Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sociétal.

Sociétal
Image illustrative de l’article Sociétal (revue)
Logo de Sociétal - 2018

Pays Drapeau de la France France
Zone de diffusion France
Langue Français
Périodicité annuelle
Genre analyse
Diffusion 1500 ex. (2016)
Date de fondation 1996
Ville d’édition Paris

ISSN 1274-3356
Site web Site de la revue Sociétal,

Sociétal est à présent le média de l’Institut de l’Entreprise dont l’objectif est de faire connaître aux influenceurs et décideurs français les meilleurs décryptages des enjeux présents et à venir de l’économie et de la société. Dirigé par Aude de Castet, Sociétal est gouverné par un comité éditorial composé de praticiens des entreprises, de représentants des médias et d’experts académiques.

HistoriqueModifier

La revue Sociétal est née en 1996 sous l'impulsion d'Albert Merlin[1] et constitue le résultat de la fusion entre deux publications fondées par Bertrand de Jouvenel[2].

Reprise en 1999 par l'Institut de l'Entreprise, la revue a pour vocation d'analyser les grands enjeux économiques et sociaux français en rassemblant les réflexions d'universitaires, chefs d’entreprise et dirigeants politiques.

Précédemment trimestrielle, la formule a été renouvelée en 2014 pour devenir un rendez-vous annuel, tout en conservant sa vocation initiale. En 2019, Sociétal change de format avec des conférences en partenariat avec l’AJEF et l’Académie des Sciences Morales et Politiques et un dossier thématique mensuel proposant différentes contributions.


Sociétal consacre le dossier spécial de son édition 2016 à l'impact du numérique sur l'emploi. « Nous sommes tous à la frontière » affirme d’emblée l’édition 2016 de Sociétal. À l’heure où la transformation numérique bouleverse nos modèles économiques, le marché du travail et l’emploi, le dialogue social, l’éducation et la formation, etc. avons-nous pris toute la mesure de ces mutations et leurs conséquences sociales et sociétales ?

En 2017, Sociétal s’attaque, sans totem, ni tabou, à quatre idées reçues qui sont autant de freins à la conception et à l’adoption de nouvelles politiques publiques courageuses et déterminées pour redémarrer la machine France :

  • Les Français n’aiment pas l’entreprise. Pas si sûr ! La liberté, la propriété et le travail demeurent des valeurs fortes pour les Français, et ce sont des valeurs portées par les entreprises et les entrepreneurs.
  • Contre le chômage, on a tout essayé. Bien sûr que non ! On peut même affirmer que l’on n’a jamais vraiment commencé à essayer.
  • Le dialogue social peut résoudre tous les problèmes. Le feuilleton de la loi Travail aura malheureusement montré qu’il s’agit d’une illusion. Le dialogue social institutionnel est trop souvent le paravent commode d’un immobilisme partagé.
  • La France est impossible à réformer. C’est inexact. Les réformes sont toujours et avant tout question de méthode.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier