Spoy (Aube)

commune française du département de l'Aube

Spoy
Spoy (Aube)
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Bar-sur-Aube
Maire
Mandat
Thomas Gagnant
2020-2026
Code postal 10200
Code commune 10374
Démographie
Population
municipale
161 hab. (2019 en augmentation de 11,81 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 44″ nord, 4° 37′ 16″ est
Superficie 10,36 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bar-sur-Aube
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bar-sur-Aube
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Spoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Spoy
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Spoy
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Spoy

Spoy est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

GéographieModifier

Spoy est une localité de la Champagne humide traversée par un affluent de l'Aube, le Landion.

À une altitude de 188 mètres, Spoy se situe à 49 km de Troyes et 11 km de Bar-sur-Aube.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Spoy est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bar-sur-Aube, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 43 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (63,8 %), forêts (20,2 %), zones agricoles hétérogènes (9,8 %), cultures permanentes (3,7 %), zones urbanisées (2,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

Spoy est mentionnée sous le nom de Cypetum, Cepeium, Cepoi. Littéralement, ce mot renvoie soit à un tronc d'arbre, soit à la viticulture.

Une verrerie est établie à Spoy en l'An VI.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Juillet 1800 Janvier 1813 François Frécus
(1757, Spoy - 1846, Spoy)
  Propriétaire
Janvier 1813 Septembre 1825 Michel Grésély
(1766, Bourg-Bruche - 1833, Longvic)
  Maître verrier
Novembre 1825 Janvier 1830 (démissionnaire) Athanase Graudin    
Avril 1830 Octobre 1846 Jean Lambert
(1771, Dolancourt - 1862, Spoy)
  Propriétaire
Novembre 1846 Mai 1858 Edmé Nicolas Vidal
(1778, Argançon - 1865, Spoy)
  Propriétaire
Juin 1858 Octobre 1860 Théodore Tapprest
(1806, Spoy - 1860, Spoy)
  Cultivateur
Novembre 1860 Mai 1879 Tiburce Lambert[8]
(1815, Spoy - 1879, Spoy)
  Propriétaire
Juin 1879 Décembre 1880 Augustin Marlot
(1822, Spoy - après 1876)
  Cultivateur
Janvier 1881 Mai 1908 Isidore Tapprest[9]
(1835, Spoy - après 1907)
  Cultivateur
Juin 1908 Juillet 1911 Ambroise Bernard
(1834, Spoy - 1911, Spoy)
  Propriétaire
Août 1911 Avril 1912 Ambroise Bernard[10]
(1848, Spoy - après 1911)
  Marchand de bestiaux
Mai 1912 ? Léopold Faillenot
(1857, Spoy - après 1915)
  Cultivateur
mars 2001 Avril 2014 Roger Bourgoin[11]   Viticulteur
2014 2020 Jean Paul Vidal DVD Agriculteur
2020 En cours Thomas Gagnant Les Républicains Viticulteur

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2019, la commune comptait 161 habitants[Note 3], en augmentation de 11,81 % par rapport à 2013 (Aube : +1,19 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
554678665750827858884871750
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
686675667621578549555511461
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
447427371315283226237221193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
174162125136157154153157135
2015 2019 - - - - - - -
170161-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

Pont romainModifier

La voie romaine qui reliait Lutèce à Bâle franchissait le Landion, en direction de Bar-sur-Aube, sur un pont en arc construit en pierre au Ier siècle. L'ouvrage a été restauré en 1971.

ÉgliseModifier

 
Eglise de Spoy. Statue de sainte Marguerite. Photographie prise à la fin du XIXe siècle.

Placée sous le vocable de saint Didier, l'église a été édifiée au XIIe siècle[16]. Le porche à pans de bois et le clocher aujourd'hui disparu furent élevés à l'époque romane. Les chapelles latérales ont été ajoutées aux XVI e et XVIIIe siècles. À l'intérieur, des peintures murales sont visibles sous un badigeon. On admire aussi un retable du XVIe siècle ; des peintures sur bois, dont l'une représente le Christ en croix ; une statue en pierre de sainte Marguerite, sculptée au XVIe siècle. Quelques œuvres ont disparu, parmi lesquelles une cuve baptismale du VIe siècle et un bénitier de 1731. L'édifice a subi un incendie en 1778 et le clocher, fragilisé, a été démoli en 1880. L'église a récemment été rénovée.

Abritées sous un appentis du cimetière, les trois cloches émettent un son d'une pureté exceptionnelle. Baptisées Marguerite-Guillelmine (la plus grosse), Marie et Germaine (la plus petite), elles ont été fondues au 4e quart du XVIIIe siècle par Bollée, J.F. Michaut et Petitfour. Toutefois, depuis leur début (1677) jusqu'en 1792, les registres paroissiaux de Spoy ne consignent que deux bénédictions de cloches :

  • « L'an mil sept cent cinquente un le neuf novembre, la plus petite cloche du clocher de cette paroisse a eté benie par moy prestre curé de Spoix soussigné, et a eu pour marraine la tres S(ain)te vierge marie mere de dieu, et pour parrain Monseigneur Gilbert de Mommorin de S(ain)t Herem, illustrissime et reverendissime Evesque duc de Langres, pair de france, commandeur des ordres du roy (...). Lemoine curé de Spoix »[17] ;
  • « benediction de la grosse cloche - Cejourdhuy trois octobre de la presente annee 1757 a eté benite par moy prestre curé de Spoix soussigné, la grosse cloche du cloché de ce Lieu, Laquelle a eté nommee Marie Louise par M(aî)tre Jean Loüis baudin juge d'urville demeurant a spoix et par honneste et discrette personne d(emois)elle Marie jeanne boisfranc Epouse de M(aî)tre nicolas Capon nott(ai)re et procureur fiscal de ce lieu qui se sont soussignés (...). Lemoine curé de Spoix »[18].

Réserve naturelleModifier

La commune accueille la réserve naturelle régionale de la Pelouse de la côte de l'étang.

 
Le pont romain sur le Landion.

Personnalités liées à la communeModifier

Charles-Louis Bombonnel, né à Spoy le et décédé à Dijon le , fut chasseur de fauves en Algérie. Le récit de ses chasses a été publié par Hachette en 1860. Il a inspiré à Alphonse Daudet le personnage de Tartarin de Tarascon (1872).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Fils de Jean Lambert précité.
  9. Fils de Théodore Tapprest précité.
  10. Cousin germain d'Ambroise Bernard précité, tous deux petits-fils du couple Jean-Baptiste Bernard / Catherine Boulanger.
  11. Site officiel de la préfecture de l‘Aube.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. [1].
  17. Archives départementales de l'Aube. Spoy, baptêmes mariages et sépultures de 1697 à 1770. Vue 122/266 (folio droit).
  18. Archives départementales de l'Aube. Spoy, baptêmes mariages et sépultures de 1697 à 1770. Vue 157/266 (folio gauche).