Stèle en mémoire des disparus des Abdellys

La stèle en mémoire des disparus des Abdellys est un mémorial commémorant les vingt soldats disparus aux Abdellys lors de la guerre d'Algérie, installé en 2015 au cimetière du Père-Lachaise, à Paris en France.

Stèle en mémoire des disparus des Abdellys
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Partie de
Commémore
Inauguration
Surface
0,7 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Localisation
Adresse
Division 88, allée des Fédérés, cimetière du Père-LachaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Paris
Flag of France.svg France
Coordonnées

HistoriqueModifier

 
Inauguration de la stèle le .

En 2015, le Conseil municipal de Paris adopte l'apposition d'une stèle en mémoire des disparus des Abdellys. La Ville de Paris met à disposition de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) un terrain de 0,70 m2 au cimetière du Père Lachaise en vue de l'édification d'une stèle commémorative à la mémoire des vingt soldats disparus dans les Abdellys en 1956 en Algérie[1],[2].

Le , une compagnie du Groupement de compagnies nomades d'Algérie campe dans une ferme située à proximité du village des Abdellys, près de Tlemcen. Un commando de l'Armée de libération nationale (ALN) surgit en pleine nuit et capture 44 soldats (20 appelés métropolitains et 24 « supplétifs algériens »). L'armée française traque les ravisseurs sans répit pendant plusieurs jours, mais les prisonniers demeurent introuvables. Ils sont déclarés « Morts pour la France » le . Il faudra attendre cinquante ans pour connaître la vérité.

Dans un documentaire intitulé Disparus en mission diffusé en 2007, Claude Herbiet, historien amateur, et Christophe Weber, journaliste d'investigation, dévoilent les derniers jours des soldats. Le , le commando de l'ALN se retrouve cerné par l'armée française qui les traquait, l'ALN décide d'assassiner les vingt appelés et de jeter leurs corps dans le gouffre de Ras El Oued[3],[4].

La stèle est inaugurée le lors d'une cérémonie présidée par Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État chargé des Anciens combattants, qui déclarera[3],[5]

« Avec cette stèle, c'est une identité, un nom, presque un visage, que chacun de ces vingt disparus morts pour la France va retrouver. »

CaractéristiquesModifier

Simple stèle en marbre comportant l'épitaphe :

« À la mémoire des morts pour la France
[...]
Jeunes soldats du 1er Groupe de Compagnies Nomades d'Algérie enlevés dans la nuit du au dans leur poste des Abdellys (Tlemcen) puis exécutés.

Leurs corps n'ont jamais été retrouvés.

Hommage à tous les disparus de la guerre d'Algérie

AUX DISPARUS DES ABDELLYS »

La stèle comporte les noms, des vingt appelés du contingent enlevés dans le village des Abdellys, gravés en lettres d'or :

Nom Naissance Grade Référence
BOSSERAY Michel Sergent [a]
BOUVRY Albert Sergent [b]
BRISSEAU Claude Soldat 2e classe [c]
CALVEZ Jean-Claude Soldat [d]
CHEVALIER Michel,

orthographe correcte: CHEVAILLIER

Soldat [e]
CLABAUX Michel Soldat [f]
CUISINIER Henri Soldat [g]
DAVID Georges Soldat [h]
DELEMME Bernard Soldat [i]
DEUTZER Georges Sergent [j]
GALLY Guy Soldat [k]
GABORIT Michel Soldat [l]
GUIMIOT Pierre Soldat [m]
LACOUR Guy Soldat [n]
MARCHAL Gaston [o]
MERLIN Eugène Caporal [p]
PERCHE Joseph [q]
POMMADE Michel Caporal [r]
RIOU Patrick Caporal-Chef [s]
VIGNON Jean Caporal [t]

LocalisationModifier

La stèle est apposée dans la partie mémorielle du Père-Lachaise, non loin des mémoriaux en hommage aux victimes de la Shoah. Elle se trouve dans la 88e division du cimetière du Père-Lachaise, en bordure de l'allée des Fédérés. La stèle se trouve dans le voisinage immédiat de la stèle en hommage aux victimes de l'OAS inaugurée en 2011.

Notes et référencesModifier

  1. « Délibération 2015 DEVE 131 - Apposition d'une stèle en mémoire des disparus des Abdellys », sur paris.fr, .
  2. « Projet de délibération », sur paris.fr.
  3. a et b Joël Bigorgne, « La stèle sort de l'oubli les appelés tués en Algérie », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  4. Christophe Weber, « Disparus en mission », sur film-documentaire.fr, (consulté le ).
  5. Alain Vincenot, Algérie : Les oubliés du , L'Archipel, , 259 p. (ISBN 978-2-8098-2628-9, lire en ligne).

Sur Mémoire des hommes :

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :