Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Modifications

Tisha Beav

25 octets supprimés, il y a 4 ans
m
Maintenance Infobox : format d'image avec AWB
| charte =
| nom = Tisha BeAv
| image = [[Fichier:PikiWiki Israel 3434 9 av kotel.JPG|300px]]
| légende = Veillée du 9 ''av'' au pied du Mur occidental, entre 1977 et 1981
| nom officiel = ''Tisha beav'' (תשעה באב « neuvième jour d'av »)
| lié à =
}}
Le '''neuvième jour du mois d’''[[av]]''''' ([[hébreu]] : תשעה באב ''tish°a bè'av'') est la date correspondant selon la tradition rabbinique au « [[quatre jeûnes|jeûne du cinquième mois]] » évoqué dans le [[Livre de Zacharie]].
 
Institué par les prophètes pour pleurer la [[Siège de Jérusalem (-586)|chute du premier Temple de Jérusalem]], il commémore ensuite une série de calamités nationales pour le peuple judéen puis juif, dont la [[Siège de Jérusalem (70)|destruction du second Temple de Jérusalem]], les [[Persécution des Juifs pendant la première croisade|persécutions des Juifs lors des croisades]], l’[[expulsion des Juifs d’Espagne]] et, plus récemment, l’[[Shoah|extermination industrialisée des Juifs lors de la Seconde Guerre Mondiale]].
Zacharie ne précise pas quand ce « jeûne du cinquième mois » a lieu. Cependant, selon [[Hazal|les Sages]], il se tient au neuvième jour de mois et commémore bien plus que la chute du premier Temple ; en effet cinq calamités, dont chacune justifierait un jeûne à elle seule, sont tombées sur le peuple juif en ce jour<ref>[[Mishna]] [[Taanit (traité)|''Ta'anit'']] 4:6</ref> :
# L'interdiction pour la génération de l'Exode de rentrer en terre d'Israël, à la suite de la faute des explorateurs dépêchés par [[Moïse]]<ref>Cf. ''[[Parasha de la semaine|parashat]] [[Shla'h lekha]]'' ([[Livre des Nombres|Nombres]] ch 13-14)</ref> (selon le Talmud, il s'agit de la « faute-mère » : comme les Israélites ont pleuré en vain un 9 ''av'', Dieu leur promet de leur donner une raison valable de pleurer désormais à chaque année<ref name="T29">[[Talmud de Babylone|T.B.]] ''Ta'anit'' 29a</ref>)
# [[Siège de Jérusalem (-586)|La destruction du Temple de Salomon, en l'an -586 ]], prélude à l'[[exil de Babylone]]
# [[Siège de Jérusalem (70)|La destruction du second Temple, en l'an 70 ]], suivie par le second exil
# La destruction de la [[forteresse de Betar]] en l'an 135, marquant la fin de la [[révolte de Bar Kokhba]] (et, selon le [[Talmud de Jérusalem]], [[Bar-Kokhba|sa mort]]<ref name="TJT46">T.J. ''Ta'anit'' 4:6</ref>)
# Le labour de [[Jérusalem]] par [[Quintus Tinneius Rufus|Turnus Rufus]], un an plus tard, pour y bâtir [[Ælia Capitolina]], en effacer les traces du culte de YHWH et interdire son accès aux Juifs.
La détermination de la date du 9 ''av'' pour la première de ces calamités repose sur un calcul chronologique d'après les versets bibliques et sur une [[baraïta|tradition orale qui n'avait pas été consignée dans la Mishna]].
 
Pour la seconde, elle est déduite de la résolution d'une apparente contradiction sur les dates dans les Livres contemporains : le Livre des Rois indique que la ville et le Temple ont brûlé le 7 ''av''<ref>2 Rois 25:8-10</ref> tandis que Jérémie indique le 10 ''av'' pour les mêmes évènements<ref>Jérémie 52:12-14</ref> ; selon les Sages, le 7 (et le 8) ''av'', des étrangers sont entrés dans le sanctuaire et l'ont profané ; ils y ont mis le feu le 9 ''av'' et le 10 ''av''<ref>2 Rois 25:8 & Jérémie 52:12-13</ref>, le Temple a fini de brûler. Selon [[Rabbi Yohanan]], c'est cette date du 10 ''av'' qui aurait dû être choisie pour le jeûne mais les Sages lui ont préféré le 9 parce que l'affliction est plus importante au moment où elle se déclenche qu'à celui où elle se termine<ref>T.B. ''Ta'anit'' 29b</ref>. Plusieurs [[Amoraïm|docteurs du Talmud]] jeûnaient d'ailleurs le 9 et le 10 ''av'' ou, au moins, la nuit du 10 ''av''<ref name="TJT46"/>.<br />Selon une autre opinion, consignée dans le ''scholion'' à la ''[[Meguilat Taanit]]'', le jour joyeux du ''korban etzim'', fixé à l'époque de la Mishna au [[15 av]]<ref>Mishna ''Ta'anit'' 4:7</ref>, l'avait été originellement au 9 ''av'' par la génération du [[retour à Sion]] ; d'aucuns en déduisent que cette date avait été choisie pour exaucer la prophétie de Zacharie (« les jeûnes ... se changeront en jours d'allégresse et de joie ») et qu'en conséquence, le jeûne du cinquième mois avait bien lieu le 9 ''av''<ref>{{he}} [http://lexicon.cet.ac.il/wf/wfTerm.aspx?id=560 ''Tisha bèav''] in ''Lexicon lètarbout Israël''</ref>.
 
En ce qui concerne la destruction du second Temple, [[Flavius Josèphe]], contemporain des évènements, écrit que « Dieu avait, depuis longtemps, condamné le Temple au feu. La succession des temps amenait le jour fatal, qui fut le dixième du mois de Loos. À cette même date le Temple avait autrefois été brûlé par le roi de Babylone<ref>''Guerre des Juifs'' vi. 4, § 5</ref> ». Qu'il s'agisse du 9 ou du 10 ''av'', l'idée qu'il puisse s'agir d'un jour fatal se retrouve également dans l'enseignement des Sages qui y commémorent aussi les autres calamités mentionnées dans la Mishna (chacune signant une perte de repères nationaux de plus en plus définitive). Ils rappellent par ailleurs que cette datation se fonde sur la tradition ; en d'autres termes, ces catastrophes ont « dû » avoir lieu le 9 ''av'', car ce jour, assombri par des évènements funestes, est propice à d'autres calamités similaires<ref name="T29"/>.
Lors de l'office de l'après-midi, on prie avec le châle et les ''tefillin'' et on récite ce qu'on n'a pas dit le matin. On lit aussi les passages de la Torah et des Livres prophétiques qu'on a coutume de lire lors des jours de jeûne public. On ajoute, dans la [[amida (judaïsme)|prière des dix-huit bénédictions]], la section ''[[Nahem]]'' (« console-nous » de la ruine de Jérusalem) lors de la bénédiction pour la reconstruction de Jérusalem<ref>''ibid.'' 124:19</ref>.
 
On lit ensuite la section ''vayehal Moshe'' (Exode 32:11-14 & 34:1-10), commune à tous les jeûnes publics. Les ashkénazes [[haftara|complètent cette lecture]] par Isaïe 55:6-56:8, tandis que les séfarades lisent Osée 14:2-10 et Michée 7:18-20.
 
Les ''hassidim'' ont pour coutume de terminer l'étude d'un traité talmudique consacré au deuil (les ''hassidim'' de Loubavitch étudient le traité ''[[Moëd Katan]]'') peu avant la sortie des étoiles et de la célébrer par un banquet joyeux juste après la fin du jeûne<ref>''Sichos'' 5750 (1990), 2de partie, p. 579, note 189</ref>.
== Le jeûne du cinquième mois dans le karaïsme ==
 
Les [[karaïsme|Karaïtes]], membres d'un courant juif n'acceptant d'autre autorité que la [[Bible hébraïque]] et rejetant l'autorité de la [[Torah orale]], rapportent les quatre jeûnes de Zacharie à la destruction du seul Temple de Salomon et à l'[[exil de Babylone]].
 
Ils interprètent la discordance des dates entre Jérémie et le chroniqueur du Livre des Rois comme signifiant que l'incendie a débuté le 7 ''av'' et s'est terminé le 10. Ils observent donc un jour de jeûne à chacune de ces deux dates<ref>{{en}} {{lien web|url=http://www.karaites.org.uk/fast_fifth_month.shtml|titre=The Fasts of the Fifth Month Over the Destruction of the Temple|auteur=Meïr Rekhavi|site=karaites.org.uk}}</ref>{{,}}<ref>{{lien web|url=http://www.kjuonline.com/calendars.htm|titre=Moetzet Hakhamim Official Holidays Dates 2009-2010|site=Karaite Jewish University}}</ref>. En Égypte, les Karaïtes récitaient des prières spéciales le 7 ''av'' et lisaient le 10, après l’office, le Livre des Lamentations et celui de Job. Certains se rendaient ensuite au cimetière avant de rejoindre l’assemblée et de reprendre avec eux des prières de consolation. Ce n’est qu’à ce moment que les [[shehita|abatteurs rituels]] recevaient l’autorisation d’abattre<ref>{{lien web|author=Mourad el Kodsi|titre=Days of Fasting and Mourning|url=http://karaites.org/history/#days|site=Kariate (''sic'') Jews of America|consulté le=16 décembre 2010}}</ref>.
281 160
modifications