Ouvrir le menu principal

Star Trek Into Darkness

film américain de 2013
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Star Trek (homonymie).
Star Trek Into Darkness
Description de l'image Star Trek Into Darkness Logo.png.
Titre québécois Star Trek vers les ténèbres
Réalisation J. J. Abrams
Scénario Alex Kurtzman
Roberto Orci
Damon Lindelof
Acteurs principaux
Sociétés de production Bad Robot Productions
K/O Paper Products (en)
Skydance Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 132 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Star Trek Into Darkness, ou Star Trek vers les ténèbres au Nouveau-Brunswick et au Québec[1], est un film de science-fiction américain produit et réalisé par J. J. Abrams, sorti en 2013.

Star Trek Into Darkness est le douzième film de l'univers Star Trek, et la suite du Star Trek de 2009. Le scénario de J. J. Abrams, Bryan Burk, Damon Lindelof, Alex Kurtzman et Roberto Orci s'inspire de Star Trek 2 : La Colère de Khan, réalisé par Nicholas Meyer en .

Sommaire

SynopsisModifier

2259. Starfleet, l'institution chargée de la défense de la Fédération des planètes unies, est menacée par un terroriste du nom de John Harisson[2], qui vise à détruire la flotte et les valeurs qu'elle représente. Après une attaque sur un centre d'archives à Londres, l'individu s'enfuit aux confins de la Galaxie, sur la planète des Klingons. L'amiral Marcus autorise le capitaine James T. Kirk à traquer celui dont la véritable identité est en fait Khan Noonien Singh à bord de l'USS Enterprise jusque sur Kronos, planète-mère des Klingons. Plongé dans un monde en guerre, Kirk, aidé de son second Spock, va tout faire pour protéger son équipage.

Fiche techniqueModifier

  • Titre original et français : Star Trek Into Darkness
  • Titre québécois : Star Trek vers les ténèbres
  • Réalisateur : J. J. Abrams
  • Scénario : Alex Kurtzman, Damon Lindelof et Roberto Orci, d'après les personnages créés par Gene Roddenberry
  • Direction artistique : Ramsey Avery, Steve Christensen, James Clyne, Kasra Farahani, Michael E. Goldman, Andrew Murdock et Harry E. Otto
  • Décors : Scott Chambliss
  • Costumes : Michael Kaplan
  • Photographie : Daniel Mindel
  • Montage : Maryann Brandon et Mary Jo Markey
  • Musique : Michael Giacchino[3] ; Alexander Courage (thème original)
  • Production : J. J. Abrams, Bryan Burk, Alex Kurtzman, Damon Lindelof et Roberto Orci
Producteurs délégués : Jeffrey Chernov, David Ellison, Dana Goldberg et Paul Schwake

DistributionModifier


  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Rôles secondairesModifier

Source et légende : version française (VF) sur AlloDoublage[10]

ProductionModifier

Genèse du projetModifier

En , Paramount Pictures est prêt à faire signer un contrat aux producteurs J. J. Abrams, Bryan Burk, Damon Lindelof, Alex Kurtzman et Roberto Orci pour une suite[11] à Star Trek, alors même que le film est encore en postproduction.

En 2011, Paramount approche J. J. Abrams pour tourner Star Trek 2 en 3D. Ce dernier accepte à la condition de tourner en format argentique[12] puis de faire une conversion 3D en post production[13]. Alors qu'il finit Super 8, Abrams s'attaque au projet de suite de Star Trek malgré un scénario encore au stade d'ébauche et repousse le film de six mois. Le titre Star Trek Into Darkness est officialisé en , puis le projet est de nouveau repoussé de six mois jusqu'à la mi-2013. Michael Giacchino confirme également son retour[14]. Très peu d'informations filtrent durant le tournage.

Distribution des rôlesModifier

 
Karl Urban, Zachary Quinto, J. J. Abrams et Chris Pine à l'avant-première australienne

.

 
L'actrice Alice Eve au San Diego Comic-Con 2011.

Les acteurs principaux du précédent film (Chris Pine, Zachary Quinto, Karl Urban, Zoë Saldaña, Simon Pegg, John Cho, Anton Yelchin) rempilent pour ce nouveau volet, de même que Bruce Greenwood dans le rôle de l'amiral Pike[15]. Peter Weller et Alice Eve sont confirmés pour les rôles respectifs de l'amiral Marcus et sa fille, Carol. Auparavant, Hayley Atwell, Sophia Myles ou encore Teresa Palmer avaient auditionné pour le rôle de Carol[16]. Par ailleurs, Peter Weller avait déjà joué un antagoniste dans deux épisodes de Star Trek: Enterprise en 2005.

Le rôle de John Harrison[2], a d'abord été proposé à Benicio del Toro[17], à Édgar Ramírez[18] ou encore Jordi Mollà[19]. En janvier 2012, l'acteur Benedict Cumberbatch, révélé notamment par la série télévisée Sherlock, est officiellement annoncé dans le rôle de l’antagoniste[20]. Selon J. J. Abrams : « Plutôt que de vous livrer tout ce qui pourrait amoindrir le plaisir que vous aurez à découvrir le film, je préfère vous dire que le personnage qu'incarne Benedict Cumberbatch apporte une puissance incroyable à notre récit […] Les méchants — quand ils ne sont pas déclinés seulement sur deux dimensions, la vengeance et la colère — ne se considèrent pas eux-mêmes comme des méchants. Ils ont des motivations rationnelles. Donc, au sens formel, notre personnage de méchant a des notions de ce qui est bien et de ce qui est mal, et il considère être du côté du bien[21] ». C'est Steven Spielberg, qui a collaboré avec J. J. Abrams pour Super 8, qui a suggéré d'engager Benedict Cumberbatch après l'avoir dirigé dans Cheval de guerre (2011)[16].

Leonard Nimoy incarne pour la dernière fois Spock, le temps d'un court échange avec son homologue jeune. Ce sera sa dernière apparition au cinéma avant son décès en 2015.

TournageModifier

Le tournage a duré cinq mois, de janvier à [22] dans les studios Paramount à Los Angeles. Plusieurs scènes ont été tournées au Laboratoire national de Lawrence Livermore en Californie[23]. Trente minutes ont été tournées en IMAX[24]. Quelques plans ont été tournées en Islande[16].

MusiqueModifier

Star Trek Into Darkness
Music from the Motion Picture

Bande originale de Michael Giacchino
Sortie (digital)
(CD)
Enregistré Sony Scoring Stage (Culver City)
Durée 47:17
Genre Musique de film
Compositeur Michael Giacchino
Producteur Michael Giacchino, J. J. Abrams, Bryan Burk
Label Varèse Sarabande

Albums de Michael Giacchino

Bandes originales de Star Trek

Michael Giacchino, fidèle collaborateur de J. J. Abrams, revient pour la musique du film. Elle a été enregistrée en mars et avril 2013 au studio Sony Scoring Stage à Culver City en Californie[25]. La musique est interprétée par l'orchestre Hollywood Studio Symphony.

Liste des titresModifier

Toute la musique est composée par Michael Giacchino.

No Titre Durée
1. Logos / Pranking the Natives 3:02
2. Spock Drops, Kirk Jumps 1:44
3. Sub Prime Directive 2:24
4. London Calling 2:10
5. Meld-Merized 2:41
6. The Kronos Wartet 5:26
7. Brigadoom 3:42
8. Ship to Ship 2:51
9. Earthbound and Down 2:38
10. Warp Core Values 2:57
11. Buying the Space Farm 3:18
12. The San Fran Hustle 5:01
13. Kirk Enterprises 3:01
14. Star Trek Main Theme 3:25
44:35

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le film reçoit des critiques globalement positives mais est moins bien accueilli que son prédécesseur. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 84% d'opinions favorables pour 280 critiques et une note moyenne de 7,4610[26]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 72100 pour 43 critiques[27].

En France, l'accueil est également plutôt positf. Sur le site Allociné, qui recense 26 titres de presse, il obtient une note moyenne de 3,75[28]. Du côté des avis positifs, Vincent Malausa de Cahiers du cinéma écrit notamment « Le souffle si particulier du cinéma d’Abrams vient peut-être de ce que rien n’y semble encore tout à fait achevé, que son énergie repose sur un principe d’exploration et de circulation qui empêche l’auteur de s’affirmer pour laisser libre cours à ses rêves d’enfant surdoué – un pied dans la machine et la tête dans les étoiles ». Dans Le Parisien, Alain Grasset écrit quant à lui « De l'action, des effets spéciaux impressionnants, un rythme trépidant, sans oublier des acteurs formidables (...) en font un spectaculaire divertissement ». Jacky Goldberg des Inrockuptibles écrit « absolue luminosité de ce Star Trek qui ne vise, esthétiquement, politiquement, qu’à extraire ses personnages de l’ombre dans laquelle ils sont plongés, à l’image d’un pays lassé par une décennie de guerre ». Dans Mad Movies, Cédric Delelée écrit quant à lui « réussite fracassante, Star Trek Into Darkness prouve enfin qu'Abrams possède l'étoffe d'un véritable cinéaste, et offre à la saga son plus beau chapitre depuis trente ans ». Pierre Eisenreich de la revue Positif met en avant le travail de J. J. Abrams qui « fait à nouveau preuve d'une maîtrise exceptionnelle du récit tout en prodiguant une grande beauté aux scènes d'action », tout comme Stéphanie Belpêche du JDD pour qui « J.J. Abrams dépoussière la mythologie en lui insufflant des enjeux passionnants et une énergie galvanisante »[28].

Certains journalistes écrivent des critiques négatives sur le film, tout comme Frédéric Foubert du magazine Première qui écrit « pas de souffle, zéro vision et, à l'arrivée, un ennui profond ». Vincent Avenel du site Critikat.com écrit quant à lui que le film « commet toutes les erreurs que le premier épisode avait su éviter »[28].

