Spironolactone

composé chimique

Spironolactone
Image illustrative de l’article Spironolactone
Formule chimique de la spironolactone
Identification
Nom UICPA 7α-acétylthio-3-oxo-17α-prégn-4-éne-21,17-carbolactone ou
(1' S,2R,2' R,9' R,10' R,11' S,15' S)-9'-(acétylsulfanyl)-2',15'-diméthylspiro[oxolane-2,14'-tétracyclo[8.7.0.02,7.011,15]heptadécan]-6'-éne-5,5'-dione
No CAS 52-01-7
No ECHA 100.000.122
No CE 200-133-6
Code ATC C03DA01
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule C24H32O4S  [Isomères]
Masse molaire[1] 416,573 ± 0,028 g/mol
C 69,2 %, H 7,74 %, O 15,36 %, S 7,7 %,
Propriétés physiques
fusion 134,5 °C
Précautions
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[2]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La spironolactone est un composé organo-sulfuré de la classe des stéroïdes, antagoniste de la principale hormone minéralocorticoïde, l'aldostérone, par compétition de liaison sur le récepteur des minéralocorticoïdes. Elle est à ce titre un anti-hypertenseur et un faible diurétique. Dans une moindre mesure, la spironolactone est un anti-androgène faible. Elle est commercialisée sous les noms de Aldactone, Novo-Spiroton, Aldactazine, Spiractin, Spirotone, Verospiron ou Berlactone.

Cette molécule s'introduit en 1959, comme produit dérivé du spirolactone, connu comme le SC.9420 lors des études cliniques[3].

Pharmacocinétique modifier

La spironolactone est transformée dans le foie en métabolites actifs : canrénone, 7 alpha-thiomethylspirolactone et 6 beta-hydroxy-7 alpha-thiomethylspirolactone, les deux derniers étant les principaux métabolites au niveau quantitatif[4]. Le pic de concentration plasmatique est précoce, dès la première heure[5]. Le délai d'action est cependant retardé (entre 48 h et 72 h)[6].

Mécanisme d'action modifier

La spironolactone est une 17-lactone qui se lie par compétition de l'aldostérone et une plus grande affinité sur le récepteur des minéralocorticoïdes (MR). Elle inhibe ainsi ses fonctions biologiques d'activation des gènes codants les canaux épithéliaux à sodium (ENaC) et la kinase activatrice SGK1 principalement au niveau du canal collecteur distal du rein, principal lieu de réabsorption de sodium et d'eau. Il en résulte une perte en sels et en eau au niveau du tubule distal.

L'usage de spironolactone peut causer l'hyperkaliémie chez le patient par son rôle d'antagoniste compétitif de l'aldostérone[7], par la diminution de l'excrétion urinaire de potassium et d'ions hydrogène. Cet effet peut aussi causer de l'acidose métabolique[8].

Utilisation modifier

De par ses effets anti-minéralocorticoïdes et diurétiques, la spironolactone est principalement utilisée dans le traitement de l'hypertension due à des taux élevés d'aldostérone.

Par ses effets anti-androgéniques, la spironolactone est également utilisée dans le traitement de l'hirsutisme pour les poils excessifs dans les régions de pilosité masculine mais peut aussi être utile pour la calvitie féminine puisque le manque de cheveux sur le dessus de la tête est influencé par un excès de testostérone.

Elle peut également faire partie du traitement hormonal substitutif administré durant la transition de genre chez les personnes transféminines[9].

Une importante étude, dites RALES, faite en 1999, a montré que la spironolactone diminue significativement la mortalité secondaire à une insuffisance cardiaque, et ce, à des doses comprises entre 25 et 50 mg par jour[10].

Un essai clinique en double aveugle, randomisé et contrôlé par placebo, suggère l'efficacité et l'innocuité de la spironolactone en tant que traitement adjuvant à la rispéridone pour améliorer les symptômes de la schizophrénie[11].

Divers modifier

La spironolactone fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en )[12].

Notes et références modifier

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Évaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC, (consulté le )
  3. (en) R. O. Farrelly, R. N. Howie, et J. D. K. North, « Use of Spironolactone and Hydrochlorothiazide in Treatment of Oedema », Br. Med. J., vol. 2, no 5195,‎ , p. 339-343 (PMCID 2097506, lire en ligne, consulté le )
  4. Gardiner P, Schrode K, Quinlan D et al. Spironolactone metabolism: steady-state serum levels of the sulfur-containing metabolites, J. Clin. Pharmacol., 1989;29:342-347
  5. Overdiek HW, Hermens WA, Merkus FW, New insights into the pharmacokinetics of spironolactone, Clin Pharmacol Ther, 1985;38:469-474
  6. Albaghdadi M, Gheorghiade M, Pitt B, Mineralocorticoid receptor antagonism: therapeutic potential in acute heart failure syndromes, Eur. Heart J., 2011;32:2626-2633
  7. Krzesinski J.M., « L'hyperkalémie, ce nouveau tueur ? », Rev Med Liege, vol. 60, no 4,‎ , p. 222-226 (ISSN 0370-629X, lire en ligne, consulté le )
  8. Rorive, G. et Krzesinski J.M., « Propriétés et indications des diurétiques d'épargne potassique », Rev. Med. Liege, vol. XLI, no 9,‎ , p. 330-336 (ISSN 0370-629X, lire en ligne, consulté le )
  9. Haute Autorité de Santé (HAS), « Situation actuelle et perspectives d’évolution de la prise en charge du transsexualisme », novembre 2009.
  10. Pitt B, Zannad F, Remme WJ et Als. The effect of spironolactone on morbidity and mortality in patients with severe heart failure: Randomized Aldactone Evaluation Study Investigators, N. Engl. J. Med., 1999;341:709–717.
  11. Atefeh Zandifar, Rahim Badrfam, Hossein Sanjari Moghaddam et Shahin Akhondzadeh, « Efficacy of Spironolactone as an Adjunctive Therapy to Risperidone to Improve Symptoms of Schizophrenia: A Double-Blind, Randomized, Placebo-Controlled, Clinical Trial », Iranian Journal of Psychiatry, vol. 17, no 1,‎ , p. 14–23 (ISSN 1735-4587, PMID 35480128, PMCID 8994842, DOI 10.18502/ijps.v17i1.8045, lire en ligne, consulté le )
  12. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013

Annexes modifier

Articles connexes modifier

Lien externe modifier

Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Spironolactone