Skyforce de Sioux Falls

équipe de basket-ball américaine
Skyforce de Sioux Falls
Logo du Skyforce de Sioux Falls

Généralités
Fondation 1989
Couleurs Noir, rouge, blanc et or
Salle Sanford Sports Pentagon
3 250 places
Championnat actuel NBA Gatorade League
Entraîneur Eric Glass
Site web siouxfalls.gleague

Le Skyforce de Sioux Falls (Sioux Falls Skyforce en anglais), est une équipe franchisée de la NBA Gatorade League, ligue américaine mineure de basket-ball créée et dirigée par la NBA. L'équipe est domiciliée à Sioux Falls (Dakota du Sud). L'équipe appartenait originellement à la Continental Basketball Association, mais a annoncé qu'elle commencerait la saison 2006-07 en NBDL.

HistoriqueModifier

Les belles années CBAModifier

Le Skyforce est la plus ancienne équipe de ligue mineure de basket en activité. Dès le 14 février 1989 est annoncée l’intention d’implanter une franchise professionnelle à Sioux Falls, la première de l’histoire de la ville. Un concours est organisé pour lui trouver un nom. Grâce à 1045 contributions elle est baptisée « Skyforce de Sioux Falls ». C’est le 16 novembre 1989 qu’est disputé le premier match à domicile, une défaite 85 à 79 face aux Thrillers de Rapid City devant 5 125 spectateurs. Le cinq de départ est alors composé de Terry Gould, Eric Brown, Steve Grayer, Leo Parent et Jim Lampley. Le coach est Ron Ekker, connu à ce niveau car il dispute sa huitième saison en CBA. Il faut attendre le 07 décembre et 9 revers consécutifs pour avoir enfin la première victoire, 127 à 120, face aux Racers d’Omaha. Ce soir là Ralph Lewis inscrit 46 points, un record qui ne sera battu que le 24 février 2015 par Scotty Hopson. Lewis termine l’exercice avec 22,1 points pour 6,8 rebonds.[1],[2]

En 1990 Ekker laisse sa place sur le banc à Kevin McKenna, qui commence sa carrière d’entraîneur après huit années comme joueur en CBA et NBA. Le Skyforce commence bien la saison, et est troisième après 15 rencontres (10 victoires). Le style de jeu est rapide avec 117,3 points par rencontre, avec notamment le rookie Tharon Mayes qui tourne à 25,1 unités. La suite est cependant moins radieuse, et se termine avec un bilan négatif.[3]

En 1991-92 le même scénario se reproduit : un rookie, Bobby Phills, mène la danse avec 23,1 points. L’équipe inscrit 114,7 pts de moyenne, et conserve un bilan équilibré jusqu’à la quarantième rencontre. La fin est cependant délicate, avec 9 défaites sur les 12 dernières rencontres, ce qui leur fait manquer une nouvelle fois les playoffs. Seule différence, Jeffrey Knapple remplace David Gilbert comme président le 28 octobre 1991[4]...

Le 13 mai 1993, quatre locaux, Bob Correa, Greg Heineman, Roger Larsen et Tom Walsh rachètent l’équipe avec comme objectif de la renforcer. Walsh est nommé président[1].

C’est sur la saison 1994-95 que les choses décollent vraiment. Un coach référencé à ce niveau arrive, Flip Saunders. Il a jusqu’ici coaché durant 6 années en CBA (1 aux Thrillers de Rapid City, puis 5 aux Catbirds de La Crosse), et il est le seul de l’histoire de la ligue à avoir remporté plus de 30 rencontres à chaque fois. Deux fois nommé coach de l’année, il arrive dans une franchise qui n’a jusqu’ici jamais connu les playoffs. Avec Tony Harris (25,0pts) et Darrick Martin (21,0pts) aux manettes, Sioux Falls décolle enfin avec un peu plus de 60 % de victoires. S’ils sont sortis au premier tour des playoffs, la dynamique est lancée[5].

A l’intersaison suivante, Morris McHone débarque pour remplacer Saunders, nommé manager général des Timberwolves du Minnesota en NBA. McHone est lui aussi connu à ce niveau. Il vient de passer deux saisons aux Sun Kings de Yakima, et a emmené l’équipe au titre la saison précédente tout en étant nommé coach de l’année[5]. Après une saison régulière maîtrisée, ils pointent en tête de la Northern Division, avec 32 victoires pour 24 défaites. En playoffs, il faut ensuite avoir les nerfs bien accrochés. Lors des finales de conférence, ils ne se qualifient pour la dernière marche que lors de la rencontre décisive à l’extérieur chez les Beachdogs de Florida, sur la marque de 97 à 95[6]. Le 23 avril 1996, ils arrachent leur troisième succès chez le Fury de Fort Wayne après une double prolongation. Le lendemain, ils ont l’occasion de l’emporter 4 à 1 mais son menés à quelques secondes de la fin. C’est alors que le rookie Devin Gray passe son défenseur et plante le panier du titre. Henry James est nommé MVP des playoffs après avoir tourné à 23,2 points et 5,6 rebonds, lui qui avait déjà été le meilleur marqueur de sa formation tout au long de l’année[6],[1].

L’an d’après Tony Harris est de retour, et Devin Gray toujours là. Les troupes de McHone sont toujours aussi impressionnantes, et remportent 47 de leurs 56 rencontres. Hélas, bien qu’ayant terminé la saison sur une bonne dynamique, ils tombent au premier tour des playoffs face aux Racers d’Omaha, qui étaient pourtant loin d’avoir un bilan équilibré. À la surprise générale, car l’avantage du terrain aurait dû leur être beaucoup plus favorable, eux qui avaient compilé 26 victoires pour seulement 2 défaites à la maison en saison régulière[7].

Mais McHone ne s’avoue pas vaincu, et ramène les siens aux finals deux années de suite. En 1998 tout d’abord, avec Jason Sasser en fer de lance (22,7pts et 7,0 rebonds), puis en 1999 avec une équipe menée par Tony Harris et Victor Page (19,2 points chacun)[8]. Malheureusement ils tombent à chaque fois, 4 à 3 la première année contre le Thunder de Quad City, puis 4 à 1 la seconde face au Pride du Connecticut.

Période de turbulencesModifier

Après ces années au sommet, McHone part pour les Pistons de Detroit et laisse sa place à Jim Brovelli, qui arrive des Wizards de Washington en NBA. L’équipe n’a pas de joueur réellement dominant statistiquement parlant comme les saisons précédentes. Et si certains sont pourtant toujours bien présents, comme Monty Buckley, Nick Davis, Brett Robisch ou Jonathan Kerner, aucun ne prend réellement le leadership. La franchise termine pourtant avec un bilan équilibré, et se fait sortir en demi-finale par de surprenants Bobcats de La Crosse, 99 à 90[9].

Le Skyforce rentre alors dans une période de turbulences qui va durer cinq ans. Hors des terrains tout d’abord, lors du crépuscule de la CBA. Dès janvier 2001, les rumeurs se font nombreuses à la suite du refus d’Isiah Thomas d’une proposition d’achat par la NBA de 11 millions de dollars. Des discussions se tiennent à propos d’un possible rachat de la CBA par l’IBL (International Basketball League). L’un des propriétaires de Sioux Falls, Roger Larson, est même partie prenante des négociations.[10] Tout se précipite le mois suivant. Entre le 7 et le 14 février 2001 plusieurs formations, dont le Skyforce, rejoignent l’IBL.[11] La vie dans l’IBL ne dure ensuite que quelques mois, le temps pour l’équipe de terminer la saison et de se faire éliminer au premier tour des playoffs. La ligue n’est pas en forme financièrement, et finit par déposer les armes. Le 19 juillet 2001, certaines de ses équipes décident de former un nouveau championnat, et parviennent à racheter le nom, les couleurs et le logo pour reformer la CBA. Sioux Falls est de la partie, et avec Paul Woolpert sur le banc réalise même une belle saison, terminant à 33 victoires pour 23 défaites, avec une élimination en demi-finales des playoffs.[12]

Après deux saisons sans saveur, l’équipe parvient à attirer l’entraîneur Dave Joerger, qui a remporté deux titres lors de son passage aux Wizards du Dakota. On sent de suite la griffe du coach car la franchise commence la saison 2004-2005 tambour battant, avec huit victoires sur les neuf premiers matchs. Emmené par Alpha Bangura (21,0 points) et John Thomas (16,3pts et 10,1 rebonds) notamment, et malgré un petit coup de mou au milieu du calendrier, la dynamique se maintient bien par la suite. Ils terminent l’exercice avec seulement une petite défaite sur les 10 dernières rencontres (contre les Wizards d’ailleurs), de quoi aborder les playoffs sereinement. Il faut bien, car Dakota se retrouve à nouveau sur leur route. Le Skyforce tient bon, et les élimine 3 victoires à 2. Lors des finales contre le Lightning de Rockford, il ne leur faut que 5 manches (4-1) pour remporter le titre, le second de l’histoire de la franchise, et le troisième en quatre ans pour Joerger[8],[13].

2005-2006 marque la dernière saison de Sioux Falls au sein de la CBA. Si les débuts ne sont pas extraordinaires, la fin d’exercice semble prometteuse, avec 11 succès consécutifs entre le 26 janvier et le 6 mars. Brandon Hunter montre la voie avec 22,0 points, et Stephen Graham en plante 21,0. Malheureusement en CBA rien n’est gagné d’avance, car quasiment aucun joueur ne dispute la moitié des rencontres. Les deux derniers matchs de la saison sont des défaites, ainsi que les deux rencontres du tour préliminaire des playoffs. Les 62,5 % de succès du championnat n’auront servi à rien [8].

Installation en DleagueModifier

Moins d’un mois plus tard, le 06 avril 2006, la franchise annonce changer de ligue pour rejoindre l’antichambre de la NBA, avec trois autres équipes de la CBA (Wizards du Dakota, Stampede de l'Idaho et 14ers du Colorado)[14]. L’équipe souhaite conserver Joerger et lui fait une proposition de contrat, mais celui-ci retourne aux Wizards du Dakota [15]. C’est donc Mo McHone, qui connaît bien la maison et a gagné un titre ici, qui revient sur le banc[16]. Ironie du sort, les deux franchises se retrouvent en playoffs pour savoir laquelle remporte l’Est. Derrière à la mi-temps du match, Dakota profite de sa domination au rebond pour repasser devant. A 110 partout, les Wizards rentrent trois lancers sur quatre, et un dunk de Stephen Graham leur donne cinq longueurs d’avance. Damone Brown a beau rentrer un tir à trois points derrière l’arc au buzzer, c’est insuffisant, et Joerger gagne le droit d’emmener les siens en finale, 115 à 113… [17]

Sioux Falls se venge la saison suivante lorsque les deux formations se retrouvent au premier tour des playoffs. Après une première mi-temps équilibrée, le Skyforce accentue sa pression défensive et provoque 13 pertes de balles, qui conduisent à 22 points supplémentaires. En fin de troisième quart temps l’équipe est devant, 77 à 60. C’est largement suffisant pour passer au prochain tour, 101 à 89. Malheureusement, les Toros d’Austin se dressent sur leur chemin et l’emportent, pour une seconde élimination consécutive en demi-finale[18].

Les cinq saisons suivantes sont plus compliquées, avec une seule petite apparition en playoffs et une élimination au premier tour… En point d’orgue, l’exercice 2010-2011 marqué par plusieurs changements d’entraîneurs (Tony Fritz, puis Duane Ticknor et enfin Mo McHone), et un résultat final catastrophique, 10 victoires pour 40 revers… En parallèle, cela s’agite dans les coulisses, car le 15 novembre 2012 on apprend qu’à l’intersaison précédente une équipe NBA a fait une offre de rachat qui a été repoussée. Même si elle semblait intéressante, les propriétaires Greg et Mike Heineman tiennent à leur équipe et souhaitent qu’elle reste à Sioux Falls. Ils chercheraient plutôt un partenariat hybride, où la franchise NBA s’occupe du sportif uniquement[19].

Cette idée fait son chemin et se renforce même lorsque les 76ers de Philadelphie, l’une des 4 structures auxquelles le Skyforce est affilié, décide d’acheter les 87ers du Delaware. Si les Timberwolves du Minnesota semblent les favoris pour cela, c’est finalement avec le Heat de Miami qu’une telle association est réalisée, tel qu’annoncé le 10 juin 2013. l’objectif est donc atteint, le Skyforce reste reste dans le Dakota du Sud, et n’a plus qu’une seule franchise mère[20],[21]. Le Heat ne perd pas de temps, et dès le 15 août 2013 le nouvel entraîneur est nommé. Pat Delany devient le 16e coach de Sioux Falls. Il est bien connu en Floride car il y a passé les 11 dernières saisons. De même, le manager général basket choisi est Adam Simon, qui a passé 19 ans avec le Heat, et continue à y travailler en parallèle[22].

S’il ne remporte pas la récompense lors de la saison 2013-2014, Delany réussit à transformer le Skyforce en machine à gagner, et remporte 62 % des rencontres. Il s’appuie sur des joueurs de calibre NBA pour cela, tels Justin Hamilton, Henry Walker ou encore DeAndre Liggins. Ce dernier est d’ailleurs lui aussi reconnu, car il reçoit en fin d’exercice la récompense de meilleur défenseur de la ligue. Ensemble, ils parviennent à nouveau en demi-finale, éliminés par les Mad Ants de Fort Wayne[23],[24].

Grâce à cela, Delany attire certaines convoitises, et s’envole pour un poste d’entraîneur adjoint aux Hornets de Charlotte avant la saison 2014-2015. Il est remplacé par Phil Weber, assistant aux Suns de Phoenix puis aux Knicks de New York durant plus de dix ans. L’équipe semble attendue, car comprenant des joueurs tels que Khem Birch, ou encore Shabazz Napier. Le rookie Fuquan Edwin doit aussi avoir son importance, car les départs de Tre Kelley et Justin Hamilton ont laissé un trou au scoring. Malheureusement, Napier part après 4 rencontres, et Edwin n’est pas aussi prolifique. Si le bilan n’est pas mauvais, c’est une élimination au premier tour qui met un terme aux espoirs de la formation[25],[26],[27].

A son tour, Phil Weber s’en va rejoindre les Pelicans de la Nouvelle Orléans. C’est Dan Craig qui, après plus de 12 ans au Heat, prend le relais. Et il va emmener l’équipe dans un exercice historique. Après deux défaites initiales, le Skyforce enchaîne sur 7 succès en marchant sur ses adversaires, inscrivant 15 unités de plus qu’eux en moyenne. Dès janvier, certains annoncent la possibilité d’atteindre les 40 victoires, ce qui n’a jamais été fait jusqu’ici en Dleague. Sioux Falls s’appuie pour cela sur sa défense, n’autorisant que 95 points sur 100 possessions. Par comparaison, le second en autorise 99. De l’autre côté du terrain, l’adresse est aussi présente avec 47,6 % de réussite. Le 30 mars 2016, ils battent ainsi le record du plus grand nombre de victoires sur une saison, 39, en battant l’Energy d’Iowa avec trois joueurs à plus de 20 points (Jarnell Stokes 23, DeAndre Liggins 23 et 10 passes, Rodney McGruder 21). Ils parviennent même à en accrocher une quarantième en venant à bout de Grand Rapids quelques jours plus tard. Ils ne s’arrêtent pas en si bon chemin, et poursuivent leur route en playoffs jusqu’au titre, acquis 2 victoires à 1 contre les Dfenders de Los Angeles. Pour couronner le tout, et en toute logique, Jarnell Stokes est nommé MVP de la saison[28],[29],[30],[31],[32],[33].

On pourrait croire que cela devient une tradition, car Dan Craig part à son tour pour devenir assistant coach en NBA, mais cette fois il retourne à la maison mère, au Heat. Nevada Smith est nommé à sa place et ne démérite pas. Il obtient même 58 % de victoires, mais le format de la Gleague fait qu’il ne parvient pas à qualifier le Skyforce pour les playoffs de la saison 2016-2017[34].

Place à la GLeagueModifier

Le 1er juin 2017, alors que les autres équipes « filles » sont en général proches géographiquement de leur franchise NBA, le Skyforce (pourtant plus éloigné) rassure ses fans en signant un nouveau contrat avec le Heat. Sioux Falls va pouvoir garder son équipe, tandis que Miami renforce son partenariat en prenant notamment le contrôle de la communication, tout en conservant la gestion du sportif. Cette prise de participation n’ayant à priori pas de date de fin définie, le Sanford Pentagon va pouvoir continuer à voir du basket. Sur le terrain c’est par contre un peu moins rose, le Skyforce atteignant péniblement les 50 % de victoire, manquant les playoffs une seconde fois de rang[35].

En 2018-2019 la chute continue peu à peu. Le 11 mars 2019, Duncan Robinson bat le record de paniers à trois points de l'histoire de la franchise sur une saison, avec 145 réussites. Il est d’ailleurs l’un des meilleurs joueurs de sa formation, avec 21,4 points de moyenne, derrière Yante Maten, qui lui en rentre 23,5, assortis de 9,7 rebonds. Sioux Falls ne remporte cependant que 48% de ses matchs, et est de nouveau prématurément en vacances.[36],[37]

Le 26 juillet 2019, la franchise annonce qu’Eric Glass est le nouvel entraîneur, après avoir coaché deux ligues d’étés pour le Heat. Celui-ci s’appuie sur une large base de joueurs et un scoring plus équilibré, avec notamment Mychal Mulder ou Daryl Macon à 17,0 points. L’équipe a un bilan relativement équilibré (22 succès pour 20 défaites), mais l’épidémie de Covid-19 empêche l’exercice de se terminer, avec une suspension de saison annoncée le 12 mars 2020[38],[39],[40].


LogosModifier


AffiliationsModifier


Heat de Miami76ers de PhiladelphieMagic d'OrlandoTimberwolves du MinnesotaHornets de Charlotte (NBA)Pistons de Detroit

Résultats sportifsModifier

Palmarès du Skyforce de Sioux Falls (CBA)
  • NBA Gatorade League
    • 17 participations
    • Champion : 2 (1996, 2005)
    • Finaliste : 2 (1998, 1999)
Palmarès du Skyforce de Sioux Falls (GLeague)
  • NBA Gatorade League
    • 13 participations
    • Champion : 1 (2016)


