Stanislas Rzewuski

romancier, auteur dramatique et critique littéraire
Stanislas Rzewuski
Stanisław Rzewuski (-1911).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
Stanisław StanisławskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Père
Mère
Jadwiga Rzewuska (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Stanislas Aleksander Rzewuski (Pohrebychtche, Ukraine, - Paris 18e, [1]) est un auteur dramatique, philosophe, critique littéraire et écrivain français.

BiographieModifier

Fils d'Adam Rzhevusky (Adam Rzewuski), général russe et de Jadwiga Jaczewska, frère de Katarzyna Radziwiłł, il s'installe à Paris vers 1880.

Ses pièces ont été représentées sur les plus grandes scènes parisiennes du XIXe siècle : Théâtre de l'Ambigu-Comique, Théâtre de la Porte-Saint-Martin, Théâtre du Gymnase, etc.

Neveu d'Ewelina Hańska, il a consacré plusieurs études, notamment dans Le Gaulois, Gil Blas et La Nouvelle Revue, à Honoré de Balzac[2].

Il est aussi l'auteur d'un article élogieux sur Jules Verne : Le Génie de Jules Verne, publié en 1900[3].

ŒuvresModifier

Théâtre
  • Le Comte Witold, pièce en 3 actes, 1889
  • L'Impératrice Faustine, drame historique en 5 actes, 1891
  • Le Justicier, drame en 6 actes et 7 tableaux, 1892
  • Les Roses de Bellaggio, comédie en 1 acte, 1900
  • Les Mystères de Saint-Pétersbourg, drame en 5 actes et 9 tableaux, avec Pierre Decourcelle, 1904
Romans
  • Alfrédine, 1890
  • Le Doute, 1891
  • Déborah, 1893
  • Alexandre Fédotoff, 1895
  • Les Filles du Rhin, 1896
Autres
  • Chronique littéraire polonaise, 1886
  • Études littéraires : Henry Becque, Paul Bourget, Gabriel Séailles, Guy de Maupassant, 1888
  • « La philosophie de Nietzsche », in Cosmopolis, , vol. 12, no 34, p. 134-145
  • L'Optimisme de Schopenhauer, étude sur Schopenhauer, 1908
  • Chefs d'orchestre et compositeurs allemands, 1911

Notes et référencesModifier

  1. Acte de décès (avec date de naissance) à Paris 18e, n° 2131, vue 9/21.
  2. Stéphane Vachon, Balzac, 1999, p. 35
  3. Texte retrouvé en 1995 par Volker Dehs et publié dans le Bulletin de la Société Jules Verne no 119, 1996, p. 33-37 et repris dans Jean-Michel Margot, Jules Verne en son temps, Encrage, 2004, p. 210

Liens externesModifier