Souk El Ténine (Béjaïa)

Souk El Ténine
Souk El Ténine (Béjaïa)
Noms
Nom arabe ﺳﻮق اﻻﺛﻨﻴﻦ
Nom amazigh ⵙⵓⵇ ⵏ ⵍⴻⵜⵏⵉⵏ
Nom kabyle Ulzuz n Letniyen
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Béjaïa
Daïra Souk El Ténine
(chef-lieu)
Président de l'APC
Mandat
M. Saïd Bouhired
2021-2026
Code postal 06012
Code ONS 0608
Indicatif 034
Démographie
Population 14 045 hab. (2008[1])
Densité 534 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 37′ 31″ nord, 5° 20′ 10″ est
Altitude Min. 199 m
Max. 199 m
Superficie 26,28 km2
Localisation
Localisation de Souk El Ténine
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
Souk El Ténine
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
Souk El Ténine
Géolocalisation sur la carte : Algérie (nord)
Voir sur la carte topographique d'Algérie (nord)
Souk El Ténine

Souk El Ténine est une commune côtière située dans la Wilaya de Béjaïa en Algérie.

Géographie modifier

Situation modifier

La ville de Souk El Ténine est située à 35 km à l'est de la ville de Béjaïa, à 60 km à l'ouest de la ville de Jijel et à 75 km au nord-ouest de la ville de Sétif, installée au débouché de Assif Augrioun sur le littoral, au croisement des RN9 et RN43. L'agglomération est bâtie en plaine et s'étend sur le piémont des monts Babors.

Communes limitrophes de Souk El Ténine
Mer Méditerranée
Aokas   Melbou
Taskriout, Darguina

Relief, géologie, hydrographie modifier

Transports modifier

Lieux-dits, quartiers et hameaux modifier

Outre son chef-lieu Letnayen -ville, la commune de Ait Hsayen est composée des localités suivantes[2] : Thaghzouit,Lota, Timiridjine, Iguer u guelid, Ferdjoune, Village agricole du , Aït Boucherit, Djellal, Ighil Ichertiène, Chiba, Louasta, tiaansrine, Ait ihmed, Ahnou, Aberan Ouaasase, Artatas et Tasabounte

Urbanisme modifier

Toponymie modifier

Le nom de Souk El Ténine est un toponyme composé issu pour la base du mot « souk », de l'arabe classique sūq et en arabe algérien suq, signifiant « marché » et correspond pour le composant « el tenine » (orthographié également « el thenine ») au mot « lundi », jour de la semaine durant lequel se tient le marché (généralement hebdomadaire) ; le nom complet de la localité signifie donc « le marché du lundi »[3].

Histoire modifier

À l'origine, c’était un marché qui se tenait, et encore de nos jours, tous les lundis.

L'administration coloniale française avait érigé un centre urbain en bordure de la RN9 afin de mieux contrôler les voies de communication et assurer la sécurité de la plaine où sont installés les colons. La ville sera érigée en commune de plein exercice en 1957. Quant aux villages kabyles, ils sont installés en périphérie, sur les flancs des montagnes environnantes.

Démographie modifier

Administration et politique modifier

Souh El Tenine est également siège de daïra.

Économie modifier

 
Plage de Souk El Ténine

La commune de Souk El Tenine a une triple vocation : agricole, commerciale et touristique.

Touristique avec le tourisme balnéaire engendré par ses 4,5 km de plages et la proximité de la corniche kabyle ou corniche jijelienne.

Vie quotidienne modifier

Patrimoine modifier

À quelque deux kilomètres à l'est, il y a la station préhistorique d'Afalou.

Personnalités modifier

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Bibliographie modifier

  • Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes, Casbah Editions, Alger, 2011

Notes et références modifier

  1. « Wilaya de Béjaïa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. « Décret no 84-365 du fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ , p. 1484 (lire en ligne).
  3. Foudil Cheriguen, Toponymie algérienne des lieux habités (les noms composés), Alger, Épigraphe, , p. 98-99.