Stéphane Bortzmeyer

architecte systèmes et réseaux à l'AFNIC

Stéphane Bortzmeyer est un informaticien français spécialiste des réseaux informatiques.

Stéphane Bortzmeyer
Pas Sage en Seine - Day 3 (cropped).jpg
Stéphane Bortzmeyer en 2012
Biographie
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Blog officiel

BiographieModifier

Dès 1994, alors qu'il travaille au CNAM il est à l'origine de l'un des premiers sites français mis en ligne, consacré à l'Armada de Rouen[1].

Un pionnier de la promotion du chiffrement en FranceModifier

Dans sa « contre-histoire d'Internet », Félix Tréguer présente Stéphane Bortzmeyer comme un pionnier de la promotion du chiffrement dans les échanges numériques[2]. Dès , il est l'un des premiers informaticiens français à revendiquer officiellement l'utilisation de logiciels tels que PGP pour authentifier l'origine des courriels. De tels logiciels étaient alors réservés à un usage militaire. À cette fin, il fait une demande auprès de la Délégation interministérielle pour la sécurité des systèmes d’information, qui sera refusée.

Début 1995, il signe une tribune dans le journal Le Monde pour rendre publique cette revendication visant à défendre la vie privée des citoyens et à renforcer la confiance dans les échanges en ligne[3]. En réponse à une tribune contradictoire de Joël de Rosnay dans Libération[4], Stéphane Bortzmeyer affirme que « le cryptage est trop sérieux pour être laissé aux militaires »[5].

Selon Félix Tréguer, « cet épisode aura contribué à l’émergence du mouvement de défense des libertés publiques dans l’espace public numérique [français] »[6].

Activités actuellesModifier

Stéphane Bortzmeyer est informaticien à l’Association française pour le nommage Internet en coopération (Afnic)[7]. Il s'occupe entre autres de sécurité, notamment du DNS[8],[9]. Il est membre de Gitoyen[réf. nécessaire] et du conseil d'administration du France-IX, le principal point d'échange Internet français[10]. Membre actif de l'IETF, il l'est l'auteur de plusieurs RFC, notamment liés aux questions de DNS et de vie privée[11],[12].

Il participe à l'animation du site anti-rev.org, qui lutte contre la négation de la Shoah en France[13].

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Schafer, Valérie., En construction : la fabrique française d'Internet et du Web dans les années 1990, INA Éditions, , 139 p. (ISBN 9782869382534 et 2869382537, OCLC 1079885976, lire en ligne), p. 73
  2. Félix Tréguer, Pouvoir et résistance dans l'espace public : une contre-histoire d'Internet (XVe -XXIe siècle), Paris (France), EHESS, , 600 p. (lire en ligne [.pdf]), chap. 9.1.3. « La libéralisation longtemps retardée du droit au chiffrement en France »
  3. Stéphane Bortzmeyer, « Pour la libéralisation du chiffrement en France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2019)
  4. Luc Vachez, « Joël de Rosnay , auteur de ""L'Homme symbiotique"" : non au codage invulnérable sur l'Internet », sur Libération.fr, (consulté le 4 août 2020)
  5. Stéphane Bortzmeyer, « Le cryptage est trop sérieux pour être laissé aux militaires, le logiciel Satan. », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 6 mars 2019)
  6. Félix Tréguer, Pouvoir et résistance dans l'espace public : une contre-histoire d'Internet (XVe -XXIe siècle), Paris (France), EHESS, , 600 p. (lire en ligne [.pdf]), p. 314
  7. « L'équipe - Structure et liste des collaborateurs de l'AFNIC », sur afnic.fr (consulté le 31 juillet 2015)
  8. Antoine Duvauchelle, « Stéphane Bortzmeyer, AFNIC : "Pendant des années, on va avoir des problèmes entre IPv4 et IPv6" », sur Clubic, (consulté le 31 juillet 2015)
  9. Guillaume Belfiore, « Blend Web Mix - S.Bortzmeyer : "Nos instincts naturels ne sont pas préparés aux menaces du Web" », sur Clubic, (consulté le 10 juillet 2017)
  10. France-IX, « L'équipe - franceix.net », sur www.franceix.net (consulté le 7 août 2017)
  11. (en) « DNS Privacy Considerations », sur www.rfc-editor.org, (consulté le 24 juillet 2017)
  12. (en) « DNS Query Name Minimisation to Improve Privacy », sur www.rfc-editor.org, (consulté le 24 juillet 2017)
  13. Page d'accueil du site.
  14. Camille Cado, « Prix du Livre Cyber 2019 : 4 ouvrages récompensés », sur www.actualitte.com, (consulté le 6 mars 2019)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier