Stéphane Lambiel

patineur artistique suisse

Stéphane Lambiel
Image illustrative de l’article Stéphane Lambiel
Stéphane Lambiel aux Championnats d'Europe en 2010.
Situation actuelle
Équipe Club des Patineurs de Genève
Biographie
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance (37 ans)
Lieu Martigny
Taille 1,75 m (5 9)
Poids 67 kg
Surnom Steph
Parcours
Club actuel Club des Patineurs de Genève
Entraineur Peter Grütter
Chorégraphe Salomé Brunner
Meilleurs scores ISU
Score total246.72 Jeux olympiques 2010
Programme court84.63 Jeux olympiques 2010
Programme libre162.09 Jeux olympiques 2010

Stéphane Lambiel, né le à Martigny[1], est un patineur artistique suisse. Il a été champion du monde en 2005 à Moscou et en 2006 à Calgary ainsi que médaillé d'argent aux Jeux olympiques en 2006 à Turin. Il a été neuf fois champion de Suisse (2001–08, 2010).

Depuis 2014, il est entraineur à la Skating School of Switzerland, club qu'il a lui-même fondé à Champéry.[2] Parmi ses élèves, on peut compter Shoma Uno, champion du monde en 2022 et Deniss Vasilijevs, médaillé de bronze européen en 2022.

BiographieModifier

Stéphane Lambiel a grandi à Saxon, en Valais. Il a obtenu une maturité en biologie et en chimie au collège de Saint-Maurice en [3].

Il a une sœur, Silvia, née en 1982, ainsi qu'un frère, Christophe, né en 1989. Sa mère, Fernanda, est d'origine portugaise. Son père, Jacques, est originaire d'Isérables, en Valais ; il est propriétaire d'une entreprise de terrassement.

Carrière d'athlèteModifier

DébutsModifier

 
Lambiel aux Européens en 2004.

En tant que champion de Suisse novice, Lambiel s'est produit lors du gala des Championnats du monde 1997, qui se déroulent à Lausanne. L'année suivante, il devient champion de Suisse Junior, puis Senior dès 2000. Il termine en cinquième place des championnats du monde Junior de 2001.

Dès la saison 2001-2002, Stéphane passe dans la catégorie Senior des compétitions internationales. Une quatrième place aux Championnats d'Europe de 2002 lui permet de participer aux Jeux olympiques d'hiver à Salt Lake City où il termine à la quinzième place. Il finit ensuite dix-huitième aux Championnats du monde.

La saison suivante, il finit à la cinquième place des Championnats d'Europe, et en 2004 il est sixième aux Européens, et quatrième aux Mondiaux.

Saison 2004-2005: Premier titre de champion du mondeModifier

Aux Championnats du monde de 2005 à Moscou, Stéphane Lambiel se place en tête de la compétition après le programme court devant le français Brian Joubert et le triple champion en titre, Evgueni Plushenko.[4] À la suite d'une inflammation aux adducteurs, ce dernier déclare forfait. Le français rate son programme long et termine à la sixième place. Ce qui permet à Stéphane Lambiel de devenir champion du monde pour la première fois en devançant le Canadien Jeffrey Buttle et l'Américain Evan Lysacek.[5] Il s'agit du premier sacre pour un patineur suisse depuis Hans Gerschwiler en 1947, soit après 58 ans.[6]

Saison 2005-2006: Argent Olympique et second titre de champion du mondeModifier

Aux Championnats d'Europe de 2006 à Lyon, Stéphane Lambiel réalise un score de 74,73 au programme court, ce qui le place provisoirement à la troisième place derrière Evgueni Plushenko et Brian Joubert.[7] Au programme long, il réalise un score de 154,14 lui permettant de devancer le français et terminé à la seconde place du podium avec un score total de 228,87[8].

Aux Jeux Olympiques de Turin, Stéphane Lambiel se place provisoirement en troisième position au programme court après avoir battu son record personnel avec un score de 79,04 points.[9] Malgré des rumeurs sur sa santé et ses blessures, Lambiel remporte la médaille d'argent à la suite d'un programme long et intense. Il réalise un score de 152,17 points lui permettant d'établir un record personnel au total de 231,21 points.[10]

Aux championnats du monde de 2005 à Calgary, Stéphane Lambiel entre dans l'histoire du patinage en devant le premier patineur suisse à remporter un doublé mondial.[11] À la suite du retrait de Plushenko, Lambiel est parti favori pour conserver son titre. Mais la bataille a été au rendez-vous jusqu'à la dernière seconde puisque Lambiel a finalement devancé le français Brian Joubert de seulement 3,39 points, qui a explosé son record personnel[12].

Saison 2006-2007Modifier

Stéphane Lambiel annonce le 17 janvier qu'il ne participera pas aux Championnats d'Europe de Varsovie évoquant un besoin de prendre du recul[13],[14].

Aux Championnats du monde de 2007 à Tokyo, Stéphane Lambiel, très apprécié des japonais, choisi de patiner sur du flamenco.[15] Lors de son programme court, il tombe sur son triple Axel et termine provisoirement à la sixième place.[16] Dans l'impossibilité de conserver son titre de champion du monde face à un Brian Joubert au meilleur de sa forme, Stéphane réussi néanmoins à remonter à la troisième place du championnat avec un flamenco enflammé et ainsi remporter la médaille de bronze[17],[18].

Saison 2007-2008Modifier

 
Lambiel au Gala du Grand Prix de la saison 2007-2008.

En 2007, il se classe 3e de la Coupe de Chine et 2e de la Coupe de Russie. Il gagne ensuite la finale du Grand Prix pour la deuxième fois de sa carrière avec un score de 239,10, avec seulement 0,16 point d'avance sur son dauphin, Daisuke Takahashi.

Aux Championnats d'Europe de 2008 à Zagreb, il présente un programme court décevant, au cours duquel il tombe sur son triple axel et ne fait qu'une combinaison triple boucle piqué-double boucle piqué. Il termine quatrième puis se classe deuxième du programme long, où il réussit une combinaison quadruple boucle piqué - double boucle piqué - double boucle et obtient un score de 80 points pour les composants de son magnifique Flamenco. Il remporte sa seconde médaille d'argent européenne, alors que le Tchèque Tomáš Verner obtient l'or[19].

Aux Championnats du monde de 2008, qui se déroulent à Göteborg, en Suède, Lambiel tombe sur son triple axel et pose une main sur son quadruple boucle piqué lors du programme court, le plaçant à la cinquième place avant le programme libre. Dans ce dernier, il pose à nouveau une main sur un quadruple boucle piqué en combinaison. Il finit à la cinquième place de la compétition.

Arrêt en 2008-2009Modifier

En 2008, à la suite de mauvais résultats en compétition, Stéphane Lambiel licencie son entraîneur, Peter Grütter. Le , il annonce son départ pour le New Jersey (États-Unis) où il doit rejoindre son nouvel entraîneur, Viktor Petrenko, champion olympique en 1992. Il compte ainsi relancer une carrière sur le déclin. Le , il annonce qu'il renonce à disputer des compétitions et qu'il choisit de se consacrer uniquement à des galas de patinage[20].

Retour en 2009-2010Modifier

 
Lambiel en 2009 au Festa On Ice.

Le , Lambiel annonce qu'il veut disputer les Jeux olympiques, aidé par Peter Grütter, son entraîneur de longue date avant 2008. Comme la Suisse n'a pas obtenu de place pour les Jeux lors des Championnats du monde 2009, Lambiel devra participer au Nebelhorn Trophy à Oberstdorf à la fin septembre et terminer dans les six premiers pour avoir une place. Pour officialiser sa sélection, le comité olympique suisse (Swiss Olympic) exige que Lambiel obtienne deux fois 195 points. Lambiel devra participer à une autre compétition durant l'automne, étant donné qu'il n'a aucune assignation pour le Grand Prix[21].

Sa victoire au Nebelhorn Trophy 2009, avec 232,36 points, lui permet d'obtenir une place pour la Suisse aux Jeux olympiques. Il remporte ensuite le championnat de Suisse avec 244.23 points. Stéphane Lambiel poursuit sa préparation aux Jeux en participant, en janvier, aux Championnats d'Europe à Tallinn. Il y prend la deuxième place, derrière Evgeni Plushenko et devant Brian Joubert[22].

 
Entrée de la délégation suisse aux JO en 2010.

Il est le porte-drapeau de la délégation suisse aux Jeux olympiques de Vancouver[23]. Il se place en cinquième position avec 84.63 points après le programme court de ces Jeux olympiques, et finit quatrième après le programme long, avec 246.72 points. Il annonce, au sortir de ces Jeux, qu'il ne participera pas aux Championnats du Monde de Turin[24].
Lambiel fait ensuite partie du gala Art on Ice, aux côtés de Evgeni Plushenko, Sasha Cohen, Kurt Browning, Sarah Meier et Aljona Savchenko & Robin Szolkowy, à Zurich et à Lausanne du 4 au . Il y patine notamment sur In Your Eyes, Anastacia l'accompagnant au chant.

Le , l'Union internationale de patinage annonce que Stéphane Lambiel quitte la compétition pour se consacrer au spectacle[25]. En participant au gala Thin Ice, organisé par la chaîne ABC, du 18 au , aux États-Unis, il s'exclut d'office de toute compétition officielle pendant deux ans[26]. Lors de celui-ci, il patine en couple avec Shizuka Arakawa. Ils terminent à la 3e place, avec des gains de $45,000. Ils ont patiné sur les chansons Get Me Bodied de Beyoncé et Magic de Robin Thicke.

Carrière d'entraîneurModifier

Dès la fin de sa carrière en tant qu'athlète, Stéphane Lambiel organise des ateliers et des camps d'été à de jeunes talents autour du monde, notamment au Japon[27],[2]. En 2014, il fonde son propre club de patinage à Champéry, nommée la Skating School of Switzerland[28].

Saison 2021-2022Modifier

Entrainé par Stéphane Lambiel depuis 2016, Deniss Vasiļjevs monte sur le podium pour la première fois de sa carrière au niveau international en remportant la médaille de bronze aux Championnat d'Europe de Tallinn et devient le premier letton à gagner une médaille aux Championnats d'Europe[29].

Aux Jeux Olympiques d'hiver de Pékin, Shoma Uno, entraîné par Stéphane Lambiel depuis 2019, remporte la médaille de bronze. Le jeune patineur, qui avait pensé à prendre sa retraite, avant de refaire équipe avec Stéphane Lambiel, annonce alors « J’ai commencé à sentir que je voulais avoir de meilleurs résultats et devenir un meilleur patineur pour rendre Stéphane heureux »[30].

En mars 2022, Shoma Uno devient champion de monde aux Championnats de monde de Montpellier[31] où il mentionne qu'il puise son inspiration de son entraîneur[32].

PalmarèsModifier

Compétition 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Jeux olympiques d'hiver 15e 2e 4e
Championnats du monde 18e 10e 4e 1er 1er 3e 5e F
Championnats d'Europe 9e 4e 5e 6e 4e 2e F 2e F 2e
Championnats de Suisse 1er 1er 1er 1er 1er 1er 1er 1er F 1er
Championnats du monde juniors 10e 5e
Grand Prix ISU 1999/00 2000/01 2001/02 2002/03 2003/04 2004/05 2005/06 2006/07 2007/08 2008/09 2009/10
Finale du Grand Prix 1er 1er
Skate Canada 1er
Coupe de Chine 2e 3e
Trophée de France 6e
Coupe de Russie 5e 2e 2e
Trophée NHK F
Légende : F = Forfait
 
Lambiel en 2006 sur le podium du Skate Canada.

ProgrammesModifier

Saison Programme Court Programme Libre Gala
2009–2010 Ouverture Guillaume Tell
de Gioachino Rossini
La traviata
de Giuseppe Verdi
Otoño Porteño
de Astor Piazzolla
arrangements de
Ensamble Nuevo Tango
Ne me quitte pas
de Jacques Brel
2008-2009 N'a pas pris part
à la compétition
N'a pas pris part
à la compétition
Otoño Porteño
de Ástor Piazzolla
Tainted Love
de Paul Young
Freak Like Me
des Sugababes
2007–2008 Carne Cruda
de Fernando Egozcue
Poeta (Flamenco)
de Vicente Amigo
Un giorno per noi
de Josh Groban
tiré de Roméo et Juliette

Father And Son
de Ronan Keating
Gimme More &
Sexy Back
de Britney Spears
et Justin Timberlake
2006–2007 Geissel Drama
de Christine Lauterburg
Blood Diamond
BO de James Newton Howard
Poeta
de Vicente Amigo
Les Quatre Saisons
d'Antonio Vivaldi
Fix You
de Coldplay
New Shoes
de Paolo Nutini
Stayin' Alive
de Robin Gibb
2005–2006 Malagueña
tiré de Il était une fois au Mexique
Dralion
du Cirque du Soleil
Les Quatre Saisons
d'Antonio Vivaldi
You're Beautiful
de James Blunt
If I Hadn't Got You
de Lisa Stansfield
I Don't Want to Be
de Gavin DeGraw
Fix You
de Coldplay
2004–2005 Spanish Caravan
de George Winston
The Truman Show
BO de Philip Glass
et Burkhard Dallwitz

Le Roi Arthur
BO de Hans Zimmer
E Lucevan e le stelle
de Florent Pagny
tiré de Tosca

Light My Fire
de The Doors
Killer
de Seal
Billie Jean
de Michael Jackson
Oceania
de Björk
2003–2004 Objection (techno remix)
de Shakira
I'm A-Doun For Lack o' Johnnie
(A Little Scottish Fantasy)
de Vanessa-Mae
Zabuca
de Johannes Linstead
Loving Paris
de Buddha Bar IV
Gipsy Dance
d'Edvin Marton
Take the Long Way Home
de Supertramp
2002–2003 Laissez-moi me griser
de Maurice El Medioni,
Orchestra Salon Oriental
Le Chocolat
BO de Rachel Portman
Magic Stradivarius
d'Edvin Marton
La Vie Fait Ce Qu'Elle Veut
de Julie Zenatti
2001–2002 Vuelvo al sur
Ya basta!
de l'album La revancha del tango
de Gotan Project
Quidam
du Cirque du Soleil
Born
de Bond
2000–2001 La cumparsita
de Xavier Cugat
Triton
de Joseph Racaille
1999–2000 La cumparsita
de Xavier Cugat
Triton
de Joseph Racaille

BibliographieModifier

  • Stéphane Lambiel, le petit prince devenu roi (de Jacques Wullschleger, 2005, éditions Favre/Le Matin)

Notes et référencesModifier

  1. Biographie de Stéphane Lambiel sur son site officiel
  2. a et b « Patinage artistique: "On n'est pas entraîneur comme ça, on apprend toute sa vie" », sur RTSSport.ch, (consulté le )
  3. (en) « Lambiel holds on to world skating title », sur SWI swissinfo.ch (consulté le )
  4. Stéphane Bonvin, « Stéphane Lambiel peut devenir champion du monde jeudi soir », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  5. Ludovic Chappex, « Stéphane Lambiel, les secrets d'un sacre », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  6. « Tj - Champion du Monde - Play RTS »   [vidéo], sur rts.ch, (consulté le )
  7. Christian Despont, « Lambiel, une chute, mais le plaisir d'abord », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  8. « Patinage: Lambiel en argent à Lyon », sur rts.ch, (consulté le )
  9. Christian Despont, « Lambiel puni pour sa sagesse », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  10. « Stéphane Lambiel s'offre l'argent à Turin », sur SWI swissinfo.ch (consulté le )
  11. « Stéphane Lambiel conserve son titre », sur SWI swissinfo.ch (consulté le )
  12. « L'irrésistible ascension d'un dur à cuire », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  13. Simon Meier, « L'étonnante pirouette de Stéphane Lambiel », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  14. « Figure skating champion Lambiel pulls out of European championships - Yahoo! News », sur web.archive.org, (consulté le )
  15. Ariane Pellaton, « Mignon et émouvant: un parfait kawaii », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  16. « Lambiel: «Je sais que je peux mieux faire» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  17. Christian Despont, « Lambiel: «Je sais que je peux mieux faire» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  18. Christian Despont, « «Cette fois, Stéphane a puisé au fond de ses tripes» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  19. « Lambiel en argent aux Championnats d'Europe », (consulté le )
  20. "Stéphane Lambiel se retire de la compétition", dans Le Temps (16.10.08)
  21. "Stéphane Lambiel veut disputer les Jeux olympiques", 25 juillet 2009
  22. « Plushenko 1er, Joubert 3e », sur equipe.fr, (consulté le )
  23. « Le patineur Stéphane Lambiel a été désigné porte-drapeau pour la cérémonie d'ouverture à Vancouver », sur tsr.ch, (consulté le )
  24. « Lambiel: «Je renonce aux championnats du monde» », sur tdg.ch, (consulté le )
  25. « Le patineur suisse Stéphane Lambiel arrête la compétition », sur lemonde.fr, 9 mars février 2010 (consulté le )
  26. « Lambiel s'exclut de toute compétition et privilégie les galas »,
  27. « Stéphane Lambiel, l'artiste devenu entraîneur », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )
  28. « Stéphane Lambiel crée la Skating School of Switzerland à Champéry », sur Stéphane Lambiel crée la Skating School of Switzerland à Champéry (consulté le )
  29. (en-US) Paula Slater, « Russia's Kondratiuk: 'That was unexpected!' », sur Golden Skate, (consulté le )
  30. « Uno Shoma, en exclusivité : « Je sens que ma deuxième vie de patineur a commencé » »  , sur olympics.com, (consulté le )
  31. Clémentine Blondet, « À Montpellier, Shoma Uno remporte son premier titre de Champion du monde », sur L'Équipe (consulté le )
  32. Rebecca Garcia, « Patinage artistique – Shoma Uno, le protégé de Stéphane Lambiel, a le titre mondial à sa portée », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :