Ouvrir le menu principal

Song Jiaoren

Révolutionnaire chinois, co-fondateur, en 1905, avec Sun Yat-Sen du Zhongguo Tongmenghui
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Dans ce nom, le nom de famille, Song, précède le nom personnel.

Song Jiaoren
宋教仁
Illustration.
Fonctions
Président du Kuomintang
Prédécesseur N/A
Successeur Sun Yat-sen
Vice-président du Huaxinghui
Prédécesseur N/A
Successeur N/A (fusion avec le Tongmenghui)
Biographie
Nom de naissance Liàn (鍊)
Date de naissance
Lieu de naissance Taoyuan, Hunan
Date de décès (à 30 ans)
Lieu de décès Shanghai, Jiangsu
Nationalité Flag of the Republic of China.svg République de Chine
Parti politique

Song Jiaoren (en chinois : 宋教仁 ; pinyin : Sòng Jiàorén ; Wade : Sung Chiao-jen), né le à Taoyuan, dans la province du Hunan, en Chine et mort le à Shanghai, également en Chine, était un révolutionnaire chinois et un dirigeant politique. Il a notamment fondé, avec Sun Yat-sen, le parti nationaliste chinois ou Kuomintang[1].

BiographieModifier

JeunesseModifier

Song Jiaoren est né et a été élevé dans la province du Hunan. Quand il avait 6 ans, Song Jiaoren a commencé son éducation dans une école privée. À 17 ans, il a commencé à étudier l'université Zhangjiang et eut d'excellentes notes.

CarrièreModifier

En 1903, Song Jiaoren rejoignit le mouvement révolutionnaire. Lui et Huang Xing ont formé l'organisation révolutionnaire Huaxinghui en 1904[2].
En 1905, avec Sun Yat-sen, Song participa à la création du Tongmenghui, une organisation dont le but était de renverser la dynastie Qing et de former une république ; il en fut l'un des dirigeants. Après la naissance de la République de Chine, Song aida à la fusion du Tongmenghui avec d'autres groupements pour former le Guomindang (ou Parti nationaliste), rapidement interdit par Yuan Shikai.

Tentative d'assassinat et mortModifier

Il meurt, le 22 mars 1913, des blessures subies lors d’une tentative d’assassinat qui eut lieu le 20 mars 1913 vers 10h40 à la billetterie de la gare de Shanghai, où il était venu en tant qu’orateur favorable au système de cabinet ministériel à l'invitation de Yuan Shikai[3],[4]. Celui-ci était considéré par les médias chinois comme l'homme le plus probablement derrière ce coup mais, à cause du manque de preuves, il n'a pas été accusé.
La mort de Song fut l'une des causes de la deuxième révolution.

RéférencesModifier

  1. (en) The Editors of Encyclopaedia Britannica, « Song Jiaoren Chinese politician », sur britannica.com (consulté le 19 novembre 2015).
  2. (en) « Sung Chiao-Jen », sur encyclopedia2.thefreedictionary.com (consulté le 21 novembre 2015)
  3. (en) Ah Xiang, Song Jiaoren's Assassination & Second Revolution, 8 p. (lire en ligne)
  4. (en) « The death of a revolutionary The song of Song », sur economist.com, (consulté le 19 novembre 2015).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :