (en) Cope E. D. 1868. Synopsis of the extinct Batrachia of North America. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia: pp 208-221