Ouvrir le menu principal

Société intercommunale des bus de la région annécienne

Société intercommunale des bus de la région annécienne
Logo de la SIBRA
Logo de la SIBRA.
Un Iveco Bus Urbanway 12 sur la ligne 3.
Un Iveco Bus Urbanway 12 sur l'ancienne ligne 3.

Création
Forme juridique Société publique locale
Slogan Faire du bus un choix naturel
Siège social Annecy, 66 chemin de la Prairie
Drapeau de France France
Actionnaires Grand Annecy
Les 34 communes du Grand Annecy
Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie
Activité Transport en commun
Produits Exploitation du réseau de bus du Grand Annecy et de ses services annexes
Effectif 205
SIREN 318 163 094[1]
Site web www.sibra.fr

Fonds propres en augmentation 1 448 100 € (2017)[1]
Dette Decrease Positive.svg 5 678 600 € (2017)[1]
Chiffre d'affaires en diminution 19 602 600 € (2017)[1]
19 620 300 € (2016)[1]
Résultat net en augmentation 56 000 € (2017)[1]
42 300 € (2016)[1]

La Société intercommunale des bus de la région annécienne (SIBRA) est une entreprise de transport en commun qui exploite le réseau du même nom desservant la ville d'Annecy et son agglomération depuis plus de 30 ans. En 2018, le réseau est composé de 33 lignes régulières couvrant une surface de plus de 128 km2, et dessert près de 153 000 habitants[2]. En 2017, le réseau totalisait 343 km de long[2].

En 2017, les bus du réseau Sibra ont parcouru 4,74 millions de kilomètres, dont 1,67 million sous-traités, pour 16 298 508 voyages par an[2]. La Sibra exploite le réseau pour le compte de l'autorité organisatrice de la mobilité (AOM, anciennement autorité organisatrice de transport urbain, ou AOTU), Grand Annecy.

Le 14 septembre 2019, en plus de son activité historique d'exploitant du réseau de transport du même nom desservant le Grand Annecy, la SIBRA exploitera le nouveau réseau de bus J'ybus de la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie.

Sommaire

HistoireModifier

Bien avant la Sibra, le tramway d'Annecy à Thônes, un tramway à vapeur à voie métrique, a fonctionné entre 1898 et 1930 et reliait ces deux villes.

La Sibra voit le jour le , avec des objectifs définis d'abord sur trois, puis cinq ans. Le réseau est alors composé de six lignes exploitées à l'aide de 45 véhicules et 122 salariés[3],[4].

Le , la Sibra complète son réseau avec les lignes « Biplus » (indicées A à H) qui répondent à un double objectif : du lundi au samedi, elles permettent aux personnes à mobilité réduite et aux habitants des zones mal desservies de se déplacer et les dimanches et fêtes, ces lignes assurent la desserte pour l'ensemble des voyageurs[3],[4].

L'année 1990 voit la mise en place d'un système de suivi des bus en temps réel[3].

En 1996 sont créés les premiers abonnements scolaires : « Pirate » pour les collégiens et lycéens et « Surf » pour les étudiants, afin de les inciter à utiliser les transports en commun[4].

Le , une ligne estivale est créée afin de permettre un accès aux sentiers du Semnoz, à l'aide de véhicules adaptés pour le transport de VTT[5].

En 1998, des actions de sensibilisation à la citoyenneté et à la sécurité sont mises en place, à commencer par des visites des installations de la Sibra par les classes de CM2[3]. Le District de l'agglomération annécienne (DAA), alors autorité organisatrice de transport urbain, met en service un Renault Agora S fonctionnant au gaz naturel pour véhicules, qui reste à ce jour le seul véhicule de l'histoire du réseau à avoir adopté ce carburant[4].

L'année 1999 est marquée par de nombreuses évolutions, aussi bien au niveau de l'offre que de la communication[4] :

  • 28 juin : Le DAA décide de mettre en place un nouveau réseau les dimanches et jours fériés baptisé « Dim'bus » et composé de quatre lignes (I à L). Exploité à l'aide de midibus, il permet d'améliorer la desserte du réseau ces jours là en lieu et place des lignes « Biplus » (A à H), qui sont maintenue du lundi au samedi hors jours fériés.
  • 1er septembre : En plus de la création de deux périodes de fonctionnement séparées (« lundi au vendredi en période scolaire » et « samedi et vacances scolaires »), une nouvelle ligne est créée : la ligne 9 entre Annecy et Argonay qui remplace les lignes de rabattement 34 et Biplus G. Un « guide-bus » est édité pour la première fois en lieu et place des différentes fiches éditées auparavant et le plan du réseau est désormais réalisé à l'aide d'ordinateurs.
  • 31 décembre : Pour la « nuit du millénaire » (passage à l'an 2000), un réseau spécial de quatre lignes (basé sur les quatre lignes Dim'bus) a été mis en place entre 20 h et h le lendemain et a rencontré un grand succès.

L'année 2000 est celle des 20 ans de la Sibra[4]. Le 4 juin, le District demande la mise en place d'une ligne de bus estivale permettant l'accès au sommet du Semnoz, y compris aux VTT, pour desservir la piste de luge d'été nouvellement construite, les descentes de VTT, et réduire la circulation automobile sur le site[3],[4]. La réponse de la Sibra est le prolongement de la « Ligne d'été » sous-traitée à Frossard avec des autocars équipés de racks à vélos[3],[4],[6].

Le , le District devient la communauté de l'agglomération d'Annecy (C2A) et la nouvelle autorité organisatrice du réseau[4]. Les 9 et 30 avril, deux nouveaux couloirs bus sont mis en service : le premier se situe sur la rue Carnot et l'avenue de Brogny est utilisé par les lignes 2, 6 et 9 et dessert le nouveau centre commercial Courier ; le second est situé avenue d'Aléry est utilisé par les lignes 1, 3, 4 et 5, les Biplus C et E et les Dim'bus I et K[4]. Les rues Vaugelas et Sommeiller sont aussi dotées de voies réservées[3]. Le 16 août, le réseau se dote d'un site web, qui a depuis conservé la même adresse[4]. Le 19 novembre, l'« Espace Sibra » déménage de Bonlieu à la gare d'Annecy[3],[4].

Le , la C2A s'agrandit de trois communes : Chavanod, Quintal et Montagny-les-Lanches. Une étude est diligentée pour desservir ces communes dès le 1er septembre et qui a conduit à apporter de nombreux changements à cette date[4],[7] :

  • Création de nouvelles lignes : 7 (entre la gare d'Annecy et Vovray), 10 (entre cette même gare et la zone Grand Épagny), 11 (entre Meythet et la Piscine-Patinoire), 12 (d'Épagny à Parcours Santé), 45 (de Balmont à la piscine de Seynod) et 55 (de Quintal à Chavanod et Montagny-les-Lanches) ;
  • Modifications de tracé sur les lignes 1, 4, 5, 6, 8 et les Biplus C à F ;
  • Suppression des lignes 13, 14, 35, 41, 42, 53, 54 et Biplus H.

L'année 2003 est marquée par trois événements[3],[4] : Le 2 juin par l'ouverture du pôle d'échanges de la gare d'Annecy, permettant les correspondances entre la quasi-totalité des lignes principales, à l'exception de la ligne 8 ; le 21 juin par la création du réseau de soirée « Noctibus » composé de deux lignes (M et N) circulant du lundi au samedi hors jours fériés de 21 h à h du matin. Enfin, c'est aussi l'année de lancement du service de location de vélos « VélOnecy ».

Le , l'offre de transport de la commune de Seynod (lignes 5, 33 et 45) est renforcée, tandis qu'un projet de site propre de l'avenue du Champ Fleuri est approuvé[4]. Les lignes 14 et 15 sont créées à cette même date, tout comme le nouveau service de transport à la demande de personnes à mobilité réduite nommé « Handibus », mettant fin à l'existence des lignes « Biplus » A à F[3],[4].

L'année 2005 est marquée par une augmentation de la fréquentation du réseau, due à l'impact positif des « plans de mobilité employeur/salariés » sur les trajets domicile-travail, tandis que sept parc de stationnement pour voitures sont mis en place[3]. Le 9 décembre, la ligne 2 est prolongée de son ancien terminus « Jean Mermoz » jusqu'au Campus et complète ainsi l'offre de la ligne 4[4].

L'année 2006 est marquée par l'inauguration du site propre de Champfleuri à Seynod et la mise en service des premiers autobus répondant aux normes Euro 4 d'Europe[3]. Le 1er septembre, le réseau change de logo pour celui encore en vigueur dix ans plus tard[4].

L'année 2008 est marquée par la refonte le 14 avril[réf. nécessaire] des lignes 3 et 6 pour desservir le nouveau centre hospitalier de Metz-Tessy, aujourd'hui situé sur la commune d'Epagny Metz-Tessy, avec un nouveau viaduc en voie réservée aux bus au desus du Fier et du parc relais. La desserte de l'hôpital est possible avec la ligne 3 qui ne fait plus arrêt à la Piscine-Patinoire Jean-Régis et avec la ligne 6 prolongée de l'aéroport d'Annecy Haute-Savoie Mont-Blanc jusqu'au collège La Salle à Pringy, ces deux lignes gagnant une fréquence d'un bus toutes les 15 minutes, tandis qu'une troisième ligne Noctibus (O) est mise en service[réf. nécessaire][3],[8]. Le 30 avril, mise en service de la place urbaine, du parc relais ainsi que du pôle d'échanges de Vignières au carrefour entre l'avenue des Carrés et l'allée Jean Mermoz à la place de l'ancien arrêt « Jean Mermoz », entraînant la modification des terminus partiels des lignes 1 et 2 qui s'effectuent désormais à cet arrêt, tandis que l'ancien arrêt « Vignières » disparaît[4].

L'année 2009 est marquée par la mise en service de neuf autobus répondant aux normes Euro 5 et arborant la nouvelle livrée du réseau[3]. Des dessertes ont été modifiées comme celle de la mairie d'Argonay sur la ligne 9 et celle de la nouvelle ZAC de Périaz à Seynod, sur le tracé de la ligne 55.[réf. nécessaire]

L'année 2010 est celle des 30 ans de la Sibra[3]. Le secteur de Poisy est modifié pour desservir le nouveau collège : tous les services de la ligne 1 sont prolongés jusqu'au nouveau terminus Poisy Collège sauf ceux à destination du lycée agricole de Poisy[9]. La ligne 12 a été restructurée pour l'accès à Lovagny, la branche Poisy Montagne a été supprimée.[source insuffisante] Le 13 décembre, création de la navette provisoire Z entre Seynod - Saint-Jean et Seynod - Périaz[9]. Le 25 octobre, une navette (la C) est mise en place pour desservir le cimetière des Iles au départ du Parc des Sports les lundis, mercredis et vendredis matin[10].

Le , le secteur du sud de l'agglomération voit sa desserte entièrement remaniée (Quintal, Montagny-les-Lanches, Chavanod et Seynod) : la ligne 5 est prolongée au centre commercial de Périaz à raison d'un bus sur deux et 45 passages par jour à Vieugy, remplaçant de fait la navette provisoire Z[3],[9],[11]. La ligne 8 dessert directement le stade de Chavanod et les lignes 45 et 55 sont remplacées par les lignes 13 et 16 respectivement orientées sur les secteurs Quintal/Vieugy/Balmont et Chavanod/Montagny-les-Lanches[11].

En 2012, deux autobus à propulsion hybride sont mis en service[3]. La rentrée de septembre voit la mise en place d'un abonnement unique pour les moins de 26 ans en lieu et place des anciens abonnements différenciés collégiens/lycéens et étudiants[12]. Le 3 septembre, les lignes 33 et 62 sont remplacées respectivement par les lignes 18 et 17.

En , une boutique en ligne est mise en place, permettant d'acheter sur internet des carnets de tickets ou renouveler son abonnement[3],[13]. Entre février et mai, les abribus des communes d'Annecy, Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier, Meythet, Poisy et Pringy ont été renouvelés au profit d'équipements plus récents de marque JCDecaux[14]. Le 2 septembre, les pôles d'échanges de la gare et de La Salle Pringy ont été reconfigurés, et les lignes 1 et 8 ont vu leurs couleurs être inversées, et le même mois, Handibus est renforcé avec l'ajout d'un second minibus, le renouvellement du parc existant, et fonctionne désormais les vendredis et samedis soirs[15],[16].

Le , la ligne 3 est la première ligne du réseau à abandonner les deux périodes horaires depuis la mise en place du système en 1999, elle conserve désormais les mêmes horaires du lundi au vendredi de septembre à juin[3],[17],[18]. La ligne 9 est renforcée matin et soir avec un bus toutes les 30 minutes et son itinéraire est modifié dans la zone d'activité de Pringy-Argonay, tout come la ligne Dim'bus K[17],[18].

L'année 2016 a vu, le 1er janvier, la Sibra changer de statut au profit de la Société publique locale et la diminution du nombre de communes desservies de 13 à 12 à la suite de la création de la commune nouvelle d'Epagny Metz-Tessy.

Le , la desserte du secteur Nord-Est de l'agglomération évolue[19]. Les travaux réalisés par la C2A et financés par l'État entre Annecy et Epagny Metz-Tessy via la création de sites propres et l'installation de la priorité aux feux par détection radio vont permettre de gagner 20 minutes sur le temps de trajet entre les deux communes, et proposer une alternative à la voiture individuelle sur un axe qui accueille plus de 45 000 véhicules par jour[19]. Ces changements seront marqués par la création d'une nouvelle ligne, la refonte d'une ligne existante et la renumérotation d'une autre[19] :

  • La nouvelle ligne 7 relie de façon directe Annecy, Cran-Gevrier, Meythet et Epagny Metz-Tessy avec un terminus au Grand Épagny, à raison d'un bus toutes les 17 minutes en moyennes et un temps de parcours de 20 minutes. La ligne propose des horaires « identiques toute l'année » et verra ses arrêts équipés de nouvelles bornes d'information aux voyageurs ;
  • La ligne 10 est restructurée pour offrir là aussi une liaison directe entre Annecy et Epagny Metz-Tessy, mais en passant par le Centre hospitalier Annecy Genevois au lieu de Meythet. La ligne propose un bus toutes les 45 minutes de h à 20 h, avec un temps de parcours moyen de 35 minutes ;
  • L'ancienne ligne 7, entre Seynod et la Clinique générale, devient la ligne 19, sans changement d'itinéraire ni d'horaire.

Le , le réseau subit de nouvelles adaptations, en particulier sur les lignes de proximité[20],[21] :

  • La ligne 1 voit son trajet simplifié dans le Parc des Glaisins à Annecy-le-Vieux, via la suppression du trajet en boucle ;
  • Modification des horaires des lignes 2, 6, 8, 9, 11, 12, 13 et 16, principalement sur la ligne 2 qui voit son offre renforcée aux heures de pointe du matin pour la desserte du Campus ;
  • La ligne 3 est prolongée d'un arrêt pour mieux desservir le parc d'activités Altaïs à Chavanod ;
  • La ligne 5 est simplifiée à Seynod par la suppression du terminus partiel au Polynôme, augmentant le nombre de passages au terminus Périaz ;
  • La ligne 14 est profondément modifiée et fusionne avec la ligne 15 : entre la gare et le pôle Vignières à Annecy-le-Vieux, la ligne abandonne son ancien trajet pour reprendre celui de la ligne 15 puis reprend son ancien trajet jusqu'à l'arrêt Nant où, au lieu de se diriger vers la route de Thônes et le lieu-dit de Sur-les-Bois, la ligne continue en tronc commun avec la ligne 17 faire terminus à la Piscine-Patinoire. Ce changement provoque la suppression de la desserte de la rue des Pommaries, de l'avenue de Thônes, des Clarines et des lieux-dits Frontenex, Provins et Sur-les-Bois à Annecy-le-Vieux et de trois arrêts à Meythet ;
  • La ligne 17 est raccourcie d'un arrêt sur la route de Thônes, le terminus Grand Esserts est ramené à Bulloz - Fruitière, il en est de même pour le Dim'bus L qui change de couleur du violet au bleu ;
  • La ligne 19 est renumérotée en ligne 15 afin de ne pas créer de trou de numérotation ;
  • La navette du cimetière des Îles est supprimée.

Au , Grand Annecy remplace la communauté de l'agglomération d'Annecy et devient de facto la nouvelle autorité organisatrice de la mobilité.

Au , les lignes 41 (Annecy-Le Châtelard), 42 (Annecy-Cusy et les lignes 161 et 162 (Annecy-Thorens-Glières) sont sous la compétence du Grand Annecy, sans changement d'offre ou de tarification jusqu'au [22].

Le , la tarification SIBRA est étendue à l'ensemble du Grand Annecy et les lignes 31, 171 et Mobilalp'Glières sont reprise par l'agglomération et transférées au réseau SIBRA[23],[24]. Toutefois, dans la pratique elle n'est réellement étendue aux autres lignes interurbaines, hors gestion SIBRA, qu'à partir du 7 janvier 2019[25].

Le , le réseau est réorganisé autour de deux lignes de bus principales nommées « Rythmo » portant les numéros 1 (Poisy-Parc des Glaisins) et 2 (Seynod Vieugy-Pringy)[26] : la première est une évolution de la ligne existante, la nouvelle est une combinaison des lignes 3 et 5 actuelles. Les tronçons restant des lignes 3 et 5 sont fusionnés en une nouvelle ligne 3 et l'actuelle ligne 2 devient la ligne 5 ; le réseau de soirée est entièrement revu et se basera désormais sur les lignes 1 à 3, plus une ligne N pour desservir certains secteurs. Des changements plus mineurs sont à noter sur d'autres lignes, comme la 7 qui est prolongée à Vignières à certains services ou une amélioration de la fréquence du réseau dominical[26].

À l'été 2019, la « ligne d'Été » devient la « ligne du Semnoz »[27].

Le réseau verra ensuite la création d'une troisième ligne « Rythmo » en septembre 2020[28].

La sociétéModifier

OrganisationModifier

La Société intercommunale des bus de la région annécienne (SIBRA) exploite le réseau de bus du même nom, et est présidée par Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy et président du Grand Annecy[3]. La Sibra est membre de l'association AGIR qui a pour objectif de promouvoir le transport public indépendant au niveau national[29].

Jusqu'au , la Sibra était une Société anonyme d'économie mixte (SAEM) dont les actionnaires étaient les suivants[3] :

Depuis le et le changement de statut en Société publique locale, n'autorisant que des actionnaires publics, les actionnaires sont (situation en 2019)[30] :

Le changement de statut a pour objectif une gestion plus souple et avec pour objectif de faciliter l'extension du ressort territorial de l'autorité organisatrice de la mobilité (qui a remplacé le périmètre de transport urbain dans le cadre de la loi NOTRe) de 12 à 43 communes (en 2016 avant que certaines ne fusionnent entre elles et portent leur nombre à 34 en 2019), dans le cadre de la refonte du schéma départemental de coopération intercommunale (fixé au ), et qui implique la fusion de la communauté de l'agglomération d'Annecy avec les communautés de communes du pays d'Alby-sur-Chéran, du pays de la Fillière, de la rive gauche du lac d'Annecy et de la Tournette au sein du Grand Annecy[31],[32].

Une société, deux réseaux exploitésModifier

La C3R est devenue actionnaire afin d'opérer un rapprochement afin de bénéficier des compétences de la Sibra pour créer un réseau urbain sur son territoire après s'être doté de la compétence transport, une mission de conseil est lancée et l'hypothèse que la Sibra exploite le futur réseau de la C3R, dont la date de lancement était initialement prévue le , n'est pas exclue[30],[31]. La création de ce réseau de trois lignes (deux régulières et une en transport à la demande) est ensuite repoussée en [33].

Le nouveau réseau de la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie, baptisé J'ybus, sera finalement mis en service le et composé comme prévu de deux lignes régulières et d'une ligne de transport à la demande[34].

BudgetModifier

Le budget 2018 de la Sibra est de 34,3 millions d'euros, dont 5,5 millions d'investissement et de 28,8 millions d'euros de fonctionnement[2]. Les montant donnés ici sont hors taxes (HT)[2].

90 % des charges partent dans le fonctionnement du réseau. La principale source de revenus de la Sibra est le versement transport qui représente à lui tout seul 55 % du produit total de la société, tandis que les recettes issues de la vente de titres de transport ne rapportent que 20 % de ce montant[2]. Les subventions du conseil départemental, et de l'État couvrent 13 % de ce chiffre[2]. Les emprunts représentent 12 % du produit total[2].

En 2017, un km parcouru coûtait 4,10  HT et un déplacement coûtait 1,23  HT pour une recette de 0,36  HT[2].

Au , la Sibra a réalisée un chiffre d'affaires de 19 602 600 euros et un résultat net de 56 000 euros, et un actif de 7 129 900 euros. Le total du bilan a diminué de 2,48 % entre 2016 et 2017[1].

Le réseauModifier

PrésentationModifier

Article détaillé : Liste des lignes de bus d'Annecy.

Le réseau, restructuré le 29 avril 2019, est organisé en étoile et se compose de 33 lignes régulières, et 40 lignes scolaires, réparties en[35] :

Les lignes « Rythmo », principales et complémentaires desservent les cinq pôles d'échanges de l'agglomération[36] : la gare d'Annecy qui est le plus important, La Salle Pringy, Meythet Le Rabelais, Saint-Jean à Seynod et Vignières à Annecy-le-Vieux, situés en périphérie et principalement destinés aux correspondances entre les lignes principales et les lignes de proximité.

Les lignes 9 et 10, une partie de la ligne 8, les lignes de proximité, les lignes interurbaines, les lignes dominicales, la ligne nocturne, les scolaires et la ligne du Semnoz sont sous-traités à plusieurs transporteurs dont Transdev Haute-Savoie ou Philibert Transport.

ProjetsModifier

Un projet de bus à haut niveau de service est mené conjointement par le Grand Annecy et le conseil départemental de la Haute-Savoie entre La Balme-de-Sillingy et Annecy[37]. Ce projet a pour objectif d'apporter une alternative à l'automobile dans un secteur en forte croissance démographique et engorgé aux heures de pointe. La section de 3,8 km entre Sillingy et Gillon a été financé en partie par l'État à hauteur de 1,48 million d'euros, tandis que le coût global du projet s'élève à près de 15 millions d'euros[37].

Une refonte du réseau de nuit, jugé inefficace par les voyageurs en raison des faibles fréquences proposées et du faible territoire couvert, est à l'étude pour une application au plus tôt à la fin de l'année 2017[38].

En février 2019, les élus du Grand Annecy ont voté à l'unanimité le lancement d'une étude opérationnelle de 18 mois sur la réalisation d'un tramway, ou d'un ensemble combinant tramway et bus à haut niveau de service, ainsi que des parcs relais ; il est toutefois déjà établi par l'agglomération que la « colonne dorsale » de cet éventuel projet serait l'axe Seynod-Parc d'activités des Glaisins, les autres axes étudiés étant le bord du lac et la desserte vers Épagny[39].

Communes desserviesModifier

Le territoire desservi au comporte 23 des 35 communes du Grand Annecy, les communes non listées restent desservies par des lignes du réseau LIHSA. Certaines lignes de la SIBRA sortent du périmètre de l'agglomération pour desservir Rumilly ou Le Châtelard par exemple.

HandibusModifier

 
Un véhicule aux couleurs du service Handibus (à droite) à Cognin en .

Handibus est un service de transport à la demande destiné aux personnes en situation de handicap, aussi nommé transport de personnes à mobilité réduite (TPMR), et plus spécifiquement aux personnes présentant un handicap moteur permanent ou temporaire nécessitant l’usage d’un fauteuil roulant, et qui assure plus de 3000 courses chaque année[37],[40].

Le service fonctionne, hors jours fériés, du lundi au samedi de h 30 à 12 h, de 13 h 30 à 18 h et tous les vendredis et samedis soirs, de 19 h à minuit[40]. La réservation s'effectue par téléphone au plus tard jusqu'à 18 h la veille, ou jusqu'à mercredi soir pour les déplacements des vendredis et samedis soirs[40].

La tarification est spécifique et exclusive au service[40]. Le parc est composé depuis de deux minibus aménagés prévus à cet effet, l'ajout d'un deuxième minibus a permis d'augmenter la capacité du service[40],[41].

ArrêtsModifier

Articles détaillés : Arrêt de bus et Aubette.

En 2015, le réseau était composé de 724 arrêts de bus[2]. Les 40 arrêts les plus importants sont équipés de bornes d'information en temps réel[42]. L'objectif fixé pour 2015 est que 85 % des arrêts soient accessibles aux personnes à mobilité réduite[37]. Entre 2012 et 2015, près de 210 arrêts ont été mis aux normes[37].

L'aménagement des arrêts pour les personnes à mobilité réduite répond à deux principes[43] :

  • La sécurité, avec un placement des arrêts en aval des carrefours ;
  • L'accessibilité du cheminement, avec un arrêt conçu pour pouvoir être parcouru en totalité par une personne en fauteuil roulant.

La mise en accessibilité des arrêts répond à quatre objectifs[43] :

  • Assurer la sécurité et le confort pour les personnes à mobilité réduite en respectant les normes ;
  • Optimiser les conditions d’accostage des véhicules pour faciliter l'accès aux voyageurs ;
  • Réduire les lacunes horizontales entre le bus et le quai afin de faciliter la montée ou descente des personnes à mobilité réduite ;
  • Garantir l’accessibilité du cheminement d'accès à l'arrêt pour ne pas briser la chaîne de déplacement, ce qui est une exigence de la loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées de 2005.

En et pour une durée d'un mois, des tests d'antennes relais à faible puissance implantées dans du mobilier JCDecaux, dont des abribus, ont lieu à Annecy, le long du lac, à l'initiative de l'opérateur Orange[44].

Identité visuelleModifier

LogosModifier

Livrée des véhiculesModifier

Le réseau a connu plusieurs livrées au fil des décennies. La livrée historique était à base de orange et blanc ; elle laisse place dans les années 1980 à une livrée radicalement différente à base de blanc, vert et bleu foncé avec une frise stylisée représentant le lac d'Annecy, des bateaux à voile et les montagnes environnantes. Elle évolue fortement dans les années 2000 et est alors à base de blanc et le bleu, ce dernier symbolisant toujours le lac d'Annecy, avec de façon stylisée, des voiles de bateaux et un château, sur fond de montagne. La livrée actuelle présente des papillons multicolores stylisés.

IntermodalitéModifier

Pôles d'échangesModifier

 
Iveco Bus Urbanway 12 au pôle d'échanges de la gare.

Le réseau est composé de cinq pôles d'échanges, des arrêts permettant des correspondances rapides et faciles entre deux bus sur un même lieu[36].

Pôle d'échanges Lignes desservant le pôle Objectif
Gare d'Annecy
Gare routière
Lignes « Rythmo » et principales : 1 2 3 4 5 6 7 
Lignes complémentaires : 9 10 
Lignes de proximité : 14 15 
Dimanche : I J K L 
Nocturne : N 
Autres : Ligne du Semnoz 
À la gare routière : 31 40 41 42 80 81 82 Mobilalp' Glières 
Correspondances entre les différentes lignes principales, complémentaires et interurbaines, ainsi qu'avec les lignes de proximité le desservant.
Permet l'intermodalité avec les trains et les autocars régionaux.
La Salle Pringy
Lignes « Rythmo » et principales : 2 6 
Lignes complémentaires : 9 
Lignes de proximité : 11 18 
Dimanche : J K 
Nocturne : N 
Correspondances entre les lignes principales, complémentaires et les lignes de proximité.
Correspondances pour les communes du nord et de l'ouest de l'agglomération.
Meythet Le Rabelais
Lignes « Rythmo » et principales : 1 6 7 
Lignes de proximité : 11 12 
Dimanche : I L 
Correspondances entre les lignes principales et les lignes de proximité.
Correspondances pour les communes du nord et de l'ouest de l'agglomération.
Saint-Jean, à Seynod
Lignes « Rythmo » et principales : 2 4 
Lignes de proximité et interurbaines : 13 16 31 
Dimanche : J 
Correspondances entre les lignes principales, les lignes de proximité et les lignes interurbaines.
Correspondances pour les communes du sud de l'agglomération.
C'est l'unique pôle à ne pas être un terminus.
Vignères, à Annecy-le-Vieux
Lignes « Rythmo » et principales : 1 5 7 
Lignes de proximité : 14 17 
Dimanche : L 
Correspondances entre les lignes principales et les lignes de proximité.
Correspondances pour les communes de l'est de l'agglomération.

Parc relais et de proximitéModifier

Article détaillé : Parc relais.
 
Un Irisbus Citelis 12 à l'arrêt Colmyr, desservant le parc relais du même nom.

Le réseau dispose de onze parc de stationnement permettant de garer son véhicule sur un parking en périphérie et de prendre le bus pour se déplacer en ville[45],[46].

La différence entre ces deux types de parcs est la suivante[45],[46] :

  • Les « Parc relais » sont réservés aux détenteurs d'un abonnement annuel « Liberté ». Particulièrement destinés aux personnes extérieures au Grand Annecy, ils sont desservis en moyenne toutes les sept à 20 minutes ;
  • Les « Parc de proximité » sont gratuits et ouverts à tous les utilisateurs. Ils sont desservis en moyenne toutes les sept à 45 minutes, pour rejoindre le pôle d’échanges de la gare d'Annecy en 5 à 20 minutes, 22 et 35 minutes pour les parcs les plus éloignés (Mille Club et La Bottière).
Liste des parcs de stationnement[47],[48]
Nom Commune Capacité Accès en bus
Parc des sports Annecy 136 places Ligne 5  (dimanche : K ), arrêt « Parc des sports »
Parc du Stade Annecy (Meythet) 30 places Lignes 1 6 7 11 12  (dimanche : I L ), arrêt « Meythet Le Rabelais »
Parc de la Bottière/Grand Épagny Epagny Metz-Tessy 15 places Ligne 7 , arrêt « Grand Épagny »
Parc du Mille Club Poisy 40 places Ligne 1  (Dim'Bus : I ), arrêt « Poisy »
Parc de Sous-Vernod Poisy 20 places Ligne 1 12  (Dim'Bus : I ), arrêt « Creusettes »
Parc de l'Aéroport Annecy (Meythet) 120 places Lignes 6 , arrêt « Base civile »
Parc de Vignières Annecy (Annecy-le-Vieux) 30 places Lignes 1 5 7 14 17  (dimanche : L ), arrêt « Vignières »
Parc Colmyr Annecy 40 places Ligne 6 , arrêt « Colmyr »
Parc de Périaz Annecy (Seynod) 135 places Ligne 2 , arrêt « Seynod Périaz »
Parc de Chaux-Balmont Annecy (Seynod) N.C. Lignes 31 40 41 42 Proxibus , arrêt « Chaux-Balmont »
Parc d'Alby-sur-Chéran Alby-sur-Chéran N.C. Lignes 31 40 42 , arrêt « P+R Alby »

VélOnecy : location de vélosModifier

 
Deux VélOnecy.

VélOnecy est un service proposant près de 200 vélos à la location selon plusieurs formules : à la journée, à la semaine, au mois ou à l'année[49]. Des tarifs réduits sont proposés aux étudiants, aux abonnés Sibra, aux résidents de la C2A et aux voyageurs de la SNCF[49].

Trois types de vélos sont proposés[49] : vélo classique, vélo à assistance électrique et vélo pliant. Une consigne à vélos de 250 places est mise à disposition pour tout type de vélos (VélOnecy ou non) dans le sous-sol de la gare d'Annecy, tandis qu'un service de gravure anti-vol est aussi proposé[49]. L'agglomération annécienne dispose de 120 km de voies cyclables, bandes et pistes réunies[49].

La flotte est renforcée début 2019 avec 300 vélos à assistance électrique supplémentaire et si cette augmentation d'offre est un succès, 300 autres vélos seront achetés fin 2019[50].

CitéLib' : autopartageModifier

Article détaillé : Citiz.

CitéLib' est un service d'autopartage appartenant au réseau coopératif Citiz et disponible dans les départements de l'Isère, de la Loire, de la Savoie et de la Haute-Savoie. Ce service compte six stations à Annecy et une à Cran-Gevrier, une huitième est en projet à Argonay[51]. Des tarifs préférentiels CitéLib' sont proposés aux abonnés Sibra et inversement[52].

ExploitationModifier

Matériel roulantModifier

 
Iveco Bus Urbanway 18 sur l'ancienne ligne 5 au terminus de Novel.
 
Mercedes-Benz Citaro C2 sur la ligne 7, à la gare d'Annecy.
 
Solaris Urbino 12 IV de Transdev Haute-Savoie.

En 2015, la moyenne d'âge du parc de la Sibra était de six ans, avec une moyenne ne pouvant excéder 12 ans[2]. L'ensemble des autobus standard et articulés sont accessibles aux personnes à mobilité réduite grâce à leur plancher surbaissé et leur palette rétractable[2]. 100 % du parc, en dehors des cars des lignes scolaires (non-comptabilisés dans la liste ci-dessous), dispose d'un plancher surbaissé dont 92 % est équipé de palettes rétractables pour faciliter l'accès aux fauteuils roulants[37].

À partir d'avril 2019, les nouvelles lignes « rythmo » 1 et 2 bénéficieront exclusivement de bus standards ou articulés possédant une livrée spécifique[26],[28]. Les véhicules des lignes périurbaines de la SIBRA ne sont pas listés ici.

SibraModifier

Articulés
Standards
Midibus

Les midibus sont confiés aux sous-traitants.

Minibus

Les minibus sont confiés aux sous-traitants, à l'exception des Handibus et du no 95.

Transdev Haute-SavoieModifier

Standards
Midibus

Anciens véhiculesModifier

 
Volvo 7700 A no 92, aujourd'hui réformé.
 
L'Irisbus Agora S no 64, aujourd'hui réformé.
 
Le Renault Master II no 99, aujourd'hui réformé.

Liste incomplète, particulièrement concernant les minibus et les véhicules des sous-traitants.

Articulés
Standards
Midibus
Minibus

DépôtModifier

Les véhicules du réseau exploités par la Sibra sont remisés dans le dépôt d'autobus situé 66 chemin de la Prairie à Annecy (45° 53′ 16″ N, 6° 07′ 09″ E), dans la zone d'activités de Vovray-Barral, qui est aussi le siège social de la société[53]. Le dépôt a également pour mission d'assurer l'entretien préventif et curatif du matériel. L'entretien curatif ou correctif a lieu quand une panne ou un dysfonctionnement est signalé par un conducteur. Le dépôt est équipé de deux remisages non-couvert (celui du dépôt et un remisage annexe situé juste en face de l'autre côté de la route), d'un atelier, d'une station de lavage et de pompes à gazole. Le dépôt d'autobus est desservi en semaine par les lignes 4 et 15 à l'arrêt « SIBRA ».

Les sous-traitants, aussi bien ceux des lignes régulières que scolaires, utilisent chacun leurs dépôts (liste non exhaustive) :

AccidentsModifier

SécuritéModifier

Tous les véhicules du réseau sont suivis en temps réel par GPS et sont équipés d'un système de vidéosurveillance[42]. Dans les Noctibus, un agent de sécurité est présent dans chaque véhicule[54].

Personnel d'exploitationModifier

La Sibra compte 205 salariés répartis en[55] :

  • 169 personnes en « production » dont 149 conducteurs-receveurs ;
  • 10 mécaniciens ;
  • 11 au service administratif et comptable ;
  • 13 au service marketing ;
  • deux au service informatique.

La refonte du réseau en avril 2019 nécessite l'embauche de 18 conducteurs supplémentaires[26].

Information aux voyageursModifier

Le réseau est doté d'un Système d'aide à l'exploitation et d'information aux voyageurs (SAEIV) nommé Satélis, acronyme de Système d'aide à la transmission et à l'échange de l'information permet d'assurer le suivi en temps réel des bus, mais aussi de coordonner l'information aux voyageurs sur les différents supports (girouettes, bandeaux lumineux embarqués dans les bus, bornes d'information aux arrêts...)[56]. Ce système est couplé à un centre de régulation ouvert en 2000 qui, à l'aide de trois régulateurs, permet de surveiller le réseau en temps réel, ligne par ligne et bus par bus[56],[42].

Chaque arrêt est équipé d'un Code QR permettant à l'aide d'un smartphone équipé d'un capteur photo et d'une application adéquate d'obtenir les horaires en temps réel[56]. Les 40 arrêts les plus importants du réseau disposent de bornes d'information aux voyageurs (BIV) informant en temps réel des deux prochains bus de chaque ligne desservant l'arrêt[56]. Les horaires et les plans du réseau sont consultables sur le site web du réseau, accessible aussi bien depuis un ordinateur que depuis un smartphone[56]. Il est aussi possible de recevoir des alertes info trafic par SMS ou de s'abonner à une newsletter informant sur les dernières actualités du réseau[42].

Tarification et financementModifier

TarificationModifier

Avec la mise en service intégrale du Léman Express le 15 décembre 2019, le réseau formera la zone 380 du nouveau système tarifaire transfrontalier Léman Pass ; les trajets internes au réseau continueront à s'effectuer avec sa tarification propre[57].

La tarification est identique sur l'ensemble du réseau et ouvre l'accès à l'ensemble des lignes ainsi qu'aux lignes régionales pour des parcours internes à l'agglomération. Elle est définie par le Grand Annecy. Certains titres comme les abonnements ou les carnets de tickets peuvent être achetés sur internet, sur le site officiel du réseau[58]. Le ticket à l'unité existe aussi sous forme de E-Ticket, qui consiste à scanner un Code QR avec son smartphone après avoir acheté le ticket sur ce dernier[59].

Un ticket à l'unité, vendu au prix de 1,50  ou 1  en version « Air pur » lors des pics de pollution, ou son équivalent vendu en carnet de dix, permet dans la limite d'une heure après la date de première validation de se déplacer pour un trajet aller-retour, les correspondances étant autorisées[60]. Les pass « Alizée » sont valables pour une durée de 24 heures ou sept jours à compter de la première validation, et permettent de se déplacer de façon illimitée sur tout le réseau[60].

Les abonnements, proposés à l'année, au mois ou même au trimestre pour les jeunes, reposent sur une carte nommée Cartabus accompagnée d'un coupon d'abonnement[61] : « Jeune » pour les moins de 26 ans, « Liberté » pour les adultes actifs et « Corail » pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Il est possible de regrouper ensemble les différents abonnements d'une famille[62].

L'offre « Car + Bus » permet d'utiliser un ticket « aller simple » LIHSA validé à destination d'Annecy, qu'il soit à l'unité ou en carnet, dans un bus de la Sibra dans un délai de deux heures à compter de la date d'émission du titre[63]. Pour les tickets « aller-retour », la période de validité sur le réseau Sibra passe à 24 heures[63].

La gratuité s'applique sous conditions[64] :

  • enfants de moins de 5 ans accompagnés par un parent ;
  • personnes âgées de plus de 65 ans et demandeurs d’emplois sous certaines conditions de ressources ;
  • invalides de guerres et leur guide ;
  • policiers et gendarmes en service.

Les bénéficiaires de la CMU-C et de l'AME disposent d'une réduction de 50 % sur les abonnements « Liberté » et jeunes (mensuels et trimestriels uniquement) et les carnets de tickets (jeunes et adultes uniquement)[64]. Les abonnés Sibra disposent de tarifs préférentiels sur les services VélOnecy et CitéLib'[49],[52].

Un abonnement « Liberté annuel Unireso », qui permettait de combiner le réseau Sibra, la ligne départementale T72 et la zone 10 de la communauté tarifaire Unireso (correspondant au canton de Genève) a vu sa vente suspendue[65]. Fin 2019, la tarification SIBRA devrait être utilisable dans les trains de la ligne L2 du Léman Express pour des trajets entre les gares de l'agglomération[66].

FinancementModifier

Le financement du fonctionnement des lignes (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par la Sibra. Cependant, les tarifs des tickets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport, les usagers ne payant qu'une partie du coût réel, le reste étant supporté par l'autorité organisatrice, Grand Annecy, qui compense le manque à gagner. Elle définit les conditions générales d'exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services. L'équilibre financier du fonctionnement est assuré par une dotation globale annuelle à la Sibra grâce aux contributions des collectivités publiques et au versement transport payé par les entreprises, qui est à un taux de 0,90 %, ce qui est assez bas pour une agglomération de 100 000 à 250 000 habitants où la moyenne nationale est à 1,40 %[2].

78 % des voyageurs disposent d'un abonnement[2].

Points de venteModifier

Le principal point de vente est l'Espace Sibra situé 21 rue de la Gare à Annecy (45° 54′ 04″ N, 6° 07′ 15″ E), ouvert du lundi au samedi[53]. Il est complété par 54 points de ventes partenaires dans une vingtaine de communes (bar-tabac et commerces)[67] : Annecy (38 en tout : 21 points de vente pour la commune déléguée homonyme, quatre points de vente chacun pour Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier et Seynod, trois pour Meythet et deux pour Pringy), Epagny Metz-Tessy (trois points de vente), Alby-sur-Chéran, Chavanod, Cusy, Fillière, Groisy, Gruffy, Menthon-Saint-Bernard, Poisy, Quintal, Saint-Félix, Saint-Jorioz, Sevrier, Talloires-Montmin, Veyrier-du-Lac et Villaz (un point de vente chacun).

Impact socio-économiqueModifier

TraficModifier

De 2001, date où le Plan de déplacements urbains a été adopté et 2010, l'offre du réseau a augmenté de 22 %, entraînant une hausse de la fréquentation de 47 %[9].

Évolution de la fréquentation de 1999 à 2010 et depuis 2013[68],[2],[9].
Année Fréquentation (voyages) Offre kilométrique Voyages par km Voyages par an et par habitant
1999 9 403 747 3 722 172 2,53 72
2000 9 585 887 3 767 967 2,54 73
2001 10 085 323 3 665 792 2,75 75
2002 10 540 035 3 769 845 2,80 79
2003 11 186 053 3 991 114 2,80 83
2004 11 666 078 4 050 911 2,88 86
2005 12 067 996 4 043 279 2,98 89
2006 12 505 336 4 071 639 3,07 92
2007 12 747 000 4 143 000 3,08 93
2008 13 443 640 4 378 709 3,07 98
2009 14 408 000 4 433 000 3,25 103
2010 14 874 144 4 469 420 3,33 106
2013 15 748 000 4 548 000 3,5 108
2014 15 814 350 4 570 000 3,5 110
2015 15 842 957 4 571 000 3,5 108
2017 16 298 508 4 783 000 3,3 104

Dans la cultureModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Fabien Garcia, Martine Meunier-Chabert, « Réseaux de bus dans les villes moyennes – approche du niveau de service et insertion urbaine. Les exemples des agglomérations de Dijon et d'Annecy », CERTU - Les Rapports d'étude,‎ , p. 105 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Fiche de la SIBRA sur Societe.com », sur https://www.societe.com (consulté le 31 mars 2019)
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o [PDF]« Chiffres clés 2017 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 13 juin 2018).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u « Historique et statuts », sur http://www.sibra.fr (consulté le 21 février 2016).
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Historique », sur http://snosibra.wifeo.com (consulté le 21 février 2016).
  5. « Archives 1997 », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  6. « Archives 2000 », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  7. « Archives 2002 », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  8. Numéro 5 de juin 2008 du magazine « L'agglo et vous » de la communauté de l'agglomération d'Annecy.
  9. a b c d et e [PDF]« Bilan d'activité 2010 - Transports et déplacements », sur https://www.agglo-annecy.fr (consulté le 28 février 2016).
  10. [PDF]« Fil Bleu n°28 - janvier à mars 2011 », sur https://www.agglo-annecy.fr (consulté le 5 mars 2016).
  11. a et b « Nouveautés sur les lignes 5, 8, 13 et 16 ! », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  12. « Découvrez le nouvel abonnement « jeune » pour les moins de 26 ans ! », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  13. « Newsletter de mars 2013 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 28 février 2016).
  14. « Newsletter de février 2013 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 28 février 2016).
  15. « Newsletter d'août 2013 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 28 février 2016).
  16. « Newsletter de septembre 2013 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 28 février 2016).
  17. a et b « Ligne 3 : les mêmes horaires toute l'année ! + Du neuf sur la ligne 9 ! », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  18. a et b « Lundi 1er septembre 2014 c'est la rentrée sur le réseau Sibra ! », sur https://web.archive.org (consulté le 22 février 2016).
  19. a b et c « Le 29 mars, le bus va vous étonner ! », sur https://www.agglo-annecy.fr (consulté le 1er mars 2016).
  20. « Plan du réseau au 1er septembre 2016 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 6 juillet 2016).
  21. « L'Agglo et vous n°24 - Juin 2016 », sur https://www.agglo-annecy.fr (consulté le 6 juillet 2016).
  22. « Carte Déclic' moins de 26 ans », sur https://www.sibra.fr (consulté le 13 juin 2018)
  23. « Grand Annecy: la Sibra augmente ses tarifs en septembre 2018 », sur http://www.lessorsavoyard.fr, (consulté le 1er avril 2018)
  24. Grand Annecy Magazine n°5, Annecy, Grand Annecy, , 36 p. (lire en ligne), p. 20-21
  25. « En bus et en car, tous les trajets dans le Grand Annecy sont au tarif Sibra ! », sur https://www.sibra.fr (consulté le 4 décembre 2018)
  26. a b c et d « Annecy: toutes les nouveautés du réseau de bus en 3 minutes », sur http://www.lessorsavoyard.fr, (consulté le 25 mars 2019)
  27. « Ligne du Semnoz », sur https://www.sibra.fr (consulté le 31 mai 2019)
  28. a et b Olivier Meyer, « Nouveau réseau de bus à Annecy », sur https://www.transbus.org, (consulté le 29 avril 2019)
  29. « Le réseau AGIR - Pour le transport public indépendant », sur http://www.sibra.fr (consulté le 22 février 2016).
  30. a b et c Pierre Cossard, « Annecy : L'agglomération crée une SPL pour ses transports », sur http://www.connexiontt.com, (consulté le 22 février 2016).
  31. a et b Florence Guernalec, « Annecy est passée en SPL au 1er janvier 2016 », sur http://www.mobilicites.com, (consulté le 16 février 2016).
  32. [PDF]« Nouvelle carte des EPCI à fiscalité propre de la Haute-Savoie, proposée par le projet de SDCI », sur http://www.haute-savoie.gouv.fr (consulté le 27 février 2016).
  33. Florent Pecchio, « Rumilly: le projet du réseau de bus ne plaît pas à tout le monde », sur http://www.lasavoie.fr, (consulté le 30 novembre 2017)
  34. « J’ybus, le nouveau réseau de transport urbain pour se déplacer à Rumilly ! », sur http://www.rumilly-terredesavoie.fr (consulté le 30 mars 2019)
  35. « Organisation du réseau », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  36. a et b « Des pôles d'échanges, pour plus de mobilité ! », sur http://www.sibra.fr (consulté le 3 mars 2019).
  37. a b c d e et f « Transports en commun - Sibra », sur https://www.agglo-annecy.fr (consulté le 4 mars 2016).
  38. Florent Pecchio, « Annecy: la Sibra va revoir son offre de bus de nuit », sur http://www.lessorsavoyard.fr, (consulté le 13 juin 2017).
  39. Richard Vivion, « Grand Annecy : le projet d’un tramway (enfin) sur de bons rails », sur https://www.francebleu.fr, (consulté le 9 février 2019)
  40. a b c d et e « Handibus », sur http://www.sibra.fr (consulté le 26 février 2016).
  41. Richard Vivion, « Annecy : un 2ème bus pour Handibus », sur https://www.francebleu.fr, (consulté le 26 février 2016).
  42. a b c et d [PDF]« Information voyageurs - Pour bien voyager, restez connectés ! », sur http://www.sibra.fr (consulté le 22 février 2016).
  43. a et b « Accessibilité des arrêts de bus », sur http://www.sibra.fr (consulté le 22 février 2016).
  44. Johann Breton, « Orange teste un réseau d’antennes à faible puissance à Annecy », sur http://www.lesnumeriques.com, (consulté le 21 janvier 2017).
  45. a et b « Parcs de stationement », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  46. a et b [PDF]« Dépliant Parcs relais / Parcs de proximité », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  47. « Plan des P+R en 2018 », sur https://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019)
  48. « Plan du réseau périurbain en 2018 », sur https://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019)
  49. a b c d e et f [PDF]« Plaquette 2015 VélOnecy », sur http://www.sibra.fr (consulté le 26 février 2016).
  50. « Pour inciter ses habitants à pédaler, le Grand Annecy va louer des vélos électriques », sur https://www.francebleu.fr, (consulté le 11 mars 2019)
  51. « PLan des stations CitéLib' », sur http://citelib.com (consulté le 26 février 2016).
  52. a et b « Autopartage avec CitéLib' », sur http://www.sibra.fr (consulté le 26 février 2016).
  53. a et b « Contact », sur http://www.sibra.fr (consulté le 26 février 2016).
  54. « Lignes Noctibus », sur http://www.sibra.fr (consulté le 27 février 2016).
  55. « La Sibra en quelques chiffres », sur http://www.sibra.fr (consulté le 6 juillet 2016).
  56. a b c d et e « Régulation et information voyageurs », sur http://www.sibra.fr (consulté le 22 février 2016).
  57. « Zones Léman Pass, version juin 2019 », sur https://www.ge.ch, (consulté le 20 juin 2019)
  58. [PDF]« Tarifs du 1er septembre 2018 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  59. « E-Ticket », sur https://www.sibra.fr (consulté le 13 juin 2018)
  60. a et b « Voyages occasionnels », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  61. « Voyages réguliers », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  62. « Réductions familiales », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  63. a et b [PDF]« Votre billet de car est aussi un ticket de bus ! », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  64. a et b « Accès préférentiel », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  65. « Annecy-Genève, un titre unique ! », sur http://www.sibra.fr (consulté le 28 février 2016).
  66. « Sur le Grand Annecy, que l'on prenne le bus ou le car, on paye le même tarif », sur https://www.ledauphine.com, (consulté le 17 janvier 2019)
  67. « Points de vente », sur http://www.sibra.fr (consulté le 11 mars 2019).
  68. [PDF]« Chiffres clés 2015 », sur http://www.sibra.fr (consulté le 6 juillet 2016).