Box-officeModifier

Pour son premier week-end d'exploitation, le film engrange près de 70 000 000 de dollars de recettes[29].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
228 261 000 $[30] [31] 17[31]
  France 879 931 entrées[32]

  Total Monde 462 261 000 $[30]

DistinctionsModifier

NominationsModifier

CommentairesModifier

La séquence d’ouverture expose les personnages en pleine action, à la fin du troisième acte d'un film que le spectateur n'aurait pas encore vu. Fin , lors de l'avant-première parisienne, J. J. Abrams explique « L'idée était de débuter comme dans un James Bond […] Le but est ici d'exposer la dynamique entre les personnages, comme dans un serial du samedi soir[33] ».

Clins d'oeilModifier

  • Lors que Montgomery Scott essaie d'ouvrir la porte du vaisseau de l'amiral Marcus pour que Kirk et Khan y pénètrent, le garde lui demande de montrer son autre main. Il s'agit d'un clin à l'interprète original de Scotty, James Doohan, qui ne montrait rarement l'une de ses mains à l'écran dans la série originale, car il avait perdu un doigt lors du débarquement en 1944. Par ailleurs, son fils Christopher Doohan, fait un caméo dans le film dans le rôle d'un officier aux côtés de Scotty[16].
  • Dans le film est mentionné le vaisseau USS Bradbury. Il s'agit d'un hommage à l'auteur de science-iction Ray Bradbury, décédé en juin 2012[16].
  • Durant la séquence d'ouverture, McCoy lance « Shut up, Spock, we're trying to save you, damn it! », une phrase très similaire à celle prononcée par McCoy dans l'épisode Amibe de la série originale : « Shut up, Spock! We're rescuing you! »[16].
  • Quand Kirk est malade, un écran indique une note du Dr. Boyce. C'est le nom du docteur du vaisseau dans le premier épisode pilote de la série Star Trek, La Cage[16].

Notes et référencesModifier

  1. http://www.startreklefilm.ca
  2. a et b http://www.trektoday.com/content/2013/04/star-trek-into-darkness-villain-spoiler/
  3. « Composer Michael Giacchino Confirms Return For Star Trek Sequel (trekmovie.com »
  4. ¹
  5. http://www.trektoday.com/content/2013/04/star-trek-into-darkness-villain-spoiler/
  6. « Peter Weller to co-star in 'Star Trek' sequel (http://www.variety.com »
  7. "Star Trek Into Darkness" : une photo et deux infos ! - AlloCiné
  8. « Joseph Gatt rejoint STAR TREK 2 (http://www.cinemateaser.com »
  9. http://www.cineheroes.net/lactrice-de-24-heures-chrono-nazneen-contractor-rejoint-le-casting-de-star-trek-2
  10. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 4 juin 2013
  11. (en) Paramount Already Thinking About Sequel To Abrams Star Trek - 4 juin 2008, TrekMovie.com
  12. « J. J. Abrams explique le 18 janvier 2013 qu'il a accepté de diriger Star Trek 2 sous réserve de le filmer sur film argentique », sur Collider.com
  13. http://collider.com/star-trek-2-imax-3d-post-conversion/133423/
  14. http://collider.com/star-trek-sequel-3d-release-date/128436/
  15. Bruce Greenwood Comments on STAR TREK 'Family' - comicbookmovie
  16. a b c d e f et g (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  17. Benicio del Toro ne jouera pas dans "Star Trek 2" - AlloCiné
  18. Edgar Ramirez dans "Star Trek 2" ? - AlloCiné
  19. Star Trek 2 : Edgar Ramirez et Jordi Molla en lice pour le rôle du méchant - Première.fr
  20. "Star Trek 2" : Sherlock en grand méchant ! - AlloCiné
  21. Star Trek: Into Darkness : J.J. Abrans nous invite à profiter de son super méchant, Cinemovies.fr.
  22. « Star Trek Sequel Begins Shooting + Exclusive Production Details (trekmovie.com »
  23. Yves Raducka, « Star Trek Into Darkness : La critique détaillée »
  24. http://www.hollywoodreporter.com/news/imax-release-star-trek-darkness-417703
  25. (en) Music by Michael Giacchino – Photos – Star Trek Into Darkness - MichaelGiacchinoMusic.com
  26. (en) « Star Trek Into Darkness (2009) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 14 avril 2019)
  27. (en) « Star Trek Into Darkness Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 14 avril 2019)
  28. a b et c Critiques presse - Allociné
  29. Box Office US : Star Trek Into Darkness déboule Iron Man 3 - AlloCiné
  30. a et b (en) « Star Trek Into Darkness », sur Box Office Mojo (consulté le 2 septembre 2013)
  31. a et b (en) « Star Trek Into Darkness - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 13 avril 2019)
  32. « Box-office Star Trek Into Darkness », sur JP box-office (consulté le 13 avril 2019)
  33. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18623696.html Star Trek Into Darkness : le compte-rendu de la masterclass de J. J. Abrams !] - Allociné

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :