Ouvrir le menu principal

Un sopraniste est un chanteur adulte de sexe masculin dont la tessiture est proche de la soprano féminine. Sopraniste signifie "qui joue la partie de dessus" et pourrait être logiquement étendu à tous les musiciens jouant une partie dans la tessiture soprano. L'usage actuel veut qu'il ne serve qu'à désigner les contre-ténors (encore appelés falsettistes) soprani, et les castrats soprani (aujourd'hui disparus). Il est difficile d'en arrêter une définition fournie tant le nombre de sopranistes est aujourd'hui minuscule.

Castrats sopranistesModifier

Du XVIIe au XIXe siècle, lorsque les castrations de garçons prépubères étaient autorisées en Europe (à l'exception de la France), il existait des castrats contraltistes et sopranistes, mais ils utilisaient uniquement la voix de tête que l'absence de mue avait préservée. On peut donc qualifier certains castrats de sopranistes, bien que leur technique vocale ne soit pas assimilable à celle des sopranistes actuels. L’usage de l'Église du XVIIe – XVIIIe siècle a favorisé l’emploi du terme de « soprano naturel » pour qualifier les castrats sopranistes, au mépris des femmes soprani et des falsettistes sopranistes, deux tessitures ou pratiques vocales ayant parfaitement cours à l'époque. Farinelli, Bernacchi, Caffarelli, Carestini ou Giziello sont les exemples les plus célèbres de castrats sopranistes.

Falsettistes sopranistesModifier

Un contre-ténor sopraniste est un chanteur dont la tessiture se situe au-dessus de celle du contre-ténor altiste. Ce dernier est souvent nommé contraltiste, et plus souvent encore alto par référence à la voix qu'il chante dans un chœur, mais également pour le différencier du joueur de violon alto.

La voix d'un sopraniste peut être plus ou moins étendue, généralement assez proche de celle de la mezzo-soprano, environ du la2 au la4 (au-dessous et au-dessus d'une portée en clef de sol). Pourtant, elle est souvent plus pure et moins profonde, d'où sa qualification d'angélique.

Tout comme le contre-ténor altiste, le sopraniste utilise sa voix de fausset pour chanter, ainsi que ponctuellement sa voix de poitrine pour des rôles particuliers, pour amuser, ou pour certaines notes graves où la voix mixte ne suffit plus.

Il existe très peu de sopranistes à ce jour, mais citons Nicolas Hay, Hugo Mangon, Lionel Stoffel, Fabrice di Falco, Valer Barna-Sabadus, Jörg Waschinski, Jacek Laszczkowski, Mathieu Salama, David Hansen, Franco Fagioli, Arno Raunig, Adriano D'Alchimio, Aris Christofellis, Oleg Riabets, Gary Boyce, Edson Cordeiro, Yves Le Pech, Radu Marian, Angelo Manzotti, Paul Laumont, Michael Maniaci, Bagdasar Khachikyan,Chris Colfer, Francesco Divito, Oswald Musielski, Barabasi Zsolt, Marcel Lucien Arpots, Ludovic Baas, Nicolas Achten, Javier Fuentes, Paulo Abel do Nascimento, Étienne Cousineau, Alain Vu, Patrick Husson, Grégoire Solle, Philippe-Emmanuel Toussaint ou David Albert-Brunet... À noter que Max Emanuel Cenčić ainsi que Philippe Jaroussky, aujourd'hui tous deux mezzo-soprano (voire alto), commencèrent leur carrière comme sopranistes (Cenčić chanta par exemple Frühlingsstimmen[1] de Strauss, air pour soprano léger ou soprano colorature). À noter que, hors de la sphère du chant classique, on trouve aussi des sopranistes tels que Klaus Nomi, Ugo Farell ou encore Thomas Otten (à la voix plus sombre de mezzo-soprano), notamment.

Il existe, également, quelques très rares chanteurs masculins capables d'atteindre la colorature (le soprano colorature), à la tonalité encore plus aiguë (par exemple le hongrois André Vasary[2], mais aussi F. Divito ou M. Maniaci).

Notes et référencesModifier

  1. https://www.dailymotion.com/video/xgz0cm_fruhlingsstimmen-strauss-max-emanuel-cencic_music
  2. Concert à Debrecen (Hongrie), exemple de soprono colorature (André Vasary) interprétant Bach

Articles connexesModifier

Liens externesModifier