Saison par saisonModifier

Saison Division Saison régulière Résultats en playoffs
Position Victoires Défaites %
Skyforce de Sioux Falls (CBA)
1989–1990 Midwest 3e 20 36 .357
1990–1991 Midwest 3e 26 30 .464
1991–1992 Northern 4e 24 32 .429
1992–1993 Midwest 3e 26 30 .464
1993–1994 Midwest 3e 24 32 .429
1994–1995 Western 2e 34 22 .607 1er tour
1995–1996 Northern 1er 32 24 .571 Champion
1996–1997 National 1er 47 9 .839 1er tour
1997–1998 National 2e 31 25 .554 Finale
1998–1999 National 1er 32 24 .571 Finale
1999–2000 National 3e 30 26 .536 Demi-finale
2000–2001 National 5e 8 15 .348
Skyforce de Sioux Falls (IBL)
2000–2001 Western 3e 16 14 .533 Demi-finale
Skyforce de Sioux Falls (CBA)
2001–2002 American 2e 33 23 .589 Demi-finale
2002–2003 National 4e 17 31 .354
2003–2004 - 5e 23 25 .479
2004–2005 Western 2e 31 17 .646 Champion
2005–2006 Western 2e 30 18 .625 Tour préliminaire
Skyforce de Sioux Falls (GLeague)
2006–2007 Eastern 2e 30 20 .600 Finale de division
2007–2008 Central 2e 28 22 .560 Demi-finale
2008–2009 Central 4e 25 25 .500
2009–2010 Eastern 2e 32 18 .640 1er tour
2010–2011 Eastern 7e 10 40 .200
2011–2012 Eastern 7e 15 35 .292
2012–2013 Central 4e 25 25 .500
2013–2014 Central 2e 31 19 .620 Demi-finale
2014–2015 Central 1er 29 21 .580 1er tour
2015–2016 Central 1er 40 10 .800 Champion
2016–2017 Southwest 3e 29 21 .580
2017–2018 Midwest 2e 25 25 .500
2018–2019 Midwest 3e 24 26 .480
Bilan en saison régulière 827 713 .537
Bilan en Playoffs 48 43 .527


Personnalités et joueurs du clubModifier

Entraîneurs successifsModifier

Le tableau suivant présente la liste des entraîneurs du club depuis 1989.

# Entraîneur Période Saison régulière Playoffs Récompenses
M V D % M V D %
Skyforce de Sioux Falls (CBA)
1 Ekker, RonRon Ekker (en) 1989–1990 56 20 36 .357 - - - -
2 McKenna., KevinKevin McKenna. (en) 1990–1993 168 76 92 .452 - - - -
3 Lyons, RogerRoger Lyons (en) 1993–1994 56 24 32 .429 - - - -
4 Saunders, FlipFlip Saunders 1994–1995 56 34 22 .607 3 1 2 .333
5 McHone, MorrisMorris McHone 1995–1999 224 142 81 .634 49 27 22 .551
6 Broveli, JimJim Broveli (en) 1999–2000 56 30 26 .536 2 1 1 .500
7 Sleeper, JimJim Sleeper (en) 2000–2001 23 8 15 .348 - - - -
Skyforce de Sioux Falls (IBL)
8 Sleeper, JimJim Sleeper (en) 2000-2001 30 16 14 .533 1 0 1 .000
Skyforce de Sioux Falls (CBA)
9 Woolpert, PaulPaul Woolpert (en) 2001–2002 56 33 23 .589 4 1 3 .250
10 King, StaceyStacey King 2002–2003 33 10 23 .303 - - - -
11 Gleeson, TrevorTrevor Gleeson (en) 2002–2004 63 30 33 .476 - - - -
12 Joerger, DaveDave Joerger 2004–2006 96 61 35 .635 11 6 5 .545
Skyforce de Sioux Falls (GLeague)
13 McHone, MorrisMorris McHone 2006–2007 50 30 20 .600 2 1 1 .500
14 Tibbetts, NateNate Tibbetts (en) 2007–2009 100 53 47 .530 2 1 1 .500
15 Fritz, TonyTony Fritz (en) 2009–2011 68 34 34 .500 3 1 2 .333
16 Ticknor, DuaneDuane Ticknor (en) 2010–2011 2 0 2 .000 - - - -
17 McHone, MorrisMorris McHone 2010–2012 80 23 57 .287 - - - -
18 Abelson, JoelJoel Abelson (en) 2012–2013 50 25 25 .500 - - - -
19 Delany, PatPat Delany (en) 2013–2014 50 31 19 .620 5 2 3 .400
20 Weber, PhilPhil Weber (en) 2014–2015 50 29 21 .580 3 1 2 .333
21 Craig, DanDan Craig (en) 2015–2016 50 40 10 .800 7 6 1 .857
22 Smith., NevadaNevada Smith. (en) 2016–2018 150 78 72 .520 - - - -
23 Glass, EricEric Glass (en) 2019– - - - - - - - -

Joueurs célèbres ou marquantsModifier

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) [1]Team History
  2. (en) [2]List of 40 Point Games in Sioux Falls Skyforce History
  3. (en) 1991-92 Official CBA guide and register
  4. (en) 1992-93 Official CBA guide and register
  5. a et b (en) 1995-96 Official CBA guide and register
  6. a et b (en) 1996-97 Official CBA guide and register
  7. (en) 1997-98 Official CBA guide and register
  8. a b et c (en) [3]2018-19 complete media guide
  9. (en) [4]1999-2000 Sioux Falls Skyforce Season Review
  10. (en) [5]CBA, IBL merger is on the table
  11. (en) [6]IBL continues to catch CBA teams
  12. (en) [7]New pro league forming in wake of IBL
  13. (en) [8]Skyforce wins 2005 CBA title
  14. (en) [9]NBA's Development League Expands To Sioux Falls
  15. (en) [10]Joerger leaving Skyforce
  16. (en) [11]Mo McHone Returns as Head Coach for Sioux Falls Skyforce
  17. (en) [12]Wizards Win East Title
  18. (en) [13]Wizards Fall to Skyforce in First Round of Playoffs
  19. (en) [14]Sioux Falls Skyforce Reject Sale Offer And Take A Firm Stance Against Relocation Idea
  20. (en) [15]Sioux Falls Skyforce Seeking Hybrid Affiliation With NBA Team
  21. (en) [16]Miami HEAT Enter Into Single Affiliation Partnership With NBA Development League
  22. (en) [17]Miami Heat name new Sioux Falls Skyforce head coach, general manager
  23. (en) [18]Why Skyforce Coach Pat Delany Should Win NBA D-League Coach of the Year
  24. (en) [19]Skyforce's DeAndre Liggins Named 2013-14 NBA D-League Defensive Player of the Year
  25. (en) [20]Skyforce Coach Pat Delany Joins Charlotte Hornets As Assistant Coach
  26. (en) [21]New head coach named for Sioux Falls Skyforce
  27. (en) [22]2014-15 Season NBA D-League Team Preview: Sioux Falls Skyforce
  28. (en) [23]Dan Craig Discusses The Value Of Being Head Coach In The NBA D-League
  29. (en) [24]Skyforce Current Win Streak Makes Unique History
  30. (en) [25]Why the Sioux Falls Skyforce Will Make History And Win 40 Games
  31. (en) [26]Sioux Falls Skyforce Set NBA D-League Record with 39th Win
  32. (en) [27]2016 NBA Development League Champions, Sioux Falls Skyforce
  33. (en) [28]History on Jarnell Stokes' Side for Finals
  34. (en) [29]Assistant coach Dan Craig returns to Heat
  35. (en) [30]Miami Heat purchase controlling interest of Skyforce, keep Heinemans as chief business operators
  36. (en) [31]Duncan Robinson record
  37. (en) [32]2018-19 Sioux Falls Skyforce Stats
  38. (en) [33]MIAMI HEAT PROMOTE ERIC GLASS TO HEAD COACH OF THE SIOUX FALLS SKYFORCE
  39. (en) [34]2019-20 Sioux Falls Skyforce Stats
  40. (en) [35]NBA G League and Sioux Falls Skyforce season shut down

Liens externesModifier