St James's Street

route britannique
(Redirigé depuis St. James's Street)

St James's Street
Image illustrative de l’article St James's Street
St James's Street.
Situation
Coordonnées 51° 30′ 25″ nord, 0° 08′ 23″ ouest
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Londres
Quartier(s) St. James's
Début Piccadilly
Fin Pall Mall
Morphologie
Type Rue
Longueur 320 m
Géolocalisation sur la carte : Grand Londres
(Voir situation sur carte : Grand Londres)
St James's Street

St James's Street est l'une des principales rues de St James's, un quartier du centre de Londres dans le district de la Cité de Westminster.

Situation et accèsModifier

Elle relie Piccadilly à Pall Mall, qui lui sont perpendiculaires. De l’une à l’autre, on croise successivement Jermyn Street, Bennet Street, Park Place, Ryder Street, Blue Ball Yard, St James's Place, King Street et Little St James's Street.

La station de métro la plus proche est, à l’ouest, Green Park, où circulent les trains des lignes   Jubilee   Piccadilly   Victoria.

Origine du nomModifier

La rue conduit à St James's Palace, palais construit en 1530-1540 sur le site d’un hôpital de lépreux[1].

HistoriqueModifier

 
Chromolithographie représentant St James's Street et le palais Saint James, à l’arrière-plan, vers 1890.

En 1531, le roi Henri VIII fait l’acquisition des terres du St James's Hospital, y fait construire l’actuel palais Saint James. Plusieurs rues sont alors tracées, l’une d’elles étant vraisemblablement St James's Street.

Il est fait mention, en 1690, d’un pilori dans la rue[2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Nos 37-38 : le White’s Club.
  • Nos 37-38 : à cette adresse se trouve le plus ancien club de gentlemen de Londres, le White’s Club, et, sans doute, le plus exclusif ; le bâtiment, qui date de 1674, reconstruit en 1787-1788, est un édifice classé de grade I, « d’un intérêt exceptionnel »[4].
  • No 50 : bâtiment classé de grade II élevé en 1827 par les architectes Benjamin Wyatt et Philip Wyatt pour le compte de l’homme d’affaires William Crockford (1776-1844), qui y établit un club de jeu fréquenté par la haute société[5] ; il appartient aujourd'hui à l'homme d'affaires russe Andrey Goncharenko[6].
  • No 69 : le lundi 25 juin 1990, un attentat à la bombe fait sept blessés , dont un grave, au Carlton Club, club fréquenté par les députés conservateurs[7].
  • No 88 : immeuble de bureaux construit en 1903 par l’architecte R. Norman Shaw[3].

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) S. Fairfield, The Streets of London: a dictionary of the names and their origins, Pappermac, 1983 (ISBN 0 333 28649 9).
  2. (en) « St. James’s Street », sur British History Online.
  3. a et b (en) Edward Jones et Christopher Woodward, Guide to the Architecture of London, Phoenix, 2013 (ISBN 978-1780224930).
  4. (en) « White’s Club », Historic England.
  5. Yves-Michel Ergal, Jeux d’enfer, Calmann-Lévy, 1991 (ISBN 2-7021-2037-7).
  6. (en) Adam Luck, « Russian billionaire ‘party animal’ snaps up Britain's most expensive house for £120m », mailonline, 12 juillet 2014.
  7. « Sept blessés au Carlton Club », Le Monde, 27 juin 1990.