Spurius Postumius Albus Regillensis (consul en -466)

consul romain en 466 av. J.-C.

Spurius Postumius Albus Regillensis est un homme politique romain du Ve siècle av. J.-C., consul en 466 av. J.-C.

Spurius Postumius Albus Regillensis
Fonctions
Sénateur romain
jusqu'en
Légat
Décemvir à pouvoir consulaire
Légat
- av J-C
Pontife (d) (?)
- av J-C (?)
Augure (?)
- av J-C (?)
Consul
Duumvir
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Rome antiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
Sp.Postumius A.f.P.n. Albus RegillensisVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
République romaine archaïque (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Postumii Albini (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Enfant
Gens
Statut

FamilleModifier

Il est le fils d'Aulus Postumius Albus Regillensis, consul en 496 av. J.-C. et dictateur en 499 ou 496 av. J.-C., le frère d'Aulus Postumius Albus Regillensis, consul en 464 av. J.-C. et le père de Spurius Postumius Albus Regillensis, tribun consulaire en 432 av. J.-C.

BiographieModifier

Consulat (466)Modifier

En 466 av. J.-C., il est élu consul avec Quintus Servilius Priscus[a 1],[1]. Tandis que son collègue est parti en campagne contre les Èques, il reste à Rome et consacre, sur ordre du Sénat, le temple de Dius Fidius sur le Quirinal[a 2],[1].

Augure (462-439)Modifier

En 462 av. J.-C., il est nommé augure par cooptation, à moins qu'il ne s'agisse de son frère Aulus Postumius Albus Regillensis. En effet, l'inscription[a 3] sur laquelle repose l'information est incomplète et il manque le praenomen. La filiation est lisible (A.f. P.nepos) mais ne permet pas de différencier les deux frères[2]. Un Quintus Servilius, probablement Quintus Servilius Structus Priscus Fidenas, prend peut-être sa succession en 439 av. J.-C. comme augure[3].

Decemvir (451-450)Modifier

En 454 av. J.-C., sous la pression des tribuns de la plèbe, les patriciens acceptent d'envoyer une délégation de trois consulaires, parmi lesquels Spurius Postumius, Aulus Manlius Vulso et Servius Sulpicius Camerinus Cornutus, à Athènes et en Grande-Grèce pour étudier et s'inspirer des lois écrites grecques[4],[a 4],[a 5]. Ils reviennent en 452 av. J.-C. et leur rapport conduit à la création du décemvirat en 451 av. J.-C.[5] Spurius Postumius est d’office intégré dans la commission des decemviri[a 6], où il participe à la rédaction des premières lois écrites romaines[a 7],[a 8],[a 9].

Légat (446)Modifier

En 446 av. J.-C., Spurius Postumius aurait été légat sous les ordres des consuls Titus Quinctius Capitolinus Barbatus et Agrippa Furius Fusus dans la campagne menée contre les Volsques[6],[a 10].

Notes et référencesModifier

  • Sources modernes :
  1. a et b Broughton 1951, p. 33.
  2. Broughton 1951, p. 36.
  3. Broughton 1951, p. 57.
  4. Broughton 1951, p. 43.
  5. Broughton 1951, p. 45.
  6. Broughton 1951, p. 51.
  • Sources antiques :
  1. Tite-Live, Histoire romaine, III, 2
  2. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, IX, 60
  3. ILS 9338, 2
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, X, 52, 3
  5. Tite-Live, Histoire romaine, III, 31, 7-8
  6. Tite-Live, Histoire romaine, III, 33
  7. Tite-Live, Histoire romaine, III, 34
  8. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XII, 9
  9. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, X, 56
  10. Tite-Live, Histoire romaine, III, 70, 2-5

BibliographieModifier

Auteurs antiquesModifier

Auteurs modernesModifier

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.

Voir aussiModifier