Stade Maurice-Boyau

stade de rugby à XV situé à Dax

Le stade Maurice-Boyau est un stade omnisports situé à Dax dans le département des Landes.

Stade Maurice-Boyau
Image dans Infobox.
Tribune honneur du terrain principal.
Généralités
Noms précédents
parc municipal des sports (1958-2001)
Nom complet
parc municipal des sports Maurice-Boyau
Adresse
34 boulevard des sports
40100 Dax
Construction et ouverture
Construction
1948
Ouverture
Rénovation
-
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
ville de Dax
Équipement
Surface
Capacité
16 170 places (de 2004 à 2018)
7 262 places (depuis 2019)
Tribunes
honneur : 3 055
présidentielle : 2 022
pesage : 2 185
Localisation
Coordonnées
Salle Maurice-Boyau
Image dans Infobox.
Salle omnisports Maurice-Boyau.
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
ville de Dax
Équipement
Capacité
640 places
Localisation
Coordonnées

Son terrain principal constitue le stade résident de l'Union sportive dacquoise, équipe de rugby à XV représentant la ville.

Le parc des sports abrite également une salle de basket-ball dans laquelle évolue l'équipe du Dax Gamarde basket 40.

HistoriqueModifier

 
Le stade est rebaptisé en 2001 en l'honneur de l'as de l'aviation, ancien joueur de l'US Dax.

Création du stade municipalModifier

Le projet remonte au , date à laquelle le conseil municipal décide d'utiliser le terrain de la Pedouille pour y implanter un espace sportif. Alors que les travaux ont été autorisés en 1948, le parc municipal des sports de Dax est inauguré le [1], dans le cadre du match de sélection nationale entre « France III » et « France IV »[2]. Le stade accueille peu après cette ouverture officielle la demi-finale de l'édition 1960 du Challenge Yves du Manoir entre le FC Lourdes et la Section paloise[3].

RenommageModifier

Le stade est rebaptisé entre 2000[4] et 2001[5] en l'honneur de Maurice Boyau. Joueur de rugby à XV au poste de troisième ligne aile, il joue au sein de l'US Dax de 1907 à 1909[6], avant de rejoindre le Stade bordelais et de connaître une courte carrière internationale. As de l'aviation français durant la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il sera abattu après 35 victoires aériennes homologuées, une statue est érigée aux abords de ce même stade.

Projet privé de rénovation du stade avorté (2006-2015)Modifier

  Image externe
  Visuels du projet original (2010).

Le projet de grand stade pour l'US Dax naît vers 2006, à l'époque où le club dispute les phases finales de Pro D2 en vue de l'accession au Top 14. Il est officialisé par un appel d'offres en 2009[7]. L'idée de la création d'un nouveau stade est tout d'abord évoqué, mais est abandonné au profit d'une réhabilitation du stade Maurice-Boyau[8]. Le , le conseil municipal choisit à l'unanimité le regroupement du club de l'US Dax et de l'entrepreneur Vinci pour conduire le projet, qui œuvre alors sous le nom de SAS Maurice-Boyau[9]. En 2013, le projet est par la suite séparé en deux postes distincts: la construction du stade, conservée à la charge de la SAS Maurice-Boyau, et la partie commerciale, sous la direction des groupes Redeim et Vinci[9]. L'entrepreneur Redeim porte également le projet aux côtés de l'US Dax et de Vinci[10].

D'après les premières esquisses, le stade comprendrait trois tribunes couvertes disposées en « U », et totaliserait un minimum de 10 000 places assises. L'intérieur de la structure abriterait entre autres des loges VIP ainsi que des salles de réunion. Un espace commercial de 15 740 m2[11], initialement prévu de 8 000 m2[12], serait présent aux alentours du stade sur le terrain municipal, à l'emplacement actuel du jaï-alaï et de la piscine municipale[1].

Fin 2012, la date de livraison du complexe est initialement prévue pour l'horizon 2016[12]. La mairie de Dax ordonne à la fin de l'année 2012 des travaux dans le boulevard Paul-Lasaosa, adjacent au stade Maurice-Boyau, en prévision de la construction du nouvel espace sportif et commercial[13]. Le projet de rénovation du stade est validé après examen devant la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) le [10]. Trois recours sont déposés au mois de mars devant la Commission nationale d'aménagement commercial (CNAC) contre le projet, par l'enseigne nationale Bricorama[14], l'association nationale En toute franchise basée à Mont-de-Marsan et spécialisée dans la défense des commerçants indépendants et des artisans[14], et l'Association des commerçants et artisans du Grand Dax, regroupement de commerçants dacquois[15]. Le volet commercial est finalement validé par la CNAC le [16]. Malgré les validations par la CDAC et la CNAC un nouvel appel est déposé au mois de auprès du Conseil d'État par En toute franchise. Ce nouveau référé retarde selon les estimations de Redeim le projet de deux ans, et pénalise par la même occasion la rénovation du stade[17]. Le , le Conseil d'État officialise sa décision: les recours contre le projet de centre commercial sont une nouvelle fois rejetés[18].

