Société des Bollandistes

société savante belge

Société des Bollandistes
Situation
Création XVIIe siècle
Type privée (catholique)
Domaine Hagiographie
Siège Bruxelles Drapeau de la Belgique Belgique
Langue multilangue
Organisation
Président Robert Godding
Dépend de Compagnie de Jésus

Site web Site officiel

La Société des Bollandistes est une société savante belge fondée au XVIIe siècle par Jean Bolland dont le but premier est l'étude de la vie et du culte des saints. Fondée à Anvers au temps des Pays-Bas espagnols, la Société des Bollandistes est la plus ancienne société savante toujours en activité en Belgique, et cela depuis sa création.

HistoriqueModifier

Créée par Jean Bolland, la Société des Bollandistes regroupe des savants, exclusivement jésuites jusqu'en 2000, chargés d'étudier les vies, et plus généralement le culte des saints chrétiens.

Elle a fêté en 2007 le quatrième centenaire de la publication des Fasti sanctorum, du jésuite Héribert Rosweyde, une liste de 1300 vies de saints, qui constitue l'assise intellectuelle de ses travaux[1]. Jean Bolland, aidé de Godefroid Henschen, devait en effet continuer, élargir et considérablement développer les travaux précurseurs de son confrère. En 1643 paraissaient les deux premiers tomes de la collection des Acta Sanctorum dont le but était d'éditer, en suivant l'ordre du calendrier liturgique, les Vies écrites des saints. En 2018, la collection compte 67 volumes, rédigés en latin[1] et près de 58 000 pages.

Dès le XVIIe siècle, le travail des Bollandistes fut réputé pour sa rigueur et son approche critique, qui par ailleurs engendra diverses controverses, notamment avec l'Ordre des Carmes qui plaidait pour une filiation directe de leur Ordre par le prophète Elie, jusqu'à ce que le pape Innocent XII publie le un décret, renforcé par un bref du , imposant aux protagonistes de cesser les débats.

Établie à la maison professe d'Anvers (place Henri-Conscience) de sa fondation jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, en sommeil par suite de la suppression de la Compagnie de Jésus en 1773, la Société des Bollandistes fut reconstituée à Bruxelles en 1837, après l'indépendance belge. Elle a aujourd'hui son siège sur le site du collège Saint-Michel, à Etterbeek (Bruxelles)[1].

Depuis 1882, elle publie une revue, les Analecta Bollandiana, 138 numéros parus à ce jour (2020), et deux collections, les Subsidia Hagiographica et le Tabularium Hagiographicum.

Au-delà des aspects religieux, la richesse de la bibliothèque des Bollandistes, qui contient plus de 500 000 livres, manuscrits, imprimés et gravures, sur cinq étages, en fait une source de recherches historiques précieuse[1].

BibliographieModifier

  • Hippolyte Delehaye, L'œuvre des Bollandistes à travers trois siècles (1615-1915), Bruxelles, Société des Bollandistes, 1959.
  • Robert Godding, Bernard Joassart, Xavier Lequeux, François De Vriendt, Joseph van der Straeten, Bollandistes, saints et légendes. Quatre siècles de recherche hagiographique, Bruxelles, Société des Bollandistes, 2007.
  • Robert Godding, Bernard Joassart, Xavier Lequeux, François De Vriendt, De Rosweyde aux Acta Sanctorum. La recherche hagiographique des Bollandistes à travers quatre siècles, Bruxelles, Société des Bollandistes, 2009.
  • Jan Marco Sawilla, Antiquarianismus, Hagiographie und Historie im 17. Jahrhundert. Zum Werk der Bollandisten. Ein wissenschaftshistorischer Versuch (Frühe Neuzeit 131). Tübingen, Max Niemeyer, 2009.
  • Robertson Davies, dans son roman L'objet du scandale (Fifth Business, 1970), parle longuement des Bollandistes chez qui son héros, Dunstan Ramsay, professeur d'histoire canadien et spécialiste de la vie des saints, se rend à plusieurs reprises pour approfondir ses études.

Bollandistes mieux connusModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Antoine-Marie Izoard,« Bruxelles : Dans le saint des saints » , Famille chrétienne n°2128, du 27 octobre au 2 novembre 2018, pp. 42-45 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

  • Les Petits Bollandistes (Mgr Paul Guérin, 1865), Collection en 15 volumes sur la vie des Saints, inspiré du travail des Bollandistes.

Liens externesModifier