Snæfellsjökull

montagne et glacier en Islande

Le Snæfellsjökull ['stnaiːfɛlsˌjœkʏtl˳] est un stratovolcan d'Islande surmonté d'une calotte glaciaire qui culmine à 1 446 mètres d'altitude[1]. Il est situé à l'extrémité occidentale de la péninsule de Snæfellsnes.

Snæfellsjökull
Le Snæfellsjökull et son reliquat de glacier à son sommet en 2010.
Le Snæfellsjökull et son reliquat de glacier à son sommet en 2010.
Géographie
Altitude 1 446 m, Miðþùffa[1]
Massif Péninsule de Snæfellsnes
Coordonnées 64° 48′ 11″ nord, 23° 46′ 46″ ouest[1]
Administration
Pays Drapeau de l'Islande Islande
Région Vesturland
Municipalité Snæfellsbær
Ascension
Première par Bjarni Pálsson et Eggert Ólafsson[réf. nécessaire]
Géologie
Type Volcan de rift
Activité Endormi
Dernière éruption env. 250 apr. J.-C.
Code GVP 370010
Observatoire Veðurstofa Íslands
Géolocalisation sur la carte : Islande
(Voir situation sur carte : Islande)
Snæfellsjökull

ÉtymologieModifier

Le nom exact de la montagne est Snæfell, jökull voulant dire « glacier ». Mais il existe en Islande deux autres montagnes du nom Snæfell (la « montagne de neige »), alors pour la distinguer, cette montagne est appelée Snæfellsjökull.

GéographieModifier

Quand on se trouve en face de la montagne, on voit bien que deux petites cheminées noires surmontent la glace du pic. Elles constituent une partie du bord d'une petite caldeira qui se trouve au sommet.

En voyant le Snæfellsjökull de loin, par exemple de Reykjavik — et c'est possible malgré une distance de 120 km — il ressemble un peu au mont Fuji au Japon. Tous les deux sont des stratovolcans.

Le système volcanique du Snæfellsjökull est le plus occidental des trois présents dans la péninsule de Snæfellsnes (les deux autres étant le Helgrindur et le Ljósufjöll)[2].

Le volcan central a un diamètre de 15 à 20 km[2].

HistoireModifier

Les roches volcaniques les plus anciennes remontent à 800 000 ans environ[2]. Durant l'Holocène, il y aurait eu entre 20 et 25 éruptions[3].

Trois éruptions pliniennes majeures (VEI de 4) se sont produites il y a 8 000 à 9 000 ans, 4 000 ans et 1 800 ans, cette dernière étant identifiée comme étant la plus importante de l'Holocène, l'explosion étant accompagnée d'un épanchement de lave sur environ 30 km2[3].

Le géologue David Evans, avec son équipe, a analysé la cartographie du volcan. Il comprend une zone extérieure de moraines emplies par la glace qui sont précédées par un ensemble de dépôts de pierres ponce, vraisemblablement symboliques des conditions polythermiques datées du maximum de Petit âge glaciaire[4]. L'étude du site permet d'établir un lien entre les épisodes de volcanisme et de glaciation en Islande[5].

TourismeModifier

Grâce à sa beauté, le site du volcan est un des points culminants du tourisme de l'île. Le parc national de Snæfellsjökull, dont le volcan est le centre, a été fondé en 2001[6].

LittératureModifier

Dans son roman d'aventure Voyage au centre de la Terre, paru en 1864, l'écrivain français Jules Verne met en scène deux géologues allemands guidés par un Islandais qui descendent vers le centre de la Terre en empruntant l'un des cratères du Snæfellsjökull, en suivant les indications d'un explorateur islandais, Arne Saknussemm. Dans le roman, le volcan est appelé le Sneffels (à ne pas confondre, donc, avec le mont Sneffels situé au Colorado)[7].

RéférencesModifier

  1. a b et c Visualisation sur Landmælingar Íslands.
  2. a b et c (en) « Snæfellsjökull - Geological setting and tectonic context », sur icelandicvolcanoes.is, (consulté le )
  3. a et b (en) « Snæfellsjökull - Eruption history and pattern », sur icelandicvolcanoes.is, (consulté le )
  4. (en) David J.A. Evans, Marek Ewertowski, Chris Orton, Charlotte Harris et Snævarr Guđmundsson, « Snæfellsjökull volcano-centred ice cap landsystem, West Iceland », in Journal of Maps, vol. 12, Londres, 2016, p. 1128-1137
  5. (en) Björn S. Hardarson, J. Godfrey Fitton, « Increased mantle melting beneath Snæfellsjökull volcano during Late Pleistocene deglaciation », in Nature, vol. 353, no 6339, Londres, 1991, p. 62-64
  6. (en) « About the National Park », sur ust.is (consulté le )
  7. Katharina Simon, « Sneffels/Stromboli: The Volcanic Mountain and its Mise en abyme in Jules Verne's Voyage au centre de la Terre », in Mathias Egeler & Stefanie Gropper (dir.), Dreaming of a Glacier - Snæfellsjökull in a Geocritical Perspective, Munich, UTZ Verlag, 2020, p. 155-186

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :