Slalom (ski)

discipline du ski alpin et de snowboard alpin

Le slalom est une discipline du ski alpin et de snowboard alpin consistant à skier entre des piquets. Ceux-ci sont plus rapprochés que ceux du slalom géant, du super-G et de la descente, ce qui nécessite un enchaînement de virages plus rapides et plus courts. Au plus haut niveau, ce sport est disputé aux Championnats du monde de ski alpin, en Coupe du monde et aux Jeux Olympiques d'hiver.

Un skieur pratiquant le slalom.

HistoireModifier

 
Nathalie Eklund en slalom à Trysil, Norvège, en 2011.

Le terme slalom vient du mot Morgedal / Seljord (un dialecte norvégien) "slalåm": "sla", qui signifie flanc de colline légèrement incliné, et "låm", qui signifie la trace après les skis[1].Slalåm est le nom de pistes dans le Comté de Télémark destinées aux garçons et aux filles qui ne pouvaient pas encore s'essayer sur les pistes plus difficiles. Ufsilåm est une piste avec un obstacle comme un saut, une clôture, un virage difficile, une gorge, une falaise, etc. Uvyrdslåm est un sentier avec plusieurs obstacles[2].

Une compétition de descente militaire norvégienne en 1767 comprend une course de descente parmi des arbres «sans tomber, ni casser les skis». Sondre Norheim et d'autres skieurs de Télémark pratiquent l'uvyrdslåm ou «descente irrespectueuse / imprudente» en réalisant de la descente sur un terrain difficile et non testé (c'est-à-dire hors piste).

La "course de ski" de 1866 à Oslo est une compétition combinée de ski de fond, de saut et de slalom. Dans le slalom, les participants sont autorisés à utiliser des bâtons pour le freinage et la direction, et des points leur sont attribués pour le style (posture appropriée du skieur). À la fin des années 1800, les skieurs norvégiens participent dans toutes les disciplines (saut, slalom et cross-country), souvent avec la même paire de skis. Le slalom et les variantes du slalom sont alors souvent appelés courses de collines. À partir de 1900, ces courses sont abandonnées aux championnats d'Oslo à Huseby et Holmenkollen. Le développement de Lilienfeld par Mathias Zdarsky contribue ensuite à faire de ces courses de colline une des spécialités de la région des Alpes[3].

Les règles du slalom moderne sont élaborées par Arnold Lunn en 1922 pour les championnats nationaux de ski britanniques et adoptées pour le ski alpin aux Jeux olympiques d'hiver de 1936. En vertu de ces règles, les portes sont marquées par des paires de drapeaux, disposées de sorte que les coureurs doivent utiliser une variété de longueurs de virage pour les négocier. Le score devient également l'unique métrique considérée[pas clair], le style étant abandonné[4],[5]. Les inventeurs du ski moderne classent leurs pistes en fonction de leur difficulté.

CaractéristiquesModifier

 
Exemple de parcours de slalom.

Un parcours est tracé en posant une série de portes, matérialisées par des paires de piquets rouges et bleus. Le skieur doit passer entre les deux piquets formant la porte, avec l'obligation d'avoir les spatules des skis et les pieds passant entre les piquets. Une course comporte de 55 à 75 portes pour les hommes et de 40 à 60 portes pour les femmes. Le dénivelé est de 180 à 220 mètres pour les hommes, légèrement moins pour les femmes. Selon la disposition des portes, la difficulté du tracé peut considérablement augmenter[6].

En slalom, les compétiteurs exécutent des virages très serrés avec pour conséquence de faire tomber les piquets qui sont articulés et reviennent dans leur position initiale. Les coureurs sont équipés de protections, notamment des protège-tibias, des protège-mains ou des casques.

TechniqueModifier

Traditionnellement, des piquets en bambou étaient utilisés pour les portes et dont la rigidité obligeait les skieurs à manœuvrer largement autour de chaque obstacle[7]. Au début des années 1980, les piquets rigides sont remplacés par des piquets en plastique articulés à la base. Les règles FIS exigent que les skis et les chaussures du skieur passent autour de chaque porte.

Les nouvelles portes permettent un chemin plus direct sur un parcours de slalom[8]. La technique moderne repose sur une posture avec les jambes qui contournent la porte avec le haut du corps incliné vers, voire à travers la porte avec le bâton et les protège-tibias qui heurtent la porte. Le blocage transversal[pas clair] se fait en poussant la porte vers le bas avec les bras, les mains ou les tibias[9]. Dès 1989, les meilleurs skieurs du monde avaient adopté ces techniques[10].

ÉquipementModifier

 
En bas: skis de slalom légaux FIS 2013, en haut: skis de slalom géant de 2006.

L'apparition des skis profilés au début du XXIe siècle a entraîné de profonds changements dans l'équipement du slalomeur de haut niveau. Dans les années 1990, les skieurs de la Coupe du monde skiaient généralement sur des skis de slalom d'une longueur de 203-207 cm. Aux Jeux olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City, la majorité des concurrents avaient adopté les skis de 160 cm, voire moins. Soucieuse de la sécurité des athlètes, la FIS avait choisi de fixer des longueurs minimales de ski pour les compétitions internationales de slalom. La taille minimale a été fixée à 155 cm pour les hommes et 150 cm pour les femmes, puis a été portée à 165 cm pour les hommes et 155 cm pour les femmes pour la saison 2003–2004.

Les nouvelles exigences imposées par la Fédération internationale de ski (FIS) ont été critiquées par les skieurs, les partenaires et le public. L'objection principale était la régression qu'ont entraîné de telles décisions sur ce sport[11].

Podiums de la Coupe du monde de slalom hommeModifier

Dans le tableau suivant, les podiums de la Coupe du monde de slalom homme depuis la première saison en 1967[12].

Saison 1er 2nd 3ème
1967   Jean-Claude Killy   Guy Perillat   Heinrich Messner
1968   Dumeng Giovanoli   Jean-Claude Killy   Patrick Russel
1969   Alain Penz

  Alfred Matt

  Jean-Noel Augert

  Patrick Russel
1970   Alain Penz   Jean-Noel Augert

  Patrick Russel
1971   Jean-Noel Augert   Gustav Thöni   Tyler Palmer
1972   Jean-Noel Augert   Andrzej Bachleda   Roland Thöni
1973   Gustav Thöni   Christian Neureuther   Jean-Noel Augert
1974   Gustav Thöni   Christian Neureuther   Johann Kniewasser
1975   Ingemar Stenmark   Gustav Thöni   Piero Gros
1976   Ingemar Stenmark   Piero Gros   Gustav Thöni

  Hans Hinterseer
1977   Ingemar Stenmark   Klaus Heidegger   Paul Frommelt
1978   Ingemar Stenmark   Klaus Heidegger   Phil Mahre
1979   Ingemar Stenmark   Phil Mahre   Christian Neureuther
1980   Ingemar Stenmark   Bojan Križaj   Christian Neureuther
1981   Ingemar Stenmark   Phil Mahre   Bojan Križaj

  Steve Mahre
1982   Phil Mahre   Ingemar Stenmark   Steve Mahre
1983   Ingemar Stenmark   Stig Strand   Andreas Wenzel
1984   Marc Girardelli   Ingemar Stenmark   Franz Gruber
1985   Marc Girardelli   Paul Frommelt   Ingemar Stenmark
1986   Rok Petrovič   Bojan Križaj

  Ingemar Stenmark

  Paul Frommelt
1987   Bojan Križaj   Ingemar Stenmark   Armin Bittner
1988   Alberto Tomba   Günther Mader   Felix McGrath
1989   Armin Bittner   Alberto Tomba   Marc Girardelli

  Ole-Christian Furuseth
1990   Armin Bittner   Alberto Tomba

  Ole-Christian Furuseth
1991   Marc Girardelli   Ole-Christian Furuseth   Rudolf Nierlich
1992   Alberto Tomba   Paul Accola   Finn-Christian Jagge
1993   Thomas Fogdö   Alberto Tomba   Thomas Stangassinger
1994   Alberto Tomba   Thomas Stangassinger   Jure Kosir
1995   Alberto Tomba   Michael Tritscher   Jure Kosir
1996   Sébastien Amiez   Alberto Tomba   Thomas Sykora
1997   Thomas Sykora   Thomas Stangassinger   Finn-Christian Jagge
1998   Thomas Sykora   Thomas Stangassinger   Hans-Petter Buraas
1999   Thomas Stangassinger   Jure Kosir   Finn-Christian Jagge
2000   Kjetil-Andre Aamodt   Ole-Christian Furuseth   Matjaz Vrhovnik
2001   Benjamin Raich   Heinz Schilchegger   Mario Matt
2002   Ivica Kostelić   Bode Miller   Jean-Pierre Vidal
2003   Kalle Palander   Ivica Kostelić   Rainer Schönfelder
2004   Rainer Schönfelder   Kalle Palander   Benjamin Raich
2005   Benjamin Raich   Rainer Schönfelder   Manfred Pranger
2006   Giorgio Rocca   Kalle Palander   Benjamin Raich
2007   Benjamin Raich   Mario Matt   Jens Byggmark
2008   Manfred Mölgg   Jean-Baptiste Grange   Reinfried Herbst
2009   Jean-Baptiste Grange   Ivica Kostelić   Julien Lizeroux
2010   Reinfried Herbst   Julien Lizeroux   Silvan Zurbriggen
2011   Ivica Kostelić   Jean-Baptiste Grange   Andre Myhrer
2012   André Myhrer   Ivica Kostelić   Marcel Hirscher
2013   Marcel Hirscher   Felix Neureuther   Ivica Kostelić
2014   Marcel Hirscher   Felix Neureuther   Henrik Kristoffersen
2015   Marcel Hirscher   Felix Neureuther   Alexander Khoroshilov
2016   Henrik Kristoffersen   Marcel Hirscher   Felix Neureuther
2017   Marcel Hirscher   Henrik Kristoffersen   Manfred Mölgg
2018   Marcel Hirscher   Henrik Kristoffersen   André Myhrer
2019   Marcel Hirscher   Clément Noël   Daniel Yule
2020   Henrik Kristoffersen   Clément Noël   Daniel Yule

RéférencesModifier

  1. Kunnskapsforlagets idrettsleksikon. Oslo: Kunnskapsforlaget, 1990, p.273.
  2. NAHA // Norwegian-American Studies
  3. Bergsland, E.: På ski. Oslo: Aschehoug, 1946, p.27.
  4. Hussey, Elisabeth. "The Man Who Changed the Face of Alpine Skiing", Skiing Heritage, December 2005, p. 9.
  5. Bergsland, Einar (1952). Skiing: a way of life in Norway. Oslo: Aschehoug.
  6. (en) Daryl Slade, « Alpine evolution continues - Ocala Star-Banner », sur news.google.com, (consulté le )
  7. « Alpine skiing: Stenmark on slalom », Observer-Reporter,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Ian McMillan, « A new line in slalom poles - The Glasgow Herald », sur news.google.com, (consulté le )
  9. (en) « A matter of course », sur the Guardian, (consulté le )
  10. Gurshman, « To Cross-Block or Not To Cross-Block? » [archive du ] (consulté le )
  11. (en-US) Tim Mutrie, « Giant Slalom Racers Object to a Mandate on New Equipment (Published 2011) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  12. « Winter Sports Chart - Alpine Skiing », wintersport-charts.info (consulté le )