Solution à deux États

La solution à deux États est une solution de consensus au conflit israélo-palestinien, examinée par les principales parties du conflit dans le cadre du processus de paix israélo-palestinien, notamment lors de la conférence d’Annapolis en . Elle propose la création de deux États distincts dans la région géographique de Palestine, l’un arabe et l’autre juif. Elle s’oppose à la solution à un seul État, dit « État binational », dans lequel vivraient Israéliens et Palestiniens.

Affiche d'un mouvement pacifiste : les drapeaux israélien et palestinien et le mot "paix" écrit en arabe et en hébreu. De telles images sont diffusées par les partisans de la solution à deux États.

En 1974, une résolution des Nations Unies (résolution 194) sur le « règlement pacifique de la question de la Palestine » appelle à « deux États, Israël et la Palestine… côte à côte à l'intérieur de frontières sûres et reconnues », ainsi qu'une « résolution juste de la question des réfugiés, conformément à l'ONU »[1],[2],[3]. La dernière résolution, en , est adoptée par 165 voix contre 6, avec 6 abstentions [4], Israël et les États-Unis ayant voté contre[5]. Selon cette résolution, les frontières de l'État de Palestine seraient « fondées sur les frontières d'avant 1967 », comprenant donc la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est avec la vieille ville, principal point d'achoppement de cette solution. Durant le sommet arabe de Fès de 1982, le concept est adopté des dirigeants palestiniens[6]. Cependant, le gouvernement israélien considère cette tentative des Palestiniens pour obtenir la reconnaissance de l’État de Palestine, unilatérale, comme incompatible avec un accord négocié à deux États.

D'après des sondages, une majorité israélienne et palestinienne est en faveur de la solution à deux États[7].

Plusieurs évènements tentent d'instaurer la solution à deux États : la conférence de Madrid (1991), les accords d'Oslo (1993), le sommet de Camp-David (2000), qui échoue, le sommet de Taba (début 2001), l'Initiative de paix arabe (2002), proposée au Sommet de la Ligue arabe 2002, une autre tentative de paix échoue en 2013-2014.

Histoire de la solution à deux ÉtatsModifier

La première proposition de création de deux États, juif et arabe, remonte à 1937, lors de la Commission Peel, en Palestine mandataire. Elle est rejetée par la communauté Arabe de Palestine[8],[9], et acceptée par la plupart des dirigeants juifs. En 1947, le Plan de partage de la Palestine propose aussi une solution à deux États, avec Jérusalem sous contrôle international. Le plan de partition est accepté par les dirigeants juifs, mais rejeté par les dirigeants arabes et palestiniens, opposés à toute présence juive indépendante. La Guerre israélo-arabe de 1948-1949 met fin au mandat britannique, avec les accords d'armistice israélo-arabes de 1949. A l'issue de cette guerre a lieu l'exode (fuite ou expulsion) de 711 000 palestiniens, ce que les Palestiniens nomment Nakba[10].

Résolution 242 de l'ONU et reconnaissance des droits des PalestiniensModifier

Après la guerre des Six-Jours, le Conseil de sécurité des Nations unies fait passer, à l'unanimité, la résolution 242 qui demande le retrait des territoires occupés d'Israël. En échange, la "clôture de toute revendication ou état de belligérance" et la "reconnaissance de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance politique de chaque État de la région" seraient appliquées. L'Organisation de Libération de la Palestine (OLP, fondée en 1964), critique cette résolution. D'après elle, c'est une réduction du conflit au problème des réfugiés[11]:18. En , 56 Etats-membres proposent que la "question de la Palestine" appartienne à l'agenda de l'Assemblée Générale.En , l'assemblée générale énonce les droits des Palestiniens, qui incluent "le droit à l'autodétermination sans interférence extérieure", "le droit à une indépendance et une souveraineté nationales", et "le droit de regagner leurs propriétés". Depuis, ces droits sont affirmés chaque année[2].

Acceptation d'une solution à deux États par l'OLPModifier

Dans les années 1970, l'homme politique palestinien Said Hammami (en) laisse entendre que l'OLP accepte la solution à deux États[12],[13] qui reçoit le soutien de l'Assemblée Générale des Nations Unies[14]. En , il est proposé au Conseil de Sécurité de rétablir les frontières d'avant 1967. Les États-Unis y mettent leur véto : selon eux, la solution à deux États est pertinente mais doit être négociée par les parties[15].

Le , la Déclaration d'Indépendance de la Palestine se réfère au Plan de partage de la Palestine de 1947 et plus généralement aux "résolutions de l'ONU depuis 1947". Elle est interprétée comme une reconnaissance, indirecte, de l'Etat d'Israël et une acceptation de la solution à deux États. Le plan de Partition est évoqué pour légitimer l’État palestinien. Ultérieurement, le soutien à Israël est clarifié[16],[17].

Efforts diplomatiquesModifier

 
  • Reconnaissance d'Israël seulement
  • Reconnaissance d'Israël et de l’État palestinien
  • Reconnaissance de la Palestine seulement
  • En 1975, l'Assemblée générale créée le Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien. En 1976, le Comité présente deux séries de recommandations, l'une concernant le droit des Palestiniens au retour dans leurs foyers et leurs propriétés, et l'autre leurs droits à l'autodétermination, à l'indépendance nationale et à la souveraineté. Le Conseil de sécurité a discuté des recommandations mais ne parvient à aucune décision en raison du vote négatif des États-Unis[11]. Après le début de la Première Intifada (1987), un travail diplomatique est exercé pour tenter d'instaurer la solution à deux États : il commence avec la Conférence de Madrid de 1991. En 1993, les accords d'Oslo divisent officiellement la Palestine en trois territoires administratifs et encadrent légalement les frontières entre Israël et la Palestine. Le sommet de Camp-David en 2000, et en , et les négociations à Taba en , ne débouchent sur aucune décision. Le violent déclenchement de la deuxième Intifada en 2000 montre la désillusion du public palestinien face aux accords d'Oslo et convainc de nombreux Israéliens que les négociations sont vaines.

    Les dirigeants saoudien et américain discutent de la solution à deux États [18]. En 2002, le Prince Abdallah d'Arabie Saoudite propose l'Initiative de Paix Arabe, soutenue à l'unanimité par la Ligue Arabe. Elle est cependant rejetée par le gouvernement israélien qui refuse d'en débattre. George W. Bush, en 2002, annonce son soutien pour un État palestinien, ouvrant la voie du United Nations Security Council Resolution 1937 (en), soutien de la solution à deux États.[19],[20].

    En , le conflit Fatah-Hamas, qui oppose deux organisations palestiniennes, aboutit au contrôle de la bande de Gaza par le Hamas. L'autorité palestinienne est fragmentée en deux lignes politiques qui revendiquent chacune la représentation du peuple palestinien. Le Fatah contrôle l'autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas gouverne Gaza.

    En , lors de la conférence d'Annapolis, trois parties-Israël, l'OLP et les États-Unis s'accordent sur la solution à deux Etats-cependant, aucun accord n'est conclu.

    En 2013-2014, John Kerry, alors Secrétaire d'État des États-Unis, guide les pourparlers de paix de 2013-2014, qui ne débouchent sur aucun arrangement.

    ViabilitéModifier

    En 2010, les pourparlers doivent reprendre. Cependant, l’extension des colonies israéliennes, soutenues par le gouvernement israélien, réduisent les terres dont l'Etat Palestinien disposerait. Les Palestiniens et Israéliens de gauche doutent alors de la viabilité de cette solution[21].

    En , d'après le rapport des chefs de mission de l'Union Européenne sur Jérusalem-Est, la poursuite des colonies et la fragilité de la population de Jérusalem Est et de la zone C rend peu probable la solution à deux États[22]. Ce rapport est rejeté du ministère israélien des affaires étrangères, jugé "fondé sur une description partielle, biaisée et unilatérale du terrain"[23].

    En , le conseil de l'UE annonce sa "profonde préoccupation face aux développements sur le terrain qui menacent de rendre impossible une solution à deux États"[24].

    Le , l'assemblée générale de l'ONU reconnait à la Palestine le statut de "membre observateur", avec 138 voies contre 9, et 46 abstentions.

    Le , le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu annonce la construction de 3000 nouveaux foyers à Jérusalem-Est, dans la zone "E-1"[25],[26]. L'Australie estime que cette construction "menace la solution à deux Etats."

    Le parti travailliste israélien soutient la solution à deux Etats, Isaac Herzog indique que c'est "dans les intérêts d'Israël".

    La Cisjordanie dans la solution à deux ÉtatsModifier

    L'illégalité des colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est est affirmée par des résolutions de l'ONU[27]. Lors du retrait du Sinaï en 1982, et de celui de Gaza en 2005, certaines sont évacuées par l'armée israélienne Plus de 50 compensations post-évacuation sont proposées pour les propriétés abandonnées[28].

    Opinion publique en Israël et en PalestineModifier

    De nombreux Israéliens et Palestiniens, ainsi que la ligue Arabe, acceptent la solution à deux Etats avec les "frontières de 1967"[29]. D'après un sondage de 2002 fait par PIPA, 72% des Palestiniens et Israëliens soutiennent la solution à deux Etats fondés sur les frontières de 1967, à condition que chaque partie soit coopérative[30]. D'après un sondage Gallup, 70% des Palestiniens de Cisjordanie, 48% des Palestiniens la bande de Gaza et 52% des Israéliens soutiennent "un Etat plestinien indépendant à côté de l'Etat d'Israël"[31].

    L'opinion sur la solution à deux Etats varie selon la formulation de la question posée. Selon des journalistes israéliens, les Palestiniens ne sont pas prêts à accepter un Etat juif[32],[33]. Selon un sondage, "moins de deux Arabes (Palestiniens ou non) sur dix croient en le droit d'Israël à exister en tant que nation à majorité juive[34]." Cependant, un autre sondage du Département d'État des États-Unis indique que "78% des Palestiniens et 74% des Israéliens pensent qu'un accord de paix menant à deux Etats qui vivent côte-à-côte en bons voisins" est "essentiel ou souhaitable"[35].

    Dans un sondage de 2007, trois quarts des Palestiniens sondés (de la bande de Gaza ou de Cisjordanie) approuvent la solution à deux Etats ou l'Etat binational, 46% préferant la solution à deux Etats et 26% la solution d'un Etat binational[36]. Le soutien est plus faible chez les jeunes Palestiniens ; la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice observe : "De plus en plus, les Palestiniens qui parlent d'une solution à deux États ont mon âge[37] ." Avant la Guerre de Gaza de 2014, d'après un sondage du Washington Institute for Near East Policy, 60% des Palestiens disent que l'objectif de leur mouvement national devrait être "de travailler à la récupération de toute la Palestine historique du fleuve à la mer", contre 27% qui approuvent l'idée qu'ils devraient travailler "pour mettre fin à l'occupation de la Cisjordanie et de Gaza et parvenir à une solution à deux États. " Selon WINEP, "c'est un nouveau constat par rapport aux questions similaires (mais pas identiques) posées dans le passé, lorsque le soutien pour une solution à deux états variait généralement entre 40 et 55 pour cent"[38].

    Dans les sondages israéliens, la solution à deux Etats rencontre également un soutien majoritaire qui se dégrade[39]. En 2014, un sondage d'Haaretz demande : "Considérez que dans le cadre d'un accord, la plupart des colons seront annexés à Israël, Jérusalem sera divisée, les réfugiés ne retourneront pas en Israël et il y aura un arrangement de sécurité strict, soutiendriez-vous cet accord?". 35% des Israéliens répondent oui[38].

    AlternativesModifier

    État binationalModifier

    Des propositions comme l'octroi de la citoyenneté palestinienne ou le permis de résidence aux colons juifs, en échange de la suppression des installations militaires israéliennes de Cisjordanie, sont soumises par Arafat, Ibrahim Sarsur, et Ahmed Qurei [40] , [41] ,[42].

    En avril 2010, le ministre israélien Moshe Ya'alon déclare : "tout comme les Arabes vivent en Israël, les Juifs devraient également pouvoir vivre en Palestine [...] Si nous parlons de coexistence et de paix, pourquoi l'insistance [palestinienne] pour que le territoire qu'ils reçoivent soit nettoyé ethniquement des Juifs[43]?"

    L'idée est exprimée à la fois par des partisans de la solution à deux Etats[44] et par ceux des colons et courants conservateurs et fondamentalistes dans le judaïsme israélien[45], qui, en s'opposant à tout retrait, sont plus attachés à la terre d'Israël qu'à l'Etat d'Israël.

    Solution à trois ÉtatsModifier

    Cette alternative propose, d'après The New-York Times, l'attribution de la Cisjordanie à la Jordanie et de la bande de Gaza à l'Égypte[46].

    Articles connexesModifier

    Notes et référencesModifier

    1. « Question of Palestine – General Assembly » [archive du ], sur The United Nations – Question of Palestine (consulté le 30 septembre 2016)
    2. a et b « A/RES/3236 (XXIX) Question of Palestine » [archive du ], sur The United Nations – General Assembly, (consulté le 30 septembre 2016)
    3. « A/PV.2296 Question of Palestine (concluded) » [archive du ], sur The United Nations – General Assembly, (consulté le 30 septembre 2016)
    4. « A/RES/65/16. Peaceful settlement of the question of Palestine, United Nations General Assembly » [archive du ], sur The United Nations – General Assembly, (consulté le 30 septembre 2016)
    5. « Wrapping up annual consideration of Question of Palestine, situation in Middle East, adopts six resoloutions by recorded vote » [archive du ], sur The United Nations – General Assembly (GA/11460), (consulté le 30 septembre 2016)
    6. Mark A. Tessler. A History of the Israeli-Palestinian conflict. 1994, p. 718
    7. "How Not to Make Peace in the Middle East", Hussein Agha and Robert Malley, The New York Review of Books. Retrieved April 24, 2020
    8. Swedenburg, Ted (1988) "The Role of the Palestinian Peasantry in the Great Revolt 1936–1939". in Islam, Politics, and Social Movements, edited by Edmund Burke III and Ira Lapidus. Berkeley: University of California Press. (ISBN 0-520-06868-8) pp. 189–94 & Marvin E. Gettleman, Stuart Schaar (2003) The Middle East and Islamic World Reader, Grove Press, (ISBN 0-8021-3936-1) pp. 177–81
    9. Pappé Ilan (2004) A History of Modern Palestine: One Land, Two Peoples, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-55632-5)
    10. United Nations General Assembly, « General Progress Report and Supplementary Report of the United Nations Conciliation Commission for Palestine » [archive du ] [OpenDocument], (consulté le 3 mai 2007)
    11. a et b « The Question of Palestine and the United Nations », sur United Nations (consulté le 2 août 2014)
    12. Ayoob, Mohammed. The Middle East in world politics. 1981, p. 90
    13. Ḥusayn Āghā, Shai Feldman, Aḥmad Khālidī, Zeev Schiff. Track-II diplomacy: lessons from the Middle East. 2003, p. 11
    14. « The Committee on the Exercise of the Inalienable Rights of the Palestinian People and the Division for Palestinian Rights » [archive du ], sur The United Nations – Question of Palestine, (consulté le 30 septembre 2016)
    15. Cattan, Henry. The Palestine question. 1988, p. 307
    16. Mohamed Rabie, « The U.S.-PLO Dialogue: The Swedish Connection », Journal of Palestine Studies, vol. 21, no 4,‎ , p. 54–66 (DOI 10.1525/jps.1992.21.4.00p0140g, JSTOR 2537663)
    17. Quandt, William B., Peace Process: American Diplomacy and the Arab-Israeli conflict since 1967, Washington, Brookings Institution, , 367–75, 494 p. (ISBN 0-520-08390-3)
    18. « Transcript - House Of Saud - FRONTLINE - PBS », sur www.pbs.org
    19. (en) Neil Caplan, The Israel-Palestine Conflict: Contested Histories, John Wiley & Sons, (ISBN 9781444357868, lire en ligne), « Camp David Revisited; Intifada Redux »
    20. Bruce D. Jones, « 216 » (consulté le 29 novembre 2016)
    21. "In Mideast Talks, Scant Hopes From the Beginning" news analysis by Ethan Bronner in The New York Times August 20, 2010, accessed August 21, 2010
    22. Hass, Amira. "EU report: Israel policy in West Bank endangers two-state solution." Haaretz, 12 January 2012.
    23. Ravid, Barak. "EU: Israel's policies in the West Bank endanger two-state solution." Haaretz, 14 May 2012.
    24. « Council conclusions on the Middle East Peace Process – 3166th Foreign Affairs Council meeting », sur EN, Council of the European Union, (consulté le 29 novembre 2016)
    25. Israel Plans To Expand Settlements In East Jerusalem, West Bank NPR, 30 Nov 2012. Retrieved 5 Dec 2012.
    26. Australia joins countries criticizing settlements, Jerusalem Post, 4 Dec 2012. Retrieved 5 Dec 2012.
    27. « A/RES/68/15 Resolution adopted by the General Assembly on 26 November 2013 – General Assembly » [archive du ], sur The United Nations, (consulté le 29 novembre 2016)
    28. Karla Vallance, « Israel OKs compensation for settlers leaving Sinai », sur Christian Science Monitor,
    29. « What Is the Palestine Liberation Organization? »
    30. « Large Israeli and Palestinian Majorities Indicate Readiness for Two-State Solution Based on 1967 Borders » [archive du ]
    31. Lydia Saad et Elizabeth Mendes, « Israelis, Palestinians Pro Peace Process, but Not Hopeful », (consulté le 29 novembre 2016)
    32. Jeffrey Goldberg, « Book Review | 'One State, Two States: Resolving the Israel/Palestine Conflict,' by Benny Morris », sur The New York Times, (consulté le 29 novembre 2016)
    33. Bret Stephens, « The No-State Solution », sur Wall Street Journal, (consulté le 29 novembre 2016) : « The No-State Solution ; Hamas cares more about Shariah than 'Palestine' »
    34. BLANKLEY: The two-state 'solution' mirage, Time for reality-based diplomacy on Israel and Palestinians, Tony Blankley | Tuesday, May 19, 2009 [1]
    35. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 29 janvier 2010)
    36. On Palestinian attitudes towards the Formation of the National Unity Government, Jerusalem Media & Communication Centre, (lire en ligne[archive du ])
    37. Richard Boudreaux and Ashraf Khalil, « Can 2 foes live under 1 roof? », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2008)
    38. a et b Matthew Yglesias, « One thing Israelis and Palestinians agree on: they don't like the two-state solution », sur Vox, (consulté le 29 novembre 2016)
    39. Is One State Enough?, Reut Institute, (lire en ligne)
    40. « Let them stay in Palestine - Haaretz - Israel News » [archive du ], (consulté le 23 août 2017)
    41. « Arafat may allow Jewish settlers to stay in West Bank »,
    42. Arab MK: I would agree to grant settlers Palestinian citizenship Modèle {{Lien brisé}} : paramètres « url » et « titre » manquants. ,
    43. 'No need to remove any settlements' By Herb Keinon, Jerusalem Post, 16 April 2010
    44. « Jewish-Arab conflict » [archive du ]
    45. Laila El-Haddad, « Interview: Israeli settler Avi Farhan » [archive du ], sur Aljazera, (consulté le 29 novembre 2016)
    46. « Israel-Palestine: The return of the Jordanian option » [archive du ], sur Haaretz, (consulté le 30 septembre 2016)