Lors des élections municipales, le maire sortant Gabriel Bellocq qui sera réélu évoque « un plan B » œuvré par la ville de Dax permettant de réaliser la construction du nouveau stade indépendamment de la partie commerciale menée par Redeim, alors mise en suspens par le recours en Conseil d'État[19]. Sans nouvelles publiques depuis les déclarations du mois de [20], le projet est considéré comme un échec et l'avenir du stade reste depuis au stade de discussion[21].

Projet et chantier de rénovation par la mairie (de 2017 à 2019)Modifier

Pendant l'automne 2017, la mairie de Dax décide de reprendre le dossier en main avec un nouveau projet. Il consisterait à raser la petite tribune pour laisser place à une structure tubulaire de 2 000 places, abritant également loges, salles de réunion et espaces de réception ; ce type de structure présente l'avantage d'une mise en œuvre rapide. La tribune d'honneur ferait quant à elle l'objet d'une réhabilitation complète. Les premières études et consultations sont ainsi lancées publiquement le , d'après la maire Elisabeth Bonjean[22],[8],[23].

Cette officialisation du projet fait suite à deux courriers adressés quelques semaines plus tôt par la Fédération française de rugby à l'attention du club de l'US Dax et de la mairie, datant du 19 et , mettant en demeure les deux parties, les incitant à engager rapidement des travaux de mise en conformité des installations existantes. La tenue des rencontres de rugby professionnel au stade Maurice-Boyau est en effet sous dérogation de la part de la fédération[24].

Le conseil municipal dacquois vote quelques jours plus tard, au soir du , le plan de financement évalué à 5 millions d'euros. La livraison est alors planifiée à l'été 2018 pour la rénovation des vestiaires, et au lancement de la saison sportive 2018-2019 pour la nouvelle tribune[23].

Les visuels de la nouvelle tribune sont dévoilés le  : d'une capacité de 2 023 personnes, elle doit être surélevée de 2,5 heures afin de répondre aux contraintes du terrain classé en zone inondable, ainsi que pour permettre d'aménager un espace couvert et d'héberger la buvette pendant les matchs. La partie supérieure de l'édifice abrite quant à elle un espace destiné à l'accueil des partenaires. Le budget alloué est toujours évalué à 5 millions d'euros, partagés entre la ville de Dax, le département, la communauté d'agglomération et l'État, avec des parts respectives de 1 000 000, 700 000 et 300 000 euros pour ces trois derniers. Sa construction doit être réalisée en quatre mois et demi, avec une destruction de l'existante planifiée au mois d'octobre. La rénovation de la tribune honneur représente quant à elle un budget de 700 000 euros pris en charge par la ville[25],[26]. Une révision du budget municipal est faite à la fin du chantier, avec une rallonge de 429 000 euros afin de financer les derniers travaux supplémentaires, comprenant entre autres le renforcement des fondations, la démolition de gradins pour l'installation du nouvel éclairage et l'équipement fonctionnel de la salle[26].

La destruction de l'ancienne tribune est effective dans la journée du [27]. La nouvelle tribune présidentielle est quant à elle livrée le [28], et est utilisé la première fois le pour la réception du Stade nantais par l'US Dax dans le cadre du championnat de Fédérale 1[26]. Elle est officiellement inaugurée le par la collectivité[29]. Le , le chapiteau installé aux abords des terrains de rugby, appartenant au club de l'US Dax et destiné aux réceptions, est revendu à la ville de Dax, ces dernières étant dorénavant organisées dans la nouvelle tribune ; avec une capacité opérationnelle de 1 100 personnes sur une surface de 1 200 m2, elle représente le plus grand espace de réception de la ville[30].

En , la destruction du jaï-alaï et du fronton extérieur, ainsi que de la piscine municipale voisine, est initiée par la mairie, propriétaire des lieux, afin de récupérer la disponibilité du terrain foncier[30]. Le premier, inutilisé depuis , avait été édifié environ entre 1970[30] et 1972[31], le second en 1963[31]. Quelques mois plus tard, des travaux de réfection de sol de la salle omnisports sont entrepris dans le cadre de la pratique du basket-ball, pour un montant estimé à 218 400 euros[32].

Structures et équipementsModifier

L'ensemble du stade Maurice-Boyau s'étend sur 8 hectares. Il comporte deux terrains de rugby, un terrain d'honneur et un terrain d'entraînement[33].

Terrain honneurModifier

Le stade du terrain d'honneur est composé de deux tribunes couvertes et d'un pesage.

Avant la rénovation commencée en , la capacité est de 16 170 places[34] : une tribune d'honneur de 3 050 places assises équipée des loges partenaires[33], une tribune de face de 1 120 places assises[33] ainsi qu'une zone de pesage de 12 000 places debout, répartie autour de la piste d'athlétisme. Fermée au lancement de la saison sportive, la tribune de face est détruite le , tandis qu'une partie de la zone de pesage est inaccessible afin de délimiter le chantier[27],[35].

La nouvelle tribune de face, aussi désignée en tant que tribune présidentielle, a une capacité de 2 022 places assises, dont 496 en places « VIP » et 20 places pour personnes à mobilité réduites. La tribune honneur compte toujours 3 050 places assises plus 5 places pour personnes à mobilité réduites. Le pesage est dorénavant homologué pour accueillir 2 185 spectateurs, soit un total de 7 262 places pour l'ensemble du stade de rugby[36].

Salle omnisportsModifier

La salle omnisports Maurice-Boyau est entre autres dédiée à la pratique du basket-ball, handball et du volley-ball[33].

En configuration basket-ball, elle abrite notamment le Dax Gamarde basket 40 ; elle est homologuée pour une capacité de 640 places[37].

Alors que le club accède en NM1, la troisième division nationale, la salle est homologuée sous dérogation par la Fédération française de basket-ball. Après une deuxième dispense, la ville de Dax loue le parquet homologué des installations de Gamarde-les-Bains pour six mois ; l'état de sol de la salle conduit néanmoins à des résultats insuffisants. À défaut d'une troisième dérogation fédéraleMaxime Klein, la ville engage des travaux de rénovation après la saison 2020-2021[32].

Autres équipementsModifier

En tant que stade omnisports, le stade peut accueillir diverses manifestations sportives. En dehors des installations citées ci-dessus, il dispose de[33] :

  • un dojo municipal (205 places) équipé de tatamis pour la pratique du judo ;
  • une salle de musculation (44 places) ;
  • une salle de danse (34 personnes) ;
  • une salle de réception (225 places) ;
  • une piste d'athlétisme longeant le terrain d'honneur ;
  • un skate-parc.

Parmi les anciens équipements, on dénombre également :

Utilisations du stadeModifier

Rencontres nationalesModifier

 
Le stade accueille exceptionnellement en 2006 le match de Top 14 entre le Biarritz olympique et le Stade toulousain.

L'équipe première de l'US Dax joue à Maurice-Boyau ses matchs à domicile pour les compétitions nationales et continentales dans lesquelles elle est engagée, ce qui constitue l'utilisation principale du stade.

La finale du challenge Yves du Manoir 1994, disputée entre l'AS Montferrand et l'USA Perpignan, est jouée sur le terrain du stade Maurice-Boyau[38].

En , le Biarritz olympique utilise le stade dacquois pour affronter le Stade toulousain dans le cadre de la 21e journée du Top 14, pendant les travaux d'agrandissement du parc des sports d'Aguiléra[39]. Quelques années plus tard, le club basque affronte l'Union Bordeaux Bègles à Maurice-Boyau en [40].

Après leur fusion à l'été 2017 au sein de l'US Dax[41], les joueuses des Pachys évoluent à certaines occasions au stade Maurice-Boyau, la première fois le [42].

Rencontres internationalesModifier

Le , la rencontre internationale de rugby entre la France et le Japon se dispute sur le terrain de l'enceinte dacquoise. Conclue sur le score de 50-0 en faveur des Bleus[43] ; ce match n'est néanmoins pas comptabilisé en tant que match officiel par les instances de l'IRB, et ne donne pas de capes internationales aux joueurs[44].

Le stade Maurice-Boyau accueille plusieurs matchs de l'édition 2007 (pl) du championnat d'Europe de rugby à XV des moins de 18 ans disputé dans divers stades du comité Côte basque Landes, en particulier la finale qui voit la France s'opposer contre l'Irlande[45].

Monument de Maurice BoyauModifier

HistoriqueModifier

 
Inauguration du monument de Maurice Boyau en 1924.

Sculptée en 1924 par François Cogné[46] d'après l'imagination de l'architecte Albert Pomade[47], la statue de bronze représente Maurice Boyau en tenue d'aviateur, bras tendu, tenant dans sa main une miniature de soi le présentant en tenue de rugbyman. Inauguré le [46], ce mémorial de 4 mètres de haut fait ainsi honneur à sa carrière militaire et sportive. Cette dernière miniature disparaît deux jours après son inauguration[48]. Remplacée, puis dérobée de nombreuses fois, la ville décide de laisser le mémorial en cet état. Trônant à l'entrée du stade, le monument possède une histoire plus vieille que l'enceinte sportive. L'idée d'un édifice en l'hommage de l'aviateur est née quatre ans après sa disparition sur le champ de bataille. Le monument est érigé en 1924 dans le parc Théodore-Denis de Dax, l'inauguration est organisée le [46]. Durant la Seconde Guerre mondiale, l'édifice est menacé, de par sa composition en bronze. Réquisitionnée en 1941, la statue est déboulonnée en 1943 et mise à l'abri des regards sous l'occupation[47]. Elle est replacée dans le parc à l'issue du conflit, et déplacée ultérieurement sur l'enceinte du Parc municipal des sports, futur stade Maurice-Boyau.

Stèle commémorativeModifier

 
Stèle commémorative sur la statue de Maurice Boyau.

« Maurice BOYAU
Sous Lieutenant Aviateur

Pilote d'une incomparable bravoure dont les merveilleuses qualités physiques sont mises en action par l'âme la plus belle et la volonté la plus haute.
Officier magnifique animé d'un admirable esprit de sacrifice, fournit chaque jour avec la même simplicité souriante un nouvel exploit qui dépasse le précédent a excellé dans toutes les branches de l'aviation: reconnaissance, photographie en monoplace, bombardement à faible altitude, attaque des troupes à terre, et s'est classé rapidement parmi les premiers pilotes de chasse.
35 victoires.
Médaille militaire Officier de la Légion d'honneur.
Disparu le 16 septembre 1918. »

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Réaménagement du Stade Maurice-Boyau et création d'un espace multisports pour le sport amateur à Saubagnacq », sur thermes.com (consulté le 4 septembre 2013).
  2. Gérard Laborde, Les coqs landais, France Libris, , 534 p. (ISBN 978-2-9510061-4-0), p. 225.
  3. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 114-115.
  4. Laborde 2012, p. 127.
  5. de Baillenx 2013, p. 36
  6. « BOYAU Jean Paul Maurice », sur finalesrugby.fr (consulté le 24 janvier 2021).
  7. « Le stade dont rêve l'US Dax rugby Landes » (version du 27 août 2009 sur l'Internet Archive).
  8. a et b Sylvain Lapique, « Dax : le nouveau stade Maurice-Boyau verra-t-il le jour ? », Sud Ouest, (consulté le 22 novembre 2017).
  9. a et b Christine Lamaison, « Dax : Copie revue dans le dossier du stade Boyau », Sud Ouest, (consulté le 4 septembre 2013).
  10. a et b Emma Saint-Genez, « Stade Boyau : « Pas un déplacement mais un accroissement » », Sud Ouest, (consulté le 4 août 2014).
  11. Audrey Ludwig, « Dax : Une « étape importante » pour le projet du stade », Sud Ouest, (consulté le 4 septembre 2013).
  12. a et b Audrey Ludwig, « Dax : le projet tentaculaire du quartier du stade », Sud Ouest, (consulté le 4 septembre 2013).
  13. « Travaux d'assainissement Bvd Paul Lasaosa », sur dax.fr (consulté le 4 août 2014).
  14. a et b Audrey Ludwig, « Dax : recours contre le projet commercial du stade », Sud Ouest, (consulté le 4 août 2014).
  15. Audrey Ludwig, « Dax : Le troisième recours contre le projet de stade », Sud Ouest, (consulté le 4 août 2014).
  16. Audrey Ludwig, « Dax : la partie commerciale du nouveau stade validée en commission nationale », Sud Ouest, (consulté le 4 août 2014).
  17. Audrey Ludwig, « Dax : le Grand Stade aura du retard », Sud Ouest, (consulté le 27 juillet 2014).
  18. Éric Ballanger, France Bleu Gascogne, « Il n'y a plus d'obstacle pour le grand stade de Dax », sur francebleu.fr, (consulté le 5 décembre 2014).
  19. Audrey Ludwig, « Municipales à Dax : et ce stade alors, on en fait quoi ? », Sud Ouest, (consulté le 27 juillet 2014).
  20. Olivier Bonnefon, « Malgré l'US Dax en Fédérale 1, le complexe stadium Maurice-Boyau est toujours d’actualité », Sud Ouest, (consulté le 2 mai 2017).
  21. Olivier Bonnefon, « Mairie de Dax : Elisabeth Bonjean devrait succéder à Gabriel Bellocq ce lundi soir », Sud Ouest, (consulté le 2 mai 2017).
  22. Sylvain Lapique, « Dax : un nouveau Maurice-Boyau à l'étude », Sud Ouest, (consulté le 22 novembre 2017).
  23. a et b Faustine Mauerhan, France Bleu Gascogne, « Le plan de financement du futur nouveau stade Maurice Boyau voté à Dax », sur francebleu.fr, (consulté le 23 novembre 2017).
  24. Faustine Mauerhan, France Bleu Gascogne, « Stade Maurice Boyau : l'USD et la ville de Dax mises en demeure par la fédération de rugby », sur francebleu.fr, (consulté le 22 novembre 2017).
  25. Thomas Jonckeau, « US Dax : les images de la future tribune du stade Maurice-Boyau dévoilées », Sud Ouest, (consulté le 8 octobre 2018).
  26. a b et c Justine Hagard, France Bleu Gascogne, « Dax : la nouvelle tribune du stade Maurice Boyau est opérationnelle », sur francebleu.fr, (consulté le 17 novembre 2019).
  27. a et b Thomas Jonckeau, « Vidéo. US Dax : la tribune de face détruite au stade Maurice-Boyau », Sud Ouest, (consulté le 19 novembre 2018).
  28. « La tribune du stade Maurice Boyau est livrée », sur dax.fr, (consulté le 7 décembre 2019).
  29. « La nouvelle tribune du stade Maurice Boyau déjà opérationnelle, a été inaugurée hier. », sur facebook.com/villededax, (consulté le 7 décembre 2019).
  30. a b c d et e Maxime Klein, « Dax : un gros chantier pour retrouver du foncier », Sud Ouest, (consulté le 25 janvier 2021).
  31. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 152, 157.
  32. a et b Maxime Klein, « Dax : un nouveau parquet à Maurice-Boyau et un nouveau terrain à André-Darrigade », Sud Ouest, (consulté le 28 mai 2021).
  33. a b c d e f et g « Équipements sportifs », sur dax.fr (consulté le 3 septembre 2013).
  34. D'après l'avis d'homologation du anciennement affiché à l'entrée du stade.
  35. « Nouvelle tribune », sur usdax.fr, (consulté le 19 août 2019).
  36. D'après l'arrêté 2019-0401 d'homologation en date du affiché à l'entrée du stade.
  37. « Salles », sur basket40.com (consulté le 20 juin 2019).
  38. « Challenge Yves Dumanoir et Coupe de France », sur spiritrugby.com (consulté le 8 mars 2015).
  39. « Biarritz va faire ses valises », sur rugby365.fr, (consulté le 13 mai 2015).
  40. « Le BO à Dax contre l'U.B.B. », sur usdax.com, (consulté le 7 avril 2018).
  41. Olivier Bonnefon, « Rugby féminin : les Pachys d'Herm c'est fini, vive les Pachys de l’US Dax », Sud Ouest, (consulté le 10 septembre 2017).
  42. « Féminines : L'ASB cale, Dax et Mt de Marsan leaders », sur rugbyamateur.fr (consulté le 17 janvier 2019).
  43. « En images : quand l’équipe de France de rugby battait le Japon 50–0, à Dax, en… 1985 », Sud Ouest, (consulté le 2 décembre 2017).
  44. Yves Billet, « La France et les All Blacks sur la réserve », Le Progrès, (consulté le 2 décembre 2017).
  45. (en) « Championnat d'Europe 2007 - Moins de 18 ans : Finale Groupe A », sur old.fira-aer-rugby.com, (consulté le 18 juillet 2015).
  46. a b et c Henry Hoursiangou, « La journée Maurice Boyau », L'Athlète, no 386,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  47. a et b « Monument à l'aviateur Boyau - Dax », sur e-monumen.net (consulté le 3 septembre 2013).
  48. Andde Irosbehere, « Mais qui a donc volé la statuette de l’aviateur ? », Sud Ouest, (consulté le 3 septembre 2013).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :