Sonate Arpeggione

sonate de Franz Schubert

Sonata Arpeggione
D.821
Image illustrative de l’article Sonate Arpeggione
Franz Schubert en 1825

Genre Sonate, lyrisme
Musique Franz Schubert
Durée approximative 26 min
Dates de composition 1824 en musique classique
Dédicataire Johann Georg Stauffer (luthier inventeur de l'arpeggione)
Commanditaire Vincenz Schuster (virtuose de l'arpeggione) (présumé)
Partition autographe 1871 en musique classique
Fichiers audio
"1 - Allegro Moderato"
"2 Adagio et 3 - Allegretto"
"3 - Allegretto"

La Sonata Arpeggione ou Sonate pour arpeggione et piano en la mineur D. 821 (Sonate für Arpeggione und Pianoforte, en allemand) est une sonate lyrique pour arpeggione et piano-forte en trois mouvements, composée par Franz Schubert (1797-1828) à Vienne en Autriche en novembre 1824, publiée à titre posthume en 1871[1]. Cette sonate est une des seules compositions importantes connues pour arpeggione (ou guitare-violoncelle, ou guitare à archet, ou guitare d'amour) instrument à six cordes variante de la viole de gambe baroque[2], aujourd'hui disparu, inventé en 1823 par le luthier autrichien Johann Georg Stauffer (à qui cette oeuvre est dédiée).

HistoireModifier

Cette sonate postérieure à ses sonates pour violon et piano de jeunesse de 1816, et contemporaine de son Quatuor à cordes n°14 « La Jeune Fille et la Mort » de 1824, est composée à la fin de la vie de Schubert, en pleine période romantique allemande du XIXe siècle (dont Franz Schubert est un des maîtres) alors qu'il souffre d'un stade avancé de la syphilis (les premiers signes remontent à 1822) avec des épisodes dépressifs de plus en plus fréquents, avant de disparaître prématurément à l'age de 31 ans en 1828.

Il s'agit très probablement d'une commande de son ami Vincenz Schuster, guitariste affirmé, virtuose de l'arpeggione (inventé l'année précédente[3]). Cet instrument fut très peu utilisé et vite oublié, à cause de la difficulté de jouer de ses 6 cordes. Il n'en existe à ce jour qu'une douzaine d'exemplaires dans le monde (copies comme originaux). Il est probable qu'elle ait été interprétée pour la première fois avant la fin de 1824 chez Schuster, avec Schubert au piano.

StructureModifier

Cette oeuvre lyrique d'une durée d'environ 26 minutes, est composée en trois mouvements, avec des alternances de joie, et de mélancolie[4], à l'image entre autres de ses sonates pour violon et piano de jeunesse de 1816, ou de ses ultimes Der Hirt auf dem Felsen lyrique romantique allemand, et autres Sérénade (Le Chant du cygne) de 1828...

Version originaleModifier

La version originale sur arpeggione et piano-forte, est jouée dans les enregistrements suivants :

  • Klaus Storck et Alfons Kontarsky (1974, Archiv Produktion n° 2533 174)
  • Alfred Lessing et Jozef de Beenhouwer (2000-2001, Ars Produktion FCD 368 392)
  • Gerhart Darmstadt et Egino Klepper (2005, Cavalli Records CCD 242)
  • Nicolas Deletaille et Paul Badura-Skoda (2006-2007, Fuga Libera FUG 529).

TranscriptionsModifier

Elle est jouée de nos jours essentiellement dans des transcriptions et arrangements pour violoncelle et piano (ou pour alto (sonate pour alto, liste des principales œuvres pour alto), ou parfois pour contrebasse). Les transcriptions pour ces instruments sont naturellement très postérieures à l'édition originale et essayent de résoudre le problème d'une étendue moindre par rapport à l'arpeggione et des modifications d'articulation (4 cordes au lieu de 6).

Au cinémaModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : technique, formes, instruments, Éditions Bordas, coll. « Science de la Musique », , 1109 p. [détail des éditions] (ISBN 2-04-005140-6) p. 51
  2. « Schubert : Sonate en La mineur pour violoncelle et piano, D 821 Arpeggione », sur www.francemusique.fr (consulté le 29 juin 2019)
  3. « La Sonate Arpeggione de Franz Schubert », sur www.inha.fr (consulté le 29 juin 2019)
  4. « Franz Schubert – Sonate Arpeggione – Allegro moderato (1er mouvement) », sur www.lamusiqueclassique.com (consulté le 29 juin 2019)
  5. Bach Fantasie BWV903, Bacewicz Sonate fuer Bratsche solo, Paganini Sonate Grand Viola, Schubert Arpeggione D 821, Claude Lelong (Bratsche), Elizbieta Goraczko (Klavier), Dux 092 « (Voir en ligne) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. [vidéo] Hommage à Trop belle pour toi (Blier/1989) sur YouTube

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier