Spýros Moustaklís

militaire grec

Le major Spýros Moustaklís, en grec moderne : Σπύρος Μουστακλής (1926 - 1986), est un officier de l'armée grecque. Pendant les années de la dictature des colonels en Grèce, il s'est activement opposé à celle-ci et a subi des dommages permanents à la suite de tortures, ce qui fait de lui un symbole de la résistance anti-junte[note 1].

Spýros Moustaklís
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Diplômé de l'Académie militaire hellénique, Moustaklís est l'un des rares officiers de l'armée de terre à avoir participé à la tentative de révolte de la marine, en 1973, contre la junte de Geórgios Papadópoulos. Après que la révolte a été trahie et réprimée, il est arrêté et torturé par la police militaire grecque (en) (ESA) dans les chambres de torture de l'EAT/ESA. Il est arrêté le et y reste pendant 47 jours, mais malgré les efforts de ses interrogateurs, il ne trahit pas ses collègues[2]. Au cours d'une séance de torture, il subit un traumatisme cérébral après un coup violent porté à la carotide et est ensuite transporté d'urgence à l'hôpital dans un état végétatif. Sa vie est sauvée, mais il reste paralysé pour le reste de sa vie[2],[3]. Ce n'est qu'après cinq mois de physiothérapie et de rééducation qu'il peut retrouver une mobilité limitée[3].

Après la chute de la junte, il se lie d'amitié avec un autre héros de la résistance, Aléxandros Panagoúlis[3]. Les lésions cérébrales qu'il a subies s'avèrent permanentes et il ne retrouve jamais sa capacité de parler[2]. Son état émotionnel s'est figé de façon permanente à l'état dans lequel il était pendant sa torture et il était connu pour maudire ses tortionnaires et reconstituer les expériences traumatisantes de sa captivité pour le reste de sa vie[3]. Malgré cela, des années après le rétablissement de la démocratie, lorsqu'on lui a demandé dans un documentaire s'il s'était brisé pendant l'interrogatoire, il a pu bouger ses mains, de façon animée[2], pour indiquer que ce n'était pas le cas[3].

À titre posthume, l'État grec lui a dédié un mémorial en reconnaissance de sa contribution à la lutte pour la démocratie en Grèce. Il reçoit le grade honorifique de lieutenant général et son nom a été donné au camp abritant le centre de formation des recrues de sa ville natale de Missolonghi.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Cette réforme est un moment important dans le contexte de la lutte anti-dictatures en référence aux organisations qui ont résisté à la junte dès le premier jour d'application, aux événements lors des funérailles de Georgios Papandreou, à la lutte pour la liberté comme avec Alexandros Panagoulis, Moustaklis et Flora, aux responsabilités de la junte dans la tragédie de Chypre et au mouvement héroïque de la marine avec des interviews de certains des initiateurs. »[1]

RéférencesModifier

  1. (el) María Zisoúli, « Hommage du PASOK à la résistance anti-junte », PASOK [lien archivé],‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2021).
  2. a b c et d (el) Mariannas Tziandzi, « Αυτοκτονήστε εσείς! » [« Suicidez-vous ! »], Kathimerini [lien archivé],‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2021)
  3. a b c d et e (en) Andréa Bousiou, « Ο Σπύρος σηκώθηκε, ο Σπύρος σηκώθηκε » [« Spýros s'est évanoui »], Eleftherotypia [lien archivé],‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2021).

Article connexeModifier

Liens externesModifier