Stefania Wilczyńska

pédagogue polonaise

Stefania "Stefa" Wilczyńska () est une éducatrice polonaise.

Stefania Wilczyńska
Stefania Wilczyńska 1927.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Pédagogue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Née dans une riche famille juive assimilée à Varsovie[1], elle fait des études de sciences naturelles à l'Université de Liège en Belgique et à l'Université de Genève en Suisse pour devenir professeure des écoles[1]. Après son diplôme, elle retourne à Varsovie et travaille dans un orphelinat juif, avant d'en devenir la directrice en 1906[1]. En 1909, elle fait la rencontre du Dr Janusz Korczak pour qui elle commence à travailler dans son orphelinat de la rue Krochmalna[2],[3]. En plus de s'occuper du fonctionnement quotidien de l'orphelinat, elle organise également des collectes de fonds[4]. Pendant la Première Guerre mondiale, Korczak est appelé au service militaire et Wilczyńska doit gérer elle-même l'orphelinat[5]. Pendant l'entre-guerre elle publie des articles dans les magazines sur les enfants publiés par la CENTOS[6].

Wilczyńska visite la Palestine mandataire trois fois entre 1931 et 1937[1]. Au déclenchement de la guerre, des dispositions sont prises par le kibboutz Eïn-Harod pour qu’elle puisse quitter la Pologne, mais elle refuse et entre volontairement dans le ghetto de Varsovie avec le reste des enfants et du personnel de l'orphelinat[1]. Le , dans le cadre de la Kinder Aktion, les résidents d'orphelinats juifs sont déportés vers les chambres à gaz de Treblinka[7]. Les Allemands donnent le choix à Korczak, Wilczyńska et au reste du personnel de l'orphelinat entre partir avec les enfants ou de sauver leur vie en restant dans le ghetto, mais tous choisissent de rester avec les enfants[2],[3].

Une plaque dédiée à la mémoire de Wilczyńska est placée sur le site d'origine de l'orphelinat[8].

 
Tombe commémorative dans le cimetière juif de Varsovie (carré 64 rangée 1)

DistinctionsModifier

Dans la culture populaireModifier

  • La compagnie de théâtre basque Vaivén Producciones monte une pièce intitulée Último tren a Treblinka – Treblinkara azken trena racontant la dernière journée de l'orphelinat et la marche des enfants vers l'Umschlagplatz[10].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e (en) « Stefania Wilczyńska (Stefa) », sur Yad Vashem (consulté le 2 février 2019)
  2. a et b (en) « Stefania Wilczynska », sur Spots of Light: Women in the Holocaust, The World Holocaust Remembrance Center
  3. a et b (en) Chris Webb, The Treblinka Death Camp: History, Biographies, Remembrance, (ISBN 3838265467, lire en ligne), p. 302
  4. (en) « Ms. Stefania — Janusz Korczak’s Closest Associate », sur Jewish Historical Institute
  5. (en) « In the Shadow of Janusz Korczak — The Story of Stefania Wilczynska », The Melton Journal,‎ , p. 8,15 (lire en ligne)
  6. Sean Martin, « How to house a child: providing homes for Jewish children in interwar Poland », East European Jewish Affairs, vol. 45, no 1,‎ , p. 26–41 (ISSN 1350-1674, DOI 10.1080/13501674.2015.968825, lire en ligne)
  7. Timothy Snyder, Terres de sang. L'Europe entre Hitler et Staline, Editions Gallimard, (ISBN 9782072424687, lire en ligne)
  8. (en) Martin Winstone, The Holocaust Sites of Europe: An Historical Guide, (ISBN 0857730282, lire en ligne), p. 190
  9. « Postanowienie o odznaczeniu z dnia 20 czerwca 1947 r. za wybitne zasługi na polu opieki nad dzieckiem. », sur prawo.sejm.gov.pl (consulté le 2 février 2019)
  10. (es) « Último tren a Treblinka – Treblinkara azken trena », sur Vaivén Producciones, (consulté le 2 février 2019)

Liens externesModifier