Ouvrir le menu principal

Stéphane Traineau

judoka français

Stéphane Traineau
Image illustrative de l’article Stéphane Traineau
Parrain de "Bouge avec moi", invité d'honneur de la 66e édition de la foire exposition ExpoVall' (2014), à Vallet.
Contexte général
Sport pratiqué Judo
Période active 1984-2006
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance (53 ans)
Lieu de naissance Cholet (Maine-et-Loire)
Taille 1,92 m
Poids Moins de 100 kg ( en activité )
Palmarès
Jeux olympiques 2
Championnats du monde 1 2
Championnats d'Europe 4 3
Meilleurs résultats en Grands Chelems
TournoiParis Ekaterinbourg Rio Tokyo
RésultatMédaille d'or : 4 Médaille d'or : 1

Stéphane Traineau, né le à Cholet (Maine-et-Loire), est un judoka français, concourant dans la catégorie des moins de 100 kg.

BiographieModifier

Stéphane Traineau découvre le judo à l’âge de cinq ans, en même temps que toute la famille (ses quatre frères et sœurs, ses parents), à Mortagne-sur-Sèvre, en Vendée, où réside la famille Traineau.

Il étudie à l'institution Saint-Gabriel, à Saint-Laurent-sur-Sèvre.

En 1984, il entre à l’Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (INSEP) et intègre l’équipe de France en 1987.

En 1991, il devient champion du monde des moins de 95 kg.

Septuple champion d’Europe, avec quatre titres individuels et trois par équipe, il participe à quatre jeux olympiques (Séoul 1988, Barcelone 1992, Atlanta 1996 et Sydney 2000). Il gagne une première médaille de bronze olympique aux Jeux olympiques d’Atlanta puis réitère cette performance en 2000 aux JO de Sydney.

En , à la suite d’un changement de la présidence, il doit quitter ses fonctions d’encadrement des équipes de France dans des conditions qu'il juge contraires au droit du travail. Il saisit la juridiction prud’homale afin de faire reconnaître sa qualité de salarié au sein de la Fédération française de judo, jujitsu, kendo et disciplines associées (FFJDA) et de contester son éviction intervenue au mois de septembre 2005. Malgré le contentieux qui l'oppose à la FFJDA, il remet le kimono en pour devenir, à 39 ans, champion de France des mi-lourds. Ainsi qualifié pour le tournoi international de Paris, il relève le défi de combattre contre les meilleurs athlètes mondiaux. Avec quatre combats effectués, Stéphane se classe meilleur athlète français de sa catégorie.

Ceinture noire 7e dan — il est nommé à ce niveau par la FFJDA en 2007 — il met fin à sa carrière d’athlète de haut niveau, longue de 14 années en équipe de France, après les JO de Sydney (2000). Il intègre alors le staff de l’équipe de France de judo où il occupe d’abord le poste d’entraîneur national puis de responsable de l’équipe de France masculine avant de devenir directeur du haut niveau à la Fédération française de judo.

Titulaire d’un master de Sport, management et stratégies d’entreprises de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) en ayant préparé une thèse sur le sujet de l’intelligence économique et le sport, Stéphane intègre, en , un réseau parisien de salles de fitness en tant que directeur général chargé du développement du groupe. Après avoir augmenté le nombre de salles de 5 à 10 clubs en 18 mois, il quitte le groupe pour se consacrer au développement de sa propre structure, créée en 2002 avec son épouse Béatrice Traineau, l’agence de communication et de marketing sportif Carré final.

En marge de son activité au sein de l’agence ainsi que ses interventions dans le cadre de conventions d'entreprises, Stéphane se charge de la détection et de l’accompagnement de jeunes sportifs de haut niveau, tous sports confondus.

En 2012, Stéphane Traineau est candidat pour le poste de président de la FFJDA mais n'est pas élu au comité-directeur.

En 2013, Stéphane Traineau co-fonde avec Delphine Cartier, kimSport Academy une société de coaching et d'accompagnement par des experts.

Le , un arrêt historique de la chambre sociale de la Cour de cassation met fin au marathon judiciaire de plus de sept années entre Stéphane Traineau et la FFJDA. Trouvant son origine dans les conditions d'éviction douteuses de M. Traineau de ses fonctions en 2005, la Cour de cassation confirme l'arrêt de la Cour d'appel de Paris du donnant raison à M. Traineau en ce qu’elle avait reconnu l’existence d’un contrat de travail entre M. Traineau et la FFJDA puis prononcé la résiliation judiciaire de ce contrat, aux torts de l’employeur.

Stéphane Traineau revient pleinement, en novembre 2017, dans le giron de la FFJDA en devenant directeur des équipes de France de judo[1].

PublicationsModifier

  • Stéphane Traineau (préf. David Douillet), Profession champion : conversations avec Gilles Van Kote, Hachette littératures, , 250 p. (ISBN 978-2-012-38791-1).

Au cinéma, il interprète le film documentaire Tatami (2003).  

PalmarèsModifier

  • Jeux olympiques d'été :
  • Championnat du monde :
    •   médaille d'or en 1991 à Barcelone,
    •   médaille de bronze en 1993,
    •   médaille de bronze en 1995 ;
  • Championnat d'Europe (individuel) :
    •   médaille d'or en 1990,
    •   médaille d'or en 1992,
    •   médaille d'or en 1993,
    •   médaille d'or en 1999,
    •   médaille de bronze en 1986,
    •   médaille de bronze en 1991,
    •   médaille de bronze en 1995 ;
  • Championnat d'Europe (par équipe) :
    •   médaille d'or en 1988,
    •   médaille d'or en 1992,
    •   médaille d'or en 1993,
    •   médaille d’argent en 1997 ;
  • autres :
    • six titres de champion de France,
    • quatre tournois de Paris,
    • grade : ceinture blanche-rouge 7e dan en 2007[2].

Distinction personnelleModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Judo : Stéphane Traineau nouveau directeur des équipes de France », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 16 août 2019)
  2. « Liste des Haut gradés : judo, jujitsu », sur ffjda.org (consulté le 16 août 2019)

Liens externesModifier